Paris.fr
Accueil
Archive | agriculture RSS feed for this section

Des agneaux sont nés au centre de production horticole

23 Mai

IMG_20160420_164208 BLOG

Les agneaux et leurs parents – Patrice Cohen

IMG_20160422_091850 BLOG

Le Centre de Production Horticole accueille deux nouvelles recrues qui vont contribuer à sa stratégie zéro-phyto.

Au matin du mercredi 6 avril, alors que le personnel prenait son service, il a eu la surprise de découvrir l’arrivée d’un nouveau venu sur le site de l’Ormeteau : un magnifique agneau d’Ouessant de couleur blanche, né durant la nuit.

Cet évènement a été accueilli avec beaucoup de  joie  par les  jardiniers. En effet, seul 10% du cheptel des moutons d’Ouessant est de couleur blanche ce qui rend un peu plus exceptionnel cet évènement.

Le 16 avril, il a été rejoint par un nouveau compagnon, tout aussi blanc.

Après une période de sevrage, ils contribueront eux-aussi à l’entretien des espaces du Centre de Production Horticole. Brouter l’herbe est en effet l’occupation favorite des moutons.  C’est une alternative écologique aux engins mécaniques, silencieuse et non polluante.

Vive l’éco-pâturage !

Lili

Share

2016 : élue année internationale des légumineuses

15 Avr

Soja - photo Com Salud Agencia de comunicación

Soja – Photo Com Salud Agencia de comunicación – CC Flickr

Soja - photo Secretaria de Agricultura e Abastecimento

Soja – Photo Secretaria de Agricultura e Abastecimento – CC Flickr

Pois chiche - photo Isabelle Hurbain-Palatin - Flickr

Pois chiche – Photo Isabelle Hurbain-Palatin – CC Flickr

 

Le saviez-vous ? 2016 a été déclarée année internationale des légumineuses par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Depuis la naissance de l’agriculture, les légumineuses ont été la compagnie idéale de l’être humain ! Elles ont permis une alimentation suffisante à toutes les civilisations. Des petits pois aux pois chiches, en passant par les haricots secs et les fèves ou encore le soja, la liste est longue et leurs bienfaits immenses

Aujourd’hui, les légumineuses sont présentes dans tous les potagers, eh oui probablement dans le vôtre aussi ! Alors cuisiniers, jardiniers ou simplement curieux, si vous voulez tout savoir sur la grande famille des légumineuses participez à la colloque « Trésor des fèves et fleur des pois » qui se tiendra le 20 mai prochain à la Société nationale d’horticulture de France, 84 rue de Grenelle (7e).

 

Société Nationale d'Horticulture de France

Société Nationale d’Horticulture de France

 

Ouverture des inscriptions début avril.

Marine

Share

Atelier : aménagement d'un paysage comestible

12 Avr

Canards - Photo acteurs du Paris durable

Canards – Photo acteurs du Paris durable

Canard - Photo Christophe Noël

Canard – Photo Christophe Noël

 

La Ferme de Paris vous attend de pied « ferme » le vendredi 15 avril pour un atelier aménagement d’un paysage comestible. Au programme : aménagement d’un espace destiné à accueillir un couple de canards dans la parcelle permacole, création d’un point d’eau et d’un espace de circulation.

Rendez-vous à la Ferme de Paris (bois de Vincennes) à partir de 10 heures.

Cette activité vous intéresse ? Alors vite inscrivez-vous ici ! C’est gratuit.

Marine

Share

Atelier «cultiver ses champignons à la maison»

18 Mar

Culture de champignons sur bûche / Photo http://www.agriculteururbain.com/culturedechampignons/

Culture de champignons sur bûche / Photo www.agriculteururbain.com

Culture de champignons à la maison/ Photo Claude HERRADA Flickr

Culture de champignons à la maison/ Photo Claude HERRADA Flickr

Champignons / Photo : torange-fr

Champignons / Photo : torange-fr

 

Quand le champignon s’invite chez vous

C’est à la Ferme de Paris qu’un atelier pratique « Cultiver ses champignons à la maison » vous attend.

Il se déroulera le mercredi 30 mars de 10 h à 16 h. Une journée placée sous le signe de l’agriculture urbaine avec au programme, conseils, astuces, découverte de la culture de champignons sur bûche

Deux espèces de champignons seront sous les feux des projecteurs : le shiitake  et le pleurote en huître .

 

Le shiitake

Cette espèce est cultivée au Japon et en Chine depuis  environ 1 000 ans en Chine. C’est le champignon le plus cultivé (frais ou séché) en Asie. Il pousse naturellement en Chine à une altitude de 2 100 à 2 400 mètres.

Il est à présent vendu à l’état frais sur les marchés d’Europe et même cultivé en France sous le nom de « shitaké ». Il est également possible de le trouver sous forme séchée dans les épiceries japonaises et chinoises.

C’est un ingrédient utilisé dans de nombreux plats d’Asie de l’Est, japonais, chinois ou encore coréens. Au Japon, il est utilisé dans de nombreuses recettes (tenpuradashi, …). On le trouve également dans des recettes de légumes en Corée, comme le japchae. En Chine, il peut être sauté au wok et être un ingrédient des plats de viandes et de volailles, ou être utilisé dans de nombreuses recettes de fondues, soupes, plats de légumes sautés, …

 

Shiitake / Photo : wholeearthharvest.com

Shiitake / Photo : wholeearthharvest.com

Pleurotes en huître / Photo : Wikimedia Commons

Pleurotes en huître / Photo : Wikimedia Commons

 

Le pleurote en huître

Le pleurote en huître pousse de l’automne à l’hiver selon les régions, en touffes sur les feuillus vivants ou tombés. Sa culture a démarré en Hongrie et est maintenant étendue en Europe, en Amérique et en Asie, sans faire toutefois trop de concurrence au champignon de Paris. Il est plutôt commercialisé comme champignons des bois.

D’abord pratiquée sur des billes de bois ensemencées et enterrées, sa culture peut maintenant se faire chez soi, dans des grands sacs de sciures ou grâce à des kits prêts à pousser.

 

Cette activité est gratuite mais pensez à vous inscrire au préalable ici .

Et comme on adore parler champignons, voici une sélection d’articles déjà parus sur le blog :

 

Amélie

Share

Les 48 heures de l’agriculture urbaine

16 Mar

Atelier jardinage - photo : La Sauje

Collège Pierre-Mendès-France – Atelier jardinage – photo la Sauge

La Recyclerie - Rencontres et concerts - Photo : La Sauje

La Recyclerie – Rencontres et concerts – photo la Sauge

Pavillon des canaux - photo : La Sauje

Pavillon des canaux – Atelier jardinage – photo la Sauge

Jardin partagé du Bois Dormoy - Association Graine de Jardin - Photo : La Sauje

Jardin partagé du Bois Dormoy – Association Graine de Jardin – photo la Sauge

Les incroyables comestibles de Saint-Ouen - Photo - La Sauje

Les incroyables comestibles de Saint-Ouen – photo la Sauge

Troc de plantes - Photo : La Sauje

Troc de plantes – photo la Sauge

 

Les 48h de l’agriculture urbaine : c’est quoi ?

La Société d’agriculture urbaine généreuse et engagée ou la Sauge a pour mission de favoriser la pratique d’une activité agricole pour le plus grand nombre. Une manière simple et efficace de conjuguer transition écologique et création de lien social.

Pour célébrer l’arrivée du printemps, la Sauge vous donne rendez-vous pour la 1re édition des 48 heures de l’agriculture urbaine qui aura lieu à Paris et en Île-de-France, les 19 et 20 mars prochains. Une invitation à cultiver son potager sur son balcon ou même dans sa rue ou son quartier, mais aussi une occasion de rencontrer les acteurs qui œuvrent chaque jour à réconcilier ville et nature. Oubliez la pluie, le froid, la neige, adoptez une graine et faites pousser ce qu’il vous plait !

100 000 jardiniers urbains sont attendus pour construire des jardins et profiter des activités, alors amis, famille, voisins, enfants, venez nombreux ! Une centaine d’ateliers vous attendent dans près de 20 sites emblématiques pour verdir Paris et la région Île-de-France avant l’arrivée de cette saison tant attendue. Au programme : jardinage à volonté, potagers, rues végétalisées, concerts…

 

Rue Boulle - photo la Sauje

Rue Boulle – photo la Sauge

 

Voici un avant-goût de ce week-end de folie : La Sauge, Welcome Bio et les commerçants vous donne rendez-vous samedi et dimanche de 10h à 18h pour végétaliser la rue Boulle (11e). Outils en poche, venez construire des bacs à partir de matériaux recyclés, et végétalisez-les. Pour les curieux, ça se passe ici.

 

48h de l'agriculture urbaine - photo : La Sauje

48h de l’agriculture urbaine – photo : la Sauge

 

Comment y participer ?

Retrouvez toute les activités sur www.les48h.fr ou sur la page Facebook. Vous avez des idées ? Vous pouvez également proposer vos activités, elle seront ensuite référencées et de nombreuses personnes pourront vous donner un coup de pouce. Choisissez votre programme et inscrivez-vous.

Pour les infos complémentaires ça se passe ici.

Un weekend placé sous le thème de la convivialité, alors venez célébrer le printemps autour d’un verre et d’une motte de terre !

#AVosRateauxLesParigots

Marine

Share

Réinventer Paris : bientôt nos légumes « made in 13e »

8 Fév

Tranches de vie, rue Ordener — Hubert & Roy Architectes Associés / Olivier Donnet

Tranches de vie, rue Ordener — Hubert & Roy Architectes Associés / Olivier Donnet

Bains douches & Co à Castagnary — Red-ilmages

Bains douches & Co à Castagnary — Red-images

Bains douches & Co à Castagnary — Red-ilmages

Bains douches & Co à Castagnary — Red-images

 

« Réinventer Paris » : vous savez, c’est cet appel à projets lancé par la Ville de Paris pour transformer plusieurs lieux de la capitale en des expériences innovantes, en terme d’architecture, d’urbanisme et de nouveaux usages. Les lauréats ont été désignés mercredi dernier et leurs projets (ainsi que ceux des finalistes non retenus) sont exposés au Pavillon de l’Arsenal.

Du vert à tous les étages

Après un rapide coup d’œil, on peut dire que la grande gagnante de ce concours, c’est la nature en ville ! Sur l’ensemble des 22 projets, un total de 26 000 m² de surfaces (toits et murs) sera dédié à la végétation : jardins et fermes urbaines. Excitant, non ?

J’avoue que je suis particulièrement sensible aux visualisations d’architectes, qui ont le don pour nous faire rêver en nous projetant directement dans leur future réalisation. Parmi les projets retenus, je vous propose un petit florilège de mes images préférées.

Ci-dessus, le projet d’habitat participatif Tranches de vie, rue Ordener (18e) : personnellement, je craque pour la promenade du chien en brouette, sur la terrasse face au Sacré-Cœur. Rien que pour cette image, j’ai envie d’y être ! Juste en-dessous, c’est un autre immeuble d’habitation où il fera bon vivre : la grande colocation Bains-douches & Co de la rue Castagnary (15e), avec sa structure en bois entièrement végétalisée.

Mille arbres, porte des Ternes — Sou Fujimoto / Manal Rachdi, Oxo Architectes / Moz / Atelier Paul Arène / Pierre-Alexandre Risser

Mille arbres, porte des Ternes — Sou Fujimoto / Manal Rachdi, Oxo Architectes / Moz / Atelier Paul Arène /
Pierre-Alexandre Risser

Mille arbres, porte des Ternes — Sou Fujimoto / Manal Rachdi, Oxo Architectes / Moz / Atelier Paul Arène / Pierre-Alexandre Risser

Mille arbres, porte des Ternes — Sou Fujimoto / Manal Rachdi, Oxo Architectes / Moz / Atelier Paul Arène /
Pierre-Alexandre Risser

 

Mille arbres au dessus du périph’

Cet immense paquebot enjambera le boulevard périphérique au niveau de la porte des Ternes (17e), près du Palais des Congrès. Un immeuble résolument contemporain… qui n’oublie pas de laisser une belle place au végétal : mille arbres seront plantés sur l’ensemble de ses terrasses.

La ferme du rail — Corentin Perrichot

La ferme du rail — Corentin Perrichot

 

Une ferme d’insertion entre le Canal de l’Ourcq et la Petite Ceinture

La Ferme du Rail est un projet d’agriculture urbaine solidaire : que demander de plus ? La ferme sera notamment exploitée par des travailleurs en insertion, et les produits pourront être consommés et vendus sur place. Dans l’équipe qui porte le projet, on retrouve plusieurs visages qui nous sont familiers : l’École Du Breuil, l’association La Sauge, l’École du compost et beaucoup d’autres.

La serre habitée, archiculture urbaine rue Piat (20e) — VSA Vincent Saulier Architecte

La serre habitée, archiculture urbaine rue Piat (20e) — VSA Vincent Saulier Architecte

 

Une serre pour faire pousser des salades et des idées

Dans la rue Piat (20e), la Serre habitée sera un immeuble de logement social alternatif, conçu avec les étudiants de l’École nationale d’architecture de Paris-Belleville : il sera à la fois un lieu d’habitation et un un lieu d’expérimentation dédié à l’agriculture urbaine. La serre et le jardin sur le toit sont imaginés par les paysagistes de Veni Verdi (qui ont réalisé le potager du collège Henri-Matisse, souvenez-vous…).

 

Réalimenter Masséna — DGT architects

Réalimenter Masséna — DGT architects

Réalimenter Masséna — DGT architects

Réalimenter Masséna — DGT architects

 

Les maraîchers de la gare Masséna

Du haut de nos bureaux de l’avenue de France, nous logeons dans un immeuble tout neuf : autour de nous, on continue de construire à tour de bras : un nouvel immeuble éclot presque chaque jour ! Au bout de notre avenue, sur les Maréchaux, l’ancienne gare Masséna de la Petite Ceinture accueillera la projet « Réalimenter Masséna : de la fourche à la fourchette », une drôle de tour de Babel dédiée à l’agriculture urbaine. Sur les voies ferrées et sur le toit, des fruits et légumes seront cultivés. Dans la gare et les étages de la tour, ils seront transformés puis conditionnés et vendus, ou consommés sur place.

Alors, naturellement, en tant qu’amoureux des bonnes choses, on attend avec impatience de pouvoir acheter nos légumes made in 13e arrondissement au bout de notre rue !

Antonin

Share

Grand Prix du potager pédagogique pour l’École Du Breuil

11 Déc

400-0006-école-Du-Breuil 400-0053-école-Du-Breuil

Le Grand Prix du concours national des jardins potagers à été remis le 2 décembre à l’école Du Breuil dans la catégorie Jardins et parcelles pédagogiques. Le jardin est ouvert au public en semaine de 8h à 16h. C’est le rendez-vous idéal avec les jardiniers de la Ville de Paris, les enseignants et les étudiants pour glaner idées et conseils à expérimenter chez soi.

Lauréat du Grand Prix 2015, l’école Du Breuil succède au Potager du Roi qui l’avait obtenu en 2014. Cette filiation flatteuse offre un bel écho au rapprochement et aux échanges entre les deux établissements prestigieux. Cherchez bien… L’oca du Pérou cultivé à Du Breuil est un cadeau du Potager du Roi !

Un potager à vocation pédagogique

Le jardin est utilisé pour les formations pour adultes :

Il accueille aussi des cycles de cours publics –  sur le potager urbain d’hiver, d’autres sur le potager urbain d’été – pour toute personne souhaitant cultiver des légumes, des plantes aromatiques ou condimentaires en ville.

Certains professeurs y emmènent leurs élèves, et une placette y a été réalisée en novembre par les apprentis de BTS Aménagements paysagers.

400-0047-école-Du-Breuil

Un site d’expérimentation

Le jardin permet de découvrir les techniques d’agriculture urbaine. Il présente par exemple 3 bacs de culture hors sol qui fonctionnent très bien, le palissage de pieds de tomates et de pommiers, un bac à compost…

Depuis plusieurs années, on y développe des pratiques biologiques : les sols ne sont jamais nus – on utilise du compost naturel – les semences potagères issues de l’agriculture biologique sont privilégiées pour exclure progressivement les semences hybrides. On pratique la rotation des cultures, l’association légumes et fruits, et celle des légumes et fleurs, le paillage, l’arrosage au pied et le travail du sol en béquillage ou grelinette.

Le jury du concours organisé par la Société nationale d’horticulture de France (SNHF) ainsi que le Groupement national interprofessionnel des semences et plans (GNIS) et Jardinot a particulièrement félicité l’équipe de jardiniers pour le suivi minutieux de la production. Grâce à un cahier de culture on connaît notamment l’occupation des planches au fil des saisons et la rotation des cultures.

400-0005-école-Du-Breuil

Qu’est-ce qui pousse au potager de l’école Du Breuil ?

Le potager de l’école Du Breuil, c’est la culture de la biodiversité ! On y trouve légumes, fleurs, petits fruits, arbres fruitiers, fruitiers palissés, massifs à arbustes et vivaces d’Île-de-France pour favoriser la biodiversité, et même un petite mare.

Parmi quelques originalités du jardin, on peut citer la capucine tubéreuse, la citronnelle de Madagascar, ou encore l’oca du Pérou.

400-0010-école-Du-Breuil 400-0055-école-Du-Breuil 400-0057-école-Du-Breuil

Venez le visiter…

Le potager se visite tous les jours de la semaine aux heures de présence d’un jardinier (entre 8h et 16h). Il est librement accessible lors des journées portes ouvertes, rendez-vous aux jardins, fête des jardins et de l’agriculture urbaine, journées européennes du patrimoine.

Toutes les infos pratiques sur la fiche équipement de l’école Du Breuil et le site Internet de l’école.

Ne tardez pas !
> daplaza

Merci à Marie-Christine et Véronique qui nous ont communiqué toutes ces infos et ces belles photos.

 

Share

La permaculture, un écosystème agricole en harmonie avec la ville

8 Oct

Permaculture à la Ferme de Paris (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Permaculture à la Ferme de Paris (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Potager du 107 rue de Reuilly (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Potager du 107 rue de Reuilly (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Dune potagère au square Maurice-Gardette (Christophe Noël / Mairie de Paris)

Dune potagère Maurice-Gardette (Christophe Noël / Mairie de Paris)

 

La permaculture, c’est la garantie d’une production permanente et abondante, sans épuiser le sol.

C’est une démarche et une technique de production agricole inspirée par le fonctionnement des écosystèmes naturels. En associant de multiples variétés végétales et en respectant une organisation des plantations adaptée à la morphologie du terrain, elle permet, grâce à des pratiques culturales bio, d’atteindre une productivité intensive !

Où voir et pratiquer la permaculture à Paris ?

Des jardins participatifs et certains espaces verts municipaux abritent des parcelles permacultivées. C’est le cas notamment de la terrasse des habitants du 107 rue de Reuilly (12e) ou encore, des squares de la Roquette et Maurice-Gardette (11e). Mais le haut lieu de la pédagogie agricole urbaine, c’est la Ferme de Paris !

Visitez la Ferme de Paris et découvrez des expérimentations innovantes de culture en ville

En lisière de l’hippodrome, nichée au cœur du bois de Vincennes, ce pôle ressources pour l’alimentation durable de la Ville de Paris est un véritable lieu de démonstration et d’expérimentations innovantes. La permaculture y tient une place privilégiée et des ateliers publics y sont régulièrement organisés pour apprendre comment réussir sa production permacultivée.

 

potager et permaculture au square de la Roquette

Aménagement permacole au square de la Roquette (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Stage à la Ferme de Paris (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Stage à la Ferme de Paris (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Pourquoi se mettre à la permaculture ?

Dans une société où la ville prend une place grandissante, la permaculture est une démarche inestimable pour la qualité de vie des habitants.

Son objectif : concevoir des écosystèmes humains durables fondés sur une éthique élémentaire de respect de la terre, des hommes et de partage équitable.

Concevoir des écosystèmes humains durables

La technique étant inspirée du fonctionnement de la nature, elle permet d’optimiser les productions tout en préservant les ressources naturelles que sont l’eau, les sols, l’énergie et la biodiversité. Elle et également propice à l’épanouissement humain autour de valeurs sociales et de partage.

Quelle surface pour réussir sa permaculture ?

Une parcelle de 100 m² de terrain gérés en permaculture peut couvrir les besoins annuels en légumes et en fruits d’une famille de 4 personnes ! C’est véritablement une approche idéale de l’agriculture en ville adaptée aux petites surfaces.

Une parcelle de 100 m² peut nourrir à l’année une famille de 4 personnes.

Comment procéder ?

Tout d’abord, identifier l’environnement dans lequel on souhaite mettre en place les cultures. Quel sol ? Quel ensoleillement ? Quelle exposition au vent ?.. C’est ce diagnostic qui va déterminer les variétés qui pourront être cultivées avec le minimum d’intervention humaine.

 

Création du potager sur lasagne du 107 rue de Reuilly (Marie de Paris)

Création du potager sur lasagne du 107 rue de Reuilly (Marie de Paris)

 

Et même sans terrain, grâce à la technique de la culture sur lasagne on peut créer une dune permacultivée de toute pièce sur une dalle minérale !

Même sur une terrasse minérale grâce à la culture sur lasagne.

Pour optimiser la production, tout en limitant l’intervention du jardinier, la priorité est donnée aux plantes pluriannuelles comestibles, à une diversité importante d’espèces et de catégories végétales : arbres, arbustes, plantes herbacées.

La petite faune – vers, insectes et oiseaux notamment – joue aussi un rôle important. Les associations de plantes, animaux et matériaux naturels contribuent au maintien d’un sol fertile.

 

Zoom sur le potager Maurice-Gardette (Christophe Noël / Mairie de Paris)

Zoom sur le potager Maurice-Gardette (Christophe Noël / Mairie de Paris)

 

À vos semoirs !
> Vincent et daplaza

La permaculture apparue entre 1978 et 1981, est la reprise du concept d’Agriculture Naturelle défini par Masanobu Fukuoka (microbiologiste japonais) en 1975 dans son livre : « La révolution d’un seul brin de paille ». L’idée a été développée par deux australiens, Bill Mollison (maître de conférences de psychologie de l’environnement) et David Holmgren.

À lire également : keyhole, spirale à aromatiques de la ferme de Paris, potager en lasagnes du 17 rue de Reuilly

Share

C’est la fête des vendanges ce week-end

2 Oct

Photo : Flickr - Claudine Booth -CC

Photo Flickr – Claudine Booth Cc

Le petit vin de la Butte-Bergeyre (19e)

Le vin de la Butte Bergeyre produit à partir des 250 pieds de vigne – Christophe NOEL

La vigne du parc de Bercy, plantée en 1996 - Christophe NOEL

La vigne du parc de Bercy, plantée en 1996 – Christophe NOEL

Le public a participé aux vendanges cette année, ici au parc de Bercy - Christophe NOEL

Le public a participé aux vendanges cette année, ici au parc de Bercy – Thierry GUILLAUME

Le parc Georges- Brassens abrite 720 pieds de chasselas de Fontainebleau - Christophe NOEL

Lors de la création du parc Georges-Brassens (1982), une vigne de 1200 m² a été plantée pour renouer avec la tradition viticole du quartier – Christophe NOEL

La vigne de la Butte-Bergeyre est perchée sur les hauteurs de Paris depuis 1995 - Maëlle HENAFF

La vigne de la Butte-Bergeyre toise Paris depuis 1995 – Maëlle HENAFF

Les chais du cour Saint-Emilion, les pavés, les rails, les arbres centenaires et sa vigne rappellent le passé vinicole du quartier de Bercy - Christophe NOEL

Dans le parc de Bercy, le chai, les pavés, les rails, les arbres centenaires et la vigne rappellent le passé vinicole du quartier – Christophe NOEL

Lors de la création du parc Georges-Brassens (1982), une vigne de 1200 m² a été plantée pour renouer avec la tradition viticole du quartier - Christophe NOEL

Le parc Georges- Brassens abrite 720 pieds de chasselas de Fontainebleau – Christophe NOEL

 

Savez-vous qu’on recense aujourd’hui 132 vignes en Île-de-France, dont une dizaine à Paris?

Jusqu’à la seconde moitié du 19e siècle, la vigne était l’une des principales activités économiques d’Île-de-France. La crise du phylloxera au début du 20e siècle, puis l’industrialisation et l’urbanisation ont achevé le déclin de la production du vin qui est devenue anecdotique dans la région.

Paris a été la première commune à faire revivre le vignoble francilien avec la plantation du clos Montmartre en 1933, suivie en 1965 par la ville de Suresnes.

Cette année, pour la première fois, les Parisiens ont été invités à participer aux vendanges ! Voir notre article ici.

A l’occasion de la Fête des vendanges, dimanche 4 octobre, vous pouvez découvrir les cinq vignes qui sont entretenues par la Ville de Paris. L’oenologue et les jardiniers de la direction des Espaces verts répondront à  vos questions. Ils vous guideront à travers les vignes pour vous expliquer comment elles sont entretenues. Vous aurez la chance de pénétrer dans la cave du parc de Bercy où a lieu la vinification.

Pour les plus courageux, une randonnée de 9 km avec la FFRP vous emmènera du parc de Bercy (12e) à la Butte-Bergeyre (19e).

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’agenda de Que faire à Paris.

Et retrouvez le reportage sur les vendanges en cliquant ici.

Lili

Share

Samedi 10 octobre, vente des surplus de la pépinière municipale

1 Oct

Fleurs d'origan (photo CC 160946 / pixabay)

Fleurs d’origan (photo CC 160946 / pixabay)

Fleurs de ciboulette (photo CC cadolex / pixabay)

Fleurs de ciboulette (photo CC cadolex / pixabay)

vente surplus pépinière municipale Fleurs de thym (photo CC Isasza / wikimedia)

Fleurs de thym (photo CC Isasza / wikimedia)

 

C’est la saison des plantations de vivaces et comme un bonheur n’arrive jamais seul, c’est également la saison de la vente des surplus de production du pépiniériste municipal !

Pour cette troisième édition, la vente de végétaux se déroule le matin dans le 6e arrondissement, aux jardins des Grands-Explorateurs, et l’après-midi au parc de Choisy, dans le 13e.

Des plantes vivaces décoratives seront en vente, ainsi que des condimentaires et aromatiques pour régaler les papilles et les papillons.

 

Vente des surplus de végétaux du centre de production horticole (Christophe Noël / Mairie de Paris)

Vente des surplus de végétaux du centre de production horticole (Christophe Noël / Mairie de Paris)

Vente des surplus de végétaux du centre de production horticole (Christophe Noël / Mairie de Paris)

Vente des surplus de végétaux du centre de production horticole (Christophe Noël / Mairie de Paris)

Vente des surplus de végétaux du centre de production horticole (Christophe Noël / Mairie de Paris)

Vente des surplus de végétaux du centre de production horticole (Christophe Noël / Mairie de Paris)

 

Ces plantes issues du centre de production horticole de la Mairie de Paris représentent environ 2% de la production annuelle, mise en culture pour faire face aux imprévus. Elles sont aujourd’hui à votre disposition, pour que chacun puisse végétaliser la capitale, pour un prix modique !

Les végétaux seront proposés au tarif unique de 1 euros

Notez bien, c’est…

SAMEDI 10 OCTOBRE
De 9 H 30 à 11 H 45 aux JARDINS DES GRANDS EXPLORATEURS (6e)
De 14 H à 16 H 15 au PARC DE CHOISY (13e)

> daplaza

 

vente de surplus du pépiniériste municipale

Troisième vente de surplus de la pépinière municipale

Share