Paris.fr
Accueil

Les expositions des travaux des élèves dans les établissements scolaires

18 Juil

 

Exposition à l'école élémentaire Foyatier (18e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école élémentaire Foyatier (18e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Comme chaque année, le mois de juin a été propice à l’organisation, dans les établissements scolaires, de nombreuses expositions de productions d’élèves réalisées autour des œuvres exposées. L’occasion pour les parents de découvrir le travail réalisé tout au long de l’année.

Le 6 juin, à l’occasion de la venue de l’artiste Miss Tic, l’Accueil Réussite Educative Pelleport (19e) a organisé une exposition des travaux réalisés autour de l’œuvre Pochoir – Poème à l’autoportrait. En lien avec l’œuvre, un groupe de jeunes a travaillé avec l’équipe du Centre et la médiatrice Maira Fotaki autour du street art. Les jeunes ont pu découvrir le monde du street art grâce à une visite guidée par un professionnel dans les rues de Belleville. Ils ont ensuite réalisé leur propre autoportrait au pochoir à la manière de Miss Tic.

 

Exposition à l'Accueil Réussite Éducative Pelleport (19e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’Accueil Réussite Éducative Pelleport (19e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

L’école maternelle Tourtille (20e) a également exposé tout le mois de juin les travaux des élèves créés à partir de Gribouillis de Yona Friedman. En lien avec l’œuvre, les enfants ont réalisé en deux dimensions et en volume des productions autour de la notion de la ligne, de l’emmêlement de fils, et de gribouillis.

 

Exposition à l'école maternelle Tourtille © Maira Fotaki - FMAC, Paris

Exposition à l’école maternelle Tourtille (20e) © Maira Fotaki – FMAC, Paris

 

Comme chaque année, l’école Houdon et le collège Yvonne-le-Tac (18e) ont organisé, les 11 et 12 juin, une exposition commune, dans le magnifique CDI du collège réunissant les travaux des CM2 et ceux des 6e. Les élèves de CM2 ont travaillé avec leur professeure d’arts plastiques Barbara Martinez et leurs professeurs Anne-Cécile Duffez et Stéphane Volondat autour de la photographie L’escalier du 56 rue Myrha de la série sur Le quartier de la Goutte d’or de Florisa. Ils ont réalisé de nombreuses productions en lien avec l’œuvre : travail sur la perspective, sur la photographie et notamment sur le cadrage (réalisation d’un portrait en utilisant 5 cadrages imposés, faire un portrait à travers le reflet d’un miroir, faire le portrait d’un camarade avec dans le cadre un morceau du corps du photographe…), composition de sculptures de papier en ronde-bosse avec son portrait photographique et les lettres de son prénom, création de mobiles de papier avec son portrait photographique en noir et blanc et les lettres de son prénom. Les CM2 ont poursuivi leur travail sur la photographie en visitant la Maison européenne de la photographie et en suivant au Musée des Arts et Métiers un atelier autour des photogrammes (« Écrire avec la lumière »). En lien avec la photographie, les enfants ont effectué également, tout au long de l’année, un travail sur les préjugés, les apparences et le racisme. L’occasion de visiter 3 institutions culturelles parisiennes : le Musée de l’Homme, le Mémorial de la Shoah et le Musée national de l’histoire de l’immigration. Il ont aussi travaillé l’expression écrite en écrivant des textes imaginant l’histoire des deux personnages de la photographie de Florisa. Dans le cadre du tutorat des élèves des classes de CP, les élèves de CP et de CM2 ont réalisé, par petit groupe, un film d’animation en stop motion sur la rue Myhra. Les 6e ont, quant à eux, travaillé autour de la photographie Priest de Nicolas Dhervillers. Avec leur professeure d’arts plastiques Lilas Grieco-Bastelic, ils ont produit des photomontages confrontant un personnage issu de leurs archives personnelles ou pris sur Internet ou dans un magazine, à un paysage imaginaire de la série Games of Throne. Avec la médiatrice Cecilia Almiron et le documentaliste Jean-Marc David, ils ont créé des photomontages sur Saint-Denis évoquant l’histoire du saint qui aurait été décapité à l’endroit où se trouve le collège. Un vitrail sur sa décapitation est visible au CDI situé d’ailleurs à l’emplacement d’une ancienne chapelle.

 

Exposition commune de l'école élémentaire Houdon (18e) et du collège Yvonne-le-Tac (18e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition commune de l’école élémentaire Houdon (18e) et du collège Yvonne-le-Tac (18e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le collège Elsa Triolet (13e) a présenté, le 14 juin, les travaux réalisés, en collaboration avec la professeure d’arts plastiques Gwenaëlle Sabatier, par deux classes de 6e, deux classes de 5e, deux classes de 4e et une classe de 3e, autour de l’œuvre Sac de fille (bleu) de Charlotte Beaudry. Les élèves avaient pour consigne de dessiner leur objet fétiche en respectant l’échelle et de le mettre en scène dans un décor en 3 dimensions.

 

Exposition au collège Elsa Triolet (13e)

Exposition au collège Elsa Triolet (13e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le FMAC à l’école était également à l’honneur le 14 juin à l’école maternelle Maurice Ripoche (14e). Toutes les classes de l’école ont travaillé tout au long de l’année autour de l’œuvre Red Head de James Brown et sur la thématique du portrait. La médiatrice Sophie Leromain est intervenue auprès de deux classes (moyens-grands et grands) et les a aidé à réaliser un masque avec des assiettes en carton et du matériel de recyclage et à composer des portraits autour de 4 émotions.

 

Exposition à l'école maternelle Ripoche © Sophie Leromain - FMAC, Paris

Exposition à l’école maternelle Ripoche (14) © Sophie Leromain – FMAC, Paris

 

A l’occasion des journées Portes Ouvertes le 14 juin, le professeur d’arts plastiques du collège Paul Verlaine (12e), Monsieur Registo, avait exposé dans sa salle les productions des 4e et des 3e réalisées autour de la peinture Guide (Platane) d’Eva Nielsen. Les élèves de 4e ont inventé le « hors champ de l’œuvre » en jouant sur les notions d’ombres et de lumière, d’opacité et de transparence, d’intérieur et d’extérieur. Les élèves de 3e ont choisi un morceau de l’œuvre, ou sa totalité, et ont inventé un nouveau contexte visuel jouant sur le dialogue architecture/nature, inerte/vivant, techniques traditionnelles (peinture, pastels, crayons)/techniques numériques (photographie, logiciel informatique…).

 

Exposition au collège Paul Verlaine (13e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition au collège Paul Verlaine (13e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le 15 juin, pour la fête de l’école, les travaux réalisés par les élèves de l’école Faubourg Saint-Denis (10e) autour de l’œuvre Are you human ? d’Aram Bartholl étaient exposés.  Avec l’aide de leur professeure d’arts plastiques Stéphanie Fay, les CE1 ont déformé leur prénom et ont lié leur travail avec l’œuvre Jadis surgit du gris de la nuit (1918) de Paul Klee. Les CE2 ont réalisé un alphabet imaginaire à la suite d’un long processus créatif : fabrication de tampons en pâte à modeler dans lesquels les objets de la trousse ont laissé des empreintes, impression des tampons, recherche de formes étranges dans les empreintes à l’aide de calques, invention de l’alphabet imaginaire à partir de calques, écriture des prénoms des élèves avec les lettres du nouvel alphabet. Ces deux classes de CE2 ont également suivi un atelier « images numériques » où ils ont crée leur prénom en captcha. Les CM2 ont été initiés à la calligraphie lumineuse (light painting).

 

Exposition à l'école élémentaire Faubourg Saint-Denis © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école élémentaire Faubourg Saint-Denis (10e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

L’école Damrémont (18e) était également en fête le 15 juin. Tous les couloirs de l’école étaient recouverts des travaux réalisés, en collaboration avec la professeure d’arts plastiques Michelle Nadal et la médiatrice Cecilia Almiron, par toutes les classes autour de l’œuvre Slasher – Baobab de Duncan Wylie. A partir de photographies prises dans les environs de l’école, les élèves de CE1 ont créé une composition plastique superposant différentes images, à la manière de l’artiste. Les CE2a ont décalqué des photos de skateurs puis ont composé, à partir de ces calques, une nouvelle image créant de la transparence avec de la peinture acrylique et de l’aquarelle. Par groupe de deux ou trois, les élèves de CE2b ont collecté des images et ont créé une silhouette en décalquant leur corps. Les silhouettes ont été remplies d’images correspondant à leurs goûts, intérêts et activités, devenant des sortes de portraits visuels et mentaux d’eux-mêmes. Les CM1 ont peint en transparence leur personnage sur un fond de paysage en noir et blanc. Les CM2a ont composé un fond/paysage qui accueille des figures transparentes dessinées sur un calque. Les CM2b, en s’inspirant de l’œuvre de Duncan Wylie et également des cubistes, des dadaïstes et des surréalistes, ont réalisé des œuvres par juxtaposition et superposition d’images découpées dans des magazines et des journaux. Dans ces collages évoluent des silhouettes humaines qui se confondent avec le fond.

 

Exposition à l'école élémentaire Damrémont © Cecilia Almiron - FMAC, Paris

Exposition à l’école élémentaire Damrémont (18e) © Cecilia Almiron – FMAC, Paris

 

Le 19 juin, c’était au tour de l’école Foyatier (18e) de présenter les travaux réalisés par toutes les classes, en collaboration avec la professeure d’arts plastiques Béatrice Baudequin, autour de l’œuvre Sans titre de Jean-Charles Blais. Les élèves ont abordé l’œuvre en suivant différentes pistes : le chapeau, le bambou, les morceaux de corps, le personnage de dos, les affiches arrachées, la couleur noir et blanc, et le titre. Ils ont imaginés des titres qu’ils ont écrit sur des morceaux d’affiches arrachées (Le visiteur courageux, l’homme exilé, la méditation…), ont produit des chapeaux avec différents matériaux (cartons, papiers mâchés, ballons…), ont dessiné en silhouette leur propre corps… Dans le cadre des ateliers pédagogiques de la Ville de Paris, des classes ont également réalisé des estampes et des gravures sur la thématique de la branche de bambou et de la tête vue de dos (travail sur la coiffure).

 

Exposition à l'école élémentaire Foyatier (18e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école élémentaire Foyatier (18e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Du 18 au 22 juin, l’école maternelle Tanger (19e) a invité les parents à venir découvrir les travaux réalisés par leurs enfants autour de l’œuvre Sunflower de Franck Scurti. Avec leurs enseignants et la médiatrice Maira Fotaki, les élèves ont réalisé en matériaux recyclés des tournesols, des fleurs et jardins imaginaires. Ils ont même planté dans des pots de yaourts de vraies graines de tournesol.

 

Exposition à l'école maternelle Tanger (19e) © Ecole maternelle Tanger, Paris

Exposition à l’école maternelle Tanger (19e) © Ecole maternelle Tanger, Paris

 

Le 21 juin, les travaux réalisés par les 6e et 4e du collège Pilâtre de Rozier avec leur professeur d’arts plastiques Jacques Lagarde autour de l’œuvre La colonne sans fin de Kader Attia étaient exposés. Les 6e ont réalisé des colonnes à partir de matériaux recyclés et de la peinture acrylique. Les 4e ont modélisé en 3D leur colonne imaginaire à partir d’un logiciel informatique.

 

Exposition au collège Pilâtre de Rozier © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition au collège Pilâtre de Rozier (11e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

A l’école maternelle Bouvines (11e) les 22, 25 et 26 juin, d’étranges totems et personnages, réalisés en matériaux recyclés, entouraient les sculptures Les idoles de Philippe Mayaux.

 

Exposition à l'école maternelle Bouvines © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école maternelle Bouvines (11e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

A l’occasion des Portes Ouvertes le 23 juin, la professeure d’arts plastiques Barbara Porzer a exposé, dans sa salle au collège George Sand (13e), les travaux réalisés par une classe de 6e et deux classes de 4e autour de la vidéo Burning cities de Clément Cogitore, en collaboration avec la médiatrice Sophie Leromain. Après une analyse de l’œuvre, les élèves ont réalisé un dessin au fusain d’un objet qui brûle. Puis par groupe de deux ou trois, ils ont réalisé un collage numérique représentant un des quatre éléments.

 

Exposition au collège George Sand © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition au collège George Sand (13e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le 23 juin, toute l’école Berthier était investie par les travaux réalisés, en collaboration avec la professeure d’arts plastiques Isabelle Bobillot, par toutes les classes autour de l’œuvre Sans titre (Tête en billes) de Richard Fauguet. Les élèves ont abordé le concept de recouvrement, de répétition de gestes, de traces et de formes. Ils ont réalisé des têtes en matériaux divers : visages en cartes routières, en coquilles d’huitres, en papiers enroulés, en papiers pliés, en matériaux de récupération. Les CE2b ont effectué avec leur professeure de sport des figures en acrosport sur la thématique du portrait. Les CM2 ont réalisé une vidéo en stop motion dans le cadre d’un atelier Animation Webcam avec la professeure d’arts plastiques Lucile Macé. La classe de CM2b de Clémence Mesnard, en lien avec le projet classe APAC, a transformé, au fil des saisons, les espaces de l’école, notamment l’emplacement où l’œuvre est exposée. A l’occasion de l’exposition, des élèves la classe de CM2b ont mené une petite performance dans l’exposition, permettant une découverte surprenante des productions.

 

Exposition à l'école élémentaire Berthier © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école élémentaire Berthier (17e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le 26 juin, à l’occasion de la remise des diplômes, les travaux réalisés par toutes les classes du collège Mallarmé (17e) autour de l’œuvre Hase in Gegenlicht du collectif d‘artistes autrichiens Gelitin , étaient exposés dans le hall d’entrée. Avec leurs professeures d’arts plastiques Joëlle Courvoisier et Ariane Roman et la médiatrice Maira Fotaki. les collégiens ont réalisé des productions en 3 dimensions sur la thématique du changement d’échelles, du contraste entre le petit et le grand. Ils ont réfléchi à une mise en situation de leurs travaux dans la cour du collège.

 

Exposition au collège Stéphane Mallarmé (17e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition au collège Stéphane Mallarmé (17e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le 26 juin également, dans le cadre de la fête de l’école, le professeur d’arts plastiques Sylvain Noury a exposé dans sa salle à l’école élémentaire Saint-Maur (10e) les travaux réalisés autour de l’œuvre CLASS AZ8120 d’Armand Jalut, par deux classes de CE1 et deux classes de CE2. Suite à une projection des tableaux de l’artiste, chaque élève a choisi des objets trouvés dans la classe, dans les placards, et les a mis en scène dans une composition plastique sur papier, créant ainsi une rencontre étrange entre des objets divers. A l’instar de l’œuvre d’Armand Jalut, ces compositions suscitent surprise et curiosité et génèrent de multiples interprétations.

 

Travaux des élèves de l'école élémentaire Saint-Maur © Ecole élémentaire Saint-Maur, Paris

Travaux des élèves de l’école élémentaire Saint-Maur (10e) © Ecole élémentaire Saint-Maur, Paris

 

Enfin, l’école Saint-Lambert (15e) a clôturé cette série d’exposition le 29 juin. Les élèves ont travaillé autour de la vidéo UDRIVINMECRAZ avec leur professeure d’arts plastiques Marie Robert et la médiatrice Sophie Leromain : expérimentation musicale et sonore, réflexion sur l’environnement sonore quotidien, travail sur la « parure magique » : réalisation d’un accessoire qui prodigue une aptitude, un super pouvoir, création d’attrape-rêves, travail d’expression corporelle sur la gestuelle de l’artiste et réalisation de performance, réalisation de cimiers en lien avec une visite du musée du Quai Branly. Les élèves de CE1 ont travaillé avec leur professeure de musique sur l’œuvre et ont imaginé la musique qu’écoute Duncan Wylie pendant la performance.

 

Exposition à l'école élémentaire Saint-Lambert (15e) © Sophie Leromain - FMAC, Paris

Exposition à l’école élémentaire Saint-Lambert (15e) © Sophie Leromain – FMAC, Paris

 

Rendez-vous en septembre prochain pour une nouvelle édition du FMAC à l’école.

L’artiste Alicia Paz au collège Françoise Seligmann (10e)

12 Juil

L'artiste Alicia Paz devant une reproduction de son tableau Le Colosse © Claire Boustani - FMAC, Paris

L’artiste Alicia Paz devant une reproduction de son tableau Le Colosse © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le 14 juin, l’artiste Alicia Paz est venue au collège Françoise Seligmann rencontrer les élèves de 6 et de 4e et présenter son travail.

La peinture Le Colosse, exposée au collège cette année, est une œuvre que l’artiste a réalisé alors qu’elle était encore étudiante à l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Cependant, comme elle l’explique aux collégiens, ce tableau regroupe déjà les thématiques qui lui sont chères et qu’elle développera dans ses travaux ultérieures : contraste entre abstraction et figuration, alliance dans une même œuvre de plusieurs univers, détournement d’œuvres classiques, inspiration du Pop art, lien entre différentes cultures…

Ayant réalisé par la suite une série sur les masques, Alicia Paz explique que Le Colosse préfigure ce travail, le lapin Duracell étant en quelque sorte le masque, la représentation de l’artiste.

 

Présentation d'images inspirant l'artiste © Claire Boustani - FMAC, Paris

Présentation d’images inspirant l’artiste © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Après avoir montré aux élèves différentes images qui l’inspirent dans son travail, la peintre présente ses œuvres les plus récentes, notamment sa série sur les arbres généalogique ou son travail autour de la représentation de la femme, et notamment de la femme artiste, souvent assimilée à un monstre.

 

La présentation de la femme artiste / monstre © Claire Boustani - FMAC, Paris

La présentation de la femme artiste / monstre © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Très intéressés par la présentation, les élèves lui ont posé beaucoup de questions : Est-ce que vous avez toujours aimé la peinture ? Comment trouvez-vous l’inspiration pour vos œuvres ? Est-ce vous dans vos tableaux ? …

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Ravie de cette rencontre, Alicia Paz a pu découvrir en classe quelques travaux réalisés par les élèves autour de sa peinture.

 

Travaux des élèves © Claire Boustani - FMAC, Paris

Travaux des élèves © Claire Boustani – FMAC, Paris

L’expérience de la médiatrice Maira Fotaki à l’école maternelle Tanger (19e)

12 Juil

Exposition des travaux des élèves © École maternelle Tanger, Paris

Exposition des travaux des élèves © École maternelle Tanger, Paris

Pour sa première participation au FMAC à l’école, l’école maternelle Tanger (19e) a accueilli l’œuvre Sunflower de Franck Scurti.

En tant que médiatrice culturelle, j’ai trouvé cette expérience très enrichissante. Les élèves ont pu construire une relation privilégiée avec l’œuvre, et les enseignants ont travaillé à la fois individuellement et avec moi pour intégrer le projet à leurs programmes éducatifs. A partir de l’œuvre, j’ai conçu et animé, auprès de toutes les classes et en collaboration avec toute l’équipe pédagogique de l’école, une série d’ateliers. Le programme de médiation a été  adapté à chaque niveau.

 

 © École maternelle Tanger, Paris

© École maternelle Tanger, Paris

 

Nous avons travaillé sur les objets du quotidien et la thématique du recyclage. Au travers de dessins, collages, sculptures et installations, les élèves ont exploré le monde végétal. Ils ont expérimenté différents outils : crayons de couleurs, feutres, encres, pâtes à modeler, objets recyclés.

 

 © École maternelle Tanger, Paris

© École maternelle Tanger, Paris

 

Les enfants ont notamment créé un « jardin imaginaire et artistique » avec des matériaux variés.

 

 © École maternelle Tanger, Paris

© École maternelle Tanger, Paris

 

Lors de la fête de l’école, tous les travaux des élèves ont été exposés permettant aux parents de découvrir le travail mené tout au long de l’année.

 

Les ateliers de médiation au lycée Lucas de Nehou (5e) racontés par Cecilia Almiron, médiatrice culturelle

12 Juil

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

National (Linz) est une installation composée de fripes cousues dont la disposition et les couleurs évoquent instantanément le drapeau français. J’ai travaillé autour de l’œuvre, en collaboration avec la médiatrice Maira Fotaki et la professeure d’arts appliqués Martine Troisfontaine, avec la classe UPE2A (Unité pédagogique pour les élèves allophones arrivants).

Durant cinq séances d’ateliers orientés autour des notions de nationalité, d’identité et d’appartenance, les élèves de diverses origines ont produit plusieurs travaux plastiques. Suite à la présentation de l’œuvre, ils ont choisi des mots clés inspirés du sujet du drapeau (pays, culture, sang, liberté, homme-femme, parole…) qu’ils ont illustré en classe dans une séance d’écriture et de dessin.

 

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

 

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

 

Malgré la barrière de la langue, la diversité de cultures a constitué un espace d’échange et de création fort intéressant. Ressemblances et différences ont donné comme résultat un travail artisanal d’assiettes en verre aux couleurs du pays de chacun, un drapeau blanc confectionné de manière collective symbolisant la neutralité et l’union, ainsi qu’un travail sonore expérimental. La bande son produite rassemble les multiples nationalités à travers les rythmes et les chansons de chaque mémoire individuelle.

 

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

 

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

 

En lien avec l’actualité politique, l’œuvre de Saâdane Afif questionne l’impact du symbole pour offrir une lecture singulière des identités, nous offrant une interprétation littérale ironique de la diversité sous la forme d’une pluralité de styles vestimentaires. Le drapeau blanc que les élèves ont conçu ensemble durant une séance de couture collaborative devient une réponse créative et universelle du symbole national.

 

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

 

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

 

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

 

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

© Lycée Lucas de Nehou, Paris

 

Tous les travaux des élèves sont consultables sur ce lien :

https://padlet.com/LucasDeNehou/fgrxr0nx2kfc

À voir également sur le blog :

http://blogs.paris.fr/fmacalecole/2018/03/14/une-assiette-en-verre-aux-couleurs-de-mon-pays-au-lycee-lucas-de-nehou-5e/

Exposition des travaux des élèves au lycée Lucas de Néhou (5e)

Le retour d’expérience de Sophie Leromain, médiatrice culturelle, à l’école maternelle Maurice Ripoche (14e)

12 Juil

© Sophie Leromain - FMAC, Paris

© Sophie Leromain – FMAC, Paris

Entrer dans une école maternelle a toujours suscité en moi une importante nostalgie. Lieu qui peut paraître calme à l’heure de la sieste ou quand les élèves sont attentifs en classe, il reprend vie en un clin d’œil avec tous les dessins accrochés aux murs, les vêtements abandonnés dans la cour de récréation et surtout les voix s’élevant dans les couloirs dès la sonnerie de fin de journée.

La première fois que je suis arrivée à l’école maternelle Maurice Ripoche, c’était justement à ce moment-là, à la sortie des classes. J’ai tout de suite était surprise par l’importance de la pratique artistique des enfants que j’ai pu découvrir à travers de nombreuses productions exposées, explorant divers thèmes – Pierre et le Loup, l’autoportrait, les instruments de musique… J’ai alors directement vu qu’il serait aisé de mettre en place les ateliers avec les classes de moyenne et grande sections.

Avec les maîtresses des moyens-grands (MS/GS) et des grands (GS), nous avons élaboré des ateliers d’art manuel en partant de l’œuvre Red Head de l’artiste américain James Brown. En MS/GS, notre choix s’est porté sur la confection d’un masque afin que les enfants travaillent sur la description des visages. En GS, en lien avec un travail déjà amorcé sur les différentes émotions, nous avons convenu de détourner l’œuvre de James Brown selon quatre émotions choisies avec les enfants.

En MS, nous avons commencé par travailler en demi-groupe. Pendant que les uns dessinaient la forme générale du masque sur une assiette en carton et la découpaient, les autres réalisaient des guirlandes en papier crépon qui seraient ensuite collées sur le masque. La deuxième séance a consisté en la peinture des futurs masques. Les élèves étaient complètement libres de choisir les couleurs et la composition de leurs œuvres.

 

© Sophie Leromain - FMAC, Paris

© Sophie Leromain – FMAC, Paris

 

Ce que je croyais être un exercice simple s’est révélé un peu laborieux pour les plus petits d’entre eux qui n’arrivaient pas encore à manipuler correctement une paire de ciseaux. J’ai cependant été surprise par leur inventivité et leur imagination concernant la forme des masques (cœur, lune, soleil…) et la peinture choisie.

Lors de la séance suivante, ils avaient ramené des objets à coller sur leurs masques (bouchons en plastique et en liège, boutons…)  et nous avions aussi prévu avec la maîtresse du matériel tels que des chenilles, du raphia, des gommettes… Cette séance et la dernière ont donc été consacrées à l’assemblage et au collage de tous les éléments du masque.

© Sophie Leromain - FMAC, Paris

© Sophie Leromain – FMAC, Paris

 

© Sophie Leromain - FMAC, Paris

© Sophie Leromain – FMAC, Paris

 

La dernière séance s’est achevée sur un moment de regroupement. J’ai demandé à l’une des élèves, qui avait fourni un travail remarquable tout au long des séances, de décrire son masque et d’en expliquer les étapes. Ce travail de restitution me paraissait important à amorcer afin que les enfants puissent à la fête de l’école expliquer leurs productions à leurs parents.

Dans la classe de grande section, nous avons commencé par faire des ateliers de recherche graphique. Les enfants ont testé plusieurs techniques (encre, pastels gras, feutres, peinture) sur différents papiers (papier crépon, papier machine, papier glacé…) afin de trouver un support adapté à chaque technique.

 

© Sophie Leromain - FMAC, Paris

© Sophie Leromain – FMAC, Paris

 

© Sophie Leromain - FMAC, Paris

© Sophie Leromain – FMAC, Paris

 

La séance suivante, nous avons sélectionné quatre émotions avec les élèves : la sérénité, la colère, la joie et la tristesse, et trouvé des couleurs pertinentes pour les représenter. Ils ont d’abord réalisé le fond à l’aide des techniques expérimentées la fois précédente et, lors de la troisième séance, nous avons réalisé des éléments du visage que nous avons ensuite assemblés sur le fond. Nous avons conclu l’atelier sur la confection de cartels, indiquant l’émotion représentée.

 

© Sophie Leromain - FMAC, Paris

© Sophie Leromain – FMAC, Paris

 

© Sophie Leromain - FMAC, Paris

© Sophie Leromain – FMAC, Paris

 

Travailler à l’école maternelle Maurice Ripoche a été une expérience vraiment particulière. Il est un peu difficile d’appréhender le travail avec des enfants aussi petits et surtout d’anticiper leurs aptitudes afin de ne pas proposer des activités trop complexes. Les enfants ont été la plupart du temps très volontaires et enthousiastes, ce qui va de pair avec une équipe pédagogique disponible et motivée. Enfin, il est important de souligner que l’œuvre de James Brown a aussi inspiré d’autres maîtresses. Les élèves de petite section ont notamment fourni un travail remarquable.

© Sophie Leromain - FMAC, Paris

© Sophie Leromain – FMAC, Paris

 

© Sophie Leromain - FMAC, Paris

© Sophie Leromain – FMAC, Paris