Paris.fr
Accueil
Archive | Non classé RSS feed for this section

Nourriture bio, les plantes en redemandent

23 Nov

Plante grasse - Photo Amélie Letrou

Plante grasse – Photo Amélie Letrou

Jeunes pousses - Photo : Amélie Letrou

Jeunes pousses – Photo : Amélie Letrou

Capsicum jaune - Photo Amélie Letrou

Capsicum jaune – Photo Amélie Letrou

 

Vos plantes ont besoin de nourriture pour pousser et rester en forme. Oubliez les engrais chimiques et donnez leur du cent pour cent bio, elles vous en seront reconnaissantes. En fait, il suffit juste de quelques bonnes astuces pour fabriquer des engrais naturels.

 

Restes de thé – Flickr – canopic

 

Quand vous faites du thè pensez à conserver les feuilles infusées et offrez les à vos plantes vertes. Mélangées au terreau elles deviendront fertilisant. Utilisez aussi vos fonds de théière qui sont plein d’oligo-éléments et de fluor et les plantes adorent ça ! Ne les en privez pas.

 

Komet’ dans son bocal – Photo Amélie Letrou

 

Si vous avez un poisson rouge (ou d’une autre couleur d’ailleurs!) quand vous changez l’eau de l’aquarium ne la jetez surtout pas. Les éléments nutritifs qu’elle contient seront appréciés par vos plantes.

Il en est de même pour l’eau de cuisson des oeufs ou des légumes. Bien sûr l’eau devra être non salée et refroidie avant de servir à l’arrosage. L’intérêt est à la fois écologique (la plante est nourrie) et économique (vous aurez réutilisé votre eau au lieu de la jeter).

 

Eau de cuisson des légumes – Flickr – elisala

 

Je n’ai pas essayé mais certains jardiniers recommandent d’ajouter un verre de vin rouge ou de bière une fois par mois dans l’arrosoir pour obtenir de belles feuilles en santé.

Le marc de café constitue un bon engrais. Versez-le à la surface de vos plantes en pot, il pénétrera avec l’arrosage. De plus, mêlé à de la terre appauvrie ou qui a tendance à durcir, il l’aérera et l’assouplira.

 

Oeufs – Flickr – sassyradish

 

Les coquilles d’oeufs écrasées en miettes et saupoudrées dans les plantes protègent à la fois des insectes et constituent un bon engrais naturel pour nourrir la terre.

 

Feu de cheminée – Flickr – Stéphane Moussie

 

Vous avez une vraie cheminée? Quelle chance! Récupérez la cendre saupoudrez là aux pieds des plantes. Elle contient de la potasse et sert donc d’engrais.

Les algues vertes séchées peuvent aussi servir d’engrais mais nous sommes un peu loin de la mer…Dommage!

 

[ré-édition d'un article de novembre 2012]

Colette

Share

Connaissez-vous le mousse-graffiti ?

19 Nov

Les créateurs de Guerilla-gardening-france et leur création Cour Damoye (11e) - photo : Guerilla-gardening-france.fr

Les créateurs de Guerilla-gardening-france et leur création Cour Damoye (11e) – photo : Guerilla-gardening-france.fr

Création Cour Damoye (11e) - photo : Guerilla-gardening-france.fr

Création Cour Damoye (11e) – photo : Guerilla-gardening-france.fr

Création Avenue Simón Bolívar (19e) - photo : Guerilla-gardening-france.fr

Création Avenue Simón Bolívar (19e) – photo : Guerilla-gardening-france.fr

 

Et bien voilà ce que ça donne :

C’est aujourd’hui,  en faisant des recherches sur la mousse que je suis tombée sur le concept du Mousse-graffiti.

Késako ?

Le mousse-graffiti explore de nouvelles formes de communication, écologiques et biodégradables, toutes en mousse et colle végétale. Il s’inscrit dans la grande tradition du Street Art tout en contribuant à l’esthétisme urbain. Les murs de la ville sont alors habillés de motifs en mousse; ce qui permet de mettre en valeur les murs défraîchis et d’intégrer du vert (parce qu’on aime ça) dans l’espace urbain.

Guidée par ma curiosité, j’ai découvert Guerrilla Gardening France

Le Guerrilla Gardening est un mouvement de réappropriation d’espaces délaissés ayant pour but de favoriser une émergence végétale. Encore illégale, cette action se veut conviviale et vise à faire naître une réflexion sur les modes de vie ainsi que sur l’utilisation de nos espaces publics.

« Nous n’attendons pas d’autorisation particulière pour aller jardiner ces espaces qui sont souvent délaissés depuis déjà trop longtemps !

Nos objectifs, nos revendications et nos outils sont très variés pour repenser la ville et les espaces publics qui nous entourent. Que ça soit pour se battre contre la privatisation ou le délaissement des terres, pour retrouver le contact avec la terre ou les gestes du jardinage, pour se faire plaisir, rencontrer ses voisins de manière conviviale, expérimenter « l’agriculture urbaine » ou pour faire du « street art » végétal, vous trouverez forcément une raison pour passer à l’action ! »

Sources :  Guerrilla Gardening France

On vous parle aussi de Green Guerilla ici, sur le blog.

Et vous savez quoi ?

D’après une étude de l’université de Bonn, la mousse fait partie des armes les plus efficaces et assidues contre le polluant atmosphérique numéro un, les particules (présentes dans l’air que nous respirons).

De la mousse et encore de la mousse, ici, sur le blog.

 

bandeau_permis-de-vegetalis

Agir en toute légalité, c’est mieux :

Envie de vert et d’imagination, la Mairie de Paris vous invite à faire une demande de permis de végétaliser. Par ici le formulaire !

Pour plus d’informations, suivez le lien.

Amélie

Share

Les jardiniers de Paris utilisent le vinaigre blanc

17 Nov

Prix récompensant la capacité d'innovation des équipes de la Ville - photo Intraparis

Prix récompensant la capacité d’innovation des équipes de la Ville – photo Intraparis

Outils des jardiniers du parc de la Butte-du Chapeau-Rouge (19e) - photo Christophe Noël

Outils des jardiniers du parc de la Butte-du-Chapeau-Rouge (19e) – photo Christophe Noël

Le vinaigre blanc, tout simplement ! – photo Flickr / Honolulu Media / CC

Le vinaigre blanc, tout simplement ! – photo Flickr / Honolulu Media / CC

 

La Direction des Espaces Verts et de l’Environnement de la Mairie de Paris , récompensée par un Territoria d’Argent :

L’utilisation du vinaigre blanc par les jardiniers de la Ville de Paris a été récompensée le 13 octobre dernier à l’occasion du Palmarès du Prix TERRITORIA. Ce dernier met en avant et plébiscite les  initiatives innovantes des collectivités territoriales pour l’efficience du service au public.

Les agents municipaux ont ainsi à leur disposition une méthode prophylactique efficace, simple de mise en œuvre, écologique et peu coûteuse, qui réduit leur exposition à des produits potentiellement dangereux pour leur santé. Cette exposition est également réduite pour l’environnement et les Parisiens.

On vous explique tout sur cette démarche, ici, dans un article paru le 3 août dernier.

Amélie

Share

Idéal part à la retraite

16 Nov

Idéal quitte l'atelier des chevaux du Bois de Vincennes au bras de sa nouvelle propriétaire

Idéal quitte l’atelier des chevaux du Bois de Vincennes au bras de sa nouvelle propriétaire – photo Jean Claude Carretier

Idéal au sein de sa pension à Saint Loup Les Vignes, dans le Loiret

Idéal au sein de sa pension à Saint Loup Les Vignes, dans le Loiret – photo Jean Claude Carretier

Bonne retraite Idéal !

Bonne retraite Idéal ! – photo Jean Claude Carretier

 

Après avoir servi  l’atelier des chevaux du bois de Vincennes aux côtés de deux bûcherons, deux jardiniers, un cantonnier et son compère Rapido, l’heure de la retraite a sonné pour Idéal.

Il y a effectué de nombreux travaux, à peu près le même travail qu’un tracteur, mais avec infiniment plus de tact et dans un respect absolu de l’environnement. Collectes de déchets dans le bois, transports d’arbres abattus, missions d’arrosage et bien d’autre …

Idéal a rejoint le 8 novembre, son nouveau « chez-lui », sa pension à Saint Loup Les Vignes, dans le Loiret.

Il est maintenant en compagnie de deux chevaux et un âne, dans un prés de treize hectares; bosquets et source compris. Il apprécie pour sûr, son nouveau chez lui au sein de son abri couvert et fermé sur trois côtés !

Idéal est tombé entre de bonnes mains, sa nouvelle propriétaire, de profession médicale, lui assurera tous les soins nécessaires, comme elle le fait pour ses chevaux et ses sept chiens …

La remplaçante d’Idéal, Biba, doit arriver à l’atelier mi-novembre.

 

Nos salutations, et bonne retraite, bien méritée !

 

Amélie

Share

L'arbre en fête à Paris le 25 novembre

14 Nov

Feuillage d'automne - photo Oznia Flickr

Feuillage d’automne – photo Oznia Flickr

L’arbre superstar adulée des oiseaux

Pour tous, l’arbre occupe une place majeure en ville. Dans les avenues, les placettes, les squares, les cimetières et les jardins, il contribue à la qualité de notre cadre de vie et favorise la biodiversité. Il est notamment propice aux oiseaux, pour le plus grand bonheur des ornithologues parisiens.

Une journée de fête pour le célébrer

Mercredi 25 novembre, des animations sont programmées dans tout Paris ainsi que dans le bois de Boulogne et le bois de Vincennes. Des expositions et des conférences seront organisées pour sensibiliser tous les publics à l’importance de l’arbre en ville. Mais ce n’est pas tout…

Des plantations dans tout Paris

Pour l’occasion, des plantations d’arbres seront réalisées dans tout Paris en partenariat avec la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO).

Pour connaître les lieux de plantations, consultez sans attendre le Programme Fête de l’Arbre 2015. (Attention, en raison de l’arrêté préfectoral relatif aux manifestations organisées sur la voie publique jusqu’au 30/11/15, les parcours-visites sont annulés.)

Et pour découvrir et télécharger l’affiche de l’événement, rendez-vous sur quefaire.paris.fr

Réservez votre mercredi 25 novembre !
> daplaza

 

Share

Atelier "potogreen" à la Maison du Jardinage

13 Nov

Oeillets d'Inde et kalanchoé, Potogreen PARISLABEL dans la rue de Hanovre , Paris 2e (75) - photo Alain Delavie

Oeillets d’Inde et kalanchoé, Potogreen Paris Label dans la rue de Hanovre , Paris 2e  – photo Alain Delavie

Mini motte - photo Jardin d'Hubert

Mini motte – photo Jardin d’Hubert

Potogrenn et brique de lait – photo Paris Label

 

Soyez-vous aussi, acteur de la végétalisation parisienne !

La Maison du Jardinage vous propose de réaliser lors d’ateliers, des potogreens à l’aide d’éléments de récupération.

Les prochaines sessions d’ateliers se dérouleront le 18 novembre et le 2 décembre de 14h à 16h à la Maison du Jardinage !

Cette rencontre Main Verte sera également l’occasion d’échanger et de s’informer sur le permis de végétaliser avec un conseiller environnement du pôle ressource jardinage urbain et Paule Kingleur, PARIS LABEL, créatrice de différents concepts de végétalisation pour ré-enchanter l’espace public, tels que potogreens, dadagreens, zambus…

L’association Paris Label questionne et porte un autre regard sur la ville par ses interventions artistiques, ses événements singuliers et inattendus dans l’espace public.

Le potogreen, jardin de poche permettant de végétaliser un emblème de l’incivisme « automobilistique », a de l’avenir :

À Paris, il existe plus de 330 OOO potelets anti-stationnement…

Pour y participer, c’est très simple et gratuit :

  • Inscrivez- vous par mail, main.verte@paris.fr, ou bien par téléphone au  01 53 46 19 19
  • Apportez deux briques de lait ou de soupe (type tétra pack de 1L) et n’oubliez pas votre superbe tenue de jardinage !

 

Amélie

 

 

Share

L'Ecole Du Breuil aux couleurs de l'automne

10 Nov

Jardin de l'Ecole Du Breuil / Novembre 2015

Jardin de l’Ecole Du Breuil – Novembre 2015 – photo Séverine DUBOSC

Arbre de l'Ecole Du Breuil - Novembre 2015

Arbre de l’Ecole Du Breuil – Novembre 2015 – photo Séverine DUBOSC

Allée centrale de l'Ecole Du Breuil - Novembre 2015

Allée centrale de l’Ecole Du Breuil – Novembre 2015 – photo Séverine DUBOSC

 

Pourquoi ne pas profiter du cadeau que nous fait la météo en ce mois de novembre ?

Paris nous offre un temps idéal pour  flâner dans les jardins de l’Ecole Du Breuil (12e).

L’automne nous y dévoile toutes ses plus belles couleurs pour le plus grand bonheur de nos deux yeux ! C’est ouvert tous les jours de 9h à 17h.

Les jardins thématiques :

Roseraie contemporaine, rocaille, jardins de vivaces, jardin paysager, collection d’arbustes, verger, potager clos de murs, serres chaudes, collection de plantes saisonnières associant bulbes et bisannuelles , et plus de 1 000 variétés de plantes à fleurs et à feuillage sur 6 hectares.

Et juste en face …

L’arboretum de Paris couvre 13 hectares. Dans une ambiance naturelle, il présente 650 essences de feuillus et conifères, différents milieux dont une zone humide et une prairie calcaire.

Infos pratiques :

Route de La Ferme Bois de Vincennes 75012 Paris
RER A Joinville Le Pont
Métro Maisons-Alfort Stade, ligne 8
Tel. : 0153661400

 

Ecole Du Breuil - novembre 2015

Ecole Du Breuil – Novembre 2015 – photo Séverine DUBOSC

C'est l'automne à l'Ecole Du Breuil - Novembre 2015

C’est l’automne à l’Ecole Du Breuil – Novembre 2015 – photo Séverine DUBOSC

Couleurs flamboyantes du jardin de l'EcoleDu Breuil - Novembre 2015

Couleurs flamboyantes du jardin de l’EcoleDu Breuil – Novembre 2015 – photo Séverine DUBOSC

 

Amélie

Share

Mercredi 25 novembre, on fête l'arbre !

4 Nov

Parc Montsouris automne (Photo Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Parc Montsouris (Photo Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Mon arbre adoré (Photo CC Mykl Roventine)

(Photo CC Mykl Roventine)

Platane commun au square des Batignolles (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Platane commun au square des Batignolles (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

 

À quelques jours de la COP21, Paris organise la Fête de l’Arbre, mercredi 25 novembre, jour de la Sainte Catherine… Un bon présage pour l’environnement, à la Sainte Catherine, tout bois prend racine !

L’arbre joue un rôle majeur pour l’environnement des villes. Il agit pour le climat et la biodiversité et enchante notre cadre de vie. À quelques jours de l’ouverture de la conférence internationale pour le climat, la COP21, la Mairie de Paris lui consacre une journée de conférences, d’expositions et d’ateliers d’initiation à l’arboriculture.

Cette journée sera également marquée par la labellisation des arbres remarquables de Paris par l’association A.R.B.R.E.S ! Vous pouvez les découvrir en avant première dans cette série de panneaux (pdf).

 

Île aux Cygnes (Photo D.R / Mairie de Paris)

Île aux Cygnes (Photo D.R / Mairie de Paris)

Platane d'Orient au square des Batignolles (Jean-Pierre Viguié / Marie de Paris)

Platane d’Orient au square des Batignolles (Jean-Pierre Viguié / Marie de Paris)

Sophora du Japon Pleureur au parc de Bagatelle (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

Sophora du Japon Pleureur au parc de Bagatelle (Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris)

 

Les rendez-vous se tiendront notamment au Parc Floral, au Parc de Bagatelle, sur l’Île aux Cygnes, à la Ferme de Paris…

  • Conférences sur inscription : formulaire en ligne
  • Programme complet : quefaire.paris.fr (Attention, en raison de l’arrêté préfectoral relatif aux manifestations organisées sur la voie publique jusqu’au 30/11/15, les parcours-visites sont annulés.)

> daplaza

 

800px_Fête_Arbre_2015

Cliquer sur l’affiche pour télécharger

 

Share

Zoom sur les fleurs d'automne !

4 Nov

Colchiques et feuilles d'automne - photo waltercolor Flickr

Colchiques et feuilles d’automne – photo waltercolor Flickr

Chrysanthèmes dorées – photo torange-de

Cyclamens - photo Maja Dumat Flickr

Cyclamens – photo Maja Dumat Flickr

 

L’automne est souvent marqué par champignons et feuilles volantes. On en oublie parfois les fleurs automnales et leurs coloris chauds qui succèdent aux riches floraisons estivales.

En espérant vous donner quelques idées, de petites anecdotes et de bons conseils pour vos jardinières, balcons, vos parterres de jardins partagés ; cet article en image est avant tout pour le plaisir de nos deux yeux !

Saison de transition, l’automne se pare des plus belles couleurs grâce à certaines espèces vivaces ou bulbeuses qui fleurissent à cette époque et résistent très bien aux températures basses : asters, chrysanthèmes, dahlias… La plupart de ces plantes sont très faciles à cultiver et ne demandent pas un entretien très conséquent.

Anémones du Japon - photo Benoît Deniaud Flickr

Anémones du Japon – photo Benoît Deniaud Flickr

Les anémones du Japon

Cette espèce est peu exigeante, facile à cultiver, elle pousse en terreau frais et bien drainé de préférence à la mi-ombre. Pailler les pieds peu s’avérer utile pour protéger les plants du froid et de l’humidité en hiver. Ces vivaces à feuillage vert foncé forment un beau contraste avec leurs fleurs blanches à étamines jaunes.

Colchiques - photo Pixabay

Colchiques – photo Pixabay

Les colchiques

Les colchiques apparaissent en automne et durent jusqu’en hiver. Attention, car cette plante est très toxique (fleurs et bulbes). Sa culture est facile : le colchique tolère tout type de sol mais apprécie la fraîcheur et une exposition ensoleillée et peu endurer le froid extrême, jusqu’à -20°C. Il faut veiller à ne pas trop les arroser, seulement lorsque le sol est sec.

Cyclamens - photo Maja Dumat Flickr

Cyclamens – photo Maja Dumat Flickr

Les cyclamens

Ces tout petits bulbes forment de généreux tapis aux tons vifs rose, blancs, rouges … Ils aiment une exposition à mi-ombre et poussent en sol léger, sans trop de calcaire, pas trop sec à frais. Sachez que cette plante, de la famille des vivaces, n’apprécie guère le soleil et les fortes températures. En effet, elle préfère les sols riches en humus, frais, bien drainés et les endroits ombragés. Elle résiste à des températures pouvant aller jusqu’à – 10°C.

Asters d'automne - photo Drew Avery Flickr

Asters d’automne – photo Drew Avery Flickr

 

Les asters

Les asters resteront fleuris jusqu’à la fin du mois de novembre et illumineront vos parterres, pots ou jardinières. Pour cela, choisissez un endroit un peu ombragé, où la terre pourra rester fraîche (pour cela vous pouvez pailler leur pied au moment de la plantation). Attention à l’humidité, qui pourrait les faire pourrir. Certaines variétés peuvent dépasser les deux mètres de haut.

 

Chrysanthèmes, des marguerites d'automne -photo torange-fr

Chrysanthèmes, des marguerites d’automne -photo torange-fr

Les chrysanthèmes

Parfois appelés marguerites d’automne, les chrysanthèmes offrent de nombreux coloris vifs et des formes variées. Ils fleurissent de septembre jusqu’aux premières gelées. Ces plantes ont l’avantage d’être encore fleuries lorsque les autres se fanent. De plus, elles sont très faciles à entretenir et résistent bien au froid. Les chrysanthèmes peuvent être cultivés en pleine terre ou en pot. Ce sont des fleurs très résistantes et rustiques qui tolèrent une certaine sécheresse.

 

Amélie

 

Share

Le pourquoi du comment des feuilles !

3 Nov

Ginko biloba, arbre remarquable du Parc Montsouris (14e), en automne - photo Jean-Pierre Viguié

Ginko biloba, arbre remarquable du Parc Montsouris (14e), en automne – photo Jean-Pierre Viguié

Feuillage d'automne - photo Eric Beaume Flickr

Feuillage d’automne – photo Eric Beaume Flickr

 

Alors que nous observons tous en ce mois de novembre, les arbres se dénuder, il est très tentant de se demander si il s’agit d’une lubie arborée, d’un mouvement nudiste végétal ou encore d’une préparation naturelle et programmée à la Fashion Week 2016… Ne cherchez plus, j’ai aujourd’hui trouvé réponse à cette question.

La coloration et la chute des feuilles n’est en rien une coquetterie végétale. L’arbre se prépare seulement à survivre aux aléas de l’hiver et doit donc mettre en place un système lui permettant de vivre « au ralenti ».

Les feuilles n’étant pas isolées par de l’écorce comme le tronc et les branches, ni par la chaleur de la terre comme les racines, sont très sensibles au froid, au vent et au gèle. Le tissu des feuilles est la partie la plus vulnérable d’un arbre.

Comment ça marche docteur ?

En automne, les arbres fabriquent une substance nommée « enzyme ». Cette dernière va se développer au niveau du pétiole (base qui retient la feuille à la branche) et va permettre à la feuille de se détacher et donc de tomber. N’ayez crainte, l’arbre n’est pas entrain de s’automutiler ; au contraire !

Eh oui, l’arbre en a dans le tronc ! Il évite de dépenser de l’énergie inutilement pour des organes, comme ses feuilles, qui sont eux destinés à geler puis à mourir. De lui-même, il isole les canaux qui transportent la sève jusqu’à ses feuilles.

Les feuilles étant alors privées de sève vont développer des couches de liège qui vont former des petits blocages destinés à sceller les canaux acheminant l’eau et les minéraux vers chaque feuille.

Les feuilles vont survivre encore quelques temps en s’alimentant de leurs propres réserves mais au fil du temps et au premier coup de vent, elles s’envoleront ! Ce phénomène est déclenché par la baisse des températures et la diminution de la durée du jour. Figurez-vous que les feuilles sont munies de capteurs très sensibles à l’énergie solaire.

Et niveau couleur ?

La coloration des feuilles est due à l’absence d’alimentation de sève brute. C’est alors que la chlorophylle, pigment vert de la sève, se dégrade. Les feuilles deviennent alors rouges, jaunes, orange

Et rien que pour le plaisir des yeux, une compilation de jolies feuilles d’automne made in  « Ça se passe au jardin » !

Quand le jardiner qui sommeille en moi se réveille :

Les feuilles peuvent former un très bon paillage pour protéger vos massifs cet hiver. Elles rendront le froid moins intense, limiteront l’apparition de mauvaises herbes et fertiliseront le sol tout en maintenant une vie sous terre en participant à la création d’humus.

Encore et toujours des feuilles ? Si vous croulez sous les feuilles, jetez les au compost en vous assurant qu’elles soient bien saines !

 

Amélie

Share