Paris.fr
Accueil

L’art dans tous ses états au Centre Patay (13e)

25 Avr

Le programme de la semaine autour du thème "L'art dans tous ses états" © Claire Boustani - FMAC, Paris

Le programme de la semaine autour du thème « L’art dans tous ses états » © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Du lundi 18 au vendredi 22 avril, le club vacances du Centre Patay (13e) a mis « l’art dans tous ses états ».

Durant toute la semaine, les élèves du Centre ont réalisé des activités artistiques, notamment autour des deux affiches de Pierre di Sciullo Consonne-Voyelle et Té-Lité-Nité, issues de la série N’importenawak (2007) et conservées dans les collections du Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris. Ces deux affiches sont exposées au Centre Patay depuis décembre 2015 dans le cadre du « FMAC à l’école ».

La semaine a débuté par une présentation par l’artiste et graphiste Pierre di Sciullo de son travail. Série subversive, N’importenawak fait écho à l’élection présidentielle de 2007. Lors de la Nuit Blanche 2007, chaque affiche a été collée en direct dans les rues de Paris, sous le regard des passants (voir la vidéo réalisée le 6 octobre 2007 lors de la Nuit Blanche).
Après avoir montré certaines de ces affiches, Pierre di Sciullo a expliqué plus en profondeur les deux affiches exposées au Centre Patay. L’affiche Té-Lité-Nité fait directement référence à « Liberté – Égalité – Fraternité ». Consonne – Voyelle renvoie à l’émission télévisée « Des chiffres et des lettres » et à la grand-mère de l’artiste, fan de l’émission.
Grand admirateur de l’Oulipo, Pierre di Sciullo aime jouer avec les mots et rend hommage, par son travail à la langue française et à la poésie.
Pour en savoir plus sur l’artiste, consultez son site Internet.

Suite à cette intervention, Solène Simon, étudiante en Master Médiation de l’art contemporain à l’Université Paris 8 et médiatrice culturelle stagiaire au FMAC pour le « FMAC à l’école », a proposé aux collégiens un atelier de création autour des œuvres de Pierre di Sciullo. A la manière des membres de l’Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle), les enfants ont été invités à modifier le texte de leur choix selon une contrainte oulipienne. Ils ont dû changer chaque nom commun du texte par le 7ème nom qui le suit dans le dictionnaire. Les élèves ont ensuite transcrit le texte sur des grandes feuilles, en jouant sur la graphie, à l’instar de Pierre di Sciullo.
Pour en savoir plus sur l’Oulipo, cliquez ici.

Parallèlement à cet atelier de création, les élèves ont visité le Musée d’Art ludique et ont réalisé un parcours Street Art dans le 13ème arrondissement.

La semaine s’est conclue par un goûter où les parents ont été invités à découvrir les affiches réalisées par leurs enfants, exposées dans les couloirs du Centre.

Pas encore de commentaire

Faire un commentaire