Paris.fr
Accueil

Un week-end au Chien à Plumes

21 Août

Nous avons participé aux deux premiers jours du festival du Chien à Plumes, situé à côté du Lac de Villegusien en Haute-Marne, dont la programmation nous faisait envie. Dans un esprit champêtre et estival, les festivaliers étaient nombreux et de bonne humeur.

Chuchotements partage avec vous ses meilleurs concerts lors de cet événement.

 

Vendredi 9 août 2013:

  • Rufus Bellefleur

Nous sommes arrivés lors des derniers morceaux, mais nous avons pu profiter du dynamise et la bonne humeur diffusés à l’occasion. Dans un mélange de folk, country, métal et hip-hop, Rufus Bellefleur déploie une grande énergie sur scène qu’il n’hésite pas à partager avec le public. Le groupe toulousain se démarque tant par une fusion “hors norme” de styles musicaux que par son aspect scénique. Dans une ambiance de Bayou, Rufus Bellefleur pourrait être, physiquement, la rencontre improbable entre un hillbilly et Tim Minchin. Nous avons apprécié l’euphorie du groupe, leur dose de second degré et leur capacité à planter un décor autour de leur univers musical. Cette hardiesse semble avoir contaminée le public qui n’hésite pas à suivre les beats mélangés à ces sonorités du Mississippi en sautillant allégrement.

Image de prévisualisation YouTube

Leur page Facebook : https://www.facebook.com/rufusbellefleur

 

  • Ya-Ourt

Karim Billon, aka Ya-Ourt, était pour nous une véritable découverte. Ce jeune compositeur originaire de Langres représentait la scène locale. Dans un costume d’officier zouave adapté à un style plus hipster, il s’installe derrière ses machines, mélange les styles musicaux en gardant le beatboxing comme ligne directrice. Fusionnant l’électro à la dub, à la drum’n’bass et à des sonorités plus orientales, il n’hésite pas à chanter en ‘yaourt’ comme l’avait fait Adriano Celentano dans les années 1970 avec son titre “Prisencolinensinainciusol” à l’arrivée des premiers tubes américains en Italie . Son interaction avec le public est plaisante; il le mène avec une grande aisance et beaucoup d’humour, le faisant danser et rire. Les samples et les boucles s’enchaînent et se mixent à de l’écho et des effets de voix, apportant ainsi une nouvelle dimension au beatboxing.

Image de prévisualisation YouTube

Sa page Facebook: www.facebook.com/pages/Ya-Ourt

 

  • Bombay Show Pig

Bombay Show Pig, le duo indie rock hollandais composé du guitariste Mathias Janmaat et de la batteuse Linda van Leeuwen, montait sur scène en début de soirée. Le public s’est approché timidement, sûrement dû à un manque de connaissance du groupe, mais s’est vite laissé porter par les rythmes intenses. Dans un esprit pop rock saturé et nerveux, le duo s’aventure dans des pistes vintage en y ajoutant quelques notes psychédéliques et planantes. De belles covers énergiques de Beck, une de leurs références, et Jefferson Airplane agrémentent la set-list. A deux sur scène, leur dynamisme rend leur prestance incroyable. Linda est surprenante à la batterie et apporte un aspect très percussif aux compositions, accompagnée par les riffs évocateurs de Mathias et leurs nombreux effets électroniques. Ils nous délivrent quelques morceaux plus pop et mélodieux, prouvant qu’ils maîtrisent les contrastes et les variations.

Image de prévisualisation YouTube

Leur page Facebook: www.facebook.com/bombayshowpig

 

  • Archive

Nous étions particulièrement enchantés de voir Archive, le groupe emblématique de Londres, programmé à ce festival. Nous les avons déjà vu de nombreuses fois dans de grandes salles, ainsi qu’accompagnés par un orchestre symphonique, mais c’était la première fois que nous les voyions “en plein air”. Le public était dense et impatient. L’arrivée des membres sur scène est acclamée et l’ambiance monte très vite. Darius Keeler et Danny Griffiths lancent les premières notes et l’attention est capturée. Leur mélange de post-rock, trip-hop, ambient, rock et électro est toujours aussi maîtrisé. Darius mène le groupe au dessus de son synthé avec une gestuelle saccadée, tel un chef d’orchestre contemporain. David Penney et Pollard Berrier s’installent au chant et sont rapidement accompagnés par la nouvelle chanteuse Holly Martin. Les anciens morceaux se mélangent aux plus récents, n’hésitant pas à rallonger certains et à y intégrer de nouvelles nappes électroniques. Dans un style propre à eux et difficilement définissable, les compositions sont modernes tout en y apportant des constructions plus classiques. Les festivaliers sont hypnotisés et déchaînés en même temps.

Image de prévisualisation YouTube

Leur page Facebook: www.facebook.com/ArchiveOfficial

 

 

 

Samedi 10 août 2013:

  • Hyphen Hyphen

Quand nous arrivons sur les lieux, le quatuor niçois a déjà investi la scène sous une chaleur écrasante. Leurs sonorités électro pop-rock retentissent au loin et nous donnent envie de presser le pas. Face à la scène, le public est déjà dense et lève les bras pour rythmer et accompagner l’explosion des percussions et les riffs de guitare. Les synthétiseurs s’emballent, les membres du groupe se déchaînent, l’aspect percussif s’empare de nos oreilles et provoque l’enthousiasme. Si nos pieds se sentent entraînés par le groove dansant de ces sonorités – presque britanniques-, nos yeux, eux, restent hypnotisés par les envolées provoquées par la puissance de la voix incroyable de Santa. Leur dynamisme est contagieux, Line, Santa et Puss occupent l’espace en se donnant au maximum, n’hésitant pas à sautiller sans cesse et à secouer leurs cheveux dans tous les sens, pendant que Zak diffuse son énergie dans ses baguettes. En discutant avec quelques festivaliers, certains ont avoué ne pas connaître le groupe, mais avoir été attirés par la beauté de la voix et la puissance des rythmes.

Image de prévisualisation YouTube

Leur page Facebook: www.facebook.com/HYPHENHYPHEN

 

  • Maniacx

Les festivaliers sont nombreux face à la scène, attendant patiemment l’arrivée du groupe. La scénographie travaillée et amusante laisse présager un concert aux allures festives et old-school. Il ne faudra que quelques secondes à Flik, Duff et Cklm pour animer le public et les transporter dans un univers coloré et enjoué où les beats hip-hop flirtent avec la pop, le rock, l’électro et le 8bit.

Tels des petits frères des Beastie Boys et d’Ugly Duckling, les trois prennent possession de la scène et partagent une belle dose de bonne humeur. Si Flik et Duff, rois du beatmaking, délivrent leurs samples derrière leur buisson et leur stand de hot-dog, ils n’hésitent pas à rejoindre Cklm au plus près des festivaliers pour interagir avec eux. Après un battle aux platines, digne des années 1990,  ils font venir Heisenberg (Breaking Bad) pour nous offrir un rafraîchissement récréatif. Le dynamisme diffusé est contagieux, le groove de leur musique s’empare de nos corps et nous galvanise.

Image de prévisualisation YouTube

 Leur page Facebook: https://www.facebook.com/maniacxmusic

 

 

  • Erotic Market

Nous avions déjà vu Erotic Market dans une petite salle de concert feutrée à Paris et c’était avec un grand plaisir que nous les avons retrouvés lors du Chien à Plumes. La voix R’n’B / Soul de Marine est toujours aussi captivante. Dotée d’un grand charisme, elle attire les festivaliers curieux et les fédère autour de ses mélodies sophistiquées où les genres se mélangent. Lucas au synthé, Julien à la basse et Sylvain à la batterie combinent l’électro à la pop et le R’n’B au hip-hop. Les rythmes sont saturés, vintage, et parfois empreints de douceur. Si le public ne semblait pas réellement connaître le groupe, il paraissait particulièrement réceptif à leur musique.

Image de prévisualisation YouTube

Leur page Facebook: www.facebook.com/EroticMarket

 

  • Birdy Nam Nam

 

Birdy Nam Nam a fédéré le plus grand nombre de festivaliers présents au Chien à Plumes lors de leur passage. DJ Pone, Dj Need, Little Mike et Crazy B s’installent derrière leurs platines, les lumières s’agitent et le public s’égosille. Sous ses acclamations, les quatre DJs mélangent électro, expérimentation et dance-floor pour le plaisir de nos oreilles. Les beats explosent, les samples s’enchaînent et les montées regorgent d’adrénaline. L’euphorie s’empare du public qui hurle à chacune des interventions de DJ Pone. Maîtrisant parfaitement leur set et leur scratch, les quatre donnent tout ce qu’ils ont et le plaisir qu’ils prennent au travers de leur musique transparaît. Un final s’avançant doucement vers leur tubesque Abbesses déchaîne la foule.

Image de prévisualisation YouTube

Leur page Facebook: www.facebook.com/birdynamnam

 

Festival du Chien à Plumes: www.chienaplumes.fr

Share / Save

No comments yet

Leave a Reply