Paris.fr
Accueil

Et si mon géranium était un pélargonium ?

10 Août

Geranium psilostemon (pied)

Geranium psilostemon (pied) – Photo : D.R. Mairie de Paris

Pelargonium X 'Punget Peppermint'132

Pelargonium X ‘Punget Peppermint’132 – Photo : D.R. Mairie de Paris

 

Moi qui ai toujours pensé que les fleurs rose vif qui bordaient les fenêtres de ma grand-mère étaient des géraniums, j’aurais vécu dans l’ignorance ? En effet, les plantes garnissant nos fenêtres durant l’été et qui doivent être mises à l’abri du gel pendant l’hiver qu’on appelle couramment géraniums sont en réalité des pélargoniums. Mais quelle est la différence ? Ariane du parc Floral, experte en géranium, nous explique tout.

Qui sont les géraniums ?

Geranium nodosum

Geranium nodosum – Photo : D.R. Mairie de Paris

Geranium

Geranium – Photo : D.R. Mairie de Paris

 

Les géraniums sont de la famille des géraniacées et sont originaires des pays tempérés ou froids. Le genre « géranium » regroupe des espèces très résistantes au froid. Le vrai géranium est une plante de pleine terre capable de vivre longtemps dans nos jardins et de rester dehors toute l’année.

Il y a environ 400 espèces réparties dans le monde entier. Les plus décoratives vivent sur les montagnes de l’Eurasie : Pyrénées, Alpes, Caucase, Himalaya. Elles se développent dans des régions de climat tempéré froid, semblable à celui de Paris et du Centre de la France.

Certaines sont cultivées chez nous depuis longtemps, mais de nouvelles espèces sont encore découvertes régulièrement

La collection de géraniums vivaces du Parc Floral de Paris fut créée en 1993 et renferme des centaines d’espèces. Elle est reconnue par le CCVS et labélisée ‘Collection Nationale’ Conservatoire de Collections Végétales Spécialisées.

 

Leurs cousins les pélargoniums

Pelargonium Village Hill Oak

Pelargonium Village Hill Oak – Photo : D.R. Mairie de Paris

Pelargonium x 'Madame Nonin'

Pelargonium x ‘Madame Nonin’ – Photo : D.R. Mairie de Paris

 

Les pélargoniums appartiennent également à la famille des géraniacées mais sont originaires  de l’hémisphère sud : d’Afrique du sud et australe, d’Australie, de l’île de Sainte Hélène et de Madagascar.

Leurs fleurs sont très odorantes. La note olfactive citronnée est la plus courante, avec des odeurs de limette, cédrat, écorce d’orange, mélisse, citronnelle ou gingembre. Mais aussi des odeurs de rose menthée, rose épicée, muscade, pomme, menthe, noix de coco, ou d’autres encore non définies à ce jour.

Comment les planter ?

Chaque espèce a des exigences particulières, définies par son origine géographique. Il suffit de tenir compte des conditions d’ensoleillement et de la qualité du sol pour en réussir la culture. On peut, en théorie, les planter tout au long de la belle saison. Toutefois, il vaut mieux choisir la bonne période pour planter en fonction de l’endroit choisi.

La multiplication se fait en divisant la souche, ou par semis, boutures de tige ou racines.

Astuce :

Avant la plantation, les faire tremper 10 minutes dans un seau d’eau. Desserrer les racines.  Planter dans une terre bien ameublie. Arroser copieusement une fois la plantation terminée. Distance de la plantation, 40 à 60 cm à partir de 40 cm de haut, 15 à 25 cm pour les Pélargoniums de rocaille. Leur entretien consiste à rabattre le feuillage après la floraison, suivi d’un arrosage. Ils sont peu sensibles aux maladies et parasites.

Certaines espèces  sont aujourd’hui menacées de disparition et protégées.

Pelargonium iocastum

Pelargonium iocastum – Photo : D.R. Mairie de Paris

 

Ariane et Alexia

Share

No comments yet

Leave a Reply