Paris.fr
Accueil

Episode #2: Paris par îles : coups de coeur pour l'île Saint-Louis et l'île de la Cité

30 Juil

Le bout de l’Île de la Cité et le Square d’Île-de-France – Amandine Angenard

Île de la Cité – Square Jean XXIII – Amandine Angenard

Qui a dit que Notre-Dame n’était pas entourée de verdure ? – Île de la Cité – Amandine Angenard

Un moment de détente au bord de l’eau, ça vous dit ? – Île Saint-Louis – Amandine Angenard

A Paris, les balcons fleurissent – Île Saint-Louis – Amandine Angenard

et les arbres prennent racine dans la pierre. – Île Saint-Louis – Anne-Catherine Baechtel

Qui se jette à l’eau en premier ? – Île Saint-Louis – Amandine Angenard

Amarrez pour l’Île Saint-Louis, moussaillons ! – Amandine Angenard

.

Qui a dit que le cœur de Paris n’était pas verdoyant ? Sur l’île Saint-Louis et l‘île de la Cité, on trouve aussi de très beaux espaces verts, et, pour peu qu’on ose s’y aventurer, de très beaux paysages, garantis encore plus beaux que sur les cartes postales !

Après l‘amarrage sur l’île presque déserte de la Grenouillère (Episode 1), départ immédiat pour un voyage dans le temps ! 

Un article serait bien trop court pour vous raconter ces îles aux mille histoires. Mais voici de petites anecdotes de promenade pour vous faire redécouvrir ces beaux endroits.

 

I. L’Île Saint-Louis et ses trésors

L’île Saint-Louis, (scoop!) c’est l’un des emblèmes de Paris. Elle tient son nom de Louis IX, qui selon la légende venait prier sur une partie de l’île actuelle (pour information, c’était l’île des Vaches (le nom fait un peu moins rêver…), qui constitue avec l’ancienne île de Notre-Dame, après travaux d’urbanisation, l’actuelle île Saint-Louis), et y a pris la croix pour les croisades. Suivre les traces des croisés en égrainant les pavés, profitez-en, il n’y a qu’à Paris que ça arrive !

Le square Barye : vers le bout du bout de l’île

Partez pour Constantinople… – square Barye – Amandine Angenard

…avec ce magnifique acacia et ses fleurs si particulières – square Barye – Amandine Angenard

.

Nous sommes parties du pont de Sully (le métro est tout proche), et nous avons passé les grilles du Square Barye. Mais qui est donc ce Barye ? C’est un sculpteur animalier du XIXe siècle, Antoine-Louis de son prénom, à qui l’on érigea la sculpture à l’entrée du jardin. A cette période de l’année, vous pourrez y apprécier de très beaux arbres et notamment, en ce moment, un magnifique acacia de Constantinople rose (voir les photos ci-dessus)… Vous apercevrez, en face, le jardin Tino Rossi, rive gauche.

Bout du bout de l’île littéraire

Et puis, nous avons emprunté l’escalier qui menait aux marges de l’île, pour aller tout au bout. Ah, les bouts de l’île Saint-Louis ont leurs côtés fascinants et ce n’est pas Louis Aragon, l’autre grand Louis de l’île du même prénom, qui me contredira, outre le fait que nous y avons fait la rencontre d’une famille de canards fort bien alignée (voir photo).  Dans Aurélien, le personnage principal, qui habite dans ce « berceau » de Paris, est fasciné par le « le pli du coude du fleuve, dans son M veineux ». Histoire, Littérature, vous trouverez de tout sur l’île Saint-Louis !

Le quai de Béthune

Un petit tour sur ces quais de pavés, propices aux piques-niques, et nous sommes retournées sur le quai de Béthune, pour remonter vers l »autre bout de l’île, vers l’île de la Cité, en longeant la rive gauche. Et que de célébrités nous avons croisées ! Georges Pompidou, Marie Curie, Baudelaire ont logé sur ces quais, et auront sans doute posé leurs pieds sur les même dalles que vous. Mieux que sur le tapis rouge du Festival de Cannes ! Tout au bout du quai de Béthune, vous traversez le pont Saint Louis pour arriver tout juste derrière la cathédrale de Notre-Dame, la grande dame de l’île de la Cité. Mais avant de partir à sa rencontre, rendez-vous d’abord au square de l’Île-de-France, sur la pointe de l’île, juste en face de l’île Saint-Louis (si vous avez bien suivi).

 

II. Les originalités de l’île de la Cité

L’île de la Cité, c’est bien sûr le berceau de Lutèce, ville gallo-romaine qui deviendra Paris. Elle abrite les sièges du pouvoir royal (le Palais de la Cité)  et religieux (la Sainte-Chapelle et la cathédrale Notre-Dame), mais également des jardins !

Le square de l’Île-de-France

Le square de l’Île-de-France… – Île de la Cité – Amandine Angenard

…et ses haies bien taillées. – Île de la Cité – Amandine Angenard

.

Au square de l’île-de-France, des espaces ombragés, avec des bancs et quelques rosiers « Résurrection » vous attendent. L’on pourrait penser que cet endroit a toujours été parfaitement propre et serein… Pas tout à fait le cas en réalité : la « Motte-aux-Papelards », c’est ainsi qu’on l’appelait au Moyen-Âge. C’était l’endroit où l’on entassait tous les détritus de la construction de la Cathédrale Notre-Dame. Puis, au XVIIe siècle, on transforma bien cet endroit en jardin, accessible uniquement pour les hommes (injustice!), et au XIXe, le baron Haussmann y fit construire une morgue… Mais rassurez-vous, aujourd’hui, ce jardin est bien vivant, agréable et reposant !

Vous pouvez aussi visiter le monument aux déportés de France de la Guerre 1939-45, qui se situe à la pointe de ce jardin, en contrebas.

Puis, nous avons traversé le quai de l’Archevêché pour nous retrouver dans…

Le square Jean XXIII

Encore un endroit bien vivant qui habille l’aile de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris de verdure et de très belles plate-bandes. Là encore, ça n’a pas toujours été un jardin : jusqu’en 1831 s’y tenait le palais de l’Archevêché, détruit et saccagé.

Enfin, nous sommes arrivées face Notre-Dame. Vous pouvez, si vous le souhaitez, faire un détour par le marché aux fleurs, mais nous avons poursuivi vers l’autre bout de l’île de la Cité, pour découvrir le square du Vert-Galant.

  Le square du Vert-Galant

Comme un air de Titanic… à la pointe du square Vert Galant…Je vole ! – Amandine Angenard

Un petit coin cosy, sur la droite à l’entrée du square – Amandine Angenard

Vue sur le pont Neuf (le plus vieux de Paris), depuis le square du Vert-Galant – Amandine Angenard

Statue d’Henri IV, devant le square du Vert-Galant – Amandine Angenard

.

Nous terminons cette jolie promenade dans un square non moins original, puisqu’au XVIIIe, il abritait… des bains (et tout de même deux-cent baignoires) ! Les passionnés des chevaliers de l’Ordre du Temple pourront également venir s’y recueillir, puisque selon l’écriteau à l’entrée du square, « à cet endroit, Jacques de Molay, dernier grand maître de l’ordre du Temple, a été brûlé le 18 mars 1314″. Retour en 1836 : l’activité balnéaire cessa pour laisser place, brièvement, à un caf’conc’, inondé, et enfin à un jardin. Pourquoi ce nom de « Vert-Galant » ? A cause d’un certain roi, bourreau des cœurs, séducteur invétéré qui trône sur la place devant le square, Henri IV.

Voilà, ici s’achève notre voyage à travers l’histoire de ces îles au cœur de Paris : retour en 2013 devant votre ordinateur. Plus qu’une chose à faire : allez vous mettre au « Vert », galant ou non, pour découvrir Paris par îles !

 

Anne-Catherine & Amandine

Share

No comments yet

Leave a Reply