Paris.fr
Accueil

Hey! Oh! Let's Go!

12 Sep

Et voilà,

Je reprends ce blog.

L’ex-tenancière est partie vers d’autres aventures… du coup, me revient la dure et agréable tâche de reprendre ce blog.

Dure, parce que moi non plus j’y connais trop rien au théâtre et de plus, je suis geek et pas journaliste… alors bon, va falloir s’accrocher pour me suivre (au tout début). Mais promis, je vais faire des efforts et on finira par se comprendre, vous verrez… et on sera bien ensemble. On se regardera dans les yeux, je vous parlerai de théâtre et vous me parlerez de ce que vous voudrez.

Agréable, car même si, certes je ne suis pas fin connaisseur… j’adore le théâtre. Ça fait un bail que je fais de l’improvisation théâtrale et il est temps que je me cultive un peu, nomdidju !

Donc, accrochez vos ceintures, ça commence bientôt.

Image de prévisualisation YouTube

L'école du rire

15 Mar

15/03/2011 – L’Art du rire – Théâtre du Rond Point.

 

Tableau d’honneur pour ce master class de la comédie. Jos Houben capte l’attention des élèves les plus dissipés pour une véritable leçon de maître autour du rire.

[…]

Des monstres comme vous

3 Mar

03/03/2011 – Quelqu’un comme vous – Théâtre du Rond Point

Deux hommes sur une plage. Et l’ombre d’un monstre. Tout est résumé dans le superbe dessin de Stéphane Trapier, qui signe toutes les affiches du théâtre du Rond Point.

[…]

Gagner des places pour voir "L'art du Rire" au Rond Point !

3 Mar

 

En ce moment sur jeux.Paris.fr vous pouvez gagner des places pour aller voir « L’art du rire » de et avec Jos Houben au théâtre du Rond Point!

Les questions, autour de l’histoire du théâtre du Rond Point, sont relativement facile… alors, n’oubliez pas de jouer! 😉

L’endurance de la vie.

2 Déc

02/12/2010 – Funérailles d’hiver – Théâtre du Rond Point

Nous courrons tous après quelque chose pour en fuir d’autres : mot d’ordre de ses « funérailles d’hiver ». Sous un titre évoquant les larmes cette course effrénée nous entraîne vers les éclats de rire.

Simplicité manichéenne du point de départ : que faire lorsque la mort s’impose dans la vie ? Ici, les funérailles de la vieille tante Altée mettent en péril les noces tant attendues de la jeune Velvétsia. Impossible pour la famille de cette dernière de renoncer aux 800 poulets commandés pour l’occasion. Impensable de se mettre à dos l’acariâtre et omniprésente mère du gendre Popochenko. La défunte et son naïf fils unique attendront. Et quand ce vieux garçon orphelin face à ce deuil se met en tête de réunir la famille autour d’une tombe plutôt d’un banquet, il devient l’homme à éviter. Lui qui a mis toute sa vie de côté pour privilégier celle des autres est à son tour sur la touche. Une course effrénée qui nous entraîne aux limites de l’absurde en face de nos propres peurs.

[…]

Recette épicée, délicieuse pièce

28 Nov

28/11/2010 – Plus qu’hier moins que demain – Théâtre Mouffetard

Mijoter dans de bonnes doses d’humour et de réflexions sur l’amour, voici les ingrédients de « Plus qu’hier moins que demain ». Une pièce qui a su nous faire fondre lors d’une succulente soirée.

Prenez deux oeuvres que tout oppose : « La peur des coups » de Georges Courteline et « Scènes de la vie conjugale » d’Ingmar Bergman. Origine de ses productions : française pour la première, suédoise pour celle de Bergman. Additionnez à la pièce de Courteline (écrite en 1895) un film réalisé en 1974. Mélangez le tout et vous goûterez aux subtilités des travers d’une relation amoureuse.

[…]

Quelques gouttes d’opéra

19 Nov

19/11/2010 – Didon et Enée –Théâtre Mouffetard

Le court opéra baroque de Purcell inonde les oreilles des spectateurs du théâtre Mouffetard d’envolées lyriques et d’émotions lumineuses, torrent d’applaudissement.

L’histoire s’écoule en musique, au son du clavecin et des voix. Le chant (en anglais du XVIIème siècle) et le jeu des acteurs nous entrainent dans les amours tumultueux de Didon et Enée.

Découverte de l’orchestre colonne : j’ai survécu et j’y retournerais… peut être !

12 Oct

12/10/2010 – Talents Chefs d’Orchestre de l’ADAMI – Salle Gaveau

 

 

Me retrouver projetée salle Gaveau pour écouter du classique cela pouvait paraître risqué. J’aurais pu (dû ?!) finir par le regretter amèrement. Mais une petite série de miracles et je m’en suis sortie. Ce n’était pas si terrible que ça ! (Et je ne dis pas cela uniquement grâce à la présence d’un beau brun ni pour le buffet !)

Quai blindé métro Miromesnil, au milieu des voyageurs exaspérés par les mouvements sociaux nous voilà, Barbara et moi. Premier miracle de la journée: nous sommes là, et à l’heure en plus ! Rires nerveux et petites robes noires, prêtes à affronter une soirée de musique classique. On dormira pendant le concert et ensuite on se vengera sur le buffet au pire.
L’invitation annonce : « 40e symphonie en sol mineur de Mozart », « symphonie numéro 2 de Beethoven » et « symphonie classique de Prokofiev ». Nous, on s’attend surtout à être complètement larguées pour finir par enfin engloutir les canapés au saumon. Mozart, Beethoven et Prokofiev, bien sûr on connait de nom mais ça en reste là (et on ne s’en portait pas plus mal !).