Paris.fr
Accueil

"Roméo et Juliette" illumine la Tour vagabonde

17 Avr

Crédit : Clément Belleudy

Elle craque, elle bouge légèrement au gré du vent, de la pluie… La Tour vagabonde est l’un des acteurs principaux de « Roméo et Juliette ». Je vous ai déjà raconté l’incroyable histoire de cette tour en bois de 11 mètres de haut, créée en Suisse et installée dans le jardin de la Cité internationale des arts (4e) jusqu’au 13 juillet prochain. Un ovni théâtral en plein Marais.

Au-delà d’un montage spectaculaire, le lieu vit à la nuit tombée au rythme du célèbre drame de William Shakespeare. Et c’est très réussi : la mise en scène de Baptiste Belleudy (qui incarne aussi Roméo) utilise à merveille les étages de la tour, les comédiens de la Compagnie des Mille chandelles n’hésitent pas à descendre dans la salle ou à la survoler… accrochés à des cordes pour des combats à l’épée !

« Rendre aux textes classiques un parfum de tréteaux »

Le parti pris est clair : défendre un théâtre vivant, plus proche du film de cape et d’épée que du répertoire contemporain, où le spectateur est aux premières loges. L’essentiel est de « rendre aux textes classiques un parfum de tréteaux qu’on leur a trop souvent ôtés », explique joliment Baptiste Belleudy, dans la présentation de la pièce.

La scène de fête chez les Capulet illustre bien cette volonté d’exploiter au mieux la tour et le jeu collectif. L’intrigue a autant lieu au second balcon, où les convives festoient, que sur la scène principale, deux niveaux en dessous, près du public, plus propice aux confidences. La forme ronde du théâtre accentue la proximité, les craquements du bois donnent de la vie à l’édifice et à ses occupants d’un soir.

Le verbe shakespearien résonne au creux de la tour

L’absence de rideau et la rapidité des transitions entre les scènes contribuent à la qualité du spectacle. Au creux de la tour, le 17e siècle nous semble si proche. On entend le verbe shakespearien, on suit la passion naissante entre Roméo et Juliette, au gré des haines entre leurs deux familles, leurs espoirs, leur chute… Bref, une belle soirée. Et à l’entracte ? Direction la Pinte à fondue, une improbable auberge suisse installée au pied de la tour !

Infos pratiques

« Roméo et Juliette » à la Tour vagabonde , à voir jusqu’au 14 juillet.

Avec notamment : Baptiste Belleudy (Roméo), Anne-Solenne Hatte (Juliette), Bernard Métraux (Capulet), Sylvy Ferrus (la nourrice).

–  « Comme il vous plaira » (dès le 21 mai)

–     « Bla di bla di bla », spectacle pour enfants à partir du 24 avril

Adresse : Cite internationale des arts‎, 18 rue de l’Hôtel de ville (4e)

Réserver des places

Extraits de Roméo et Juliette

Image de prévisualisation YouTube

No comments yet

Leave a Reply