Paris.fr
Accueil

Des Cancans bien réjouissants au Théâtre 13

18 Mai

crédit : Bruno Perroud

Elles causent, elles causent les commères de Venise. Dans les ruelles de la cité des Doges, on ne parle plus que d’un seul sujet : Checchina va épouser Beppo, le fils d’un modeste fermier. Les deux tourtereaux sont follement amoureux, mais là n’est pas le problème. C’est une cousine de la future mariée qui va lâcher la bombe, une folle « nouvelle » qui enflamme les langues et les esprits : Checchina n’est pas la fille de son père ! […]

Au comptoir de Tennessee Williams

30 Avr


Un serveur s’affaire dans un bar chic d’un hôtel de Tokyo. Ambiance paisible, lumière douce, un murmure musical en fond sonore, une petite fleur est posée sur chaque table… Mais ne vous y trompez pas : l’ambiance n’est pas très zen sur la scène du théâtre de la Tempête. C’est ici que Miriam et son mari Mark, un peintre très torturé, n’en finissent plus de se déchirer. Elle fait de l’œil au serveur, semble multiplier les amants, lui est littéralement possédé par sa peinture, englouti par ses toiles, et sa santé défaille. […]

Vol au-dessus d'un nid de cinglés

22 Mar

Vol au dessus d'un nid de coucou / Crédit : BM Palazon

 

 

 

 

 

 

 

 

« Médicaments ! ».  Dès les premières minutes de « Vol au-dessus d’un nid de coucou », le doute n’est plus permis : le spectateur du Théâtre 13 est plongé au coeur d’un hôpital psychiatrique. […]

Les marionnettes tirent les ficelles au théâtre Paris Villette

6 Mar

Ma chambre froide/crédit : Angela Baumgart

 

Elles ne mesurent que 90 cm de haut, mais jouent comme de vrais comédiens. Sur la scène du théâtre Paris Villette, difficile de distinguer marionnettes et marionnettistes du Puppentheater de Halle. La troupe allemande adapte « Ma chambre froide », un texte de Joël Pommerat. Une première française pour ces virtuoses du jeu, très appréciés lors de la dernière Biennale internationale des arts de la marionnette, avec Buddenbrooks, une pièce de Thomas Mann, au théâtre de la Cité internationale.

[…]

"Le mec de la tombe d'à côté", un face à face séduisant

16 Fév

Sophie Broustal et Didier Brice dans "Le mec de la tombe d'à côté"/Crédit : Photo Lot

Un cimetière, un banc et deux tombes : un lieu de rencontre improbable pour une bibliothécaire et un éleveur de vaches. Tout oppose ces deux quarantenaires. Elle vient de perdre son mari, mort dans un accident à bicyclette. Lui vit seul depuis la disparition de sa maman, et désespère de trouver l’âme sœur.  Au départ, c’est un véritable choc culturel pour Daphnée, plus habituée à la lecture de Lacan qu’aux foires agricoles. Jean, le fermier solitaire, est d’ailleurs complètement perdu face à cette intellectuelle. « J’ai passé trop de temps avec les vaches ! », reconnaît-il, l’air penaud. […]

Nora et Sophie-Marie ne sont pas d'accord!

2 Fév

A mon tour de m’incruster sur ce blog pour parler d’un petit spectacle qui m’a emballé, oui emballé!

[…]

"Naples millionnaire", le goût amer du marché noir

31 Jan

Naples millionnaire - Crédit : CLL

1942, Naples souffre. Entre deux bombardements, difficile de trouver des denrées dans les quartiers populaires de la grande ville du sud italien. La crise alimentaire ? Chez la famille Jovine, on profite à fond de cette pénurie généralisée. Amalia, la mère, s’est lancée à corps perdu et sans aucun scrupule… dans le marché noir ! Gennaro, son mari, désapprouve, mais bientôt il disparaît : il est déporté dans un camp allemand, loin de son foyer napolitain. A son retour, la fortune de la famille est faite. La guerre semble s’achever, et le marché noir prospère.

Atmosphère napolitaine

Du linge étendu aux fenêtres, une rue qui s’anime jour et nuit et des affaires gérées en famille : la mise en scène d’Anne Coutureau au Théâtre de la tempête nous plonge dans une atmosphère haute en couleurs dès les premières scènes. Et le souci de réalisme de son adaptation de « Naples millionnaire » sonne juste. Ici, point de caricature. Chaque personnage a sa cohérence, et le duel permanent de la mère et du père fonctionne bien. Entre émotion et comique burlesque, la pièce a les saveurs d’une comédie italienne de l’après-guerre.

A son retour de déportation, Gennaro voudrait raconter l’horreur. Personne ne l’écoute, chacun est absorbé par son « business ». Un dialogue de sourds qui rappelle la difficulté des déportés à parler des camps à leurs proches. Le père incarne bien les valeurs morales chères à Eduardo De Filippo, auteur de la pièce. Pour lui, « rien ne doit faire renoncer un homme à ce qui le définit : sa conscience », explique Anne Coutureau.

La bande annonce du spectacle en vidéo

Infos pratiques

A voir au Théâtre de la Tempête jusqu’au 19 février

Toutes les infos pratiques

 

 

La Légende de Bornéo

12 Jan

Saviez-vous qu’il y a une légende à Bornéo qui dit que les orangs-outans savent parler mais qu’ils ne le disent pas pour ne pas avoir à travailler ?

Cette thèse, soutenue par le collectif L’Avantage du doute, amène les auteurs-comédiens-metteurs en scène (le collectif, quoi) à interroger la notion de travail, ses nouveaux modes de gestion, ses conséquences sur la vie de chacun et à tenter de répondre à la question brûlante du : « Comment résister? ».

Des réponses à découvrir en répliques, toutes aussi intelligentes que jubilatoires.

L'Avantage du doute (c) Pierre Grosbois

[…]

Combat. De chefs !

16 Déc

Bien longtemps que je n’étais pas passée à l’espace Kiron. Grand bien m’en a pris pour Combat. Une sacrée pièce.
« De boucher » presque ! Mais rassurez-vous, ce n’est « que » du théâtre.

A 4 sur scène, Jean Alibert, Maryline Even, Stéphane Schoukroun et Carole Thibaut s’en donnent à « corps » joie pour donner chair au texte de Gilles Granouillet, dans le décor froid d’un abattoir de province en survie. A nous en donner la chair de poule…

[…]

Quichotte au théâtre Mouffetard | « Mieux vaut la honte sur le visage que la tache dans le coeur. »

16 Déc

du 08/10/2011 au 07/01/2012 – d’après Cervantès par Isabelle Starkieravec Eva Castro.

Photo fournie par le théâtre

Enfin, ça y est !
J’ai pu y aller…

Je ne sais pas exactement pourquoi j’aime à ce point l’histoire de Don Quichotte. Mais c’est une des histoires qui me touchent le plus. Et cette très belle interprétation lui rend un bien bel hommage. […]