Paris.fr
Accueil
Archive | recette RSS feed for this section

Champignons comestibles

8 oct

Trompettes de la mort – Photo : Flickr – Marco Bertolini / shunkamanitotanka – CC

Cèpes de Bordeaux – Photo : Flickr – Mintegui – CC

Chanterelle – Photo : Flickr – Anita363 – CC

Coprin chevelu – Coprinus comatus – Photo : Flickr – mintegui – CC

Morille – Photo : Flickr – Eryne / FortGir – CC

 

L’automne est la période la plus favorable pour les champignons, alors pour ceux qui n’iront pas à la cueillette, voici pour le plaisir quelques belles photos de champignons comestibles. (J’ai un peu triché, car la morille est un champignon de printemps !).

Venez découvrir les champignons comestibles de la saison au Parc Floral à l‘expo Champignon du 11 au 14 octobre 2013.

Avant de partir à la cueillette, relisez bien les règles d’or du bon amateur de champignons –> ici.

Mon livre préféré sur les champignons est Le gratin des Champignons (1ère édition en 1986 !) de Roland Sabatier et Georges Becker aux éditions Glénat.

Le Gratin des champignons n’est pas un guide comme les autres. Mettant en scène le « gratin » de l’espèce, Roland Sabatier a choisi une centaine de champignons parmi les plus connus, dont il croque la personnalité tout en respectant fidèlement la physionomie. Les personnages sont plus ou moins sympathiques selon le caractère plus ou moins recommandable de l’espèce.
Chacun des champignons représentés, parfaitement identifiable, est accompagné par une fiche technique répertoriant ses noms scientifiques et vulgaires et leur étymologie, son habitat, une coupe longitudinale, une vue grossie des spores accompagnée de la couleur de la sporée, un calendrier de pousse, sa comestibilité, ainsi qu’un texte descriptif expliquant sommairement l’utilité de l’espèce et donnant ses principaux caractères.

 

Une recette ? Le Velouté de champignons !

Photo : Flickr – shashinjutsu – CC

C’est la saison des champignons et vous avez trouvé des cèpes, mais ils sont un peu trop abimés pour être classés « top des champignons »? Faites-en un velouté! Si vous n’avez pas de cèpes vous pouvez faire la même chose avec des champignons de Paris.

Cette recette est super facile. Nettoyez vos champignons, coupez les en lamelles et faites les revenir avec un une échalote hachée. Quand ça commence à dorer ajoutez une cuillère à soupe de farine, et, tout en remuant, ajoutez un demi litre d’eau. Pour corser le goût ajoutez un cube de bouillon de légumes, une gousse d’ail, un brin de cèleri ou une branche de thym selon vos préférences…(Moi je met le tout !) Laissez cuire environ 10 minutes et passez au mixer. Vous obtiendrez un velouté beige marron au parfum et au goût délicieux. C’est bien aussi de rajouter quelques croûtons frits dans de l’huile d’olive et frottés d’ail ou une cuillère de crème fraîche.

 

[ré-édition de l’article du 16/10/2012 - recyclage !]

Mado & Colette

Share

Le temps de l'églantine, des récréations et des cartables

2 oct

Rosa canina – Flickr – photo : James Gaither CC

Les églantiers sur les chemins d’automne – Flickr – photo : Cristina Nociveglia CC

La récolte a été bonne ? _ Flickr : photo : Leucota CC

Un petit saut dans une baignoire d’églantines – Flickr – photo : HydaspisChaos CC

Marmelade d’églantine, bonheur dans la cuisine, pour les estomacs qui crient famine ! – Flickr Cristina Nociveglia CC

 

Elle a un nom qui brille dans les oreilles comme un carillon, l’églantine. On l’oublie souvent, et pourtant elle est sur les bords des chemins, même à Paris.

L’églantine, c’est la fleur que l’on croise sur le chemin de l’école, ou dans les parcs et jardins, l’on rencontre sur le bord des routes. D’abord timide, la fleur est rose pâle presque blanche. Quant au fruit, le cynorhodon (plusieurs exemples de baies ici) lui devient rouge vif, et c’est avec lui que l’on fabrique cette substance divine (nectar ou ambroisie) qu’est la confiture d’Églantine.

Attention à vous, pourtant ! Les grains contenus dans le fruit font de l’excellent poil-à-gratter (moyen idéal de vous venger de votre pire ennemi, je vous le conseille tout particulièrement, testé par mes soins à un certain âge… mais je ne vous ai rien dit, bien évidemment)

Et il faut bien qu’elle se venge, l’églantine, elle que l’on appelle « le rosier des chiens »… Pas très gentil pour elle : c’est qu’elle servait d’antan de remède à la rage de nos chers compagnons à quatre pattes, d’où ce nom peu flatteur, qui a donné également « cynorhodon » (le nom savant des baies rouges).

Quand les cueille-t-on, ces églantines, ces petites baies précieuses pour les gelées et confitures ? Eh bien il vaut mieux les cueillir après la première gelée (ou en simuler une avec votre congélateur) pour qu’elle se ramollisse et se gorge de sucre – magie de l’églantine ! Vous pourrez aussi la déguster en tisane, pour ses propriétés diurétiques et astringentes (petit côté régime minceur en hiver, ça vous dit ?)

Et à quoi sert de manger des églantines ? Elles sont particulièrement efficaces en cas de diarrhée (bon, on ne vous le souhaite pas… c’est un constat) et que l’églantine est très riche en vitamine C : de 0,5 à 1,7 g pour 100 g secs (et donc particulièrement intéressante pour lutter contre les fatigues d’hiver !)

Sachez aussi que vous en trouverez quelques spécimens au parc de l’île Saint-Germain à Issy-les-Moulineaux que nous vous avions présentée ici.

Et laissez-moi un peu de confiture d’églantine sioux-plait, sinon je me transforme en sheriff!

1kg d’églantines

1kg de sucre

1 citron

Lavez vos églantines. Faites les cuire entières avec un peu d’eau pour qu’elles ramollissent et passez les au robot ou au mixeur. Puis passez-les au tamis pour supprimer les grains et menus poils qui pourraient être plus ou moins désagréables pour vous (poil-à-gratter, n’oubliez pas!)

Puis, faites cuire à nouveau cette purée, avec le sucre, le jus du citron et laissez mijoter amoureusement en sentant l’odeur de l’églantine se répandre dans votre cuisine. Quand la confiture prend (et qu’une écume, que vous débarrassez, s’est formée), arrêtez la cuisson et mettez la confiture dans des pots. Fermez-les alors que la confiture est encore chaude et placez les pots à l’envers pour éviter qu’une poche d’air ne se forme.

Et le tour est joué : dégustez !

 

Anne-Catherine Baechtel

 

Share

Le pâtisson

4 sept

patisson - Flickr - Ferme du parc

patisson – Flickr – Ferme du parc

Ce légume proche de la courgette par sa consistance porte le nom d’un gâteau provençal dont il a hérité la forme. On peut le consommer jeune et tendre en le cuisinant comme une courgette. Il a alors un agréable goût d’artichaut. Il se conserve bien et longtemps mais alors sa peau se durcit. Il faut alors le peler et retirer le foin qui encombre sa cavité centrale (comme les artichauts).

pâtisson jaune orangé - Flickr - melina 1965

pâtisson jaune orangé – Flickr – melina 1965

Contrairement aux courges en général il occupe peu de place au jardin. Ce sont des plantes non coureuses. Il en existe plusieurs variétés. Les fruits, dont le poids varie le plus souvent entre un et deux kg, peuvent être blancs, vert jaune, orangés, ou panachés de ces diverses couleurs.

patisson bicolore - Flickr - Robert Brown

patisson bicolore – Flickr – Robert Brown

Préférez les pâtissons de petites et de moyennes tailles aux gros, la chair de ces derniers étant légèrement moins fine. Ils se cuisent à l’eau bouillante pendant quinze minutes environ.

Une recette facile

Faites bouillir de l’eau salée dans une casserole puis plongez-y deux petits pâtissons pendant 15 minutes. Égouttez les, découpez en les chapeaux et prélevez délicatement la chair sans en abîmer la peau.

patisson farci aux champignons - Flickr - madame-eve

patisson farci aux champignons – Flickr – madame-eve

Dans une poêle, faites revenir un oignon émincé, une gousse d’ail hachée et 200g de champignons de Paris émincés. Salez poivrez, ajoutez 2 cuillères à soupe de crème fraîche  Ajoutez ensuite la chair de pâtisson et mélangez bien le tout. Farcissez les pâtissons évidés avec cette préparation, ajoutez un peu de fromage râpé sur le dessus et enfournez pour 20 minutes à 190°.

Colette.

Share

la mirabelle, c'est la plus belle !

20 août

En fleurs… – Flickr – Mr. Porse

ou en fruits, elles sont toujours aussi belles les mirabelles ! – Flickr – Marc Lagneau CC

 

Fruit à croquer, avec ses jolies joues dorées au soleil, légèrement rougissante, la mirabelle, son petit goût sucré irrésistible et sa couleur de soleil ne pourrons que vous faire… craquer !

Oui elle est du nord, du nord-est particulièrement (la Lorraine se l’attribue généralement, mais ne soyons pas injustes avec les alsaciens, l’on en déguste aussi de très bonnes en Alsace), mais on la trouvera sur tous les étals même à Paris. En été, on cueille d’abord les plus beaux fruits (car ils sont aussi très fragiles) à la main. Puis,  l’on étend des grands linges sur le sol et on secoue délicatement les arbres pour la récolte, comme pour les abricots. Au passage, pour les cueilleurs qui ont une petite faim ou une grosse fatigue, une petite dégustation du fruit de la cueillette s’avère indispensable !

Comment la choisir ?

Elle doit être ferme, bien jaune orangée, toute lisse et douce, et enfin avec de jolies joues rougissantes. Si elle est légèrement ridée, ou toute verte, passez votre chemin, vous ne pourrez appréciez le doux goût de miel et de vanille de ce fruit du soleil du nord (non, ce n’est pas paradoxal !) !

Pourquoi la croquer ?

Mis à part son goût irrésistible, qu’est-ce qui vous force indéniablement à consommer ce fruit ? D’abord, c’est un fruit qui se déguste sur une très courte durée, celle de sa récolte, en août et septembre, D’abord, son apport en sucre assez conséquent (17g pour 100g de fruits) est très intéressant pour les sportifs : la mirabelle, c’est un fruit de l’effort !

Ensuite, sa composition : la mirabelle est riche en vitamines A, B, C et E. Prolixe en minéraux et oligoéléments, elle a aussi des propriétés diurétiques et laxatives et diminuerait le taux de mauvais cholestérol dans votre sang. Alors interdiction de jeter les mirabelles à la poubelle !

Une recette à laquelle vous ne résisterez pas : tarte aux mirabelles et au fromage blanc

Et une tarte à la mirabelle qui ne va pas longtemps rester entière – Flickr – kReEsTaL

La tentation est sans doute cruelle (tant pis, je l’assume), mais voici une recette pour vous envoyer au septième ciel avec les mirabelles !

Ingrédients :
1 pâte sablée

700 à 800 g de mirabelles

3 œufs

200 g de fromage blanc

80g de sucre

20g de farine

10 cl de crème fraîche liquide

1 sachet de sucre vanillé

1 cuillère d’alcool de mirabelle, de Kirsch (schnaps)

Lavez et dénoyautez les mirabelles. Déposez les délicatement sur la pâte sablée non cuite. Puis mettez au four à 180° le temps que la pâte cuise et que les mirabelles dorent doucement. Pendant ce temps, préparez votre « flan »: mélangez les oeufs et les sucres, ajoutez le fromage blanc, la crème fraîche et la farine. Enfin, rajoutez la cuillère d’alcool de mirabelle. Puis, versez ce mélange sur votre tarte déjà cuite et laissez cuire encore jusqu’à ce que le « flan » dore. C’est prêt !

Les sources :

- Cuisine des délices

- Wikipédia

- cookismo

- certiferme

 

Anne-Catherine

Share

Les abricots sont là !

7 août

abricots - Flickr - antinea hereandzere

Abricots en pleine période de bronzage au soleil – Flickr – Par antinea hereandzere

Où est mon autre moitié? Déjà mangée ! – Flickr – Par HaarNhoo – CC

Abricots à gogo – Flickr – Par Jean-Louis Zimmermann – CC

Albaricoques (pour les savants) – Flickr – Par Martin Vicente – CC

.

C’est la pleine saison des abricots, profitez-en ! Duveteux, ils sont couleur de soleil et nous arrivent du midi de la France. Ils ont des joues (plus ou moins ) rouges et sont parfois piquetés de taches de rousseur. En ce moment, on les trouve un peu partout sur les étals des marchés.

Ce fruit contient plein de carotène (sa couleur orangée en est la preuve), et le carotène (ou provitamine A) c’est bon pour la peau et ça donne un sérieux coup de pouce pour sublimer votre bronzage estival. Ne vous privez donc pas de ce fruit. En plus il est facile à manger puisque son jus ne coule pas et qu’il suffit de séparer les deux lobes du fruit en suivant le sillon médian. Évitez-lui le réfrigérateur, qui lui fera perdre sa saveur. Fragile, il devra être rapidement consommé, deux ou trois jours maximum après l’achat. L’abricot supporte en revanche bien la congélation. Préparez un hiver ensoleillé en mettant en sachet des oreillons lavés et essuyés.

Fleur d'abricotier - Flickr - Kostas Neos

Fleur d’abricotier – Flickr – Kostas Neos

.

La culture de l’abricotier ne commencera qu’à partir du XVIIIe siècle en France, après avoir été planté par La Quintinie dans le potager de Versailles.

Abricots jeunes fruits- Flickr - 6franc6

Jeunes fruits… encore un peu verts- Flickr – 6franc6

.

Aujourd’hui la France est le deuxième pays producteur d’abricots de l’union Européenne après l’Italie. On consomme l’abricot frais (en ce moment) mais on le trouve aussi sous forme séchée (comme les pruneaux). Une fois séché, il contient deux à trois fois plus de vitamine B. C’est un antioxydant naturel et il est très prisé des sportifs qui y trouvent une source de glucides avant l’effort. L’abricot sec est employé (comme le pruneau) aussi bien en salé qu’en sucré (on l’emploie par exemple dans le tajine).

Panier d'abricots - Flickr - photographdreamer

Un panier d’abricots : j’en veux ! – Flickr – photographdreamer

.

L‘amande cachée dans son noyau est employée dans la recette du célèbre biscuit amaretti (sorte de petit macaron italien). En Chine on prête à l’amande d’abricot des propriétés médicinales (antitussif, laxatif…).

L’huile extraite de cette amande est aussi un véritable cocktail d’acides gras essentiels, de vitamines A et E, qui en font un produit de beauté précieux.

Une recette ?

La confiture d’abricot !

Confiture d'abricots - Flickr - Frederique Voisin Demery

Confiture d’abricots (à dévorer avec une grande cuillère pour les gourmands) – Flickr – Frederique Voisin Demery

.

Facile, rapide, sans stérilisation mais à consommer rapidement. Pour 4 pots (environ) il vous faut 1kg d’abricots bien mûrs, 500g de sucre roux et un citron. Coupez les abricots en deux et mettez les à macérer avec le sucre et le jus du citron pendant quelques heures. Cassez les noyaux et recueillez les amandes qui sont à l’intérieur. Pelez les et concassez les et ajoutez les aux abricots.

abricots précuits - Flickr - Lisenn

abricots précuits – Flickr – Lisenn

.

Portez à ébullition et laissez frémir pendant une demi heure. Remplissez les pots de confiture brûlante  fermez les et retournez les tout de suite. Voilà : il n’y a plus qu’à les déguster. Ils se conservent plusieurs semaines dans un endroit frais.

.

Colette.

Share

La tomate

24 juil

Tomates sur pied – photo : Flickr – Manjith Kainickara – CC

Récolte de tomates (cœurs de bœuf ?) – Photo : Flickr – Adrew Storms / StOrmz – CC

Tomate – Photo : Flickr – bhisham pratap padha – CC

 

Pieds de tomates – Photo : Flickr – dr.r.lam – CC

Récolte de tomates – Photo : Flickr – Thelonious Gonzo / Gino – CC

Récolte de tomates du jardin – Photo : Flickr – Lionel & Heidi – CC

Tranche de tomates – Photo : Flickr – Nick Thompson – CC

Semis de tomates – Photo : Flickr – Suzy Morris – CC

Tomate au jardin - Flickr - floresyplantas.net

Tomate au jardin – Flickr – floresyplantas.net

 

Mini tomates cerises qu’on peut faire pousser en pot sur son balcon, tomate olivette de forme ovale, énorme tomate cœur de bœuf avec presque pas de pépins, tomates rondes calibrées uniformément rouges (ce sont bien souvent des industrielles qui n’ont jamais vu le terre…), tomates anciennes, vertes ou presque violettes…vous n’aurez que l’embarras du choix. De manière générale il vaut mieux choisir une tomate moins rouge et de forme un peu irrégulière vous aurez beaucoup moins de chances d’être déçu. En effet quand on les cueille au jardin bio elles sont souvent un peu rouge clair, un peu tâchées mais tellement meilleures à déguster ! On les consomme l’hiver en coulis, en sauce pour les pâtes ou sous forme de ketchup mais en ce moment bien sûr c’est la pleine saison et il vaut mieux les manger crues.

 

 Variétés de tomates - Flickr - Rufus Gefangenen

Variétés de tomates – Flickr – Rufus Gefangenen

C’est bon pour la santé!

La tomate contient des antioxydants, principalement des caroténoïdes, dont le plus abondant est le lycopène, un pigment qui lui donne sa couleur rouge vif. Ces composés antioxydants sont sensés protèger les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres et prévenir le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement. Elle est aussi très riche en vitamines et minéraux.

 

Fleur de tomate - Flickr - Edgar RodrAguez Art

Fleur de tomate – Flickr – Edgar RodrAguez Art

Originaire des Andes

La tomate est originaire des régions andines côtières du nord-ouest de l’Amérique du Sud (Colombie, Équateur, Pérou, nord du Chili). Elle a été transformée, améliorée, et aujourd’hui, la tomate est l’une des espèces les mieux connues en agronomie.

 

 

Tomates cerises sur balcon parisien en janvier – Photo : Flickr – Thomas Røst Stenerud – CC

Sous serre chauffée on sème dès janvier, pour repiquer fin février et récolter… à l’approche de l’été.   Sous serre non-chauffée, les graines seront semées en mars, pour une récolte de juillet à octobre.

 

Tomates cerises - Flickr -  jinax

Tomates cerises – Flickr – jinax

 

Pour faire pousser des tomates cerises dans une jardinière sur un rebord de fenêtre ou un balcon il vous faudra songer à les exposer au soleil et à l’abri du vent, à les arroser régulièrement et à palisser les tiges.

 

En cuisine

Il y a des multiples façons d’utiliser les tomates. Quand elles sont très bonnes croquez dedans (avec ou sans sel) et il n’y a besoin de rien d’autre pour réjouir votre palais. Je vais tout de même vous proposer une salade simplissime, à la grecque !

Salade grecque – Photo : Flickr – Katherine Martinelli – CC

Vous aurez besoin de tomates (bien sûr!), d’un concombre, d’un oignon rouge, d’une salade (romaine ou batavia peu importe…), d’olives noires (en bocal à la grecque justement), d’un bouquet de basilic faris et de féta (fromage grec frais à base de lait de brebis)

 

Salade grecque qui donne envie de partir en vacances – Photo : Flickr – Marvin O / Marv117 – CC

Pour la vinaigrette c’est comme d’habitude (tout le monde sait faire une vinaigrette !) : huile d’olive, jus de citron ou vinaigre, sel et poivre.

Lavez la salade, épluchez le concombre, les tomates et l’oignon puis coupez en morceaux (ou émincez pour l’oignon) et mettez le tout dans un saladier. Égouttez la feta et taillez la en gros cubes que vous disposerez sur la salade. Ajoutez les olives noires,  parsemez de basilic,  puis nappez de vinaigrette.

 

[reprise d'un billet du 3 juillet 2012, avec de nouvelles photos]

 

Colette & Mado

Share

Le melon, une succulente cucurbitacée

17 juil

Les melons au marché - Flickr - Jean-Louis zimmermann

Les melons au marché – Flickr – Jean-Louis zimmermann

 

Le melon est une plante rampante à grosses feuilles qui s’étale au sol et qui produit ces beaux fruits ronds et délicieux présents tout l’été sur nos tables. On le mange en entrée ou en dessert, on l’amène dans son panier à pique nique et parfois on garde « un melon pour la soif » caché dans son sac de voyage quand on prend la route des vacances.

 

Melon au champ - Flickr - Marly Joly

Melon au champ – Flickr – Marly Joly

 

En France le melon s’épanouit dans les régions ensoleillées du sud ou des Charentes. En Europe les principaux producteurs sont l’Espagne et l’Italie (a fort taux d’ensoleillement) et la France arrive ensuite en troisième position.

 

Melon coupé - Flickr - Judy Knesel

Melon coupé – Flickr – Judy Knesel

 

On le choisit lourd de préférence (s’il est lourd il est juteux et gorgé de sucre) et on vérifie son degré de maturité selon qu’il est a consommer tout de suite ou dans deux ou trois jours. Un melon mûr présente des feuilles et une écorce légèrement jaune et un pédoncule craquelé.

 

Un amateur de melon ( parmi autres) - Flickr - BacioCriceto

Un amateur de melon ( parmi autres) – Flickr – BacioCriceto

 

Très riche en eau (il en renferme près de 90 %), le melon est un fruit particulièrement rafraîchissant. Il contient du carotène (c’est bon pour bronzer), de la vitamine C (C bon pour tout) et des oligo-éléments (fer, zinc, cuivre, manganèse, iode…).

 

Melon du Kalahari - Flickr - Derek Keats

Melon du Kalahari – Flickr – Derek Keats

 

Il existe un melon sauvage qu’on trouve dans le désert du Kalahari, et il est d’autant plus précieux qu’il est la seule source d’eau de la région pendant la période de sécheresse annuelle.

 

Salade de melons, fraises et autres fruits - Flickr - Flifkkesteph

Salade de melons, fraises et autres fruits – Flickr – Flifkkesteph

 

Salade de melon et autres fruits en verrines

Il vous faut un melon, une barquette de framboises, quelques pêches, des fraises… Coupez le melon en deux, videz le de ses graines, prélevez des dés de chair (avec une cuillère à café) et disposez les dans un saladier. Ajoutez les framboises entières, les pêches coupées en dés et les fraises (lavées, équeutées et coupées en deux). Saupoudrez avec un sachet de sucre vanillé. Ajoutez deux ou trois cuillères de liqueur de mandarine (ou de grand marnier, ou encore de vodka). Mélangez sans écraser les fruits et disposez dans des verrines (ou des coupes a fruits) que vous garderez au frais. Vous pouvez décorer avec une feuille de menthe avant de servir.

[ré-édition du billet du 14 juillet 2012 ]

 

Colette.

Share

Les olives

17 juil

Olivier - Flickr - TurkoiseBlue

Olivier – Flickr – TurkoiseBlue

Gris vert, noueux, un peu tortueux, les oliviers sont des arbres méditerranéens qui ont un peu l’aspect d’un buisson épineux. Ils nous fournissent les précieuses olives, ce délicieux fruit qui peut être consommé nature ou transformé en huile.

Olives noires sur l'arbre - Klickr - Marco Bernardini

Olives noires sur l’arbre – Klickr – Marco Bernardini

La récolte des olives a lieu durant l’automne (olives de table) ou entre novembre et février (olives dont on veut extraire l’huile). On ramasse les fruits dans l’arbre ou au sol, à la main ou avec des peignes, ou bien à l’aide de filets étendus sous les arbres.

Olives vertes sur l'arbre - Flickr - kaisatuu

Olives vertes sur l’arbre – Flickr – kaisatuu

Le pressage et l’extraction ont lieu de préférence le jour de la cueillette, afin de préserver les fruits de toute transformation chimique (fermentation, oxydation). Un litre d’huile nécessite en moyenne 4 à 10 kilos d’olives.

Huile d'olive - Flickr - Dominique Bonnet

Huile d’olive – Flickr – Dominique Bonnet

Les « huiles d’olive vierges » sont obtenues par des procédés mécaniques qui n’entraînent pas d’altérations de l’huile. Ce sont des purs jus de fruits et plus le taux d’acidité de l’huile est bas, meilleure est la qualité.

Les mentions « première pression à froid » et « extraction à froid » garantissent, selon la réglementation européenne, une extraction réalisée en dessous de 27 °C.

Aliment de base du régime crétois, elle a des propriétés bénéfiques pour la santé, notamment sur le plan cardio-vasculaire, grâce à sa teneur en vitamine A, vitamine E et en acides gras mono insaturés. Les bienfaits liés aux vitamines sont surtout observés lors de consommation d’huile crue. Les vitamines sont détruites au- delà de 40 °C.

On lui prête des effets bénéfiques sur le cholestérol. Elle est utilisée aussi en cosmétique. A l’état pur sur la peau ou les cheveux pour ses propriétés nourrissantes; ou incorporée dans des crèmes et des savons.

En cuisine:

Ma recette de tapenade

tapenade - Flickr - David Curry

tapenade – Flickr – David Curry

Mixer 200 g d’olives noires sans noyaux, 50 g de câpres, 50 g de filets d’anchois préalablement nettoyé et 15 cl d’huile d’olive. Servir sur des tranches de pain ou des toasts grillés.

Une autre recette estivale a base d’olives et d’huile d’olive

Tartine méridionale - Flckr - Marion E

Tartine méridionale – Flckr – Marion E

Coupez des tomates bien mures et épépinées en morceaux. Ajoutez y quelques olives noires dénoyautées coupées en morceaux, du basilic frais, de l’huile d’olive, du sel et du poivre. Préparez des toasts grillés et couvrez les d’huile d’olive, puis ajoutez quelques cuillerées de votre préparation a base de tomates. Parsemez de copeaux de peccorino (fromage italien a base de grains de poivre) ou de parmesan. Un excellent encas à déguster avec l’apéro! (on peut aussi ajouter a cette recette des poivrons, courgettes…)

Colette.

Share

Mes petites recettes magiques au quinoa

2 juil

Couverture du guide petites recettes au quinoa

Couverture du guide petites recettes au quinoa

Les éditions Leduc viennent de publier un guide complètement consacré au quinoa, cette céréale de génie cultivée depuis plus de 5 000 ans sur les hauts plateaux d’Amérique du Sud. Les Incas appelaient le quinoa « chisiya mama », qui signifie en quechua « mère de tous les grains ».Comme le haricot, la pomme de terre et le maïs, le quinoa était à la base de l’alimentation des civilisations précolombiennes.

Le quinoa est source de fibres, de fer, de magnésium, très digeste, sans gluten, pauvre en lipides, mais riche en fer alimentaire, en oméga-3 et en protéines (16 à 18 %). Il contient également tous les acides aminés essentiels à la vie humaine. Sa graine rappelle le millet. Il a une texture de caviar et un goût léger de noisette. Il se cuisine facilement au salé comme au sucré.

Le quinoa remplace la viande pour les végétariens, prévient les maladies cardiaques, le diabète, prend soin de notre flore intestinale… En plus il y a une multitude de façons très gourmandes de le préparer comme nous le découvrons dans ce guide pratique qui propose des recettes simples et délicieuses : Quinoa en muesli tiède, Petits soufflés de quinoa au chèvre, Salade mexicaine, Quinoa en couscous de mer, Gâteau choco-quinoa…

Les auteurs: Anne Dufour et Laurence Wittner sont journaliste santé et auteur à succès de nombreux livres.
Mes petites recettes magiques au quinoa
Editions Leduc
Prix: 6 euros

Colette.

Share

Les cerises, un régal ...

24 juin

Fleurs de cerisier – Flickr – Par Stanzebla – CC

La mue des cerises – Flickr – Par Julie70 – CC

Cerises – Flickr – Par Bulbocode909 – CC

Cerises en évolution – Flickr – Par Bulbocode909 – CC

Cerises – Flickr – Par Dd – CC

.

Les cerises, quel régal… Que c’est bon, l’été, de grimper aux arbres et d’en cueillir. Même si la plupart du temps, on en met plus dans la bouche que dans le panier !

On distingue trois grands groupes de cerises :

  • les cerises « acides » : griottes et Montmorency, surtout destinées à la préparation de cerises à l’eau-de-vie.
  • les cerises « anglaises » : destinées aux conserves, confitures et liqueurs, et assez peu cultivées.
  • les cerises « douces » : les bigarreaux et les guignes (qui fournissent le Kirsch).
.

Parmi celles-ci, on retrouve divers variétés, de mai à juillet :

  • « Burlat » (fin mai) : variété précoce, gros fruit rouge à pourpre, brillant, chair moyennement ferme. 50 % de la production.
  • « Stark Hardy Giant » (début juin) : gros fruit pourpre à noir, finement strié, chair rouge clair, juteuse.
  • « Van » (mi-juin) : gros fruit rouge brillant à pourpre, chair rose, juteuse.
  • « Summit » (mi-juin) : très gros fruit vermillon à rouge, brillant, chair rose pâle.
  • « Reverchon » (mi-juin) : gros fruit carmin vif, chair très ferme, rose.
  • « Napoléon » (mi-juin) : gros fruit carmin vif sur fond jaune pâle.
  • « Sunburst » (mi-juin) : très gros fruit rouge orangé à rouge, tigré, chair rouge clair.
  • « Géant d’Hedelfingen » (fin juin) : gros fruit pourpre violacé, chair rouge, juteuse.
  • « Duroni 3 » (début juillet) : gros fruit rouge à pourpre, brillant, chair rose.
Et pour les gourmands… voici une petite recette sympathique : le flan aux cerises !
.

Flan aux cerises – Flickr – Par Mary Do – CC

.

Achetées ou cueillies depuis plusieurs jours, si vos cerises sont un peu molles et moins tentantes, pourquoi ne pas en faire un délicieux gâteau? Voici une recette de Colette :

- Mélangez 80 g de beurre mou, avec 125 g de sucre et 80 g de poudre d’amandes.
- Ajoutez à ce mélange 2 gros oeufs, 100 g de farine, 1 cuillère à café de levure chimique et une pincée de sel.
Mélangez bien avec un fouet.
- Pour parfumer, ajoutez ensuite 1 cuillère à soupe de kirsch et quelques gouttes d’extrait d’amande amère.
- Ajoutez a cette pâte une demi livre (environ) de cerises dénoyautées (ou pas).
Pour finir, versez le mélange dans un moule à cake beurré et cuire environ 35 mn à 180°.

.

Préparation du gâteau – Flickr – Par Chaumurky

Moelleux aux cerises – Flickr – Par Alemu

*

Amandine & Colette

Share