Une semaine au Centre Patay, 13e

Photomontage de l’œuvre Street painting #4, peinture au sol, dimensions variables accroché au Centre Patay. Projet pour la Biennale de Belleville en 2010 - Acquisition en 2009, collection du Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris (FMAC) © Loan N’Guyen

Photomontage de l’œuvre Street painting #4, peinture au sol, dimensions variables accroché au Centre Patay. Projet pour la Biennale de Belleville en 2010 – Acquisition en 2009, collection du Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris (FMAC) © Loan N’Guyen

Le Centre Patay qui accueille les collégiens exclus se transforme en centre de vacances et d’aide aux devoirs pendant les vacances scolaires.

La semaine du 20 au 24 avril 2015 est dédiée à des activités autour du thème du street art en écho à la photo de l’œuvre de Lang et Baumann accrochée au Centre Patay et de la prévention du Sida.

La visite de l’œuvre in situ Street painting #4 de Lang et Baumann place Martin Nadaud, (20e) © Loan N’Guyen

La visite de l’œuvre in situ Street painting #4 de Lang et Baumann place Martin Nadaud, (20e) © Loan N’Guyen

Pendant 5 jours, le Centre Patay propose un programme chargé.

Lundi, les élèves ont une première initiation au street art avec une présentation en image d’Hélène et Stéphane de l’équipe pédagogique du Centre Patay et la venue de Léna, médiatrice pour le FMAC à l’école qui leur présente l’œuvre de Lang et Baumann. Dans la foulée, les élèves se rendent Place Martin Nadaud, dans le 20e arrondissement, où a été activée cette œuvre en septembre 2013.

La visite de l’œuvre in situ Street painting #4 de Lang et Baumann par le Centre Patay place Martin Nadaud, (20e) © Loan N’Guyen

La visite de l’œuvre in situ Street painting #4 de Lang et Baumann par le Centre Patay place Martin Nadaud, (20e) © Loan N’Guyen

La journée  se poursuit avec la visite de l’exposition « Sur les murs » organisée par le Crédit municipal (4e arrondissement) et l’association « Le mur ».

Visite à l’exposition Sur les murs au Crédit municipal © Loan N’Guyen

Visite à l’exposition Sur les murs au Crédit municipal © Loan N’Guyen

L’exposition regroupe d’illustres artistes du street art des années 50 à nos jours en passant par les précurseurs de ce mouvement : Ernest Pignon Ernest, Gérard Zlotykamien ou encore Jacques Villeglé. Elle permet aussi de découvrir des artistes plus contemporains issus du Graffiti et de la culture populaire des années 90 : KATRE, SPACE INVADER, NASTY, etc.

Visite à l’exposition Sur les murs au Crédit municipal © Loan N’Guyen

Visite à l’exposition Sur les murs au Crédit municipal © Loan N’Guyen

Visite à l’exposition Sur les murs au Crédit municipal © Loan N’Guyen

Visite à l’exposition Sur les murs au Crédit municipal © Loan N’Guyen

Le mardi, les élèves découvrent le parcours artistique « Street art 13 » réalisé par la Mairie du 13e et en collaboration avec la Galerie Itinérance.

Panneau pour le parcours street art dans le 13e arrondissement © Loan N’Guyen

Panneau pour le parcours street art dans le 13e arrondissement © Loan N’Guyen

Jeudi, le Centre Patay visite les réserves du FMAC situées à Ivry-sur-Seine. Ils découvrent alors la gestion d’une collection publique qui se compose de plus de 22000 œuvres d’art modernes et contemporaines. Ils rencontrent des spécialistes qui travaillent autour de la diffusion, de la conservation et de la recherche scientifique des œuvres.

En lien avec le thème de la semaine, l’équipe du Fmac présente des œuvres de street art de sa collection : Blek Le rat, Captain Fluo, Megaton, Miss Tic, Marie Rouffet, Surface active, Gérard Zlotykamien, etc.

Visite dans les réserves du FMAC © Loan N’Guyen

Visite dans les réserves du FMAC © Loan N’Guyen

Cette immersion au cœur de l’exposition et dans la collection du FMAC a permis aux élèves de faire le lien entre la création artistique issue de la rue et la valeur marchande qu’une œuvre acquiert lorsqu’elle est faite sur un support qui peut être vendu :   pochoirs, volets, feuilles de papier, planches en bois, etc. Les collectionneurs achètent également les traces de ces œuvres : comme les photographies.

En parallèle à toutes ces sorties, les élèves s’initient à l’art du street art en confectionnant eux-mêmes des pochoirs, des affiches, des peintures qu’ils présenteront le dernier jour à l’occasion d’une petite exposition au Centre Patay.

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

L’exposition sur le thème du street art et du sida au Centre Patay © Loan N’Guyen

Les travaux des enfants sont mis à l’honneur dans la cour du Centre. Un repas en commun et un goûter ont clos cette semaine intense.

Repas en commun le dernier jour © Loan N’Guyen

Repas en commun le dernier jour © Loan N’Guyen

Publié dans 13e, centre Patay, 14 rue Jean Colly. | Laisser un commentaire

L’expérience de Marie, médiatrice au collège Max Dormoy, 18e

Samuel Rousseau, "Sans titre (bulle)", 2001 © Samuel Rousseau / Galerie Guy Bärtschi, Genève.

Samuel Rousseau, Sans titre (bulle), 2001 © Samuel Rousseau / Galerie Guy Bärtschi, Genève.

Accrochée dans le hall d’entrée du collège Max Dormoy, l’œuvre de Samuel Rousseau, Sans titre (bulle), est une sculpture composée de bidons d’eau, de jambes et de bras d’un mannequin.

À partir de l’œuvre, nous avons créé un atelier plastique destiné aux élèves des classes de 5ème, de 4ème et de 3ème. L’objectif est de faire comprendre aux élèves qu’une sculpture n’est pas forcement réalisée à partir de matériaux nobles.

Nous avons dans un premier temps présenté l’artiste et l’œuvre en la rapprochant du ready-made. En prenant pour exemple la Fontaine de Marcel Duchamp et l’anecdote du salon des indépendants de 1917, nous avons réfléchi à la notion d’œuvre d’art et à ce qui la compose. Nous avons également abordé le thème de la pollution que l’artiste évoque dans son œuvre. Nous avons présenté aux élèves différents exemples d’œuvres d’art faites à partir de déchets, notamment le projet réalisé par Vik Muniz retranscrit dans un film intitulé Waste Land, dans lequel l’artiste s’immerge dans une décharge publique pour créer des reproductions d’œuvres d’art avec les déchets.

Avec l’aide de Rodolphe Rino, le professeur d’art plastique, nous avons demandé aux élèves d’observer le travail de Samuel Rousseau et de le redessiner, dans une volonté d’appropriation de l’œuvre. Par la suite, nous leur avons proposé, durant 3 séances d’une heure, de créer une œuvre végétale à partir de déchets qu’eux-mêmes devaient apporter. Se prêtant au jeu, les élèves ont ramené des cartons et des emballages plastiques pour créer un végétal : une fleur, un arbre, etc.

© Marie Bonhomme - FMAC, Paris

© Marie Bonhomme – FMAC, Paris

© Marie Bonhomme - FMAC, Paris

© Marie Bonhomme – FMAC, Paris

© Marie Bonhomme, FMAC, Paris

© Marie Bonhomme, FMAC, Paris

Le 9 avril, l’artiste est venu expliquer aux élèves sa démarche artistique, son parcours, et répondre aux questions. Samuel Rousseau a montré ses précédents travaux en soulignant la pluralité des médiums et des thèmes qu’un artiste peut développer au cours de sa carrière. À l’issu des séances de créations, les élèves ont présenté leurs travaux de groupes, et montré à leur classe comment ils se sont réappropriés les déchets pour créer une œuvre d’art.

 

Publié dans 18e, collège Marx Dormoy, 55 Rue Marx Dormoy | Laisser un commentaire

La vidéo « Digitaland », une création des élèves de 6ème du collège Françoise Dolto, 20e

Découvrez la vidéo Digitaland créée,  à partir de l’œuvre Hisland de Grégory Chatonsky, par les élèves de 6ème, avec l’aide de la documentaliste Noëlle Moulin et de la médiatrice Léna.

http://www.dailymotion.com/video/x2zjw2a

 

Publié dans 20e, collège Françoise Dolto, 294 rue des Pyrénées | Laisser un commentaire

Exposition des travaux des élèves au lycée professionnel Suzanne Valadon, 18e

© Christine Coenon

© Christine Coenon

Le jeudi 28 mai a lieu l’exposition des travaux des élèves au lycée Suzanne Valadon réalisés à partir des trois œuvres de Christine Coenon intitulées « Prises de temps » installées devant la salle d’arts visuels.

Les lycéens ont réalisé des compositions en réfléchissant à la notion du temps et à sa représentation plastique.

© Christine Coenon

© Christine Coenon

© Christine Coenon

© Christine Coenon

© Christine Coenon

© Christine Coenon

© Loan N'Guyen

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris

Publié dans 18e, lycée professionnel Suzanne Valadon, 7 Rue Ferdinand Flocon | Laisser un commentaire

Exposition des travaux des élèves à l’école maternelle 15 rue de Tanger, 19e

© Loan N'Guyen - FMAC, Paris

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris

Le jeudi 4 juin a lieu l’exposition des travaux des élèves réalisés à partir de l’œuvre La révérence de Philippe Dereux installée dans le préau de l’école et qui présente deux personnages composés d’épluchures de fruits et de légumes collées par l’artiste.

5 classes de petits plasticiens ont travaillé en lien avec les épluchures et ont composé à l’aide de végétaux (fruits, légumes, fleurs).

 

© Loan N'Guyen - FMAC, Paris

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris

© Loan N'Guyen - FMAC, Paris

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris

© Loan N'Guyen - FMAC, Paris

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris

© Loan N'Guyen - FMAC, Paris

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris

© Loan N'Guyen - FMAC, Paris

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris

Publié dans 19e, école maternelle Tanger, 15 rue de Tanger | Laisser un commentaire

L’expérience de Léna, médiatrice à l’école maternelle 23 rue Boulard, 14e

À partir de l’œuvre de FranckDavid exposée dans leur école, les enfants de moyenne et grande sections ont effectué divers travaux. Certains ont photocopié leurs mains et ont dessiné dessus, à l’aide d’une feuille de papier calque et de feutres, différentes formes, à l’image des tatouages. D’autres ont raconté, par des photographies documentaires réalisées dans les différents espaces de la maternelle, l’histoire de ces gants en caoutchouc avant qu’ils deviennent une œuvre d’art.

© Léna Larrasquet

Atelier de création sur l’œuvre de FranckDavid © Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

Atelier de création sur l’œuvre de FranckDavid © Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

Atelier de création sur l’œuvre de FranckDavid © Léna Larrasquet

Un article de Léna Larrasquet, médiatrice à l’école maternelle Boulard

Publié dans 14e, école maternelle, 23 rue Boulard | Laisser un commentaire

Intervention de l’artiste FranckDavid à l’école maternelle 23 rue Boulard, 14e

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

Jeudi 25 juin, l’artiste FranckDavid a rencontré tous les enfants de l’école maternelle Boulard qui ont travaillé durant l’année sur son œuvre La déposition exposée dans le hall d’entrée.

Le Directeur de l’école a présenté à l’artiste les nombreux travaux des élèves inspirés de son œuvre  : une sculpture faite avec une bouteille de lessive vide ramenée par un élève, deux sculptures réalisées à partir de franges de serpillères, un panneau orné de stylos et de morceaux de papiers usagers sur lequel est écrit « Franck roi » ou encore de très beaux  dessins de l’œuvre.

Les élèves de grande section ont également décalqué leurs mains à partir de photocopies puis les ont décorées  comme des tatouages.

Le directeur a même organisé au cours de l’année une séance de chasse aux gants : les élèves ont cherché des gants dans l’école et les ont photographiés : gants des agents d’entretien, des jardiniers…

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

Curieux de son travail, les élèves ont posé de nombreuses questions : Pourquoi vous avez choisi  des gants ? Pourquoi êtes-vous devenu artiste ? Pourquoi avez-vous mis de la peinture sur les gants ?

FranckDavid a expliqué qu’il a choisi la paire de gants bleus dans un magasin de bricolage. Il cherchait une paire de couleur unie, à la texture agréable et assez rigide avec la forme des mains bien visible.

Il a réalisé l’empreinte de ses paumes avec de la peinture de couleur verte métallique sur les gants comme si les mains remontaient à la surface. Les gants, dont les paumes sont tournées vers le spectateur, expriment le geste d’offrir, de donner ou de recevoir.

Au lieu de protéger les mains, les gants de FranckDavid les révèlent, montrent ce qui est caché.

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

© Juliette Degorce – FMAC, Paris

Des applaudissements et des remerciements des enfants sont venus clore cette belle rencontre.

Publié dans 14e, école maternelle, 23 rue Boulard | Laisser un commentaire

L’expérience de Léna, médiatrice au collège Françoise Dolto, 20e

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

À partir de l’œuvre Hisland de Grégory Chatonsky exposée dans leur école, les élèves de 6ème ont réalisé des dessins au crayon, au feutre et au posca, autour de leur propre empreinte digitale.

Suite à une présentation de la vidéo et au visionnage de deux œuvres de l’artiste, ils observent d’abord leur empreinte digitale à l’aide d’une loupe puissante. Ils produisent ensuite des croquis préparatoires, puis leurs dessins. L’œuvre présentée dans ce lycée étant une œuvre vidéo, il m’a semblé intéressant, en collaboration avec la documentaliste du collège, Noëlle Moulin, de produire également un film. L’ensemble des dessins réalisés par les élèves a donc permis de créer une production vidéo qui sera projetée dans le collège à la prochaine rentrée scolaire. Voir la vidéo

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

Un article de Léna Larrasquet, médiatrice au collège Françoise Dolto

Publié dans 20e, collège Françoise Dolto, 294 rue des Pyrénées | Laisser un commentaire

L’expérience de Léna, médiatrice à l’école maternelle 28-30 rue Aubervilliers, 19e

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

Intitulée Passages, l’œuvre de Florence Doléac présente trois portes découpées les unes dans les autres.

À partir de cette œuvre exposée dans leur école, les enfants ont réalisé des travaux différents.

Dans le premier atelier, les enfants se demandent ce qui peut se trouver derrière l’œuvre de l’artiste. Chaque enfant dispose d’une boîte dans laquelle a été découpée une porte. De nombreuses images d’objets, de personnages et d’animaux sont mises à leur disposition afin qu’ils placent les objets qu’ils souhaitent dans leur boîte. Les enfants décorent également l’extérieur des boîtes.

Dans le second atelier, les enfants réfléchissent à la fonctionnalité de différents objets, en s’intéressant donc ici davantage à la formation de designer de l’artiste. Pour cet atelier, différentes images d’objets leurs sont proposées : une trottinette, un lit, des balançoires, une tétine, un livre… Chaque enfant doit sélectionner une image, celle qui l’inspire le plus. L’idée est de modifier l’objet en y ajoutant des éléments, à l’aide d’un calque. Cela donne lieu, par exemple, à un vélo dragon ou encore une tétine aux fleurs…

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

Un article de Léna Larrasquet, médiatrice à l’école maternelle Aubervilliers

Publié dans 19e, école élémentaire, 28-30 rue Aubervilliers | Laisser un commentaire

L’expérience de Léna, médiatrice au collège André Citroën, 15e

 

© Léna Larrasquet

© Léna Larrasquet

À partir de l’œuvre de Christoph Keller, American Embassy – Project, exposée dans leur école, les élèves d’une classe de 3ème ont réalisé différents travaux.

Pour le premier travail, les élèves ont sélectionné un élément de l’espace urbain situé entre chez eux et le collège puis l’ont capturé. Ainsi, chaque élève a proposé une dizaine de photographies différentes du même motif capté sous différents angles. À partir de ces photographies, imprimées au format A5, ils ont composé chacun leur propre œuvre, à l’instar de Christoph Keller.

Pour la seconde création, les élèves sont invités à rechercher sur internet deux images : l’une terrifiante, l’autre apaisante. Cela fait écho à la démarche documentaire de l’artiste qui, pour American Embassy – Project, a puisé toutes les images sur internet. La volonté de faire travailler les élèves sur ces deux sentiments contradictoires renvoie également au sujet de l’œuvre. L’ambassade américaine, lieu d’accueil pour les ressortissants américains, y est en effet présentée comme un espace mystérieux, incertain, voire inquiétant.

© Barta Belmani

© Barta Belmani

© Barta Belmani

© Barta Belmani

© Barta Belmani

© Barta Belmani

Un article de Léna Larrasquet, médiatrice au collège André Citroën

Publié dans 15e, collège André Citroën, 208 rue st Charles | Laisser un commentaire