Paris.fr
Accueil

Un été à l'air livre - décollage immédiat

30 Juin


Ni vu ni connu, mine de rien… l’été est là !  Certes, les nuages et les averses aussi mais quels que soient les caprices qui sifflent sur nos têtes, une chose est acquise et certaine… la période est doublement récréative. Vous avez plus de temps. Nous avons encore plus d’idées à vous soumettre. La carte littéraire est, elle, triplement plus acidulée que notre menu classique : à chaque repas, trois livres (vous) sont présentés, trois questions sont posées à l’auteur et Paris passe la main aux histoires qui s’écrivent et se lisent avec plaisir, quelque soit leur origine et leur sujet. C’est l’été, c’est l’extra du blog littéraire. Décollage immédiat!

¤ En ouverture, catégorie sourire(s) à la plage


Présentation

Tout le monde est sur facebook…
L’ex. Le pokeur frénétique. Le dragueur. Le voisin d’enfance. Le parano. L’intello. Le mystérieux. Le rigolo. Le bonnet de nuit. Le polémiste. Le compulsif du statut. La gnangnan. Le boulet. L’aimable. Le poète. Le membre de la famille. Le beauf. La nympho. Le mytho. Le VDM. Le schizophrène. Le mort. L’ado. L’auteur-de-ce-livre… Et toi, t’es qui ?

 

Trois questions à Math Hild

 1-Comment est née cette histoire?

« J’ai d’abord écrit certains de ces profils sur ma page facebook, à destination exclusive de mes amis. L’hiver dernier, j’ai donc rédigé un profil par jour, au gré de mes envies et des idées que l’on me soufflait. Puis, par un (heureux) concours de circonstances, ces portraits sont devenus un livre.

2-Quel est votre parcours ?

-Je suis prof de français : j’ai donc un cursus littéraire à l’université, que j’ai mené jusqu’au doctorat.

3-Vous partez où cet été ?

-Vérone, la Croatie, Montréal, et la côte atlantique. »

Un peu plus…

+Éditions Flammarion

+En mars dernier, chez Flammarion toujours, nous avions blogué Brigitte Fontaine, pour son excellent Les charmeurs de pierres.

 

¤Catégorie Thriller, aux petits oignons et frisson(s)


Présentation

Il est préférable pour votre bien-être que personne n’inscrive jamais votre nom dans Le Livre de la mort, sans quoi il vous resterait peu de temps pour formuler vos dernières volontés. Raison pour laquelle il est tant convoité. Raison pour laquelle l’infortuné Sanchez, qui le tient désormais en sa possession, se prépare à affronter quelques contrariétés…
Officiellement mort, le Bourbon kid devrait pouvoir aspirer à des jours heureux en compagnie de Beth, encore faut-il que sa nouvelle identité reste secrète.
Sans quoi, ses ennemis – et ils sont nombreux – risquent bien de se réunir pour se venger.
Mais quand Beth est kidnappée, le Bourbon kid n’a pas d’autre choix que de revenir d’entre les morts, et de surprendre tous ceux qui avaient un peu, ou presque, oublié à quel point il pouvait être sauvage. Et impitoyable.

Trois questions aux éditions Sonatines

 1-Comment est née cette histoire ?

Après avoir écrit LE LIVRE SANS NOM, ne trouvant pas d’éditeurs intéressés en Angleterre (son pays), l’auteur a publié lui-même le texte sur internet, attirant ainsi de nombreux lecteurs, ce qui a provoqué beaucoup d’intérêt et il a ensuite eu plusieurs demandes spontanées d’éditeurs anglais voulant cette fois le publier !
Il a accepté les offres de l’un d’entre eux sous condition de rester anonyme, et il le demeure jusqu’à ce jour. Seules 2 personnes connaissent son identité, son agent et un membre de sa maison d’édition anglaise.

2-Quel est votre parcours ?

Sonatine éditions est une maison d’édition française récente, née il y a 5 ans et qui s’est rapidement fait connaître par les polars & romans noirs que les éditeurs ont découverts dans le monde entier. Parmi eux R.J Ellory, mais aussi le 1er polar de Hugh Laurie (alias « Dr House »), et plus récemment le succès désormais planétaire de S.J Watson, AVANT D’ALLER DORMIR.
LE LIVRE SANS NOM faisait partie des romans dénichés par Sonatine et le contrat de traduction a été signé avec l’auteur via son agent, puisqu’il souhaitait demeurer anonyme et c’est bien ce qui est inscrit sur le contrat = anonyme !
Il se fait appeler du nom de son héros, le Bourbon kid, lors de ses échanges avec ses lecteurs & fans sur les réseaux sociaux.

3-Vous partez où cet été ?

Nous avons posé la question au Bourbon kid et voici sa réponse :  “ je n’ai rien prévu cet été mais si je devais changer de décision, j’irai probablement à Paris, car lors de mon dernier passage l’an passé, j’y ai passé un très bon moment au Bowler’s pub (Paris 8) ! »

 

Un peu plus…

 

Pour ne rien rater et frissonner au poil près, la lecture assidue des trois précédents tomes est vivement recommandée…

Dans l’ordre (de parution) 

+Éditions Sonatine

 

¤Pour finir, catégorie café littéraire comme on aime


Présentation


Elle n’a peut-être pas de nom, mais elle ne manque pas de personnalité. Difficile en effet d’oublier ses os pointus et ses mots affûtés de môme grandie trop vite dans un monde à vau-l’eau où règne le chacun pour soi, sur fond de béton et de tétons.
Une écriture pleine de saveur, désenchantée et toute en grâce, pour nous conter les aventures impur’diques d’une jolie blondinette au pays du réel.

Comment vouloir marcher droit quand tout va de travers autour de soi?
Marlène Tissot tricote son intrigue six ans en arrière, trois ans en avant, pour mieux piéger le lecteur, captive par ce récit haletant, féroce, plein d’une verve aussi brutale que poétique.

Trois questions à Marlène Tissot

1-Comment est née cette histoire?

Cette histoire est née de trois textes courts écrits à des époques différentes dans lesquels un jour il m’a semblé déceler la voix d’un même personnage. Alors j’ai réuni les morceaux et j’ai laissé l’héroïne prendre forme dans ma tête tout doucement. Je suis quelqu’un d’assez docile, j’écoute mes personnages, souvent, ils savent mieux que moi quel chemin emprunter…
Pour le reste, il me tenait à cœur d’écrire une histoire où l’amour n’aurait pas le beau rôle. Prendre le contre-pied parce que, soyons honnêtes, on nous verse du bon sentiment à tour de bras, on nous présente l’amour en ultime sauveur, tout est bien qui finit bien, mais l’amour fait autant de ravage que la haine. Les sentiments sont une « arme » que l’humain a du mal à maîtriser !
J’avais envie d’une histoire sans fard, quelque chose qui vous attrape par le col et vous mets le nez dedans. Avec juste ce soupçon de tendresse pure qui justifie le reste.

2-Quel est votre parcours ?

Disons que, d’un point A à un point B, l’itinéraire importe peu, ce qui compte c’est ce qu’il nous apprend. J’ai toujours su que j’aimais écrire, c’est plus qu’un plaisir/désir, c’est un besoin. Mais je n’ai découvert qu’il y a une douzaine d’années, en étant publié en revue, le plaisir de partager, d’offrir à lire. Depuis, j’avance tranquillement. C’est un monde étrange l’écrit. Un non-lieu ou tout nous échappe.

3-Vous partez où cet été ?

Dans le nord de l’Europe, en Belgique et en Allemagne. Une découverte totale, je ne connais aucun de ces pays, je voyage assez peu, par manque de moyens plus que d’envie. C’est assez grisant de partir vers l’inconnu, j’aime ça ! »

Un peu plus…

+Éditions Lunatique

+En février dernier, chez Lunatique nous avions déjà croqué Funambules, de Julia Germillon

Garçon, l’addition! 

Tout, pour cette première édition estivale. Au menu de la prochaine escale : surprise, suprise…

En attendant, bonne(s) lecture(s)!

 

Share

No comments yet

Leave a Reply