Paris.fr
Accueil

La vidéo « UDRIVINMECRAZ » de Kenny Dunkan en projection au lycée Suzanne Valadon (18e)

18 Jan

Kenny Dunkan, "UNDIVINMECRAZ", 2014. Vidéo couleur, son, 8,34 min, édition 2/5 © Kenny Dunkan/ADAGP, Paris 2015. Collection du Fonds municipal d'art contemporain de la Ville de Paris.

Kenny Dunkan, « UDIVINMECRAZ », 2014. Vidéo couleur, son, 8,34 min, édition 2/5 © Kenny Dunkan/ADAGP, Paris 2015. Collection du Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris.

Depuis décembre, la vidéo UDRIVINMECRAZ de l’artiste Kenny Dunkan est visible au lycée professionnel Suzanne Valadon.

Le vocabulaire artistique de Kenny Dunkan emprunte aussi bien à la mode, au design, qu’à la culture populaire ; aussi bien à ses origines guadeloupéennes qu’à l’environnement urbain. Au carrefour de ces influences, son travail se déploie aussi à travers des mediums variés – sculpture, performance, photographie et vidéo notamment.

Dans UDRIVINMECRAZ, on observe l’artiste dansant sur la place du Trocadéro, devant la Tour Eiffel, sous les regards à la fois médusés et amusés des touristes. La chorégraphie qu’il réalise s’inspire des danses guadeloupéennes traditionnelles et rappelle les parades du carnaval. L’artiste porte une de ses sculptures-parures composée de porte-clés de Tour Eiffel, clin d’œil au lieu et aux vendeurs de la place. Le bruit dû à l’entrechoquement des porte-clés envoûte le spectateur. Le rythme, la durée de la danse, qui devient peu à peu une vraie épreuve physique, ouvrent la voie à une forme de transe contemporaine et urbaine – Kenny Dunkan évoque quant à lui une charge magique et protectrice de ses parures, une fois activées.

Kenny Dunkan, "UNDIVINMECRAZ", 2014. Vidéo couleur, son, 8,34 min, édition 2/5 © Kenny Dunkan/ADAGP, Paris 2015. Collection du Fonds municipal d'art contemporain de la Ville de Paris.

Kenny Dunkan, « UDIVINMECRAZ », 2014. Vidéo couleur, son, 8,34 min, édition 2/5 © Kenny Dunkan/ADAGP, Paris 2015. Collection du Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris.

Le titre de la vidéo signifie en argot américain : « You driving me crazy » (tu me rends fou). Comme l’affirme Kenny Dunkan, « c’est Paris, dont il a tant rêvé qui le rend fou ».

Simple et empreinte d’humour, la vidéo soulève toutefois des questions identitaires complexes, notamment sur la place d’un jeune homme noir, et la sienne, dans notre société postcoloniale : sans comprendre, les regards des touristes vont du jeune homme noir qui danse aux hommes noirs qui vendent.

Pour voir un extrait de la vidéo :

 

 

Pas encore de commentaire

Faire un commentaire