Paris.fr
Accueil
Archive | animaux RSS feed for this section

La nuit noire ?

15 déc

Paris by night - Photo : Flickr - Olivier Jeannin - CC

Paris by night – Photo : Flickr – Olivier Jeannin – CC

 

 

Un nouveau site web vient de voir le jour Nuitfrance, c’est une plateforme d’information et de partage de connaissances
sur la nuit, la biodiversité nocturne et la pollution lumineuse en France.

C’est un outil de sensibilisation pour le grand public et un outil opérationnel pour les acteurs professionnels.

Cette plateforme expose de manière synthétique la problématique et ses enjeux, décrit les parties prenantes, liste les actions recensées et les manifestations de sensibilisation existantes ou encore centralise la connaissance scientifique et les données informatiques disponibles.
Depuis le 9 septembre 2014 le portail internet invite à contribuer à l’alimentation de son contenu en faisant connaître des actions, des études, de la bibliographie en faveur de l’environnement nocturne.
NuitFrance inclut également un ilot sensoriel,  Et la lumière fut , qui vous propose de voir comme la pieuvre, de communiquer comme les lucioles, de voir en pleine nuit comme en plein jour avec la chouette hulotte, ou d’utiliser  la thermoperception comme la vipère péliade….

Cet ilot sensoriel est développé par Romain Sordello, la papa des Chouettes hulotte parisiennes (voir ici, et là et encore tiens)

 

capture d'écran du site Nuitfrance - Vous êtes actuellement une vipère péliade

capture d’écran du site Nuitfrance – Vous êtes actuellement une vipère péliade

[Réedition d'un article paru en septembre]

Mado

Share

Construction d'hôtels à insectes

10 déc

Hôtel à insectes – Cimetière de Thiais – Photo : Flickr – Franck Bohain

Hôtel à insectes – Cimetière de Thiais – Photo : Flickr – Franck Bohain

Photo : Flickr – Nicolas Nova – CC

Photo : Flickr – Nicolas Nova – CC

Hôtel à insectes – Church garden, St Dunstan in the East, City of London – Photo : Flickr – Julian Walker / wirewiping – CC

Hôtel à insectes – Church garden, St Dunstan in the East, City of London – Photo : Flickr – Julian Walker / wirewiping – CC

Les insectes aussi ont leurs hôtels !

Samedi 13 décembre de 14h à 17h, participez à la construction d’hôtels à insectes au jardin partagé Cambrai.

Au programme :

  • De 14h à 15h30 : Atelier bricolage et déco
  • A 15h30 : Observer les p’tites bêtes
  • A 16h : Goûter

Rendez-vous au jardin Cambrai entre le 12 et le 24 rue Bernard Têtu et à la régie en cas de pluie !

Renseignements : 01 42 09 96 02 et par mail.

Manon

Share

Une mini-ferme place des Vosges

4 déc

Photo : (c) Myriam Pasquet

Photo : Myriam Pasquet

Photo : (c) Myriam Pasquet

Photo : Myriam Pasquet

Photo : (c) Myriam Pasquet

Photo : Myriam Pasquet

Photo : D. Gander-Gosse / Mairie de Paris

Photo : D. Gander-Gosse / Mairie de Paris

 

Du côté de la place des Vosges, ça va glapir, glousser, caqueter, cacarder, bêler. Du lundi 8 au samedi 13 décembre, une mini-ferme pédagogique s’installe dans le square Louis XIII.

Impossible de résister au charme des lapins, poules, dindons, pintades, oies, chèvres et autres moutons. La plupart d’entre eux appartiennent à des races dites de conservations : elles constituent un patrimoine biologique rare que l’élevage permet de conserver.

C’est à l’association de la Ferme d’Ecancourt, que l’on doit cette initiative qui va ravir les petits et les grands. Elle est spécialisée dans les actions d’éducation à l’environnement, et y propose des animations toute la semaine sur le fonctionnement d’une ferme d’élevage. Elles sont destinées aux enfants des écoles primaires et élémentaires des 3e et 4e situées à proximité.  La vue, le toucher, l’odorat et l’ouïe seront particulièrement sollicités. Un abris est prévu en cas de mauvais temps.

Après la sortie des classes et pendant la journée du samedi, le grand public et les familles pourront aussi visiter la ferme. Les animateurs répondront à toutes les questions.

Elle sera ouverte du lundi 8 décembre 12 h au samedi 3 décembre 17 h 00, dans le square Louis XIII (Paris 4e). Dimanche, ce sera trop tard. Vite !

Lili et Manon

Share

Nouvelle recrue à la ville de Paris

2 déc

Baronne du Piry, nouvelle recrue à l'atelier des chevaux du bois de Vincennes

Baronne du Piry, nouvelle recrue à l’atelier des chevaux du bois de Vincennes

Baronne du Piry, c’est le nom de la nouvelle jument Ardennaise recrutée à l’atelier des chevaux du bois de Vincennes. La belle est née en 2009 en Belgique et a été dressée au Haras National de Montier en Der.
Au vu de ses performances exceptionnelles elle a été promue cheval d’entrainement et de formation et a obtenu la mention Elite lors des qualification Attelage de juin 2006.

Jason, retraité depuis l'automne 2014 - crédit: JC Noel

Jason, retraité depuis l’automne 2014 – crédit: JC Noel

Depuis 1998 des chevaux de trait participent à des travaux de transport, épandage, hersage, débardage…dans le bois de Vincennes. Parmi les trois chevaux de l’atelier il y avait Jason, mâle ardennais de 13 ans. Handicapé par un début d’arthrose la Ville a décidé de lui offrir une retraite paisible. Après accord du Conseil de Paris le 16 juin, Jason a été remis aux bons soins d’une particuliere riveraine du bois qui s’est engagée à prendre soin de lui. Désormais c’est Baronne du Piry qui va le remplacer et participer aux travaux d’entretien du bois de Vincennes.

Colette.

Share

Mésanges # 1

28 nov

Mésange charbonnière – Photo : Flickr – Finland_in_Eton / Finny – CC

Mésange bleue – Photo : Flickr – Jamie Pocock / Jamie DP – CC

Photo : Flickr – Luciano Giussani / giuss95 – CC

Mésange huppée – Photo : Flickr – Joan Roca / JoanRoca – CC

Mésange noire – Photo : Flickr – Alistair Hobbs – CC

Mésange nonnette – Photo : Flickr – Luciano Giussani / giuss95 – CC

Mésange boréale – Photo : Flickr – Sergey Yeliseev – CC

 

Combien d’espèces de mésanges vivent à Paris ?

Mésange charbonnière, mésange bleue, mésange à longue queue, mésange huppée, mésange noire, mésange nonnette et mésange boréale. A Paris, vous pouvez observer ces 7 espèces de mésanges.

Si vous aimez nourrir les mésanges, n’hésitez pas à participer à l’expérience scientifique BirdLab, organisée par Vigie-Nature.

[Ré-édition modifiée d'un article paru en 2013]

Mado

 

 

 

Share

La saison des nichoirs

25 nov

Photo : Flickr – Tom-Bee – CC

Photo : Flickr – peapodsquadmom – CC

Photo : Flickr – Bo Insogna TheLightningMan.com / Striking Photography by Bo – CC

Photo : Flickr – Corey Harmon / ccharmon – CC

Photo : Flcikr – Whitney Gallien Hedges / Whitney GH – CC

Photo : Flickr – Dèsirèe Tonus – CC

Photo : Flickr – Stephen Downes – CC

 

C’est en automne, qu’il faut poser les nichoirs. Pourquoi ?

- parce que les oiseaux cavicoles (mésanges charbonnières et bleues, rougequeue noir, grimpereau, sitelle… qui nichent dans des cavités) sont dès l’automne à la recherche de leur abri pour nicher au printemps. Vous pouvez les voir en ce moment fureter, déjà à la recherche du gite parfait.

- parce que les oiseaux pourront utiliser le nichoir comme abri cet hiver, si les conditions climatiques sont rudes.

A Paris, plus de 380 nichoirs sont installés dans les espaces verts (jardins et les 2 bois).

Vous pouvez installer un nichoir sur votre balcon ou terrasse. Pour augmenter les chances d’occupation, voici quelques règles à respecter :

- placer le nichoir dans un endroit calme, peu fréquenté.

- Suspendre le nichoir entre 2 et 3 m de haut au moins pour les petits passereaux. Un nichoir pour rouge-gorge peut se mettre à 1 m de hauteur, mais devra être dissimulé dans la végétation.

- Orienter à l’Est ou au Sud-Est à l’abri des vents dominants et de la pluie

- Nettoyer le nichoir à partir de septembre (retirer l’ancien nid c’est tout, na pas utiliser de produits).

- Eviter de peindre le nichoir (contrairement à certains modèles présenté ci-dessus !), la peinture dégage des composants toxiques pour la nichée.

 

Quels nichoirs installer ?

Nichoir à mésange (ici une mésagne bleue fait le guet) – Photo : Flickr – Duncan Brown (Cradlehall) – CC

 

A Paris, principalement des nichoirs à oiseaux cavicoles, comme les mésanges charbonnières et bleues.

 

Toutes les infos sur les nichoirs, sur un site très complet –> nichoirs.net

Et sur le jardinoscope

[ Ré-édition d'un article publié en 2013 ]

Mado

Share

Rapaces nocturnes au Parc Floral

21 oct

Hibou moyen-duc (Asio otus) - Photo : Flickr - Peter G Trimming - CC

Hibou moyen-duc (Asio otus) – Photo : Flickr – Peter G Trimming – CC

Chevêche d'Athena (Athene noctua) - Photo : Flickr - Jorge Goicochea - CC

Chevêche d’Athena (Athene noctua) – Photo : Flickr – Jorge Goicochea – CC

Chouette hulotte - Photo : Flickr - doevos - CC

Chouette hulotte – Photo : Flickr – doevos – CC

Chouette hulotte - Photo : Flickr - Sergey Yeliseev - CC

Chouette hulotte – Photo : Flickr – Sergey Yeliseev – CC

 

Du 20 Octobre au 16 Novembre, découvrez au Parc Floral, une exposition sur les rapaces nocturnes d’Île-de-France, réalisée par le Centre Ornithologique Île-de-France, le CORIF.

 

Infos pratiques

entrée gratuite

Bibliothèque Nature

Parc Floral – Bois de Vincennes – 12e

 

Pour les horaires et les jours de fermeture, toutes les infos –> ici

 

Mado

Share

Le pipit farlouse

13 oct

Pipit farlouse – Photo : Flickr – Tom Tarrant / aviceda – CC

Pipit farlouse – Photo : Flickr – Victor Alvarez / vic_206 – CC

Pipit farlouse - Photo : Flickr – Phil Mclver – CC

Pipit farlouse - Photo : Flickr – anpena – CC

Pipit farlouse – Photo : Flickr – Alberto Garcia / trebol a – CC

Pipit farlouse – Photo : Flickr – Mark Kilner / markkilner – CC

Pipit farlouse – Photo : Flickr – Ducan Brown / cradlehall – CC

4 pipits farlouse en vol – Photo : Flickr – Phil Mclver – CC

 

Dans la famille des oiseaux aux noms rigolos, voici le pipit farlouse.

D’après le site Oiseaux.net, l’origine de son nom (pipi ou pipit ou pitpit) provient de son cri alors que le mot farlouse est d’origine inconnue mais déjà employé par Belon en 1555 (Pierre Belon, naturaliste français, auteur de Histoire de la nature des oyseaux). La traduction étymologique du nom scientifique Pipit farlouse est hoche-queue (Anthus) naît dans les prés(pratensis).

A Paris, le pipit farlouse peut être aperçu (vous entendrez d’abord son cri pipit, avant de le voir), lorsqu’il fait une halte sur sa route de migration. C’est un oiseau de milieux ouverts, que l’on peut voir aux abords des terrains de foot dans les stades et dans les bois parisiens (merci à Xavier Japiot pour ces informations parisiennes).

Mercredi 1er octobre 2014, un pipit farlouse a été observé volant au dessus de la  Cité Universitaire internationale de Paris (14e). Il était certainement en route vers l’Afrique. Une info trouvée sur  faune-iledefrance.org, un site collaboratif qui rassemble les données naturalistes et particulièrement les ornithologues qui postent quotidiennement leurs observations.

Samedi 4 octobre, c’est au dessus du Parc Zoologique de Paris, que 7 pipits farlouse ont été vus en vol.

 

Une petite vidéo qui permet d’observer un pipit, tous les sens en alerte :

Image de prévisualisation YouTube

 

Le pipit farlouse est même le héros d’un bande dessinée pour enfants (2 volumes) de Riad Sattouf, chez Milan. Je préviens les puristes cette BD n’a rien de scientifique ! Pipit est au collège et va entreprendre sa première migration avec les autres oiseaux de sa classe, direction l’Afrique… et pipit est amoureux…

Pipit Farlouse – Riad Sattouf – Editions Milan

Pipit Farlouse – Riad Sattouf – Editions Milan

Pipit Farlouse – Riad Sattouf – Editions Milan

Pipit Farlouse – Riad Sattouf – Editions Milan

 

 

Mado

 

 

 

 

Share

Un torcol au jardin Abbé Pierre

9 oct

 

Photo OhWeh / Wikimedia

Photo OhWeh / Wikimedia

Photo Pierre Dalous / Wikimedia

Photo Pierre Dalous / Wikimedia

Photo Arnstein Rønning / Wikimedia

Photo Arnstein Rønning / Wikimedia

Photo XimoGalarza / Wikimedia

Photo XimoGalarza / Wikimedia

Photo Sumeet Moghe / Wikimedia

Photo Sumeet Moghe / Wikimedia

Torcol du 13e (Franck Bohain / mairie de Paris)

Torcol du 13e (Franck Bohain / mairie de Paris)

 

Certains s’étrangleraient pour moins que ça… il y a un torcol dans le 13e !  Merci à Franck qui nous a passé l’info.

Véritable casse-tête à daltoniens, le Torcol fourmilier (Jynx torquilla) n’a pas son pareil pour se dissimuler dans les fourrés.  Il doit son nom à son petit pécher mignon, les fourmis…  Autant dire qu’il apprécie en connaisseur la suppression des intrants chimiques, insecticides et autres pesticides, dans les espaces verts parisiens.  Son goût pour la biodiversité n’est pas naïve, au torcol !

Son nom, il le doit aussi à la souplesse de son cou qu’il tourne dans tous les sens sans torticolis ni vertige. Moi j’en ai les yeux qui font des huit…

Pourtant, c’est le moment de garder l’œil.  L’oiseau est actuellement observable dans le jardin des Grands Moulins.  On vous passe le tuyau mais soyez délicat, sous ses airs de dur, il ne pèse que 30 grammes.

Vous voulez tout savoir avant de le voir ? Vous pouvez consulter sa fiche sur le site oiseaux.net !

A vos jumelles !
> daplaza

 

Torcol du 13e (Franck Bohain / mairie de Paris)

Torcol du 13e (Franck Bohain / mairie de Paris)

 

Share

Martin pêcheur

8 oct

Martin pêcheur – photo : Franck Bohain

Martin pêcheur – Photo : Franck Bohain

 

Franck Bohain nous a envoyé  2 belles photos de Martin pêcheur qu’il a prises dans l’Essonne (91). C’est un oiseau peu facile à observer car vif et très rapide. Bravo et merci pour ces clichés.

Il aurait pu les prendre à Paris, car cet oiseau est nicheur dans la capitale, comme nous l’apprend l’excellent site les oiseaux en ville. J’ai découvert dans ce site que la position du poisson dans le bec du martin pêcheur, informe sur ses intentions : pour se nourrir ou pour nourrir la femelle ou un oisillon. Sur la photo de Franck, la tête du poisson est à l’arrière, dans le bec, il s’apprête donc à l’avaler. Miam miam !

 [ré-édition d'un article d'octobre 2011]

 

Mado

 

Share