Paris.fr
Accueil

Grandeurs et malheurs des héritiers au Théâtre 13

18 Déc

crédit : Théâtre 13/Les (Dés)héritiers

Un grand malheur vient de frapper la famille de Mata Todorovic. A l’annonce de son décès, tous ses proches ont accouru dans sa grande maison. Besoin de se réconforter et de faire son deuil collectivement ? Non, c’est plutôt l’appât du gain qui guide les pas de ces parents bien peu éplorés. « Mata Todorovic était un bienfaiteur, honnête, noble… » s’empresse de proclamer Agaton, l’un d’eux, très vite suivi dans ses hommages post-mortem par un concert de pleureurs hypocrites. Tous attendent l’ouverture du testament du défunt, espérant être sur la liste des bénéficiaires.

Comédie à serbes

Sur la scène du Théâtre 13, les portes s’ouvrent et claquent à la manière d’un Labiche ou d’un Feydau. L’auteur -Branislav Nusic (1864-1938)- est pourtant balkanique, considéré comme le « père du théâtre moderne en Serbie », influencé par les maîtres français de la comédie bourgeoise, mais aussi par Gogol. Inconnu dans l’hexagone, Branislav Nusic est enfin joué sur une scène française.

« Les (Dés)héritiers » narrent donc les heurts et malheurs de l’ouverture prochaine… d’un héritage ! « Une comédie à serbes », comme l’annonce joliment le dossier de presse du spectacle, où les rebondissements se succèdent, et où les personnages rivalisent de bassesses et de courbettes. Seul regret : la mise en scène prend son rythme seulement dans la seconde partie de la pièce, comme si les comédiens tardaient à trouver leur place dans la vaste demeure…

Infos pratiques

«Les (Dés)héritiers »  de Branislav Nusic, mise en scène de Ned Grujic

Jusqu’au 22 décembre au Théâtre 13 (Jardin)

103 A, boulevard Auguste-Blanqui  (13e) . Métro : Glacière

Réservations : 01 45 88 62 22 – prix des places : entre 6 et 24 euros

Site web du Théâtre 13

No comments yet

Leave a Reply