Paris.fr
Accueil
Archive | octobre, 2012

Portrait d’une maman engagée

28 Oct

Jeune femme de 26 ans originaire de Côte d’Ivoire, Synthia est une maman engagée. Elle est investie dans l’éducation de sa fille Sarah, âgée de 8 ans, en tant que représentante de parents d’élèves, et plus largement, dans le cadre du quartier des Amandiers où elle a mis en place des activités destinées aux familles. Un dimanche sur deux, elle donne rendez-vous aux familles afin que parents et enfants « bougent ensemble ». Au programme : marathon dans les rues du quartier, corde à sauter, jeux de ballon. Qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente, Synthia et Sarah sont là! Le premier rendez-vous a eu lieu mi-octobre, il pleuvait à verse et pourtant 4 familles étaient présentes, j’y étais, c’était formidable !
Mais où Synthia puise-t-elle toute son énergie ?


« Synthia, pouvez-vous nous parler de votre engagement dans l’école de Sarah et au sein du quartier des Amandiers? Quand Sarah a fait son entrée au cours préparatoire, une maman de l’école m’a demandé si je voulais me présenter aux élections de représentants de parents d’élèves. J’ai accepté. Au début ma démarche était égoïste, tournée uniquement vers Sarah, je voulais connaître les coulisses de l’école, avoir des informations sur ce que je ne voyais pas quand ma fille était à l’école. Alors j’assistais juste aux conseils d’école. Et puis, j’ai observé les parents de l’école et du quartier et j’ai noté le manque de dialogue et de cohésion entre les familles, j’ai constaté l’absence de présence parentale, cela m’a attristé, j’ai senti un malaise. Vous savez, dans mon pays, les gens communiquent, tout le monde se connaît, les rapports humains sont très différents de ce que j’ai pu observer à Paris. Dans les parcs, j’ai remarqué que les parents ne communiquaient pas avec les autres familles, souvent, ils restent assis sur un banc … Un jour, je faisais du roller avec Sarah, j’avais mis en place une espèce de jeu de piste et nous avons été rejointes par un, puis deux puis trois enfants qui voulaient s’amuser avec nous. En 2010, je suis rentrée en Côte d’Ivoire pour les vacances, j’ai acheté une balle, des cordes à sauter et on a passé nos journées à s’amuser avec les enfants des environs, avec un budget ridicule, c’était la fête! Du coup, à plusieurs reprises, les gens m’ont dit « mais pourquoi n’organises-tu pas quelque chose? »….

Et alors? J’ai décidé d’organiser des activités, de donner rendez-vous aux familles de l’école un dimanche sur deux. J’ai discuté avec un papa de l’école de Sarah, on a réfléchi aux jeux à mettre en place et on s’est dit qu’avec un tout petit budget, on pourrait amuser les enfants et les parents.

En effet, lors de la première séance, tout le monde s’est amusé, enfants comme adultes! Et oui, on a tous gardé notre âme d’enfant. Les adultes peuvent s’amuser en sautant à la corde, en jouant au ballon. Moi, quand je vois des enfants, j’ai envie de jouer, j’aime l’idée d’évoluer avec mon enfant ! Je tiens ce côté joueur et investi de mon père ! Il était directeur d’une école en Côte d’Ivoire et il aimait organiser des activités. Je me souviens qu’il avait créé un jardin dans un champ proche de l’école, les parents et les enfants s’occupaient du potager du jardin tous les samedis, on faisait pousser du manioc, des salades, du gombo, des tomates, des aubergines … Les familles se retrouvaient et bêchaient ensemble.

Les jeux d’enfants de P. Bruegel (1560)

Comment parvenez-vous à concilier vies familiale, professionnelle, associative? Je suis hyperactive mais pour pouvoir tout mener à bien et surtout pour pouvoir être le plus possible avec Sarah, j’ai fait le choix de travailler à temps partiel. Au sortir de mes études, j’ai cherché un emploi à temps partiel ! Ce choix est un sacrifice car financièrement, nous ne roulons pas sur l’or, je ne voyage pas, je ne sors pas tous les soirs avec mes amis mais l’essentiel est que je vois mon enfant grandir.

Synthia, parlons éducation, avez-vous des principes éducatifs? Mon père et ma mére m’ont transmis la notion de respect de l’autre et d’honnêteté au sein de la famille, en société. Avec Sarah, j’évite d’asséner des nons catégoriques. Quand elle se retrouve dans des situations compliquées, nous essayons de trouver ensemble une solution.

Quelle place occupent vos origines ivoiriennes dans votre quotidien (éducation bilingue, partage de votre culture)? Je pense que la transmission de la culture passe par la maîtrise de la langue de cette culture. Or, je ne parle pas de langues parlées dans mon pays d’origine. J’ai vécu en Côte d’Ivoire jusqu’à l’âge de 9 ans mais je ne parle ni la langue de mon père d’origine bété, ni celle de ma mère qui parle le dida. Je ne parle pas non plus le dioula, langue parlée dans le quartier dans lequel j’ai grandi. Mon père voulait que je parle bien le français et comme il ne parlait pas la langue de ma belle-mère avec laquelle j’ai vécu une partie de mon enfance, on parlait français à la maison. Ce qui me relie à mes origines, c’est la cuisine. Sarah adore la sauce graine (à base de jus de palme) et la sauce à base d’arachide. Quand on va déjeuner chez ma mère, elle nous prépare du placali (plat à base de manioc).

Quelles activités faites-vous avec Sarah? On aime regarder des films pour enfants, j’ai une carte de cinéma dont on profite bien. On dessine, j’ai récemment acheté un piano numérique alors nous faisons de la musique. On va à la piscine, ce qui me permet de faire du sport avec ma fille. J’aime organiser des pique-niques avec mes amis dans le parc des Buttes Chaumont ou sur les pelouses du Champ de Mars. Et puis, on fait du roller sur les Quais de Seine fermés à la circulation voiture le dimanche. Et on rencontre des amis qui ont également des enfants, comme ça, grands et petits se retrouvent.

Que faudrait-il faire pour que Paris soit plus agréable à vivre en famille? J’aimerais tout simplement que les gens soient plus sympathiques, plus citoyens. Mais bon, j’apprécie certaines évolutions de la ville et notamment ce qui a été fait sur les quais de Seine, j’aime l’idée de passer de quartiers en quartiers qui ont tous leur particularité. Et puis, je trouve qu’il y a tout plein de choses à faire à Paris, beaucoup sans avoir nécessairement à débourser beaucoup d’argent, notamment des expos. Je consulte parfois le site « on va sortir ! » qui est très intéressant. Quel que soit le temps, Sarah et moi sortons. On se lève le matin et on se demande: qu’est-ce qu’on pourrait bien faire aujourd’hui ? »

Merci Synthia!

Histoires de goûts : une famille iranienne

14 Oct

Qu’est-ce qu’une bonne éducation? Chaque culture a sa réponse.

J’ai posé la question à Mina, jeune maman d’origine iranienne, qui vit à Paris depuis huit ans et a mis au monde des jumeaux aujourd’hui âgés de 18 mois : Shadi et Bahman. Ils vivent aux abords du parc des Buttes Chaumont avec le papa Babak que je n’ai pu voir le jour de ma rencontre avec Mina et les enfants car il travaille beaucoup. Les petits vont à la crèche trois fois par semaine, ce qui laisse le temps à Mina, graphiste de formation, de souffler et de réfléchir à sa reconversion dans la céramique.

Tout en buvant un café accompagné de pâtisseries iraniennes, nous avons donc parlé famille, éducation, partage de la culture d’origine et cuisine. Mina m’a donné la recette d’un plat iranien traditionnel : le Khoresht Karafs (sauce au céleri) que je me suis empressée de préparer de retour chez moi et que j’expose en photo à la fin de ce post. Bonne lecture !

_______________________________________________________

« Mina, comment se passe le quotidien avec des jumeaux? Nous avons de la chance car les enfants ont obtenu une place en crèche sans difficulté. Ils y vont trois fois par semaine entre 10H et 16H. Comme Babak et moi n’avons pas de famille à Paris, cela me permet de respirer un peu. Parfois, je dépose un seul bébé et je m’occupe exclusivement du frère et vice versa, comme ça, je profite pleinement de l’un et de l’autre, cela me permet de mieux les connaître, de manière individuelle. Depuis que les garçons vont à la crèche, nous avons fait la connaissance d’autres parents avec lesquels nous sommes devenus amis, c’est très appréciable.

Avez-vous contacté une association de parents de jumeaux? Oui, mais je n’ai pas trouvé le temps de profiter de leurs services. J’ai reçu de la documentation qui m’a été bien utile, notamment concernant l’allaitement qui n’est pas aisé avec des jumeaux.

Quelle place occupent vos origines iraniennes dans l’éducation de vos enfants? Il est très important pour moi que les petits connaissent leurs origines iraniennes. L’acquisition du persan que Babak et moi leur parlons est fondamental. Et puis, on écoute des chansons en persan, on leur raconte des contes traditionnels iraniens tels que les histoires et chants traditionnels « Jomjombarg Khazoon ». Je cuisine à l’iranienne car je souhaite qu’ils apprennent les goûts du pays. De plus, nous allons en Iran afin qu’ils sachent d’où ils viennent. Je viens du Sud de l’Iran, dans le désert, tout près du Golfe persique. Je voulais qu’ils voient les hectares de champs de pistaches qui y fleurissent en septembre et qui me rappellent tant mon grand-père aujourd’hui décédé. En septembre dernier, nous avons cueilli les pistaches avec les enfants qui couraient dans les champs, c’était merveilleux. Chaque année, toute ma famille se retrouve non loin de Chiraz, c’est pour moi l’occasion de revoir ma grand-mère âgée de 80 ans et tous mes cousins. C’est toujours la fête, nous faisons de la musique et chantons toute la nuit, à commencer par la chanson populaire des années 40 « Mara Beboos » qui signifie embrasse-moi et qui raconte l’histoire d’un père qui fait ses adieux à sa fille et veut l’embrasser pour la dernière fois. Quand les familles iraniennes se retrouvent, elles chantent cette chanson. Je la chante aux enfants, c’est très doux comme une berceuse.

Image de prévisualisation YouTube

Où retrouvez-vous l’Iran à Paris? Nous allons dans la rue des Entrepreneurs dans le 15ème arrondissement. Il y a des supermarchés où on peut trouver des grenades notamment, très importantes dans la cuisine iranienne, et des restaurants iraniens. Le dimanche, nous allons parfois déjeuner dans un des restaurants du quartier. Quand nous voulons écouter de la musique, nous dînons et dansons dans un restaurant irano-arménien de la rue Mouffetard.

Vous souvenez-vous de vos premières impressions à votre arrivée à Paris? La ville m’a plu tout de suite. Babak qui vivait déjà à Paris m’a présenté ses amis qui m’ont accueilli chaleureusement. J’avais entendu que les Français étaient froids or, on m’a toujours aidé et bien qu’étrangère, je ne me suis jamais sentie comme une étrangère.

Avez-vous des principes éducatifs? Non, pas vraiment. J’aimerais que mes fils soient indépendants, j’essaie de leur transmettre l’amour de l’humanité et deux qualités qui me semblent importantes : la franchise et le respect de l’autre.

Quelles activités faites-vous en famille? Dès qu’on peut, on part en ballade en forêt ou on s’aère à la campagne chez des amis. A Paris, nous allons beaucoup au parc des Buttes Chaumont, on marche, on joue au ballon, les enfants s’ébattent dans le bac à sable. On a l’intention de commencer à aller à la piscine.

Quel est le rituel du soir? Les enfants prennent leur couverture, leur doudou et on leur lit une histoire. Ensuite, on leur donne un biberon, c’est l’instant câlins, j’en prends un dans mes bras, Babak câline l’autre. Je chante une berceuse puis on les dépose dans leur lit.

A quoi ressemblera la célébration de leur prochain anniversaire? On organisera une petite fête avec des enfants de leur âge.

Quels souvenirs gardez-vous de votre enfance Mina? La séparation de mes parents. A l’âge de neuf ans, ils se sont séparés et cela m’a beaucoup marqué. Mon père est parti, je me suis retrouvée seule avec ma mère et il s’est remarié alors que je ne m’y attendais pas… Et puis j’ai connu huit années de guerre, la guerre Iran-Irak qui a commencé alors que je n’avais que trois ans … Je garde en souvenir le retentissement des alarmes annonçant l’imminence d’un bombardement, je me vois descendre dans la cave, on avait peur que la bombe tombe sur notre maison. Une fois, la bombe est tombée tout près de chez nous, j’avais dix ans… Alors que j’avais onze ans, les écoles ont fermé, on étudiait à distance grâce à la télévision.

Je garde en mémoire des choses positives aussi. Par exemple l’odeur de la terre après une averse. En Iran, il pleut peu mais quand cela arrive l’odeur de la terre qui se lève est vraiment caractéristique. J’adore la neige à Téhéran où j’ai grandi. La ville est recouverte d’un manteau blanc, je me souviens des bonhommes de neige et du fait que les écoles fermaient parfois quand on ne pouvait circuler. La neige me manque à Paris.

En quoi votre enfance est-elle différente de celle de vos garçons? Moi, j’étais entourée de ma famille malgré la séparation de mes parents. Cela me manque aujourd’hui à Paris. Norouz (célébration du nouvel an) était l’occasion de se retrouver chez les uns et chez les autres, mes enfants ne connaîtront pas cela. J’ai reçu beaucoup d’amour de ma famille, eux reçoivent de l’amour de leurs parents et de nos amis, c’est comme ça, c’est différent … L’amour de la famille est différent de celui qui vient des amis. Et puis, les Iraniens sont très sentimentaux, ils sont plus démonstratifs dans leur façon d’exprimer leurs sentiments.

Ce qui est bien, c’est qu’ils ne connaîtront pas tous les interdits inhérents à la société iranienne, je peux citer des dizaines d’exemples. Après la révolution, les Iraniens ont appris à adopter une attitude particulière en société, différente de leur comportement à la maison. Concernant l’alcool ou l’organisation de fêtes par exemple, qui sont prohibés en Iran, les gens doivent mentir. Sous Khomeiny, je me souviens que les petites filles ne pouvaient pas porter de chaussettes de couleur. Moi qui suis graphiste de formation, je ne pouvais pleinement m’exprimer dans mon travail … »

Merci Mina !

______________________________________________________________

Recette du KHORESHT KARAFS selon Mina

Ingrédients pour 4 personnes:

– 500 g de viande de bœuf, d’agneau ou un poulet fermier

– 1 gros oignon

– 1 pied de céleri

– du persil plat

– des feuilles de menthe

– 1 verre d’eau

– du safran

– sel, poivre

– citron persan (voir photo) ou jus d’un citron jaune

Préparation: 20 mn – cuisson : 30 mn

Découper la viande en morceaux;

Émincer l’oignon, couper le céleri en petits morceaux de 2cm environ, hacher le persil, la menthe, les feuilles de céleri;

Dans une casserole, faire dorer les oignons et la viande dans un fond d’huile;

Quand la viande est cuite, ajouter les morceaux de céleri ainsi que le persil, la menthe et les feuilles de céleri hachés;

Ajouter le citron persan ou le jus de citron jaune à doser en fonction du goût de chacun;

Ajouter le safran puis un verre d’eau;

Saler, poivrer puis couvrir et laisser cuire 30mn;

Vérifier la cuisson et l’assaisonnement;

Servir chaud accompagné de riz blanc. Déguster en écoutant le morceau « Mara Beboos » magnifiquement interprété par Hasan Golnaraghi (en écoute sur ce post).

Nusheh Jân!    نوش جان