Paris.fr
Accueil

Sèvres-Babylone : entre nature et culture(s)

21 Août

Jardin Catherine Labouré - Photo : Christophe Noël

Jardin Catherine Labouré – Photo : Christophe Noël

Jardin pédagogique du jardin Catherine Labouré - Photo : Christophe Noël

Jardin pédagogique du jardin Catherine Labouré – Photo : Christophe Noël

Square Boucicaut - Photo : Christophe Noël

Square Boucicaut – Photo : Christophe Noël

 

Qui a dit qu’en août, à Paris,  il ne se passait pas grand-chose ? Si vous êtes dans la capitale le 25 août, prenez le chemin du quartier de Sèvres-Babylone pour profiter d’une jolie balade entre nature et culture(s). Le 7e arrondissement cache de petites oasis de verdure qui méritent le détour : jardins secrets, jardins aux  noms évocateurs de personnages illustres, jardins  inspirés de ceux des anciens couvents ou abbayes dont subsiste ici le souvenir, jardins aux plantations gourmandes, jardins favorables à l’épanouissement d’une biodiversité, dont l’observation s’avère souvent aussi intéressante qu’amusante…

Escale littéraire

La visite qui vous est proposée débute au square Roger-Stéphane,  longtemps appelé square Récamier, du nom de la célèbre amie de Chateaubriand, Juliette Récamier (1777-1849). Celle qui anima l’un des salons les plus prisés de la capitale se retira à l’âge de 40 ans dans le couvent des Bernardines de l’Abbaye-aux-Bois, où l’auteur de Mémoires d’outre-tombe lui rendait visite tous les jours, vers 15 heures. Elle y vécu  une retraite toute relative durant quelque 30 ans, y recevant le tout Paris : Balzac, Hugo, Delacroix, Musset, Stendhal… Le couvent fut démoli  en 1906.

Square Roger Stephane (anciennement Récamier) - Photo : r.g-s / CC Flickr

Square Roger Stephane (anciennement Récamier) – Photo : r.g-s / CC Flickr

 

Ce jardin en terrasse conserve une atmosphère charmante où il fait bon se reposer de l’agitation environnante en savourant la fraîcheur d’un bassin et d’une petite cascade. La palette végétale marie, entre autres, figuier, hêtre pleureur, plantes d’ombre et de sous-bois…

Attention : le jardin est difficilement accessible aux personnes à mobilité réduite. On y accède par la rue Récamier qui est en fait, une impasse donnant sur la rue de Sèvres.

Mare à voir

Ensuite,  cap sur le Bon Marché et ses élégants bâtiments  (1876), dont Gustave Eiffel  réalisa la charpente métallique pour le créateur  du célèbre magasin, Aristide Boucicaut. A l’époque, son concept révolutionne les habitudes d’achat : entré libre, prix fixe, échange et reprise des marchandises !

Square Boucicaut - Photo : Christophe Noël

Square Boucicaut – Photo : Christophe Noël

 

Le square Boucicaut situé devant l’incontournable enseigne parisienne rend hommage à cet entrepreneur audacieux. Pelouse aux massifs fleuris, platanes, arbres de Judée, mais aussi palmiers et  araucarias du Chili composent une palette intéressante. Plus d’une centaine d’arbres, dont certains sont plus que centenaires, ombragent cette deuxième halte où une mare créée également la surprise.

Verger ou potager ?

Jardin Catherine Labouré, vue sur l'ancien hôpital Laënnec - Photo : Christophe Noël

Jardin Catherine Labouré, vue sur l’ancien hôpital Laënnec – Photo : Christophe Noël

Jardin Catherine Labouré - Photo : Christophe Noël

Jardin Catherine Labouré – Photo : Christophe Noël

 

Entre les deux mon cœur balance !  Au jardin Catherine-Labouré (une paysanne bourguignonne à qui la Vierge serait apparue en 1830), l’agriculture urbaine est bien représentée puisqu’un verger et un potager y ont toujours leur place. A cette période de l’année, fruits et légumes vous mettront sûrement l’eau à la bouche… Mais pas touche !

Ce véritable verger a gardé tout le charme d’un jardin de couvent,  avec  son  tracé en forme de croix. En période scolaire, les enfants des écoles alentours viennent s’initier ici au jardinage dans un petit potager pédagogique clos qui rappelle la vocation première du jardin.

La vigne s’est emparée d’une longue pergola, dominée par une double haie de groseilliers et de noisetiers. Des pommiers « en cordon » voisinent avec des cerisiers, à l’écorce lisse… Bref,  c’est le jardin de toutes les tentations, dans un environnement préservé et récemment valorisé grâce à la réhabilitation des superbes bâtiments historiques de l’ancien hôpital Laënnec, que l’on admire depuis le jardin.

Rendez-vous le mardi 25 août à 14h30 au square Roger-Stéphane (7e).

Plus d’information ici
et education-envrionnement@paris.fr

Christine

Share

No comments yet

Leave a Reply