Paris.fr
Accueil
Archive | jardinage RSS feed for this section

Avoir un jardin biologique

26 jan

Compost - Photo : Joi Ito / CC Flickr

Compost – Photo : Joi Ito / CC Flickr

Verre de terre, le copain des jardiniers - Photo : Vanessa Vancour / CC Flickr

Le verre de terre, copain des jardiniers – Photo : Vanessa Vancour / CC Flickr

Le 31 janvier, Denis Pépin présentera les fondamentaux du jardinage biologique (vie du sol, rôle de l’humus, accueil des auxiliaires….). Il expliquera comment commencer un potager bio et l’enchainement des interventions  et des cultures au cours des saisons.

Denis Pépin est un jardinier spécialisé dans le jardinage biologique et écologique. Il est notamment formateur et auteur de nombreux ouvrages et revues spécialisée  sur le jardinage bio comme les quatre saisons du jardin bio.

Cette conférence du programme Main Verte s’adresse à tous les jardiniers, débutants ou expérimentés.

Samedi 31 janvier de 14h30 à 16h30
Maison du jardinage
41 rue Paul Belmondo
Paris 12e – Métro : Bercy

Gratuit sur inscription par mail à main.verte@paris.fr ou par téléphone au 01 53 46 19 19.

Manon

Share

Réaliser une maquette de son projet de jardin

21 jan

Jardin avec effet Tilt shift - Photo : Jenny Spadafora / CC Flickr

Jardin avec effet Tilt shift – Photo : Jenny Spadafora / CC Flickr

Jardin avec effet Tilt shift - Photo : Yasuo Kida / CC Flickr

Jardin avec effet Tilt shift – Photo : Yasuo Kida / CC Flickr

Jardin avec effet Tilt shift - Photo : Adam Robertson / CC Flickr

Jardin avec effet Tilt shift – Photo : Adam Robertson / CC Flickr

Un compost, une cabane, un cheminement… Quels sont les éléments clés du jardin ?
En projet ou en place, un jardin doit être bien pensé.

Le 23 Janvier, venez échanger vos idées dans cet atelier de jardinage organisé par Main Verte.

Réaliser une maquette de son projet de jardin

Réaliser une maquette de son projet de jardin

De 14 h à 16 h 30.
Maison du jardinage
Parc de Bercy
41, rue Paul Belmondo
75012 – Paris – M° Bercy

Manon

 

Share

Plantation d'arbres fruitiers à la Ferme de Paris

12 jan

Mirabelles - julia_HalleFotoFan / Flickr CC

Mirabelles – julia_HalleFotoFan / Flickr CC

Poirier - Guillaume Paumier / Flickr CC

Poirier – Guillaume Paumier / Flickr CC

Ferme de Paris - Crédit : Thierry Guillaume / Mairie de Paris

Ferme de Paris – Crédit : Thierry Guillaume / Mairie de Paris

La Ferme de Paris change son paysage et plante de nouveaux arbres fruitiers. Venez en famille participer à cet atelier le mercredi 21 janvier de 14h à 16h pour les planter.. Vous pourrez allez voir les animaux de la Ferme au cours de l’après-midi. 

Gratuit, sur inscription.

Plantation d'arbres fruitiers à la Ferme de Paris

Plantation d’arbres fruitiers à la Ferme de Paris

Ferme de Paris
1 route du pesage
Bois de Vincennes
75012 Paris

La Ferme de Paris sur Facebook .
L’agenda des Acteurs du Paris Durable.

Manon

Share

Contribuez à l'épidémiosurveillance

6 jan

Puceron noir du dahlia - Photo : Bernard DUPONT / CC Flickr

Puceron noir du dahlia – Photo : Bernard DUPONT / CC Flickr

Chenille processionnaire du pin - Photo : Processionnaire du pin / CC Flickr

Chenille processionnaire du pin – Photo : Ferran-Pestana / CC Flickr

Limace des jardins - Photo : Christophe Quintin / CC Flickr

Limace des jardins – Photo : Christophe Quintin / CC Flickr

Maladie des taches noires sur rosier - Photo : Svetlana Lisova / CC Flickr

Maladie des taches noires sur rosier – Photo : Svetlana Lisova / CC Flickr

Comment stopper le développement de la pyrale du Buis, du puceron du rosier ou de la doryphore de la pomme de terre ?

Si vous êtes jardinier, vous pouvez contribuer à surveiller les bioagresseurs (virus, champignons, bactéries ou autres organismes nuisibles). L’épidémiosurveillance a pour but d’éviter le développement de ravageurs et de maladies de plantes, et permet ainsi de réduire l’utilisation de pesticides. Cette surveillance était autrefois réservée aux professionnels de l’agriculture. Suite au Grenelle 2 de l’Environnement, elle est désormais étendue aux jardiniers amateurs.

Doryphore de la pomme de terre - Photo : Anita Gould / CC Flickr

Doryphore de la pomme de terre – Photo : Anita Gould / CC Flickr

Comment contribuer à l’épidémiosurveillance ?

Les jardiniers qui le souhaitent peuvent participer à la surveillance biologique des zones non agricoles. Le Guide d’observation et de suivi des bioagresseurs au jardin, rédigé en partenariat entre la Société nationale d’horticulture de France et le Ministère de l’agriculture donne tous les conseils et explication pour mettre en oeuvre l’épidémiosurveillance. Ce guide est librement téléchargeable sur le site Jardiner autrement. Il explique notamment comment reconnaître 73 bioagresseurs fréquents et 2 plantes invasives.

Puceron du rosier  - Photo : S. Rae / CC Flickr

Puceron du rosier – Photo : S. Rae / CC Flickr

Que deviennent les observations des jardiniers ?

Les données issues de la surveillance permettent de rédiger les Bulletins de santé du végétal (BSV). Ils informent les jardiniers sur le contexte sanitaire, région par région. Ils sont consultables ici.

Plus d’informations sur le site Jardiner autrement.

Manon

 

Share

Concours national des jardins potagers

31 déc

Potager de l'École du Breuil - Photo : Christophe Noël / Mairie de Paris

Potager de l’École du Breuil – Photo : Christophe Noël / Mairie de Paris

Le jardin sur les toits - Photo : Christophe Noël / Mairie de Paris

Le jardin sur les toits – Photo : Christophe Noël / Mairie de Paris

Potager pédagogique - Photo : Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris

Potager pédagogique – Photo : Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris

 

Votre potager fait votre fierté, dans votre jardin, dans un jardin collectif ou à vocation pédagogique  ?
N’hésitez plus : c’est le moment d’imaginer et de préparer votre potager pour participer à l’édition 2015 du Concours National des Jardins Potagers. 

Ce concours récompense les jardins potagers les plus beaux et originaux avec une grande diversité de légumes bien cultivés. Tous les jardiniers de France métropolitaine peuvent y participer, et s’inscrire à l’une de ces 5 catégories

  • Catégorie 1 : jardinier amateur cultivant lui-même un jardin potager privatif pour le besoin personnel et familial ;
  • Catégorie 2 : jardinier amateur cultivant lui-même un jardin potager dans un ensemble collectif de jardins pour le besoin personnel et familial ;
  • Catégorie 3 : jardin potager privatif situé dans un environnement paysager : château, grand parc…
  • Catégorie 4 : jardin ou parcelles pédagogiques réalisés sur initiative individuelle ou avec la participation d’associations de jardiniers ou de sociétés d’horticulture.
  • Catégorie 5 : jardin potager innovant conçu et réalisé par un particulier amateur, une association ou structure similaire, à son initiative. L’originalité de ce potager sera évaluée sur le lieu, la technique, la conception, l’aménagement, ou tout autre caractère réellement inhabituel.
Le jardin sur les toits - Photo : Christophe Noël / Mairie de Paris

Le jardin sur les toits – Photo : Christophe Noël / Mairie de Paris

Comment y participer ? 
Vous devez demander un dossier de candidature à  SNHF – 84, rue de Grenelle 75007 Paris ou par mail à info@snhf.org. Vous pouvez le remplir et le renvoyer jusqu’au 30 juin.
Plus d’info sur le concours.

Manon

 

 

Share

Rose de Noël

25 déc

Photo : Flickr – Apollonio Tottoli – CC

Photo : Flickr – Gabrielle Ludlow – CC

Photo : Flickr – Bob-Gutowski – CC

Photo : Flickr – mama hito – CC

Photo : Flickr – Silke Baron – CC

 

Joyeux Noël !

En cadeau, voici l’hellébore ou Rose de Noël (Helleborus niger).

En vente dans les jardineries. C’est une plante fragile, pas facile à garder au jardin (j’ai connu plusieurs échecs successifs…).

Les fleurs sont blanches. Elles sont aussi appellée Héllébore. Les roses de Noël fleurissent en hiver et ne sont pas gênées par le froid et l’ombre. Son nom vient de sa capacité à fleurir même sous la neige à l’époque de Noël. Très rustiques, elles peuvent se plaire dans quasiment toutes les régions de France. Elles aiment les sols frais et la mi-ombre.
Voici quelques conseils pour la culture de la rose de Noël : Jardiner malin, Magazine plantes et jardins, Gerbaud.

Mado et Manon

Share

La pyrale du buis

16 déc

Cydalima perspectalis - Photo : Philippe Garcelon / Flickr CC

Chenille Cydalima perspectalis – Photo : Philippe Garcelon / Flickr CC

Cydalima perspectalis - Photo : raz1940 et Charlotte / Flickr CC

Papillon Cydalima perspectalis – Photo : raz1940 et Charlotte / Flickr CC

Vous habitez Paris et vous avez un buis sur votre balcon, dans votre cour ou jardinet d’immeuble ?
Alors cet article vous concerne !

La pyrale du buis (Cydalima perspectalis) est un papillon originaire d’Asie, signalé pour la première fois en Europe en 2007. C’est une espèce ragaveuse, qui fait tomber les feuilles des buis. Toutes les formes de buis peuvent être touchées : buis de bordure, topiaires, ou formes libres. La pyrale du buis est présente en Île-de-France depuis 2010 et progresse dans Paris.

Chaque année, 3 générations de chenilles se succèdent. La première génération, qui a hiverné, reprend son activité dès mars-avril. Les jeunes chenilles dévorent les feuilles et jeunes pousses du buis. L’attaque de la première génération passe souvent inaperçue. Les papillons prennent leur envol, et pondent les oeufs de la seconde génération. Ils apparaissent courant juin. La dernière génération passe l’hiver à l’état de jeunes chenilles logées dans des cocons à l’intérieur du feuillage du buis.

Chenilles et chrysalides - photo : J-Claude Bertrand

Chenilles et chrysalides – photo : J-Claude Bertrand

Les dégâts
Leurs dégâts sont souvent spectaculaires : les chenilles peuvent dévorer la totalité des feuilles d’un buis en quelques jours ! Les feuilles infectés apparaissent jaunâtres, avec de nombreux excréments et des fils de soie produits par les chenilles. En général, les végétaux repoussent. Dans certains cas, la perte fréquente de feuilles affaiblit le buis jusqu’à la mort de la plante.

Chnille sur buis fortement attaqué Photo : Alain Plee

Chenille sur buis fortement attaqué Photo : Alain Plee

Chenille Pyrale du buis Photo : François Renard

Chenille Pyrale du buis Photo : François Renard

Comment lutter contre la pyrale du buis ?
Pour lutter contre ce ravageur, il y a plusieurs méthodes selon le degré d’attaque. La surveillance hebdomadaire des buis est primordiale, elle permet de réagir rapidement.

Les méthodes culturales

  • Faible attaque : Ramassez les chenilles une à une. Secouez fortement les buis ou passez les au Karcher pour faire tomber les chenilles. Ramassez-les et éliminez-les. Attention : ces techniques ne sont pas efficaces lorsque les chenilles sont dans leur cocon d’hivernation, ni sur les œufs.
  • Attaque plus avancée : taillez les parties infestées.
  • Grave attaque : il faut détruire la plante.

Pour rompre le cycle de la pyrale : ne compostez pas les déchets, brûlez-les le plus rapidement possible. A Paris, enfermez les dans des sac poubelle et mettez les dans des poubelles des déchets non recyclables (bac à couvercle vert).

Les méthodes biologiques : Bacillus thuringiensis (Bt)

Des produits à base de Bacillus turingiensis utilisables en agriculture biologique sont vendus en jardinerie. Les produits à base de spinosad agissent de la même manière, et sont également utilisable en agriculture biologique.
Pour que le traitement soit efficace, quelques précautions sont à prendre :

  •  Le produit n’est efficace que sur premiers stades larvaires : observez régulièrement le buis pour appliquer le produit au bon moment. Le traitement est efficace si les chenilles deviennent noires et sèches.
  • Les traitements sont à renouveler si le premier traitement n’a pas été efficace. Tous les stades de développement du ravageur peuvent être présents au même moment sur une même plante rendant le traitement phytosanitaire partiellement efficace.
  • Le Bacillus thrurengiensis doit être soigneusement appliqué sur les 2 faces des feuilles et à l’intérieur des arbustes.
  • Ne pas traiter par temps de pluie car le produit serait lessivé et pas de pluie annoncée dans les 3 jours suivant le traitement, ni par grand soleil en raison de la photosensibilité du produit. Renseignez-vous sur la météo.

Les limites à la lutte insecticide

  • Bacillus thuringiensis doit être employé avec discernement car il n’est pas spécifique à la pyrale du buis. Toutes les chenilles de lépidoptères (papillons) touchées seront détruites.
  • Il est important que tous les buis soient traités pour que la lutte soit efficace.

Dernière nouvelle : nos collègues du Service des Sciences et Techniques du Végétal de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement  de la Ville de Paris nous informent que le buis est également victime de deux champignons, Cylindrocladium buxicola et Volutella buxi. Période difficile pour les buis…

Manon

Share

Ressuscitez vos plantes

12 déc

Scindapsus, pothos - Photo : Quinn Dombrowski / Flickr CC

Scindapsus, pothos – Photo : Quinn Dombrowski / Flickr CC

Mama petula

Mama petula

Au dispensaire pour plantes, Mama Petula, paysagiste décoratrice, soigne vos plantes malades. Tous les mardi de 18 h à 20 h, à la REcyclerie, apportez vos plantes pour une consultation et des conseils gratuits. Les soins et matériels restent ensuite à votre charge. Mama Petula vient également sauver les plantes sur rendez-vous à bord de son garden truck : un petit camion qui sert d’atelier mobile de jardinage. Ce mois-ci, elle y organise un mini marché de Noël mobile.

Le lieu d’accueil du dispensaire pour plantes est la REcyclerie, un lieu insolite qui accueille une cantine locavore, des rendez-vous troc, des ateliers créatifs, des poules qui mangent les déchets de la cantine… A la REcyclerie, on n’offre pas une seconde vie qu’aux plantes : René vous aidera à redonner vie à vos objets cassés, dans son établi.

Ce week-end, la REcyclerie organise un marché de Noël des créateurs. C’est l’occasion parfaite pour visiter ce lieu atypique.

Noël des créateurs de la REcyclerie

Noël des créateurs de la REcyclerie

La REcyclerie, 
83 boulevard Ornano
75018 Paris

Manon

 

Share

Les lentilles : ça pousse à vue d'oeil

8 déc

Lentilles germées – Photo : Madeline Florance

Lentilles germées – Photo : Madeline Florance

Lentilles germées – Photo : Madeline Florance

 

Vous n’avez pas mis vos lentilles à germer le jour de la Sainte-Barbe, le 4 décembre ? Vite rattrapez-vous ! Faites pousser des lentilles dans des coquilles d’œufs évidées.

D’amusantes plantations à faire à la maison avec les enfants, parce que ça pousse très vite : les lentilles.

Dans une coquille d’œuf vidée, mettre, comme dans un pot, des petites billes d’argile ou des graviers puis du terreau et couvrir de lentilles. Tenir toujours humide et guetter l’arriver des germinations en 2 à 3 jours, ensuite cela va très vite.

Lentilles qui commencent à germer – Photo : Madeline Florance

 

[ré-édition d’un billet paru en janvier et décembre 2013]

 

Mado

Share

Le retour des jacinthes

5 déc

Photo : Flickr – Judy Baxter – CC

Photo : Flickr – zopeuse – CC

Photo : Flickr – Emily Lewis – CC

Photo : Flickr – shisuka25 – CC

Photo : Flickr – Jean-Marie Huet – CC

Bulbes de jacinthes – Photo : Flickr – delphine gimbert – CC

Photos : Flickr – Julia Davidson / jkdjul – CC

 

Bonne nouvelle

Blanches, bleues ou roses et parfumées, elles annoncent la périodes des fêtes de fin d’année. J’aime les voir pousser, presque à vue d’œil. Les jacinthes sont de retour en boutiques.

 

Bulbe forcé ?

Les jacinthes que l’on trouve actuellement, sont des bulbes forcés. Un bulbe forcé est un bulbe qui a été mis plusieurs semaines au froid. Il a été ainsi trompé sur la saison et lorsqu’on le met en intérieur il fleurit comme au printemps. Ainsi nous avons des fleurs en plein hiver dans la maison.

 

Que faire de la jacinthe une fois qu’elle est fanée ?

Renseignements pris auprès des spécialistes : il faut couper la fleur fanée et garder la plante, avec ses feuilles, comme une plante verte à arroser de temps en temps. Au début du printemps, sortir la plate et si vous le voulez, replantez le bulbe avec les feuilles dans un jardin ou dans une jardinière sur le balcon. Elle pourra refleurir l’année suivante mais avec moins de clochettes,  car le forçage affaiblit le bulbe.

 

Voir des jacinthes dans le jardins parisiens ?

Pour voir des jacinthes dans les jardins parisiens, il faudra attendre le printemps ( bulbes non forcés). C’est dans un des 4 sites du jardin Botanique,  au Parc de Bagatelle qu’il y a la plus belle collection.

 [Réedition d'un article paru en 2011 et en 2013]

Mado

Share