Paris.fr
Accueil
Archive | Environnement RSS feed for this section

Les prochains Jeudis du jardinier au parc de Bercy : 12, 19 et 26 mai

11 Mai

enfants potager Parc de Bercy

Potager du Parc de Bercy – Photo : Eric Lefeuvre

potager enfants jardin jardinage

Potager du Parc de Bercy – Photo : Arnaud TERRIER

 

Les habitués de la Maison du jardinage l’ont déjà bien noté dans leur agenda : le jeudi, on se retrouve au potager !

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues : vous aussi, inscrivez-vous pour l’un des trois prochains rendez-vous, ou pour tous à la fois (quand on aime, on ne compte pas). On vous donne donc rendez-vous les 12, 19 et 26 mai à 15h pour un atelier jardinage au potager du Parc de Bercy (12e). Un après-midi pour jardiner, et échanger trucs et astuces.

Attention:  tenue de jardinage conseillée, alors enfilez vos plus belles bottes !

 

Sans titre

Atelier petite main verte au potager de Bercy – Photo : Jean-Pierre Viguié

 

Activités gratuites.

Renseignements et inscriptions auprès de main.verte@paris.fr ou par téléphone au 01 53 46 19 19.

Pauline

Share

La chouette hulotte parisienne menacée

19 Avr

Chouette hulotte - Photo doevos - CC Flickr

Chouette hulotte – Photo doevos – CC Flickr

Chouette hulotte - Photo fra298 - CC Flickr

Chouette hulotte – Photo fra298 – CC Flickr

Chouette hulotte - Photo renaud d - CC Flickr

Chouette hulotte – Photo renaud d – CC Flickr

Jeune chouette hulotte - Photo Helen Haden - CC Flickr

Jeune chouette hulotte – Photo Helen Haden – CC Flickr

 

Rapace nocturne le plus répandu en France, la population de Chouette hulotte en France est estimée à 200 000 couples. Pourtant, cette espèce semble se faire de plus en plus rare dans la capitale depuis ces dernières années. En effet, en 1990 on recensait près d’une trentaine de couples dans la zone intramuros de Paris. En 2010, seul 4 ou 5 y nichait toujours. Face à ces chiffres alarmants, Romain Sordello initie la même année La hulotte parisienne, un projet visant à comprendre pourquoi cet oiseau pourtant peu exigeant est en déclin dans Paris, et plus largement dans le milieu urbain, et comment le préserver. Les derniers résultats de ce projet sont visibles dans le bilan 2015.

Où vit-elle ?

Le projet comporte en autre la pose de nichoirs dans Paris, et leur suivi annuel. Ces nichoirs pallient non seulement au manque d’abri naturel, mais permettent également un suivi de la population des hulottes (sexe, âge, couleurs, régime alimentaire…). Ainsi, certaines caractéristiques (lumière artificielle, végétation, isolement du site, …) peuvent permettre d’identifier quel environnement est le plus propice à la reproduction de ces petites bêtes.

 

Nichoir - Photo Romain Sordello

Nichoir – Photo Romain Sordello

Nichoir - Photo la Hulotte parisienne

Nichoir – Photo Romain Sordello

Ponte de chouette hulotte - Photo Romain Sordello

Ponte de chouette hulotte – Photo Romain Sordello

 

En 2015, une cinquantaine de nichoirs étaient répartis sur Paris intramuros, le Bois de Boulogne, et le Bois de Vincennes. Et c’est au Bois de Vincennes que les résultats ont été les plus visibles, avec :

  • une femelle hulotte couvant 3 œufs
  • une ponte de 2 œufs non aboutie

Comment la reconnaître ?

Son chant très identifiable, est souvent repris dans les scènes nocturnes au cinéma. Ainsi, grâce à des soirées d’écoute et à l’implication de nombreux citoyens, Romain Sordello a pu répertorier les chouettes hulottes présentes sur la capitale. La Hulotte parisienne nous dévoile ainsi les lieux où ont pu être entendues ou observées ses petites protégées :

Pour plus d’information consultez le site la Hulotte parisienne.

Une impression de déjà vu ? Eh oui, nous avons avions déjà fait quelques articles sur les chouettes hulottes. C’est par ici :

Marine

Share

Combien de sapins recyclés cette année ?

16 Fév

Recyclage / broyage des sapins de Noël de 2015 le 07 01 2016

Broyage des sapins de Noël Square Monseigneur-Maillet (19e) / Photo : Christophe Noel

Du broyat, en veux-tu en voilà ! / Photo : Christophe Noel

Du broyat, en veux-tu en voilà ! / Photo : Christophe Noel

Paillage avec le broyat tiré du recyclage des sapins au parc Martin-Luther-King (17e) / Photo : Jean-Pierre Viguié

Paillage avec le broyat tiré du recyclage des sapins au parc Martin-Luther-King (17e) / Photo : Jean-Pierre Viguié

 

Résultats de l’opération « Recyclons nos sapins »

Roulements de tambour …

Parisiens, Parisiennes, le moment est venu de faire la Ola ou de ressortir vos cotillons !

Félicitations, ce sont 69 500 sapins qui ont été broyés et transformés en paillis cette année, 15 000 de plus que l’an passé. Pas mal non ?

Les sapins déposés et broyés en point de collecte ont permis la fabrication de 1 200 m3 de paillis végétal, l’équivalent du bassin olympique de la piscine Roger-Le-Gall (12e) !

Le broyat récupéré servira de couche protectrice pour les sols et plantations et sera également utilisé pour éviter aux herbes folles de prospérer au sein des parcs et jardins parisiens.

 Piscine Roger-Le-Gall (12e)/ Photo Mairie de Paris

Piscine Roger-Le-Gall (12e)/ Photo Mairie de Paris

 

Vous y avez grandement contribué, voici le top 10 des parcs et jardins qui ont recueilli le plus de sapins cette année :

Parcs de l’avenue Foch (16e) : 5.520 sapins
Parc des Buttes Chaumont (19e) : 2.372 sapins
Parc Montsouris (14e) : 1.896 sapins
Parc Clichy Batignolles Martin Luther King (17e) : 1.885 sapins
Jardins du Ranelagh (16e) : 1.551 sapins
Square Maurice Gardette (11e) : 1.467 sapins
Parc Georges Brassens (15e) : 1.404 sapins
Parc Monceau (8e) : 1.384 sapins
Square Dupleix (15e) : 1.289 sapins
Square du Temple (3e) : 1.201 sapins

Après les réjouissances, le petit hic à signaler : Quelques maladresses ont été observées cette année ; des sapins pas toujours déposés dans les enclos ou même devant les portes des parcs et jardins …

Aller, sans rancune, on ne vous en veut pas et le père Noël n’en tiendra pas rigueur… On vous connait, vous donnerez le meilleur de vous même l’année prochaine !

Amélie

Share

Le compostage collectif : comment ça marche ?

1 Fév

Distribution de compost au square de l’Aspirant-Dunand le 5 décembre 2015 — Association Espaces

Distribution de compost au square de l’Aspirant-Dunand le 5 décembre 2015 — photo : Association Espaces

La zone de compostage au square de l'Aspirant-Dunand (14e) — photo Jean-Pierre Viguié

La zone de compostage au square de l’Aspirant-Dunand (14e) — photo Jean-Pierre Viguié

Zone de compostage au square de l'Aspirant-Dunand (14e) : les 6 bacs — photo Jean-Pierre Viguié

Les 6 bacs de compostage — photo Jean-Pierre Viguié

Tout est expliqué sur les bacs : impossible de se tromper ! — photo Jean-Pierre Viguié

Tout est expliqué sur les bacs : impossible de se tromper ! — photo Jean-Pierre Viguié

Parce que recycler ses déchets organiques, c'est convivial !

Animation autour du composteur : parce que recycler ses déchets organiques, c’est convivial ! – photo Espaces

 

Composter, cela permet de recycler ses déchets organiques, et de produire naturellement de l’engrais pour nos plantations… Oui, mais à Paris ? Comment fait-on ?

L’exemple du compostage collectif Mouton-Duvernet

Le compostage collectif, pour qu’il fonctionne bien, doit pouvoir compter sur l’implication des habitants. Cela tombe bien, car dans le square de l’Aspirant-Dunand (14e), c’est justement le Conseil de quartier Mouton-Duvernet qui a initié le projet, et qui l’anime aujourd’hui.

Pour implanter la zone de compostage dans un lieu accessible à tous les riverains, il a fallu signer une convention avec la Ville de Paris, qui a mis une parcelle du square à disposition du projet. Cette convention a été établie entre la mairie et l’association Espaces, qui assiste le Conseil de quartier dans cette aventure. Cette association d’insertion n’est pas une inconnue dans le paysage de l’écologie urbaine : c’est elle qui assure, par exemple, l’entretien des talus de la Petite Ceinture dans les 14e et 15e arrondissements et du jardin solidaire Hérold (19e).

L’apport volontaire des habitants

Mis en service en mai 2015, la zone de compostage est composée de 6 bac en bois de 600 litres. Environ 80 foyers de riverains participent à les alimenter en bio-déchets ou déchets organiques : résidus végétaux, épluchures de légumes, restes alimentaires… L’important est de ne pas se tromper de bac. Mais pas de panique ! Ce n’est pas sorcier, et tout est très bien expliqué sur les couvercles.

Compostage : mode d'emploi

Compostage : mode d’emploi

 

Et le compost mûr, que devient-il ?

Le compost mûr est d’abord distribué à tous les participants au projet : chacun peut récupérer, selon ses besoins, une partie de cet engrais naturel pour enrichir le substrat de ses propres plantations : les jardinières des cours d’immeuble et des balcons, les jardins collectifs…

Preuve que le système fonctionne bien : le Conseil de quartier me dit qu’il produit plus de compost que nécessaire pour couvrir les besoins des participants (il est vrai que tout le monde n’a pas un immense jardin à entretenir !). Des discussions sont en cours pour faire profiter les services de la mairie de cette précieuse matière, pour l’utiliser dans les squares de l’arrondissement ou le jardin pédagogique d’une école du quartier.

Une affaire à suivre !

Si vous habitez le quartier, nhésitez pas à prendre contact avec compost.moutonduvernet@gmail.com pour en savoir plus. Toutes les infos sur le site compostmoutonduvernet.wordpress.com.

Antonin

Share

Candidatez au concours de l'arbre de l'année

19 Jan

Arbre remarquable / Désespoir des singes / Photo : Jean Pierre Viguié

Arbre remarquable / Désespoir des singes / Photo : Jean Pierre Viguié

Fagus sylvatica Pendula – Crédit photo : Jean-Pierre Viguié

Robinier faux acacia - Crédit photo : Jean-Pierre Viguié

Robinier faux acacia – Crédit photo : Jean-Pierre Viguié

 

Et si l’arbre de l’année 2016 était parisien ?

Depuis le mois de juin, l’aventure a redémarré avec l’ouverture des dépôts des nouvelles candidatures.

Alors, en groupe (familles, communes, associations…), alertez et mobilisez votre carnet d’adresse, vos réseaux, vos amis, les amis de vos amis, battez la campagne, la ville, les forêts, appareil photo en bandoulière et surtout racontez-nous l’histoire de votre arbre et du lien qui vous unit.

Rare, atypique, historique, avec une importance sociale ou symbolique, ou simplement beau, le jury sélectionnera parmi les candidats un arbre pour chaque région.

Présentez la candidature de votre Arbre 2016 dès maintenant, trois belles photos, une jolie histoire …

Pour s’inscrire, c’est par ici !

En mars, première sélection des lauréats régionaux dont le lauréat francilien. Et en avril, ouverture des votes en ligne pour l’Arbre de l’année 2016, « Prix du public ». On vous dit tout ici.

Plus d’infos sur le règlement du concours et son calendrier.

Le saviez-vous ?

L’arbre de l’année 2015 était francilien !

A Paris, vous avez l’embarras du choix : il y a 484 000 arbres, dont 222 arbres remarquables répertoriés.

Découvrez ici les lauréats 2015.

Bonne chance à tous.

Amélie et Marine

Share

Vilains sapins

6 Jan

Jean-Baptiste Gurliat / Mairie de Paris

Un pauvre sapin abandonné / Jean-Baptiste Gurliat / Mairie de Paris

Jean-Baptiste Gurliat / Mairie de Paris

Et de deux !! / Jean-Baptiste Gurliat / Mairie de Paris

Jean-Baptiste Gurliat / Mairie de Paris

Cher(e)s Parisien(ne)s, faites un effort ! / Jean-Baptiste Gurliat / Mairie de Paris

Jean-Baptiste Gurliat / Mairie de Paris

Sapin floqué, toi, tu  peux rester ici, mais préviens nous, qu’on puisse venir te chercher ! /Jean-Baptiste Gurliat / Mairie de Paris

 

Paris ville lumière, cité de l’amour, capitale de la gastronomie et ses sapins lâchement abandonnés. Pas très glamour en ce début d’année 2016.

Comme c’est triste de se retrouver tout nu sur le trottoir après avoir été le roi de la fête et couvert de bijoux.

Et dire qu’il y a encore des gens qui abandonnent leur animal de compagnie sur le bord de la route avant de partir en vacances ! Nos sapins subissent le même sort… lorsque les vacances de Noël sont finies !

On vous donne l’occasion de vous rattraper. Ni vu, ni connu, profitez de la tombée de la nuit, à la sortie du bureau, pour réparer votre petite incivilité. Embarquez votre sapin vers l’un des 141 points de collecte, faites lui plaisir et laissez le rejoindre les siens !

Armé de votre écharpe, d’un beau bonnet et de vos gants, empoignez votre sapin, faites lui vos adieux et promettez lui une nouvelle vie grâce à la Ville de Paris. C’est à deux pas de chez vous que votre ami plein d’épines ( du moins ce qu’il en reste), va pouvoir être récupéré et recyclé .

On vous donne même un coup de main, toutes les infos sont juste ici :

Pour les sapins avec flocage et peinture, il suffit de faire une demande de retrait des objets encombrants, ici.

Que va devenir mon sapin ?

Opération recyclage ! 

C’est maintenant à vous de jouer. Recycler votre sapin sera votre première bonne résolution pour la nouvelle année !

Amélie

Share

Que va devenir votre sapin recyclé ?

29 Déc

Point de collecte / Photo Christophe Noel

Point de collecte / Photo Christophe Noel

Recyclage des sapins de Noël collectés. Parc Martin Luther King. Broyage des sapins et paillage avec le broyat.

Et voilà le broyat ! Photo : Christophe Noel

Photo : Christophe Noel

Photo : Christophe Noel

 

Élèves exemplaires, vous allez sans aucun doute déposer votre sapin de Noël défraîchi dans l’un de nos 141 points de collecte.  Mais quel sort lui réservons- nous ?

Une deuxième vie, pardi !

Votre sapin passera à la broyeuse et sera ensuite transformé en broyat pour enfin servir  de paillis dans les espaces verts parisiens. Le paillis est une couche de matériau protecteur posée sur le sol. Il stabilise la température et l’humidité et empêche les mauvaises herbes de pousser. Il favorise le développement des micro-organismes souterrains, améliore la vie du sol.

Les paillages à base de bois, plus ou moins aérés ont aussi un rôle esthétique. On utilise les copeaux pour couvrir de grandes surfaces. Les jardiniers municipaux les disposent autour des massifs et dans les allées de promenade.

C’est génial… mais vous avez l’impression d’avoir manqué un épisode ?
On vous dit tout dans cette vidéo !

http://www.dailymotion.com/video/x2e1dsm

Si par hasard la vidéo ne s’affichait pas, cliquez ici pour la visionner.

Retrouvez en intégralité les adresses des points de collecte ici et.

Amélie

Share

Recyclons nos sapins de Noël

24 Déc

Sapin de noël / Photo Christophe Noël

Sapin de noël / Photo Christophe Noël

Point recyclage Square du Temple / Photo : Christophe Noel

Point recyclage Square du Temple / Photo : Christophe Noel

Broyage des sapins / Photos Christophe Noel

Broyage des sapins / Photos Christophe Noel

Le broyat obtenu sera utilisé par les jardiniers de la Ville comme paillage / Photo : Jean-Pierre Viguié

Le broyat obtenu sera utilisé par les jardiniers de la Ville comme paillage / Photo : Jean-Pierre Viguié

 

Votre sapin de Noël intéresse les jardiniers de la Ville de Paris. Déposez-le dans l’un des 141 points de collecte prévus à Paris…

Le choix de l’arbre, celui des décorations pour le parer, les cadeaux qu’on ouvre joyeusement à son pied… le sapin est à la fête dans nos maisons en décembre.  Mais, dès le 2 janvier, le voici sans fard et « déplumé », abandonné sur les trottoirs. Eh oui !  Après avoir brillé de mille feux, nos arbres de Noël finissent encore trop souvent leur vie sur la voie publique. Même si nous savons qu’ils proviennent désormais de forêts gérées durablement, un pincement au cœur nous saisit alors. Trop bête, car une deuxième vie est possible. Sur la liste de nos bonnes résolutions, en voici une, très facile à mettre en œuvre.

Ça se passe près de chez vous

Pour commencer l’année le cœur léger, il suffit de rejoindre les 54 000 Parisiens qui choisissent désormais de déposer leur sapin dans l’un des points de collecte situés dans des jardins ou squares (voir la liste sur Paris.fr). Ils sont ouverts à partir du 26 décembre 2015 et jusqu’au 24 janvier 2016. Cette année, 141 points ont été prévus, contre 95 les années précédentes. Il y en a forcement un près de chez nous.

Autre nouveauté : les sapins vont être broyés sur place. Pas de transport, c’est aussi moins de pollution !  Savez-vous que les jardiniers de la mairie de Paris se servent  de ce broyat, pour protéger les sols et plantations des jardins de l’évaporation de l’eau ou du froid ? Ce broyat évite aussi aux herbes folles de prospérer. En déposant votre arbre dans l’un de ces endroits, c’est un petit cadeau que vous faites à Dame Nature.  Mais attention, il doit être présenté dans son plus simple appareil, sans sac, ni décorations, flocage ou peinture d’aucune sorte.

Les premiers points de collecte datent de 2007. Depuis, leur fréquentation augmente d’année en année. Alors, cette année, on s’y met tous ?

Pour plus d’infos sur les points de collecte, c’est ici (sur Paris.fr) ou  (pdf à télécharger).
De nombreux points de collecte sont accessibles 24h/24h : pas de risque de se retrouver devant une grille fermée…

Christine

Share

L'arbre en fête à Paris le 25 novembre

14 Nov

Feuillage d'automne - photo Oznia Flickr

Feuillage d’automne – photo Oznia Flickr

L’arbre superstar adulée des oiseaux

Pour tous, l’arbre occupe une place majeure en ville. Dans les avenues, les placettes, les squares, les cimetières et les jardins, il contribue à la qualité de notre cadre de vie et favorise la biodiversité. Il est notamment propice aux oiseaux, pour le plus grand bonheur des ornithologues parisiens.

Une journée de fête pour le célébrer

Mercredi 25 novembre, des animations sont programmées dans tout Paris ainsi que dans le bois de Boulogne et le bois de Vincennes. Des expositions et des conférences seront organisées pour sensibiliser tous les publics à l’importance de l’arbre en ville. Mais ce n’est pas tout…

Des plantations dans tout Paris

Pour l’occasion, des plantations d’arbres seront réalisées dans tout Paris en partenariat avec la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO).

Pour connaître les lieux de plantations, consultez sans attendre le Programme Fête de l’Arbre 2015. (Attention, en raison de l’arrêté préfectoral relatif aux manifestations organisées sur la voie publique jusqu’au 30/11/15, les parcours-visites sont annulés.)

Et pour découvrir et télécharger l’affiche de l’événement, rendez-vous sur quefaire.paris.fr

Réservez votre mercredi 25 novembre !
> daplaza

 

Share

Le passage des Récollets (10e) : la végétalisation au service de la propreté

2 Nov

Photo : Jean-Pierre Viguié

Photo : Jean-Pierre Viguié

 

À quelques rues de la gare de l’Est, le passage des Récollets (10e) est en quelques années devenu un modèle de végétalisation urbaine. Souvenez-vous : il y a quelques années, les incivilités répétées en avaient fait un véritable point noir de malpropreté, et il semble qu’aujourd’hui le verdissement du lieu invite à mieux le respecter. Le passage a entamé sa mue en 2009 avec des travaux d’installation de végétalisation verticale. L’installation d’une jardinière pour combler le redans où s’accumulait la saleté avait pour but de rompre avec les incivilités que subissait ce lieu à la forte fréquentation. Cette initiative est un réel succès : la saleté a nettement diminuée dans ce passage devenu bien plus joli avec son habit vert.

Plantée à l’automne 2009, la végétation variée est aujourd’hui abondante.  En plus du bambou, de la petite pervenche (Vinca minor), du lierre et de l’akebia, on y trouve de la vigne de Coignet (Vitis coignetiae) dont le feuillage se pare de couleurs flamboyantes à l’automne. Cette dernière donne d’excellents résultats car c’est une espèce végétale qui se développe très rapidement. Il lui suffit de deux saisons pour recouvrir tout son support et ce même avec une orientation défavorable. Il a d’ailleurs été décidé de systématiser son usage lors de l’installation de nouveaux murs végétalisés.

La végétalisation du passage à ses début - Photo : D.R. Mairie de Paris

La végétalisation du passage à ses début – Photo : D.R. Mairie de Paris

Photo : D.R. Mairie de Paris

Son feuillage abondant aujourd’hui – Photo : D.R. Mairie de Paris

Photo : Jean-Pierre Viguié

Photo : Jean-Pierre Viguié

 

La végétalisation des murs présente de nombreux autres avantages, notamment en terme d’écologie. En effet, en plus d’enrichir la biodiversité, elle participe à la régulation climatique, l’isolation thermique et phonique et la pollution de l’air, ce qui améliore la qualité de vie des citadins. Les Parisiens sont encouragés à verdir les murs de la capitale… Mais comment s’y prendre ? Des fiches pratiques sont à votre disposition sur Paris.fr : on vous dit tout sur les plantes grimpantes.

Alexia

Share