Paris.fr
Accueil

Une visite de la Forêt linéaire

28 Oct

Forêt Linéaire - photo Jean-Pierre Viguié

La Forêt Linéaire à son ouverture en 2014 – photo Jean-Pierre Viguié

la forêt linéaire, 1 an après son ouverture au public

La Forêt Linéaire, un an après son ouverture au public – photo Jean-Pierre Viguié

La Forêt Linéaire protège aussi les habitants des nuisances sonores qui proviennent du boulevard Périphérique - Photo Daniel Plazanet

La Forêt Linéaire protège aussi les habitants des nuisances sonores qui proviennent du boulevard Périphérique – photo daplaza

 

Ce sont l’arrivée de l’automne et la Fête de l’arbre qui approche à grands pas, qui ont poussé une petite partie de mon équipe et moi-même à entreprendre, mi octobre, une petite visite de la Forêt linéaire (19e).

Pour la petite histoire

Ouverte au public en mars 2014, la Forêt linéaire fait partie du Grand projet de renouvellement urbain du Nord-Est de Paris. Elle devrait s’étendre à l’est, à l’ouest et au nord dans les prochaines années.

Celle-ci relie le canal Saint-Denis aux espaces verts de la porte d’Aubervilliers et forme une continuité écologique au nord de Paris. Elle protège aussi les habitants des nuisances sonores qui proviennent du boulevard périphérique grâce à son mur anti-bruit.

Plantée en pleine terre, elle abrite des milieux riches et variés : une prairie arborée, une forêt et un taillis dense. Quinze ans seront nécessaires pour que l’on ait la sensation de se promener dans un sous-bois.

Une partie est ouverte au public en permanence. L’autre, surélevée et laissée à l’état naturel, est inaccessible.La faune va pouvoir s’y épanouir en toute quiétude. C’est un milieu ouvert et lumineux où les arbres et les pelouses alternent. Les arbres sont espacés pour permettre à la lumière d’arriver au sol et favoriser le développement de la végétation.

Une « structure vivante » a été réalisée à partir de troncs de 4 à 6 mètres. Tout comme les bancs-troncs d’arbres, ils ont été récupérés dans les bois de Boulogne et de Vincennes. Mêlés aux pierres, aux plantes grimpantes et à la terre, ils vont favoriser l’installation de la faune avant l’arrivée à maturité de la forêt.

Quelques chiffres :
La forêt linéaire, d’une superficie de 11 520m² et d’une longueur de 300 mètres, compte 12 800 plantes vivaces, près de 3 000 arbres des plantes grimpantes et 2000 arbustes.

Aujourd’hui, les talus du boulevard périphérique comptent plus de 6000 arbres !

A l’avenir, une seconde forêt sera implantée sur la partie nord du boulevard périphérique. Projet toujours soucieux de lutter contre le dérèglement climatique, la pollution…

Un grand merci à Patrick et Félicien

Deux jardiniers de la Mairie de Paris (atelier jardinage du 19e), qui ont endossé le temps d’une matinée, juste pour nous, le rôle de guides forestiers !

Patrick et Félicien ainsi que notre équipe - Photo Daplaza

Patrick et Félicien ainsi que notre équipe – Photo daplaza

 

 Vous souhaitez en savoir plus sur la Forêt Linéaire ?

C’est possible, sur le blog, en Pdf téléchargeable, sur paris.fr ,sur  fiche parisienne et au 3975.

Paris plante sa première forêt - photo Jean-Pierre Viguié

En bonus, nos jolies trouvailles automnales

foretlin_MFlorance6

Trouvaille automnale – photo Madeline Florance

foretlin_MFlorance9

Fruits du Rosier des Chiens – photo Madeline Florance

 

Zoom sur les bonnets d’évêque !

Fruits du fusain d’Europe, appelés « bonnets d’évêque » – photo Instagram @blogaujardin/ Madeline Florance

 

Le fusain d’Europe est aussi nommé « bonnets d’évêque » de par son aspect. Ce dernier est un arbuste eurasiatique commun en France, pouvant mesurer de 3 à 8 mètres ! Cet arbuste est surtout remarquable par ses fruits à l’automne, des capsules roses laissant voir à maturité des graines orange, ou capsules rose vif laissant voir des graines rouges brillantes. Son feuillage se colore partiellement en rouge, parfois vif, ce qui en fait une plante très appréciée dans les haies pour son aspect décoratif. Les capsules de cet arbuste étaient autrefois réduites en poudre, utilisées sur les cheveux et les vêtements pour essayer de les débarrasser des poux ; La décoction des fruits servait à se blondir les cheveux.

Amélie

Share

No comments yet

Leave a Reply