Paris.fr
Accueil

Le Cirque électrique au rythme du cabaret

17 Fév

©Hervé Fotograff

Lalla Morte, une des artistes du Cabaret électrique. ©Hervé Fotograff

La Porte des Lilas (20e) vit au rythme du cabaret jusqu’au 28 mars prochain. Sous un chapiteau rouge et argenté, plongez dans l’univers du Cirque électrique, mêlant la moto sur fil de fer, l’acrobatie, le jonglage… Et dînez en bord de piste dans une ambiance festive et rock’n roll.

« Electrique » : les lettres lumineuses géantes éclairent les trois musiciens installés en bord de piste. Ici, le Monsieur Loyal a l’accent « parigot » et une casquette vissée sur la tête. Bienvenue au Cabaret du Cirque électrique ! Nulle trace d’animaux dans ce cirque contemporain à l’esprit très rock’n roll.  Et à l’histoire internationale : né à Bruxelles, le Cabaret a grandi entre Paris, la Nouvelle Orléans, sans oublier un détour par Shanghai.

Hommage au hula hoop

Energie et créativité : les performances des artistes ne tirent jamais en longueur et s’enchaînent à un rythme soutenu. C’est d’abord un numéro de hula hoop, qui captive notre attention. Cette activité de cerceaux, très prisée dans les années 60, est revisitée avec bonheur par Valentino Bogino, formé à l’école d’Annie Fratellini. Puis, entre hip hop et gymnastique acrobatique, Kader Diop -un ancien champion d’Afrique du sud rencontré à Dakar par le Cirque électrique- multiplie les acrobaties au sol et les sauts. La soirée explore aussi des modes circassiens peu connus du grand public, tels que le diabolo, une discipline de jonglage ou encore la technique des sangles aériennes.

Moto et « roue de la mort »

Et dans les airs ? Les quatre membres de la famille Radoi nous font tourner la tête vers le sommet du chapiteau. Le public retient son souffle quand leur moto roule le long d’un câble tendu à plusieurs mètres de hauteur… La haute voltige est également au rendez-vous avec la « roue de la mort », deux sphères en métal en rotation, où le numéro d’équilibriste prend des allures d’exploit.

Antoine Delon, jongleur de feu ©Hervé Photograff

Antoine Delon, jongleur de feu ©Hervé Fotograff

Effeuillage et verre pilé

La lumière se tamise, l’atmosphère du cabaret s’installe. Au bord de la piste, Lalla Morte (c’est son nom de scène) se libère de sa chrysalide de plumes et dévoile ses talents de (quasi) fakir en s’allongeant sur du verre. Envie de connaître la suite ? Rendez-vous au Cabaret électrique…

 

Une école de cirque ouverte toute l’année

Les lieux sont le port d’attache permanent du Cirque électrique, une compagnie circassienne qui a posé ses valises au-dessus de la porte des Lilas. La Dalle des cirques est soutenue par la mairie de Paris depuis sa création. Vous pouvez y retrouver une école de cirque, ouverte aux enfants et aux adultes, un espace restaurant et des spectacles toute l’année.

 Victor Dixmier

Infos pratiques 

« Cabaret électrique », jusqu’au 28 mars sous le chapiteau du Cirque électrique.

Place du Maquis du Vercors (20e). Tél. : 09 54 54 47 24. Métro et tramway T3 : Porte des Lilas

www.cirque-electrique.fr. Tarifs : 15/18/20 euros.

Vous pouvez dîner sur place en bord de piste… Réservation conseillée.

Plus d’infos et réservations par ici

 

 

No comments yet

Leave a Reply