Paris.fr
Accueil
Archive | animaux RSS feed for this section

Invitez la biodiversité sur votre balcon

11 sept

Balcon fleuri - Flickr - MlleMiracle

Balcon fleuri – Flickr – MlleMiracle

 

Et si vous donniez vie à votre balcon en le transformant en chambre d’hôte pour oiseaux, papillons, abeilles ?  Une belle façon de vous créer un petit espace de nature au milieu du béton.

 

Balcon fleuri - Flickr - simontongle74

Balcon fleuri – Flickr – simontongle74

 

La biodiversité, malmenée par l’étalement urbain, viendrait bien se réfugier en ville, à condition d’y être accueillie. Avec son opération Balcon Refuge, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) offre des solutions pour de petits espaces comme les terrasses d’immeubles.

 

Balcon fleuri - Concours balcons Mairie de Paris

Balcon fleuri – Concours balcons Mairie de Paris

 

En installant des nichoirs et mangeoires pour les oiseaux, des abris pour les insectes pollinisateurs, des plantes mellifères pour les papillons et les abeilles…vous contribuerez à la protection de la nature en ville.

 

nichoir-Olivier-OliBac[1]

nichoir-Olivier-OliBac[1

 

Confectionner un nichoir : ici

Une vigne pourra alimenter merles et rouges-gorges deux espèces d’oiseaux communs dans les villes qui ont parfois du mal a trouver une source de nourriture.

 

Hôtel a insectes -ins-sissi-de-kroon[1]

Hôtel a insectes -ins-sissi-de-kroon[1

 

Paris compte 60 espèces d’oiseaux nicheurs, dont certains en forte diminution comme l’hirondelle des fenêtres, ou le moineau.

 

Projet de balcon refuge  - Cécile Rousse

Projet de balcon refuge – Cécile Rousse

 

Un coffret (vendu 35 euros) avec sachets de graines, petit guide pratique et accès à un site web de 600 fiches sur la faune et la flore sauvage permet de bricoler soi-même son Balcon Refuge. Même sur un petit espace on peut toujours mettre des plantes dans une petite jardinière pour y accueillir oiseaux et insectes.
Comment confectionner un refuge sur son balcon : ici

 

[ré-édition d'un billet de 2013]

Colette

Share

Protégeons l'écureuil roux

21 août

Écureuil roux – Photo : Flickr – Nick Savchenko – CC

Écureuil roux – Photo : Franck Bohain

Écureuil roux – Photo : Franck Bohain

Photo : Flickr – Jacques Chibret / Jac 31- CC

Jeune écureuil – photo : Flickr – Dave_S – CC

Ecureuil roux – Photo : Flickr – Tomi Tapio K – CC

 

Soumises à la dégradation de leur habitat et à la concurrence avec les autres espèces d’écureuils introduits (lécureuil de Corée et l’écureuil à ventre rouge), les populations d’écureuils roux diminuent en France. Pour tenter d’enrayer cette régression, le Museum National d’Histoire Naturelle a mis en place un processus de science participative pour cartographier la présence des différentes espèces d’écureuils en France.

Aidez les spécialistes de la biodiversité en communiquant vos observations. C’est assez simple :

Copie d’écran du site http://ecureuils.mnhn.fr/

Copie d’écran du site http://ecureuils.mnhn.fr/

 

Les observations sont reportées sur une carte :

Copie d’écran du site http://ecureuils.mnhn.fr/

 

Pour participer, rendez vous sur le site consacré à cette étude de sciences participatives –> ecureuil.mnhn.fr et envoyez vos observations en remplissant un formulaire en ligne.

Vos observations compléteront la base de données et apporteront des informations sur :

  • la répartition des types de pelage (roux, roux-gris, roux-noir, noir) ;
  • ses habitats préférentiels (bois-massif forestier, bocage, zone urbaine,…) 
  • l’importance relative des facteurs de mortalité que vous aurez éventuellement identifiés (collision sur les routes, prédation, nids tombés à terre…).

Amis des écureuils, consultez les autres articles que ce blog a consacré au petit mammifère roux :

L’écuroduc, la corde des écureuils et L’écureuil roux avec les photos de Franck Bohain au Cimetière de Thiais ou Les écureuils du cimetière parisien de Bagneux avec les photos de Sylvie Letoumelin.

 

[ré-édition d'un billet de février 2013, avec ajout de photos ]

Mado & Quitterie

Share

Bagneux - un cimetière peuplé d'animaux

12 août

P1090595

Photo de deux perruches à Bagneux – Crédits : Sylvie Letoumelin

P1020957

Photo d’un écureuil à Bagneux – Crédits : Sylvie Letoumelin

P1040190

Photo d’un rouge-gorge à Bagneux – Crédits : Sylvie Letoumelin

 

P1000004

Crédits photos : Sylvie Letoumelin

P1040235

Crédits photos : Sylvie Letoumelin

P1040994

Crédits photo : Sylvie Letoumelin

P1090557

Crédits photo : Sylvie Letoumelin

P1040246

Un pic vert à Bagneux – Crédits photo : Sylvie Letoumelin

P1040253

Crédits photo : Sylvie Letoumelin

CimetieredeBagneux20_preview

Cimetière parisien de Bagneux – Christophe Noël / Mairie de Paris

CimetieredeBagneux20_preview (1)

Cimetière parisien de Bagneux – Christophe Noël / Mairie de Paris

 

Entrer dans le cimetière parisien de Bagneux, c’est pénétrer un écrin de verdure, aussi dépaysant que paisible et reposant, un havre de paix arboré et fleuri parfaitement propice au recueillement, à la méditation, ou encore aux promenades champêtres, loin du vacarme et du rythme effréné parisien.

Planté de 5 912 arbres de 49 essences différentes (cyprès, sophoras, noisetiers de Byzance, tilleuls de Hollande, marronniers d’Inde, etc.), le cimetière présente une végétation luxuriante aussi riche qu’abondante, qui offre un environnement accueillant et propice au développement d’une faune et d’une flore également très diversifiée.

Pas étonnant donc de croiser au sein de ce réservoir de biodiversité, des écureuils roux ou d’y entendre chanter des oiseaux de plus de 35 espèces différentes.

Grâce aux clichés de Sylvie Letoumelin, photographe du cimetière, les différentes apparitions des écureuils, perruches ou encore pics verts qui pointent le bout de leur nez ou bec, ne sont pas passées inaperçu.

Des renardeaux ou des perruches à collier à Thiais, des fouines ou des hérissons à Saint-Ouen, des éperviers ou pigeons colombin à Thiais : la vie s’installe aussi dans les autres cimetières parisiens comme nous le prouvent ces clichés pris par les gardiens de cimetières, qui sont très souvent des grands amoureux de la nature et qui nous font partager ces reportages photos. Un grand merci à eux pour leur précieuse contribution !

Informations pratiques 

Ouverture à 8h en semaine, 8h30 le samedi, 9h le dimanche et les jours feriés

Fermeture à 17h30 (du 6 novembre au 15 mars) puis à 18h (du 16 mars au 5 novembre)

Accès en vélos et en véhicule autorisé, possibilité de se garer à l’intérieur

Quitterie

Share

Le Bombyx de l’Ailante, une rareté à Paris

8 août

Bombyx de l'Ailante (© Xavier Japiot / mairie de Paris)

Bombyx de l’Ailante (© Xavier Japiot / mairie de Paris)

source : Atlas de la Nature à Paris

source : Atlas de la Nature à Paris

 

Une douzaine de centimètres d’envergure, des ailes olivâtres veinées de blanc, de grandes antennes en « dents de peigne », le Bombyx de l’Ailante semble avoir disparu de toute la France… sauf de Paris !  On a d’ailleurs notre sous-espèce parisienne Samia cynthia subsp. parisiensis.

C’est dans les parcs et avenues plantés d’ailantes, ou faux-Vernis du Japon (Ailanthus glandulosa), que ce majestueux papillon s’épanouit. Il était très commun jusque dans les années 60 mais depuis, les observations sont rares.

Ses prédateurs, guêpes, merles et mésanges, sont impliqués mais c’est surtout la destruction des vieux sujets d’Ailante, berceaux de l’espèce, qui est responsable de cette raréfaction. L’urbanisation du secteur de La Défense illustre parfaitement la relation entre disparition des ailantes et extinction du Bombyx. Toutefois, l’Ailante étant envahissant, le contrôle de son extension est nécessaire, notamment en évitant d’en planter de nouveaux.

L’éclairage urbain à vapeur de mercure a très probablement aussi joué un rôle important dans la régression du lépidoptère. Paris travaille d’ailleurs actuellement à une adaptation de l’éclairage public aux exigences de la faune nocturne.

Alors, si vous croisez ce grand voilier noctambule, notez l’endroit et l’heure et informez-en vite les naturalistes de la Mairie de Paris !

Le Bombyx de l’Ailante (Samia cynthia) se nomme également ver à soie chinois. Son nom n’est pas sans rappeler un de ses « cousins » le Bombyx du mûrier, ou ver à soie, dont on peut observer la métamorphose et manipuler les cocons de soie dans les terrariums de la Maison Paris nature

Bombyx du mûrier (© Jérôme Figea / mairie de Paris)

Bombyx du mûrier (© Jérôme Figea / mairie de Paris)

Cocon du ver à soie (© Jérôme Figea / mairie de Paris)

Cocon du ver à soie (© Jérôme Figea / mairie de Paris)

 

Bom-byx !
> daplaza

Share

Sorties nature à la découverte des oiseaux

18 juil

Verdier - Flickr - J Antunes

Verdier – Flickr – J Antunes

Pour tous ceux, petits et grands, qui ont l’envie de s’initier à l’ornithologie, le LPO propose des promenades gratuites à la découverte des oiseaux de l’Ile-de-France.

Mesange - Flickr - Ger Bosma

Mesange – Flickr – Ger Bosma

Des bénévoles passionnés vous feront partager leur savoir et leur amour de la gent ailée. Munissez-vous d’une paire de jumelles, chaussez vos chaussures de marche  et rejoignez le lieu de rendez-vous.

Pivert - Flickr - M.Haquin

Pivert – Flickr – M.Haquin

Pour certaines promenades il y a lieu de prendre rendez-vous. D’autres ont lieu ponctuellement a jour et heures fixes.

Tout le programme est: ici

Colette.

Share

Défilé de paons à Bagatelle

9 juil

PaonChristopheNoel_-_preview

Photo – Christophe Noël – Mairie de Paris

ReunionsyndicaledesP_preview

Photo – Christophe Noël – Mairie de Paris

paon

Photo – Lucile Cossé

paon Aurélia

Photo – Aurélia Keilany

paon 4

Photo – Aurélia Keilany

 

Au Parc de Bagatelle (16e), alors que l’exposition Fleurs en campagne bat son plein depuis le vendredi 6 juin, de drôles de visiteurs ont pointé le bout de leur bec curieux : des paons.

Réputé pour ses riches collections botaniques et surtout sa magnifique roseraie, le Parc de Bagatelle regorge également d’animaux et d’oiseaux en tout genre parmi lesquels ces paons majestueux.

En venant visiter l’exposition-promenade, attendez vous donc à faire d’intéressantes rencontres, témoins de l’incroyable biodiversité du parc.

Informations pratiques : 

Exposition Fleurs en campagne du vendredi 6 juin au dimanche 2 novembre 2014
Tous les jours de 10h00 à 19h00

Ligne 1: Pont de Neuilly

Ligne 1: Esplanade de la Défense

Tarifs : 5,5 € Tarif réduit : 2,75 € / Gratuit pour les paons

Quitterie

Share

Le Bois de Vincennes tout en foin

2 juil

Fenaison été 2013 au Bois de Vincennes – Photo : Jean-Pierre Viguié – Mairie de Paris

Fenaison été 2013 au Bois de Vincennes – Photo : Jean-Pierre Viguié – Mairie de Paris

Fenaison été 2013 au Bois de Vincennes – Photo : Christophe Noël – Mairie de Paris

Fenaison été 2013 au Bois de Vincennes – Photo : Jean-Pierre Viguié – Mairie de Paris

Fenaison été 2013 au Bois de Vincennes – Photo : Jean-Pierre Viguié – Mairie de Paris

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Crédit photo : Vincent Mugnier – Mairie de Paris

 

Ce week-end et la semaine prochaine, l’heure est à la fenaison, à la moisson et au fauchage au Bois de Vincennes.

En ce début d’été, une expérience insolite a été mise en place : la fauche des prairies avec la fenaison des herbes coupées. Le but : mettre en place des techniques de fauches plus écologiques dans le cadre de la démarche de gestion environnementale du bois de Vincennes.

D’un point de vue écologique la fauche de l’herbe est beaucoup plus respectueuse de l’environnement que le broyage qui détruit les insectes, les petits mammifères et de nombreux habitats.

Venez donc visiter les plaines parisiennes qui prennent un air champêtre et fleurent bon le foin !

Informations pratiques :

Accès par la route de la Pyramide 75012 Paris

Tél. : 01 49 57 15 15

Métro Château de Vincennes (ligne 1)

Quitterie

Share

Gagnez des entrées au parc zoologique

27 juin

Zebre de Grevy au parc zoologique - F-G_Grandin_MNHN

Zebre de Grevy au parc zoologique – F-G_Grandin_MNHN

La Région Ile-de-France propose, jusqu’au 13 juillet, un jeu-concours gratuit qui permet de gagner des entrées au Parc Zoologique de Paris et des livres. Pour jouer, il suffit de répondre à des questions sur la biodiversité. Alors, prêts a relever le défi et a tester vos connaissances naturalistes?

Pour participer, il suffit de se rendre au préalable sur la page officielle Facebook « Région Île-de-France », d’activer la fonctionnalité « Aimer la page » .  L’internaute est ensuite invité à participer à un quizz sur le thème de la biodiversité.

24 entrées gratuites et 20 ouvrages dédiés à la rénovation du Parc zoologique récompenseront les gagnants.

Prêtes à tenter votre chance? jouez !

Bonne chance!

Colette.

Share

Parc zoologique: les caïmans cuvier sont arrivés

23 juin

Le caïman nain de Cuvier © A. Chatras

Le caïman nain de Cuvier © A. Chatras

Le Caïman nain de Cuvier est le plus petit des alligators. Sa taille maximale est de 1,70 m queue comprise. Deux spécimens, un couple d’une quinzaine d’années, viennent d’arriver du Danemark pour s’installer dans le terrarium de la serre tropicale au parc zoologique de Paris.

Pas très grands mais puissants et vigoureux leur transfert a été un peu sportif. « Ils ont une belle morphologie et une belle dentition ! C’est un couple qui se reproduit tous les ans et j’ai bon espoir qu’on puisse avoir des œufs rapidement » se félicite Olivier Marquis, le responsable des reptiles.

Dans un premier temps les deux caïmans nains partagent leur terrarium avec les piranhas qui ne semblent pas vraiment apprécier ce voisinage. Ils se pourraient qu’ils cohabitent dans le futur avec l’anaconda vert?

Colette.

Share

Les bébés du Jardin d’Acclimatation

19 juin

Canetons - Flickr - anjoudiscus

Canetons – Flickr – anjoudiscus

Canetons lovés près de leur mère, perruches nichées dans la Volière, chevreaux gambadant déjà sur le Rocher aux Daims, lapereaux à la Petite Ferme… la nurserie du Jardin d’Acclimatation est remplie de petits ! La « bébémania » a envahi le plus célèbre des jardins parisiens qui compte trente-sept nouveaux résidents de plus depuis le printemps !

chevraux - Flickr - Ty-Maneki Neko

chevraux – Flickr – Ty-Maneki Neko

La Grande Volière a accueilli cinq faisans dorés qui se font dorloter par leurs parents, six canetons Casarca au plumage bicolore, blanc et brun, avant de devenir tout roux quand ils grandiront, deux perruches à collier qui, à peine nées, poussent déjà leur cri sonore si caractéristique qui résonne dans les alentours, quatre perruches Callopsittes et douze perruches ondulées qui font la joie de leurs couples de parents unis pour la vie.

lapereaux - Flickr - Daniel Biays

lapereaux – Flickr – Daniel Biays

A la Petite Ferme, cinq lapereaux sont nés dans la famille des Fauves de Bourgogne et, au Rocher aux Daims, deux Chevreaux du Rove ont rejoint les membres du clan des caprins et des cervidés puisque quatre jeunes daims viennent d’arriver eux aussi voici quelques jours au Jardin d’Acclimatation. Ce sont désormais 24 de ces animaux agiles qui cohabitent sur ce rocher artificiellement créé en 1860 par le paysagiste de Napoléon III, Jean-Pierre Barillet-Deschamps.

Le petit ânon du Jardin d'Acclimatation - DR
Le petit ânon du Jardin d’Acclimatation – DR

Chez les ânes du Berry, un ânon vient de naître dimanche 8 juin. Pirate, la maman et son petit se portent bien. Ils attendent votre visite.

Toutes les infos: ici

Colette.

Share