Paris.fr
Accueil

Parcourez les senteurs du printemps à Bagatelle

22 mai

Le parc de Bagatelle - photo Thierry Guillaume

Le parc de Bagatelle – photo Thierry Guillaume

 

Pour les amoureux du printemps, voici l’occasion d’en apprendre plus sur les odeurs qui nous entourent. Un parcours de senteurs a été crée au parc de Bagatelle (16e) avec une quinzaine de fleurs à découvrir.

Les espèces choisies ont la particularité d’être très parfumées à la venue du printemps. En voici quelques exemples qui raviront vos narines :

Philadelphus coronarius :

Philadelphus coronarius-CC-Jean Pierre Dalbéra

Philadelphus coronarius – Photo Flickr/CC – Jean Pierre Dalbéra

Philadelphus coronarius-WC-Aurora Puentes Graña

Philadelphus Coronarius – Photographe : Aurora Puentes Graña – CC

 

Rosmarinus officinalis :

De la famille du romarin, cette plante méditerranéenne est connue pour ses bienfaits et vertus médicaux.

Rosmarinus officinalis-CC-Plbmak

Rosmarinus officinalis – Photo Flickr/CC – Photographe : Plbmak

 

Viburnum x burkwoodii (ou Viorne) :

Au printemps, une floraison en grappe sphériques de petites fleurs très parfumées  mesurant jusqu’à 9 cm de diamètre, rosée en bouton puis blanc, se démarque du feuillage. A voir et à respirer !

Viburnum x burkwoodii-CC-dbarronoss

Viburnum x burkwoodii – Photo Flickr / CC – Photographe : dbarronoss

Viburnum x burkwoodii-CC- Gary Dean Austin

Viburnum x burkwoodii – Photo Flickr / CC- Photographe :Gary Dean Austin

 

Choisya Ternata :

Choisya ternata-WC-Wouter H

Choisya ternata – Photographe : Wouter H – CC

Choisya ternata-WC-Wouter Hagens

Choisya ternata – Photographe : Wouter Hagens – CC

 

Syringa Vulgaris :

Très connue, le nom est en réalité une variété du lilas. Toujours appréciée dans les jardins, c’est en cette saison qu’elle est la plus remarquable.

Syringa vulgaris-CC-Ryan Somma

Syringa vulgaris – Flickr/CC – Photographe : Ryan Somma

Syringa vulgaris-CC-Purrpl_Haze

Syringa vulgaris – Photo Flickr/CC – Photographe : Purrpl_Haze


Pittosporum brevicalyx :

Pittosporum brevicalyx-WC-Daderot

Pittosporum brevicalyx – Photographe : Daderot / CC

 

À partir de cette année, un panneau présent à proximité de chaque espèce vous présentera un descriptif détaillé. Elles seront numérotées, vous portant du début à la fin du parc. Une idée ludique pour vos balades en famille !

Voici le parcours de senteurs que vous pouvez télécharger :

 

Cliquez pour voir le parcours en grand format

Cliquez pour voir le parcours en grand format

 

Florianne

Share

Moins de bruit dans l'environnement !

21 mai

Une rue calme (photo Jean-Pierre Viguié (crop Daniel Plazanet) / mairie de Paris)

Une rue calme (photo Jean-Pierre Viguié  / mairie de Paris)

 

Le bruit, c’est l’ennemi de 8 millions d’européens aux yeux cernés, privés de sommeil ou troublés dans leur travail et leurs lectures. En France, 1 personne sur 2 en souffre et à Paris, 86 % des personnes interrogées se plaignent de cet ennemi sournois qui s’insinue dans nos pavillons malmenés.

Mais on ne va pas se laisser faire ! D’ailleurs, si vous voulez vous exprimez sur la question, la Mairie de Paris a lancé une consultation publique ouverte jusqu’au 2 juin, vous pouvez y participer en cliquant ici.

Les plantes, les haies, les alignements d’arbres et les murs végétalisés luttent en silence contre cet adversaire invisible. Fermez les yeux et voyez comment l’atmosphère et le niveau sonore changent lorsque vous passez la porte du parc… Enfin, essayez tout de même de vous l’imaginer en dehors de l’heure de sortie des assistantes maternelles et des goûters BN…

Sérieusement, si la végétalisation est reconnue pour ses vertus d’isolant thermique, elle n’en demeure pas moins un amortisseur efficace du bruit, alors végétalisons le paysage sonore !

 

Mur végétalisé en géranium vivace (photo Nathalie Faivre (crop Daniel Plazanet) / mairie de Paris)

Mur végétalisé en géranium vivace (photo Nathalie Faivre (crop Daniel Plazanet) / mairie de Paris)

 

Paris instaure un plan de prévention du bruit de l’environnement

Le Plan de prévention du bruit de l’environnement (PPBE) décrit les actions menées par la Ville de Paris et ses partenaires (Bruitparif, Préfecture de Police…). Il est élaboré en concertation avec les services de la Ville et s’enrichit des contributions des usagers qui participent aux consultations.

Ce PPBE dont le projet a été présenté mi-mars au Conseil de Paris réunit 34 actions d’évaluation, de sensibilisation et d’aménagement. Sa cible principale est le bruit du traffic routier.

Une cartographie du bruit routier vient d’ailleurs d’être mise en ligne et un dossier complet sur le PPBE vous donne toutes les clefs de cette action retentissante.

Paris est plus silencieuse, ça va faire du bruit !
> daplaza

Share

Hôtels à insectes : un petit nouveau dans le parc de Bercy

20 mai

Hôtel à insectes du parc de Bercy – photo Jean-Pierre Viguié

Hôtel à insectes du parc de Bercy – photo Jean-Pierre Viguié

Hôtel à insectes du parc de Bercy – photo Jean-Pierre Viguié

Hôtel à insectes du parc de Bercy – photo Jean-Pierre Viguié

Hôtel à insectes du parc de Bercy – photo Jean-Pierre Viguié

Hôtel à insectes du parc de Bercy – photo Jean-Pierre Viguié

Hôtel à insectes du parc de Bercy – photo Jean-Pierre Viguié

Hôtel à insectes du parc de Bercy – photo Jean-Pierre Viguié

 

Et si vous fabriquiez votre hôtel à insectes ?

Ce dernier-né, installé dans le parc de Bercy (12e), devrait vous inspirer. L’équipe des jardiniers l’a entièrement fabriqué à partir de matériaux de récupération. Il est orné sur ces quatre faces, d’un papillon, d’un scarabée, d’une grenouille et d’un oiseau : les insectes locataires pourront choisir la déco selon leur goût !

Hôtel à insectes du parc de Bercy – photo Jean-Pierre Viguié

Hôtel à insectes du parc de Bercy – photo Jean-Pierre Viguié

 

Un hôtel à insectes : pour quoi faire ?

Tout le monde aime les papillons qui donnent des couleurs à nos jardins, et les abeilles qui nous offrent leur précieux miel… Mais les autres bêbêtes de nos jardins, les obscures, les oubliées, celles auxquelles on ne pense pas… ? Elles nous sont bien utiles aussi : pollinisation (pour faire pousser les légumes de votre potager), lutte contre les « nuisibles » (qui a mangé tous les pucerons de vos rosiers ?)… Les insectes ne manquent pas de ressources pour nous épauler dans notre mission de jardinier ! Ce sont les insectes auxiliaires dont nous avions parlé ici.

Alors ces insectes, on les aime, on les chouchoute ! On les attire et on les retient chez nous, en leur offrant un gîte digne de ce nom. Ces hôtels à insectes commencent à apparaître un peu partout : ceux que nous vous montrions ici sont l’œuvre de designers. Et ici, une belle série qui vous donnera envie de faire le vôtre.

Alors ça y est ? Prêt(e) à passer aux choses pratiques ? Tous les bons conseils sont sur le site Acteurs du Paris durable.

Antonin

Share

Rendez-vous avec la nature - 20 au 24 mai

19 mai

Fête de la nature 2015

Fête de la nature 2015

 

Pour cette 9e édition,  quoi de mieux que de pouvoir s’évader « au bord de l’eau » avant la période estivale tant attendue ! Le printemps accueille cette année, la fête de la nature sur le thème de l’eau.

Qu’est-ce que c’est ? Pendant 4  jours, on peut assister à des manifestations gratuites au contact direct de la nature, pour permettre à tous les publics de la découvrir ou de la redécouvrir. Des ateliers sont ouverts à tous pour apprendre, observer, participer à des activités… se balader,  en quelques mots… s’imprégner et profiter de cette nature.

On peut s’y rendre partout en France, notamment à Paris, lieu de nombreuses manifestations ainsi que dans toute l’Île de France.

Le programme s’adresse aux connaisseurs, aux curieux, aux petits, aux grands… Pour les tous publics, les familles et jeunes.

 

Parmi les milliers d’animations organisées dans toute la France, en voici quelques-unes à Paris :

  • Atelier de teinture végétale le 22 mai 

Rendez-vous au Jardin partagé Marcotte (11e) pour un atelier tout en couleur. Il s’agira d’apprendre à fabriquer de la couleur végétale à partir de produits de notre commun (curcuma, café ) Par la suite, on pourra dessiner et laisser sa créativité s’exprimer sur du papier. Plus d’information : ici.

marcotte

Jardin Marcotte (11e) – Photo : Pierre-Emmanuel Weck – Culture(s) en Herbe(s)

 

  • Le Muséum fête la nature : 23 au 24 mai

De 10h30 à 19 heures, au Jardin des plantes, plusieurs animations vous emmèneront à la découverte des êtres vivants de l’eau. Toute la famille pourra aussi participer à des animations de land art (création végétale) et de visites libres. Pour les plus petits, un petit film d’animation d’une heure de 3 à 5 ans leur seront proposé. Plus d’informations : ici

  • Balade et observation des espèces le 22 mai

A partir du Jardin James-Joyce (13e) jusqu’au Jardin des Grands Moulins (13e), un parcours éducatif de 2 heures où  les animateurs mettront en évidence l’importance de l’eau pour la nature en zone urbaine. Plus d’informations : ici

Jardin Abbé Pierre Grands Moulins

Jardin Abbé-Pierre des Grands-Moulins – photo Jean-Pierre Viguié

 

  • Exposition de Land Art dans le 20e arrondissement :

Du 22 mai au 24 mai au Jardin insolite dans le square Louis-Lumière (20e), on y verra dans un premier temps les artistes installer leur création végétale. Un atelier, encadré par les animateurs, constituera à réaliser un Nid d’oiseau géant ! Plus d’informations : ici

Découvrir les autres activités sur Paris : ici

Florianne

Share

Concours des iris au Parc Floral

18 mai

Bas Bleu (Ramson, 1992) – photo Noémie Germain

Bas Bleu (Ramson, 1992) – photo Noémie Germain

 

Vous connaissiez le Concours international de roses et le Concours du dahlia, qui ont lieu chaque année au Jardin botanique de Paris. Découvrez cette année la première édition du Concours international d’iris !

Le Parc Floral de Paris conserve une remarquable collection d’iris : nous en parlions la semaine dernière. Quel meilleur cadre pour accueillir ce concours, organisé par la Société française des iris et plantes bulbeuses (SFIB) ?

Ce concours regroupe 31 hybrideurs du monde entier (européens, américains, russes, autraliens, etc.) qui ont chacun présenté leurs variétés fétiches. Les 113 iris sélectionnés, cultivés au Parc Floral spécialement pour le concours, seront départagés par un jury professionnel.

Un Critérium du public est prévu pour récompenser l’iris préféré des visiteurs du Parc : participez au vote du du 18 au 22 mai ! Le bulletin de vote vous sera proposé sur place. N’oubliez pas de laisser vos coordonnées sur le bulletin… un tirage au sort désignera dix gagnants, qui recevront chacun un bon d’achat offert par les adhérents professionnels de la SFIB.

En pratique : vous pourrez admirer les spécimens du côté du minigolf. Ensuite, profitez de votre visite pour faire un tour par le Pavillon 21 où se tient une exposition de cartes postales d’iris de la collection d’Alain Mermier, ainsi que des clichés du concours photo de la SFIB et les peintures de Jacqueline Legendre.

Plus d’infos pratiques sur Que faire à Paris ?

Share

Un mur végétal chez moi ! atelier pratique à la Maison du jardinage

15 mai

Mur végétalisé, boulevard Saint-Germain (6e) – photo Christophe Noël

Mur végétalisé, boulevard Saint-Germain (6e) – photo Christophe Noël

Mur végétalisé, rue de Meaux (19e) – photo Mairie de Paris

Mur végétalisé, rue de Meaux (19e) – photo Mairie de Paris

Mur végétalisé, rue de Saintonge (3e) – photo Philippe Gruet

Mur végétalisé, rue de Saintonge (3e) – photo Philippe Gruet

 

Les murs végétalisés… On en parle beaucoup, et on les voit pousser un peu partout au coin de nos rues.

Et si on avait envie d’en avoir un à la maison ? Un tout petit, sur notre balcon, rien que pour nous ? (et pour les voisins, qui en profiteront un peu aussi quand on les invitera à l’apéro).

Le réseau Main verte vous initie à la technique de la végétalisation verticale dans un atelier pratique, le vendredi 22 mai de 14 heures à 16 h 30 à la Maison du jardinage (12e).

 

Mini-mur végétal – photo Mairie de Paris

Mini-mur végétal – photo Mairie de Paris

Mini-mur végétal – photo Mairie de Paris

Mini-mur végétal – photo Mairie de Paris

 

N’oubliez pas d’apporter le contenant de récup’ de votre choix, qui accueillera votre oeuvre.

Dress code conseillé : votre tenue de jardinage préférée.

Activité gratuite.

Inscription en ligne sur le site des Acteurs du Paris durable.

Antonin

Share

Les iris, toute une histoire !

14 mai

Ambassadeur (Vilmorin, 1920) – photo Noémie Germain

Ambassadeur (Vilmorin, 1920) – photo Noémie Germain

Celebration Song (Schreiner, 1993) – photo Noémie Germain

Celebration Song (Schreiner, 1993) – photo Noémie Germain

Distinction (Cayeux, 1925) – photo Noémie Germain

Distinction (Cayeux, 1925) – photo Noémie Germain

Alice Harding (Cayeux, 1933) – photo Noémie Germain

Alice Harding (Cayeux, 1933) – photo Noémie Germain

Minnie Colquitt (Sass, 1941) – photo Noémie Germain

Minnie Colquitt (Sass, 1941) – photo Noémie Germain

Blue Moss (Jones, 1967) – photo Noémie Germain

Blue Moss (Jones, 1967) – photo Noémie Germain

 

Au printemps, les iris illuminent le Parc Floral de couleurs ! Sa collection de cultivars  d’Iris germanica  (appelé aussi Iris barbata ou Iris barbus) est devenue une des références dans ce genre de présentation. Elle est d’ailleurs agréée « Collection nationale » par le Conservatoire des collections végétales spécialisées.

Le genre Iris est représenté par une large palette de plantes sauvages indigènes de l’hémisphère nord de notre planète, pouvant pousser dans une grande diversité de milieux, d’humides à désertiques.

Une histoire d’hybridations…
Sous le nom d’espèce Germanica, il  se cacherait en vérité de nombreux croisement entre Iris pallida et Iris variegata. Ces hybridations (on appelle ainsi les croisements effectués par la main de l’homme), ne sont pas nouvelles. C’est une histoire ancienne qui remonte au XIXe siècle, et c’est aussi une histoire française (et souvent même francilienne). On compte parmi les obtenteurs les familles Vilmorin, Verdier et Cayeux, ainsi que Nicolas Lémon. La première hybridation d’Iris connue date de 1822 : un botaniste français nommé De Bure a ainsi laissé son nom à l’Iris buriensis, départ d’une grande lignée…

Venez découvrir la collection du Jardin botanique de Paris au Parc Floral : vous pouvez d’abord suivre le parcours chronologique proposé, qui présente un patrimoine de 350 iris des années 1800 à 1960. Poursuivez la visite avec la collection de 1200 cultivars, actuellement exposée prés du pavillon des bonsaïs. (Il est d’ailleurs prévu de la déménager bientôt, à la suite du parcours historique !)

La semaine prochaine a lieu le premier Concours des Iris organisé au Parc Floral : nous vous en reparlons ici très bientôt.

Jean-Yves

Share

Dans le 10e, bouquinez à l’ombre des palmiers

13 mai

Médiathèque Françoise-Sagan – photo François Grunberg

Médiathèque Françoise-Sagan – photo François Grunberg

Médiathèque Françoise-Sagan – photo Florence Morisson

Médiathèque Françoise-Sagan – photo Florence Morisson

Médiathèque Françoise-Sagan – photo Mairie de Paris

Médiathèque Françoise-Sagan – photo Mairie de Paris

 

La médiathèque Françoise-Sagan (10e) ouvre ce weekend !

Située au fond d’une impasse (qui accueille déjà le jardin de la Cour-de-la-Ferme-Saint-Lazare), véritable havre de paix à l’écart de l’animation du boulevard Magenta et des gares de l’Est et du Nord, la médiathèque est aménagée dans le bâtiment du Carré Saint-Lazare. Cet édifice impressionnant (qui fait de cette nouvelle médiathèque la deuxième plus grande de Paris !) est le seul bâtiment subsistant de l’hôpital érigé par Louis-Pierre Baltard (le père du Victor Baltard qu’on connaît pour ses halles). À cet emplacement, depuis le XIIe siècle, se sont succédés : une léproserie, une congrégation religieuse, l’hôpital,et une prison pour femmes… Et aujourd’hui, place à la culture !

La nouvelle médiathèque, qui porte le nom de Françoise Sagan, accueillera aussi le fabuleux fonds historique de l’Heure joyeuse.

Mais ce qui vous frappera, amateurs et amatrices de jardins, ce sont les magnifiques palmiers plantés dans la cour… Un nouveau jardin insolite à découvrir au cœur de Paris. Et même le dimanche ! L’occasion rêvée de bronzer en se cultivant.

Samedi 16 et dimanche 17 mai, pour le weekend inaugural, de nombreuses animations vous attendent. Le programme est à retrouver sur le blog de la médiathèque.

Antonin

Share

Ornithogale en ombelle : la dame d’onze-heures a été vue à Thiais

12 mai

L’ornithogale en ombelle du cimetière parisien de Thiais – photo Franck Bohain

L’ornithogale en ombelle du cimetière parisien de Thiais – photo Franck Bohain

Ornithogale en ombelle – photo Wikimedia Commons / Ulf Eliasson

Ornithogale en ombelle – photo Wikimedia Commons / Ulf Eliasson

Ornithogale en ombelle – photo Wikimedia Commons / Tci

Ornithogale en ombelle – photo Wikimedia Commons / Tci

 

Non, ce n’est pas un nom de code… L’ornithogale en ombelle, c’est le joli nom de cette fleur de printemps, trouvée dans le cimetière parisien de Thiais par Franck Bohain (à qui nous devons déjà les photos de renards, de chouettes et de papillons !) Cette fleur est une preuve de plus, s’il en fallait, que les cimetières parisiens jouent leur rôle de conservatoires de la biodiversité.

L’ornithogale en ombelle (Ornithogalum umbellatum) est une plante herbacée vivace qui peut mesurer jusqu’à 30 centimètres de haut. Sa fleur blanche, en forme d’étoile, lui vaut le surnom d’« Étoile de Bethléem ». Mais on l’appelle aussi « la dame d’onze heures », parce qu’elle n’ouvre sa fleur qu’en plein soleil, et se referme le soir.

Il semble que La dame d’onze heures soit aussi le titre d’un film policier oublié de 1948… L’avez-vous vu ?

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Sinon, on se contentera de sa bande-annonce, où l’on entend ce dialogue :
— Pourquoi « la dame d’onze heures » ?
— Et pourquoi pas !

Antonin

Share

Dans les coulisses de l’agriculture urbaine : la fabrication des potagers en keyhole

11 mai

Fabrication d’un keyhole – photo Jean-Pierre Viguié

Fabrication d’un keyhole – photo Jean-Pierre Viguié

Fabrication d’un keyhole – photo Jean-Pierre Viguié

Fabrication d’un keyhole – photo Jean-Pierre Viguié

Bois de récupération issu des planchers de Paris-Plages – photo Jean-Pierre Viguié

Bois de récupération issu des planchers de Paris-Plages – photo Jean-Pierre Viguié

Ateliers techniques de la Vilel de Paris au Bois de Vincennes – photo Jean-Pierre Viguié

Fabrication d’un keyhole – photo Jean-Pierre Viguié

 

Nous vous avons déjà parlé du « keyhole », cette technique originale et innovante de culture potagère, déjà en place dans le jardin partagé du Nid du 12. Cet outil de permaculture venu d’Afrique, adapté aux conditions climatiques difficiles (et en particulier à la sécheresse !) est aussi l’une des solutions expérimentées pour les potagers urbains, lorsque la culture en pleine terre est difficile, voire impossible.

À la rentrée prochaine, des jardins potagers seront déployés dans la moitié des écoles parisiennes… et voilà le keyhole qui prend du service !

Après avoir réalisé un prototype, les ateliers techniques de la Ville de Paris, dans le bois de Boulogne, ont commencé la production « en série » de quelques exemplaires… Tous les matériaux employés sont issus du recyclage, par exemple des platelages récupérés des Paris-Plages des années passées. Rien ne se perd ! Logique, puisque ces dispositifs sont destinés à l’agriculture biologique, et notamment à contenir et diffuser du compost.

Ces potagers sur mesure seront exploités très bientôt par les jardiniers en herbe des écoles et des squares parisiens…

Antonin

Share