Paris.fr
Accueil
Archive | novembre, 2012

Tu la veux ma place de mère?

20 Nov

Dans mon quartier situé entre Gambetta et le Père Lachaise, on trouve un grand nombre d’associations dont j’admire la mission telles que Les amis du bus des femmes, Génération médiateurs ou encore la Vingtième Chaise.

Samedi dernier, la Vingtième Chaise a offert aux habitants du quartier un spectacle saisissant. L’association a invité une dizaine de femmes de Besançon qui ont évoqué leur rôle de mère par le biais du théâtre forum. Aidées dans leur démarche par les travailleurs sociaux du Conseil général du Doubs ainsi que par Clara Guenoun, comédienne professionnelle de la compagnie théâtrale parisienne NAJE (Nous n’abandonnerons jamais l’espoir), elles ont abordé toutes sortes de thématiques : autorité, mères isolées, culpabilité de ne pas incarner l’idéal de mère, rapports parfois houleux avec l’institution scolaire, difficultés financières, discriminations, addictions, place du père au sein de la famille, dialogue avec les ados etc.

Ces femmes donnaient leur 5ème représentation au cours de laquelle comédiennes, « spect-acteurs » et spectateurs ont alterné rires et larmes. Clara Guenoun officiait comme meneuse de jeu.

Les comédiennes ont commencé par jouer des saynètes figurant des mères fières de leur réussite :

 » Je suis fière de moi, j’ai élevé mon fils seule, il se ballade au bout du monde avec son amoureuse » … « Je suis fière de donner une bonne éducation à mon fils malgré mon handicap » … « Je suis fière car mon fils a atteint un niveau d’études plus élevé que ce qu’il avait prévu » …

Puis, la compagnie a proposé trois théatres forums abordant les difficultés d’une mère seule face à son enfant en pleine adolescence, la situation d’une mère en plein burn-out qui craque le mercredi devant ses enfants qu’elle a du mal à maîtriser mais qui peine à exprimer son désarroi au père et enfin, la question des addictions des parents sous le regard des enfants.

J’ai été surprise de voir la spontanéité avec laquelle les « spect-acteurs », adultes et enfants, se sont investis, proposant spontanément d’explorer des pistes nouvelles, de faire progresser la cause de ces difficultés familiales.

Un grand MERCI à toutes ces mères en qui je/nous nous sommes reconnues à un moment ou à un autre. En les regardant, j’avais en tête la chanson d’Arno, « Les yeux de ma mère », je voudrais la leur dédier.

Image de prévisualisation YouTube
Alors, qu’est-ce qu’un théâtre forum ?
Il s’agit d’une technique théâtrale participative créée dans les années 60 par le Brésilien Augusto Boal, dans les favelas de São Paulo, pour soutenir les populations opprimées désireuses de transformer des systèmes injustes. Dans un premier temps, les comédiens jouent une histoire concrète inspirée de la réalité sociale qui se termine généralement mal. Puis, dans un second temps, un meneur de jeu invite les spectateurs à monter sur scène afin de rejouer la saynète en explorant une autre attitude dans le conflit qui permettra d’infléchir le cours des évènements. Comme l’a expliqué Clara Guenoun samedi dernier, le théâtre forum est un outil de lutte, un outil d’entraînement pour le futur. L’idée étant que quand on échange, on peut faire évoluer des causes.

Quand je serai grand, je serai …

10 Nov

Ne vous êtes-vous jamais demandé ce que vos enfants feront plus tard? Avez-vous constaté chez votre progéniture des talents particuliers qui vous laissent à penser qu’elle suivra telle ou telle voie? Vous prêtez-vous à rêver que votre bambin devienne surfeur, cordonnier, garde-forestier ou superhéros?

J’ai questionné parents et enfants lors de mes déambulations dans Paris. Il ressort de mes rencontres que l’argent, la compétitivité, la réussite à tout prix ne sont pas les valeurs partagées par les familles interrogées, ce qui compte, c’est d’être heureux !

J’ai trouvé les photos qui illustrent ce post sur le site MondayMonday.fr.

Je propose en écoute le « Quand je serai grand » du Klub des 7 : « qu’est-ce qu’on va faire quand on sera grand? Ça seul l’avenir nous le dira. Qu’est-ce qu’on deviendra si on a le temps? … »

Image de prévisualisation YouTube

Julien, chef de projet évènementiel, est le papa d’Esteban (13 ans) qui a longtemps voulu embrasser la carrière d’ « aventurier-explorateur » avant d’opter pour celle de réalisateur de films d’animation et d’Achille (6 ans) qui souhaite devenir pilote de course

« Faire de longues études, c’est important? Je pense qu’il est important, avant tout, que les enfants sachent se débrouiller dans la vie, qu’ils puissent se cuire un œuf ou réparer un robinet qui fuit. Les études, c’est bien, je souhaite que mes fils étudient le plus longtemps possible mais je ne prie pas chaque soir pour qu’ils entrent dans une grande école, les études n’apprennent pas la vie. J’aimerais qu’ils sachent rebondir, qu’ils sachent se construire et faire des choses qu’ils aiment, je ne voudrais pas les voir « s’emmerder ». Je veux que mes enfants soient heureux avant tout et je fais en sorte de leur donner les quelques outils pour, je ne leur apporterai pas tous les outils, cela tue la création, ils doivent fabriquer leurs propres outils, on ne doit pas trop leur mâcher le travail. Nous parlons beaucoup de tout cela ensemble.

Dans quel domaine souhaiteriez-vous les voir évoluer? J’aime ce qui touche au domaine artistique mais s’ils devenaient avocats, pourquoi pas … Toutefois, je pense que les enfants sont influencés par leurs parents et leurs amis; de notre côté, on est entouré de personnes travaillant dans la publicité, les films d’animation qui intéressent actuellement Esteban ou encore la sculpture.

Que vouliez-vous faire quand vous étiez enfant ? Tout petit, je voulais faire le métier de mon père qui travaillait dans une usine de traitement des eaux, il ouvrait et fermait des vannes pour donner de l’eau propre aux gens, ça me fascinait. Puis, j’ai eu envie de devenir astronaute mais j’ai arrêté l’école en 5ème pour me tourner vers l’ébénisterie, rien à voir … »


Anne, formatrice, est la maman de Lukas (12 ans) et Arno (8 ans) qui souhaitent devenir archéologues

« Que vouliez-vous faire enfant ? Mes parents étaient profs, ils aimaient leur métier, le domaine de l’enseignement m’a toujours intéressé, je suis formatrice, j’ai suivi le chemin de mes parents en quelque sorte.

Faire des études longues et prestigieuses, c’est important ? Faire des études tout court, oui mais seulement si on en a l’envie et la capacité, on verra bien.

Poussez-vous vos enfants dans leur scolarité ? Pour l’instant, tout se passe bien à l’école, je n’ai pas à les pousser comme vous dites mais je suis là s’ils ont besoin d’aide. Je connais des jeunes ayant intégré des écoles parisiennes prestigieuses et qui ont fait des déprimes car ils n’y arrivaient pas, je ne veux pas arriver à une telle situation. Je souhaite que mes fils soient bien dans leurs baskets, c’est tout ce qui compte ! Mes garçons vont dans des établissements classés ZEP et je n’ai pas hésité une seconde à les inscrire dans les écoles de secteur, alors qu’autour de moi, de nombreux parents demandaient des dérogations ou inscrivaient leurs enfants dans le privé, moi, je veux qu’ils vivent dans leur quartier et aillent dans l’école de leur quartier où ils se sentent bien. »


Alexandre, chargé de mission dans l’administration, est le papa d’Isaac (6 ans) qui voudrait être policier et astronaute et de Marius (3 ans) qui ne sait pas encore ce qu’il fera plus tard …

«Comment imaginez-vous vos fils plus tard ? J’aimerais qu’ils vivent les choses avec passion et qu’ils soient curieux, qu’ils soient ouverts, qu’ils aient envie d’apprendre. J’aimerais qu’ils aient l’amour du travail bien fait.

A la question « que feras-tu quand tu seras grand ? », que répondiez-vous ? Policier et astronaute comme votre fils Isaac ? Moi, j’aurais plutôt répondu brigand ! Non, en fait, j’ai toujours voulu devenir une rock star, aujourd’hui encore… ou astronaute…

Faire des études, c’est indispensable ? Oui, je pense qu’il faut avoir un bagage minimum. Et si mes enfants choisissent un métier qui offre peu de débouchés, dans le domaine artistique notamment, alors j’espère qu’ils le feront bien, qu’ils travailleront avec passion et endurance. »

Merci à vous !