Paris.fr
Accueil

L’expérience de la médiatrice culturelle Aude Giganon à l’école élémentaire Mouraud (20e)

7 Août

La classe d'arts plastiques avec l’œuvre de Jessica Stockholder sur le mur du fond © Estelle Courjault - École élémentaire Mouraud, Paris

La classe d’arts plastiques avec l’œuvre de Jessica Stockholder sur le mur du fond © Estelle Courjault – École élémentaire Mouraud, Paris

 

Si vous venez à l’école élémentaire Mouraud, vous serez tout de suite frappé par ce lieu singulier avec sa grande cours, ses grands escaliers et ses couloirs colorés. Mais ce n’est rien à côté de l’immense accueil que son équipe pédagogique vous offrira grâce à leur bonne humeur quotidienne, leurs conseils avisés et leur engagement de chaque instant. La vie n’est certes pas toujours facile à l’école Mouraud, mais ce que j’y ai retenu c’est cette force, cette passion et cette solidarité avec laquelle chacun fait face. L’école Mouraud, cela a donc été pour moi une expérience humaine et professionnelle incroyable de quelques mois grâce au FMAC à l’école, et ce, auprès plus particulièrement d’une professeure d’arts visuels de la ville de Paris, Estelle Courjault, dont les convictions et la pédagogie ont été  une grande source d’inspiration.

 

Travaux en volume des CE2 © Estelle Courjault - École élémentaire Mouraud, Paris

Travaux en volume des CE2 © Estelle Courjault – École élémentaire Mouraud, Paris

 

Cela a aussi été surtout l’histoire du partage d’une passion avec des élèves (CE1 et CE2) plein d’énergie, curieux et motivés ne demandant qu’à apprendre, expérimenter et échanger.. Nous avons travaillé ensemble autour de l’œuvre Turning paper de Jessica Stokholder une peinture/sculpture réalisée à l’aide de matériaux hétérogènes. Offrant de multiples pistes de réflexions et d’expérimentations collectives (individuelles, ludiques et pédagogiques) nous avons créé avec Estelle Courjault un projet d’éducation artistique et de médiation culturelle autour de cette œuvre. Nous avons eu de la part des élèves des questions par milliers face à l’œuvre, des réactions surprenantes et une imagination débordante. Des rires, des doutes, mais aussi la découverte de nouvelles disciplines artistiques comme le théâtre ou le volume avec la réalisation de sculptures composées de matériaux de récupération.

 

Badge du petit médiateur © Estelle Courjault - École élémentaire Mouraud, Paris

Badge du petit médiateur © Estelle Courjault – École élémentaire Mouraud, Paris

 

L’école Mouraud, cela a aussi été plus largement l’envie de faire découvrir et apprendre aux élèves un métier particulier, celui de médiateur culturel, afin qu’ils le deviennent lors de la restitution finale de leur travaux à la fin de l’année, et ce, devant un public de choix : leurs parents. Quel bonheur ce fut de les voir si impliqués et si fiers de transmettre à leur tour ce qu’ils avaient appris tout au long du projet et surtout leur souci de faire réaliser à leur proches qu’ils ont “une vraie œuvre” dans la classe, “d’une vraie artiste qui est vivante !”. Enfin, le Fmac à l’école Mouraud, cela a aussi été la chance de visiter des lieux insolites comme les réserves du FMAC à Ivry pour les CE1, où ils ont rencontré des professionnels du milieu de la conservation et de la médiation. Les CE2 ont eu la chance de rencontrer des artistes en résidence à la Villa Belleville qui leur ont présenté leurs travaux. Ils ont également pu y mener  un atelier de moulage. Je me souviens de leurs yeux qui pétillent après ces visites et l’envie qu’ils avaient de le raconter à tout le monde. Peut-être l’éveil pour certain d’une petite vocation…

 

Les CE1 présentant à leurs parents l’œuvre et leurs productions © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les CE1 présentant à leurs parents l’œuvre et leurs productions © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Merci à eux et à l’équipe pédagogique. Merci au FMAC à l’école qui est avant tout une aventure humaine qu’il faut vivre et qui fait du bien.

 

En bonus :

Voici quelques extraits de leur récit autour de leur création “la villa Belleville”, une ville crée à partir de la démarche de Jessica Stockholder en matériaux de récupération et en volume :

« Il était une fois une ville qui s’appelle la villa Belleville tout le monde aimait cette ville parce que tout le monde y venait pour apprendre pleins de choses et tout le monde avait de la chance de découvrir tant de choses” / “L’histoire de la villa Belleville. Elle était créée pour les enfants parce qu’avant les enfants étaient très tristes. Donc on l’a créée pour eux, avec une fusée magnifique ! »

Pas encore de commentaire

Faire un commentaire