Paris.fr
Accueil
Archive | animaux RSS feed for this section

Le poulero de Ravel

21 avr

Le Poulero de Ravel – photo Gregg Guillemenet

Le Poulero de Ravel – photo Gregg Guillemenet

Le Poulero de Ravel

Le Poulero de Ravel

Le Poulero de Ravel – photo Gregg Guillemenet

Le Poulero de Ravel – photo Gregg Guillemenet

Le Poulero de Ravel – photo Patrick Léger

Le Poulero de Ravel – photo Patrick Léger

Samedi 11 avril au Centre d’animation Maurice-Ravel (12e) – photo Patrick Léger

La Ferme de Tiligolo, samedi 11 avril au Centre d’animation Maurice-Ravel (12e) – photo Patrick Léger

La mini-ferme, samedi 11 avril – photo Patrick Léger

La mini-ferme, samedi 11 avril – photo Patrick Léger

La mini-ferme, samedi 11 avril – photo Patrick Léger

La mini-ferme, samedi 11 avril – photo Patrick Léger


Depuis 2012, la « rue Verte » du Centre d’animation Maurice-Ravel (12e) poursuit sa mutation et devient un lieu incontournable du jardinage collectif et de l’agriculture urbaine, à deux pas de la Coulée verte !

Samedi 11 avril a été inauguré officiellement le poulailler du centre d’animation : à cette occasion, oies, chevrettes et porcelets sont venus jouer le Poulero dans une mini-ferme éphémère.

Le « Poulero de Ravel », c’est aujourd’hui une nouvelle adresse pour voir des poules à Paris, et surtout une occasion de plus de découvrir les nombreuses activités proposées par l’équipe dynamique qui anime le lieu : ateliers DIY, initiation au jardinage écologique dans les jardins de la rue Verte…

Antonin

 

Share

Lancement du programme de sciences participatives « 65 millions d’observateurs »

31 mar

Mésange bleue – Photo : Fabrice Cahez / LPO

Mésange bleue – Photo : Fabrice Cahez / LPO

BirdLab, l'appli mobile de Vigie-Nature pour compter les oiseaux de votre jardin.

BirdLab, l’appli mobile de Vigie-Nature pour compter les oiseaux de votre jardin.

Lézard des murailles à Paris – Photo : Xavier Japiot

Lézard des murailles à Paris – Photo : Xavier Japiot

 

« 65 millions d’observateurs » : et moi, et moi, et moi…

Participer à la recherche scientifique sur la biodiversité en observant la nature près de chez soi, c’est possible avec le programme Vigie-Nature porté par le Muséum national d’histoire naturelle : déjà 10 000 personnes ont participé au  en comptant les oiseaux, les escargots et les lézards et autres habitants de nos villes et de nos campagnes… Une manière de profiter de son jardin tous les sens en éveil, pour faire avancer la science ! Et, pour les petits,  Vigie-Nature se décline dans le programme jumeau « Vigie-Nature École », qui sensibilise les enfants à la démarche scientifique.

Le 27 mars dernier, le nouveau programme de sciences participatives « 65 Millions d’Observateurs » a été lancé : son ambition est de développer ces pratiques au-delà du temps scolaire et des loisirs, et de mettre en place une démarche analogue dans le milieu professionnel…

Cent acteurs de l’environnement (institutions, collectivités, associations ou entreprises, dans les secteurs de l’agriculture, de la foresterie, du bâtiment ou du tourisme notamment) proposent ainsi de mettre en place les démarches participatives de Vigie-Nature dans leurs pratiques professionnelles.

Au boulot comme au jardin, tous observateurs de la biodiversité !

Antonin

Share

La tonte des brebis à la Ferme de Paris

30 mar

Ferme de Paris – photo Jean-Pierre Viguié

Ferme de Paris – photo Jean-Pierre Viguié

Tonte à la Ferme de Paris  – photo Sonia Sarmiento

Tonte à la Ferme de Paris – photo Sonia Sarmiento

 

Demain, les brebis de la Ferme de Paris se mettent à l’heure d’été !
On tombe le lourd manteau de laine, c’est le toilettage obligé des beaux jours : la tonte.

Venez y assister demain, mercredi 1er avril de 14 à 17 heures : ce sera l’occasion d’un moment d’échange convivial avec les agriculteurs, sur les thèmes de la production et de l’alimentation durables.

Retrouvez tous les événements et ateliers de la Ferme de Paris sur l’agenda des Acteurs du Paris durable.

Antonin

Share

Expo photos Terre Sauvage - 4e édition

20 mar

Affiche du concours

Affiche de l’exposition

 

Exposition des photographies du 1er avril au 30 septembre 2015 du Concours international d’images et de reportages organisé par Terre Sauvage et lUICN au Parc Floral .

Accès gratuit en dehors des périodes de festival

Horaires et conditions d’accès ici
Plus de renseignements

 

Mélodie

Share

Une promenade au Parc Floral en mars

13 mar

Iberis amara (iberis amer) - Photo : Dietmut Teijgeman-Hansen

Iberis amara – Photo : Dietmut Teijgeman-Hansen / CC Flickr

Hamamelis mollis (noisetiers de sorcière) - Photo : C. E. Timothy Paine / CC Flickr

Hamamelis mollis – Photo : C. E. Timothy Paine / CC Flickr

Helleborus foetidus - Photo : jacinta lluch valero / CC Flickr

Helleborus foetidus – Photo : jacinta lluch valero / CC Flickr

 

A l’approche du printemps, la végétation se réveille doucement. Des crocus violets dans la chênaie, des variétés de pensées dans le massif de plantes saisonnières, un petit cerisier en face du pavillon 1, des camélias entre le pavillon 7 et l’entrée de la pinède, des pâquerettes sur les pelouses… Voici entre autres ce que vous pourrez admirer lors de votre promenade au Parc Floral.

Non loin de cette ravissante flore, la faune commence à s’agiter. Pour beaucoup d’espèces, c’est la saison des amours et donc, l’heure de se courtiser. Les oiseaux, pigeons, merles, mésanges, moineaux se lancent dans une parade nuptiale. Les abeilles se réveillent et les grenouilles rousses viennent de pondre leur amas gélatineux d’œufs.

 

Pyrrhula pyrrhula - Photo : Allan Hopkins / CC Flickr

Pyrrhula pyrrhula – Photo : Allan Hopkins / CC Flickr

Larus ridibundus - Photo : Jyrki Salmi / CC Flickr

Larus ridibundus – Photo : Jyrki Salmi / CC Flickr

Carduelis carduelis - Photo : Gertrud K. / CC Flickr

Carduelis carduelis – Photo : Gertrud K. / CC Flickr

 

Situé au Bois de Vincennes, le Parc Floral de Paris est réputé pour accueillir une grande diversité d’espèces végétales et animales. Téléchargez l’inventaire du mois de mars sur la biodiversité du Parc Floral.

 

Mélodie

Share

La Sésie apiforme, un papillon déguisé en frelon

27 fév

Sésie apiforme, le papillon déguisé - Photo : Ben Sale / CC Flickr

Sésie apiforme, le papillon déguisé – Photo : Ben Sale / CC Flickr

Sésie apiforme, le papillon déguisé - Photo : Oona Räisänen / CC Flickr

Sésie apiforme, le papillon déguisé – Photo : Oona Räisänen / CC Flickr

 

La Sésie apiforme, aussi appellée Papillon frelon ou Sésie du peuplier, a la particularité d’imiter les frelons. Ce papillon prend les mêmes couleurs, et imite même leur manière de voler. Voici par comparaison une photo du « vrai » frelon :

Le "vrai" frelon - Photo : Margrit / CC Flickr

Le « vrai » frelon – Photo : Margrit / CC Flickr

 

Pas d’inquiétude si vous le croisez, il ne vous piquera pas. C’est un inoffensif papillon de nuit… qui vole le jour. En revanche, son déguisement lui permet de signaler un danger à ses prédateurs, les oiseaux. Les couleurs jaune et noir, ainsi que rouge et noir signalent un insecte toxique et donc dangereux à manger.
Merci à Vigie-Nature de nous avoir fait découvrir ce papillon.

Retrouvez la carte de répartition de la Sésie apiforme.
Plus d’information sur la Sésie apiforme.

Manon

 

 

Share

Où voir des poules à Paris ?

20 fév

Photo : Flickr - Korona Lacasse - CC

Photo : Flickr – Korona Lacasse – CC

Photo : Flickr - Mike Timberlake - CC

Photo : Flickr – Mike Timberlake – CC

Photo : Flickr - Ralph Daily - CC

Photo : Flickr – Ralph Daily – CC

Photo : Flickr - emiliano - CC

Photo : Flickr – emiliano – CC

Photo : Flickr - Flavio-Ronco - CC

Photo : Flickr – Flavio-Ronco – CC

 

Les poules c’est sympa. Elles pondent des œufs, et font des poussins (si elles vivent avec un coq bien-sûr), mais elles mangent aussi les déchets de la cuisine. Ce qui les rend bien sympathiques aux citoyens urbains soucieux du devenir de leurs déchets.

C’est pourquoi depuis quelques temps apparaissent ici et là dans les jardins partagés parisiens, des poulaillers occupés par quelques volatiles.

Alors où voir des poules à Paris, en dehors de la Ferme de Paris ?

Jardin Santerre – 107 rue de Reuilly 12e – voir les articles sur leurs 2 poulaillers
Square du Temple – 64, rue de Bretagne 3e – en photo sur Instagram
Jardin du ruisseau – 110, rue du Ruisseau 18e
Jardin Ecobox – impasse de la Chapelle 18e
Jardin Luquet- parc de Belleville 20e
Maison Violette – 69, rue Violet 15e
Centre d’animation Maurice Ravel – 6 avenue Maurice Ravel 12e
Sur le toit de l’Hôtel Pullman  18 rue de Suffren 15e – Voir l’article de l’Instant Parisien sur ce sujet.
La Recyclerie  – 83 boulevard Ornano 18e
Jardin des Mauvaises graines – Montmarte 18e – dont les fameuses poules ont une page Facebook contant leur histoire – voir aussi l’article de l’Instant Parisien sur ce jardin étonnant.

Et plusieurs nouveaux poulaillers sont annoncés à Paris.

Edit : il y a eu des naissances au Square du Temple.

Les poussins et leur maman, Square du Temple - Photo : Mairie de Paris

La poule et les poussins du Square du Temple – Photo : Mairie de Paris

 

La poule a le vent en poupe… A suivre…

Mado

Share

La chasse photographique - conférence

18 fév

Chevreuil - Photo : Philippe Morant / CC Flickr

Chevreuil – Photo : Philippe Morant / CC Flickr

Famille sanglier - Photo : Philippe Morant / CC Flickr

Famille sanglier – Photo : Philippe Morant / CC Flickr

Leste barbare - Photo : Alain C. / CC Flickr

Leste barbare – Photo : Alain C. / CC Flickr

Grenouille verte - Photo : Yvan / CC Flickr

Grenouille verte – Photo : Yvan / CC Flickr

Chouette hulotte - Photo : oneshotonepic / CC Flickr

Chouette hulotte – Photo : oneshotonepic / CC Flickr

 

Jeudi 19 février, 5 membres de l’Association Sportive de la Chasse Photographique Française (ASCPF) vous expliqueront comment s’initier à la chasse photographiqueCette association tend à réunir les photographes amoureux de nature et d’animaux libres dans leur milieu naturel. Ils vous donneront des conseils sur le type de matériel le plus adapté, ainsi que sur les aspects de la technique photographique. Après avoir répondu à vos questions, ils vont présenteront une projection commentée de photos.

Ne passez pas à côté du superbe livre électronique « Regards nature d’Île-de-France », publié par NatureParisIFdont l’intégralité des photos a été réalisé par des membres de l’ASCPFCe livre nous montre la biodiversité d’Île-de-France comme un véritable trésor, sublimé par les photographies.

Conférence organisée par NatureParisIF.
Entrée libre et gratuite.

Jeudi 19 février 2015, de 18h à 20h
Halle Pajol – Auberge de Jeunesse
18/22 ter, rue Pajol – 75018 Paris (métro Max Dormoy)

Manon

Share

Que font les abeilles en hiver ?

18 fév

Abeille domestique - Photo : Muhammad Mahdi Karim / CC Flickr

Abeille domestique – Photo : Muhammad Mahdi Karim / CC Flickr

Abeille domestique - Photo : Max Westby / CC Flickr

Abeille domestique – Photo : Max Westby / CC Flickr

Larves dabeilles domestiques - Photo : Vipin Baliga / CC Flickr

Larves d’abeilles domestiques – Photo : Vipin Baliga / CC Flickr

 

Les abeilles sauvages et domestiques n’ont pas le même fonctionnement. Les abeilles sauvages hivernent : elles restent pendant tout l’hiver engourdies dans leur nid ou leur abri. Leur métabolisme est complètement ralenti en hiver. Elles se réveillent avec les premières chaleurs du printemps.

Les abeilles domestiques sont une exception dans le monde des abeilles. La reine de la ruche va donner naissance à des abeilles d’hiver, qui ont une fonction différentes des abeilles d’été. Contrairement à une abeille d’été, qui butine les fleurs, une abeille d’hiver ne sortira presque pas de la ruche. Une autre différence est sa longévité :  alors qu’une abeille d’été vit de 45 à 60 jours, une abeille d’hiver vivra de 150 à 200 jours.
Les abeilles doivent en hiver garantir une température correcte à l’intérieur de la ruche. Pour cela, elles se serrent les unes contre les autres et battent des ailes, ce qui réchauffe la ruche. Elles se relaient pour maintenir la température. Le miel sert à nourrir les ouvrières et la reine durant cette période. Les apiculteurs estiment qu’il faut une vingtaine de kilos de miel dans la ruche à l’entrée de l’hiver pour couvrir les besoins de la colonie. Les abeilles ne sortent de la ruche que pour aller aux toilettes pour éviter le développement de maladies dans la ruche.

Plus aucun mâle (appellé « Faux-bourdon ») ne vit dans la ruche : ces bouches inutiles à nourrir en hiver sont chassés par les abeilles.

Savez-vous que Paris comporte plus de 300 ruches ?
Où les voir ? Comment implanter une ruche à Paris ? Toutes les informations sur les abeilles parisiennes.

L’Office Pour les Insectes et leur Environnement répond également à vos questions sur les abeilles.

Manon

Share

Petite encyclopédie de la poule et du poulailler

16 fév

Couverture Encyclopédie de la poule

Couverture Encyclopédie de la poule

 

Les poules, c’est tendance! Faciles à vivre elles mangent presque tout et contribuent ainsi à éliminer vos déchets de cuisine. En contre partie, elles vous offrent des oeufs. Bien sûr, un poulailler en ville ce n’est pas si simple même si on commence à en voir quelques uns dans les jardins partagés. Mais si malgrè tout ce charment volatile vous passionne les éditions « Terre vivante » viennent d’éditer une encyclopédie qui vous présente 40 races rustiques de poules.

40 races de poules

40 races de poules

 

Avis aux collectionneurs de gallinacée! Mais ce n’est pas tout. Vous trouverez dans cet ouvrage comment construire un poulailler, élever et prendre soin des poules…Ce livre a été conçu par un expert puisque Michel Audureau élève depuis 20 ans sa basse-cour dans la région Centre. A partir de son expérience et de ses échanges avec d’autres éleveurs et des vétérinaires, il présente les techniques bio les plus simples. Même si cet ouvrage est un peu technique et plutôt réservé aux éleveurs rien ne vous empèche d’élever vos propres poules comme un pro!

Editions Terre vivante  
En librairie le 20 février 2015 – 184 pages – 25 €

Colette.

Share