Paris.fr
Accueil

Des mets, des mots à croquer

26 mar

Guillaume Long est plus beau en vrai que dans sa bd. Pas sûr que le compliment le flatte, car lui se trouve «plutôt ressemblant». Dans sa dernière bd, « A boire et à manger », il se met en scène sur 140 pages en train de cuisiner, de tester des ustensiles extraordinaires et de goûter des bons petits plats. Une bd gourmande issue de son blog, au cours de laquelle on découvre pèle-mêle les ressources du radis noir, la recette pour réussir le meilleur café du monde et une machine à faire des oeufs carrés. Rencontre entre deux dédicaces avec un auteur venu à la bd par hasard.

Comment vous vous y êtes pris pour transformer votre blog en un livre ?

Depuis le début, je tiens mon blog sur Le Monde avec l’idée d’en faire un livre un jour. Mes histoires sont donc construites sur le format d’une planche de bd classique. Pour le livre, nous avons organisé la bd en saisons, afin de créer un rythme de lecture. La seule chose qu’il a fallu retravailler ce sont les couleurs, car mes dessins sur le blog sont très blancs.

Guillaume Long dédicace sa BD

Nous avons tout de même fait une sélection, car certains dessins du blog n’ont leur place que sur Internet, je pense par exemple à des dessins que j’ai publiés en réaction à certains commentaires de lecteurs.

Actuellement, le blog contient assez de dessins pour publier un livre de 300 pages ! Contrairement à tout ce qui se fait en ce moment, mes inédits à moi sont sur Internet et non pas dans mon livre.

Un post de blog que vous auriez souhaité voir dans le livre qui n’y apparaît pas ?

Oui j’aurais voulu publier l’histoire de la tarte à rhubarbe. J’avais demandé à des internautes de me donner leur meilleur recette, pour élire ma préférée. Malheureusement, elle n’a pas été retenue par l’éditeur.

A quoi ressemble votre parcours ?

J’ai fait l’école des beaux-arts à Saint Etienne. A l’époque, je m’intéressais surtout à la vidéo. Je suis venu à la bd par hasard. Pour déconner à l’anniversaire d’un copain, je lui ai dessiné une bd de 20 pages sur nos années étudiantes. J’ai ajouté 60 autres pages, et la bd a été publiée ! Je fais de la bd depuis 2003. A cette époque, je faisais surtout de la bd autobiographique ou de la bd pour enfants. En ce moment, je termine d’ailleurs Tétine Man 3.

Je suis resté à Saint Etienne de mes 19 à mes 26 ans, puis j’ai bougé dans le Jura. Je suis originaire d’un petit village à côté de Genève, où mes parents sont encore. En ce moment, je suis en transit chez eux. J’ai envie de retourner vivre à Saint Etienne, car la vie n’y est pas trop chère.

A quel point les anecdotes que vous racontez dans «A boire et à manger» sont issues de votre vraie vie ?

C’est toujours un mélange de vécu et de fiction. Je me sers de ce que je vis ou de que mes amis me racontent pour écrire une histoire.

Cahier de dessin

Les personnages que je fais intervenir dans ma BD existent vraiment, mais je réinvente un petit peu leur physique. Au bout du compte, ils se reconnaissent.

Parfois j’embellis la réalité. Quitte à me représenter dans une voiture, autant y aller fort, et se choisir une Chevrolet. Je l’ai dessiné à partir d’images que j’ai trouvé sur Internet. Vous n’imaginez pas le nombre de message de collectionneurs que j’ai reçu. On me demandait où je la garais, où j’avais trouvé telle pièce rarissime… Bon, je leur répondais la vérité, à savoir que dans la vraie vie je conduis une Clio3.

D’autres dessins de votre blog ont provoqué des réactions inattendues ?

Il y a eu l’histoire de la soupe miso (en plusieurs épisodes ). Elle a déclenché les foudres cette soupe ! J’ai publié ma recette dans laquelle j’ai naïvement indiqué que je mettais du bouillon, les puristes étaient scandalisés. Manifestement ma recette était une hérésie pour les spécialistes qui se sont offusqués dans les commentaires et par emails.

Vous aimez Paris ?

Tout le monde aime Paris, non ? (rires). J’aime bien Paris, même si certains Parisiens m’énervent. Regardez [il sort son téléphone et montre une photo] je suis allée à Bastille, j’ai pris un panaché ça m’a coûté 11,40€. Heureusement, j’étais invité par un éditeur.

La vérité c’est que je connais peu Paris, d’ailleurs ce soir ce n’est pas moi qui ai choisi le restaurant dans lequel je dîne. Je crois que j’ai un peu le mal du pays…

Et la nourriture ?

Carnet de voyage

Ha oui ! Quand j’étais petit je faisais mes devoirs sur le bar de la cuisine pendant que ma mère cuisinait le dîner. En même temps, mon frère aussi faisait ça et… il n’est pas passionné de bouffe.

Sinon nos deux parents sont des scientifiques, mon père lisait beaucoup de bds en tout genres . Je me souviens qu’une fois, j’avais 7 ans et ma mère m’a surpris en train de lire Hara Kiri… elle m’a tué. J’étais en train de lire une blague sur deux homos…non je ne peux pas vous raconter ça , c’est obscène !

La dernière fois qu’un plat vous a mis de mauvaise humeur ?

C’était à Barcelone, une assiette de charcuterie périmée absolument ignoble qui coûtait 20€. Je n’ai pas osé faire de scandale, heureusement quelqu’un l’a fait pour moi.

A boire et à manger
Editions Gallimard, janvier 2012
19€

Share

No comments yet

Leave a Reply

Current ye@r *