Paris.fr
Accueil

L’artiste Charlotte Beaudry au collège Elsa Triolet (13e)

24 Jan

Charlotte Beaudry devant les élèves. En arrière plan, une reproduction de son oeuvre Sac de fille (bleu) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Charlotte Beaudry devant les élèves. En arrière plan, une reproduction de son œuvre Sac de fille (bleu) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le jeudi 11 janvier, l’artiste Charlotte Beaudry a rencontré une classe de 3e du collège Elsa Triolet (13e) où son œuvre Sac de fille (bleu) est exposée jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Une autre œuvre de la même série © Claire Boustani - FMAC, Paris

Une autre œuvre de la même série © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Curieux et intéressés, les élèves ont découvert en profondeur le travail de l’artiste.
Sac de fille (bleu) s’intègre dans une série d’œuvres autour de la séduction et de la féminité. Le point de départ de ce projet est une scène du film Masculin, féminin de Jean-Luc Godard dans laquelle le personnage principal, Paul, pose des questions à « Mademoiselle 19 ans ». Charlotte Beaudry a demandé à un acteur de poser ces mêmes questions à des jeunes femmes de 19 ans. S’en est suivie une série de portraits de ces jeunes femmes et notamment de leur sac. Les peintures sont de grands formats et présentent une vue en plongée sur les sacs à main, ce qui donne envie de connaître le contenu en  glissant la main. Cette ouverture sur l’intimité fait appel à l’imaginaire.

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

L’artiste a montré aux élèves d’autres œuvres de cette série et d’autres séries, qui interrogent toutes l’échelle, les limites de la forme et de l’image, le mouvement, la texture même de la peinture. Elle travaille toujours de la même manière : elle projette d’abord une photographie sur une toile, qu’elle enlève ensuite afin d’être libre par rapport à l’image. A la question « est-ce que dans vos peintures, vous ajoutez des choses qui ne sont pas dans les photos ? », l’artiste répond qu’en effet elle ajoute ou enlève des éléments. Elle souhaite se libérer de l’image photographique pour que celle-ci se transforme en autre chose, pour ne pas être dans une simple représentation de l’image. « Et combien de temps mettez-vous à peindre une œuvre ? » questionne une élève. L’artiste répond qu’elle ne se consacre pas plus de 2 jours à une même peinture afin de garder une certaine spontanéité.
Beaucoup d’autres questions autour de l’inspiration suivent ensuite. « Est-ce que cela vous est déjà arrivé de marcher dans la rue et d’avoir une idée ? » demande par exemple un élève. « Oui souvent » répond l’artiste. L’idée d’une peinture lui est par exemple venue après avoir observé de dos une jeune fille marchant dans la rue, des écouteurs aux oreilles.

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Suite à cette rencontre très enrichissante, les élèves vont travailler autour de l’œuvre, notamment avec leur professeure d’arts plastiques, Madame Sabatier.

Pas encore de commentaire

Faire un commentaire