Paris.fr
Accueil
Archive | 10e, collège Françoise Seligmann, 21 Rue de Sambre-et-Meuse RSS feed for this section

Installation des œuvres dans les écoles

11 Jan

Une classe du collège Jules Ferry assiste à l'accrochage de l’œuvre Sans titre (Hisbiscus) de Frédéric Vaësen © Claire Boustani - FMAC, Paris

Une classe du collège Jules Ferry (9e) assiste à l’accrochage de l’œuvre Sans titre (Hisbiscus) de Frédéric Vaësen © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Pour la nouvelle édition du FMAC à l’école, les œuvres du FMAC ont pris place dans les établissements scolaires parisiens du 14 au 22 novembre.

Installation de Sans titre (Tête en billes) de Richard Fauguet à l'école élémentaire Berthier (17e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Sans titre (Tête en billes) de Richard Fauguet à l’école élémentaire Berthier (17e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Accrochage de Priest de Nicolas Dhervillers au CDI du collège Yvonne-le-Tac (18e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Priest de Nicolas Dhervillers au CDI du collège Yvonne-le-Tac (18e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Guide (Platane) d'Eva Nielsen au collège Paul Verlaine (11e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Guide (Platane) d’Eva Nielsen au collège Paul Verlaine (12e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Passages de Florence Doléac à l'école élémentaire Tlemcen (20e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Passages de Florence Doléac à l’école élémentaire Tlemcen (20e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le colosse d'Alicia Paz au collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Le colosse d’Alicia Paz au collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

La colonne sans fin de Kader Attia au collège Pilâtre-de-Rozier © Claire Boustani - FMAC, Paris

La colonne sans fin de Kader Attia au collège Pilâtre-de-Rozier © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

On the road d'Eric Hattan à l'école élémentaire Mouraud (20e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

On the road d’Eric Hattan à l’école élémentaire Mouraud (20e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Gribouillis de Yona Firedman à l'école maternelle Tourtille © Claire Boustani - FMAC, Paris

Gribouillis de Yona Firedman à l’école maternelle Tourtille © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le FMAC à l’école 2017-2018, c’est parti !

5 Oct

 

Localisation des établissements scolaires participant au programme

Localisation des établissements scolaires participant au programme

 

Pour cette huitième édition, le FMAC s’installe de nouveau dans 30 établissements scolaires : 1 crèche, 4 écoles maternelles, 11 écoles élémentaires, 9 collèges, 1 centre d’accueil pour les collégiens présentant des signes de fragilité scolaire, 2 lycées professionnels et 1 centre scolaire en hôpital de 12 arrondissements différents.

4 nouveaux établissements intègrent le programme : l’école maternelle 15 rue de Tanger (19e), l’école élémentaire 38 rue de Tourtille (20e), le collège Pilatre-de-Rozier (11e) et le lycée Maximilien Vox (6e).

Rendez-vous en novembre pour l’installation des œuvres dans les écoles.

Le duo de photographes Florisa au collège Françoise Seligmann (10e)

15 Mai

Les deux artistes devant une reproduction de la photographie "Sylvia se rappelle les bons moment qu'elle a passé dans cet immeuble" © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les deux artistes devant une reproduction de la photographie « Sylvia se rappelle les bons moments qu’elle a passé dans cet immeuble » © Claire Boustani – FMAC, Paris

Le jeudi 4 mai, Isabelle et Florian Haerdter, du duo d’artistes Florisa, sont venus au collège Françoise Seligmann (10e) présenter leur série de photographies sur le quartier de la Goutte-d’Or à deux classes de 3ème et de 6ème. Deux photographies de la série, « Moussa, imam de la mosquée rue Polonceau » et « Sylvia se rappelle les bons moments qu’elle a passé dans cet immeuble », sont exposées au collège jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Présentation de la série sur la Goutte-d'Or © Claire Boustani - FMAC, Paris

Présentation de la série sur la Goutte-d’Or © Claire Boustani – FMAC, Paris

Les deux artistes ont expliqué aux élèves que leur travail sur la Goutte-d’Or a débuté au début des années 1990, après qu’un ami habitant rue Myrha leur a proposé de réaliser un reportage photographique du club de foot. Saisis par ce quartier, les deux jeunes artistes, alors âgés de 19 ans, ont pendant 10 ans sillonné les lieux et réalisé un important reportage photographique, véritable mémoire de ce quartier de Paris en pleine rénovation. Ce n’est pas tant la violence du quartier que les photographes ont souhaité montrer que la vie de ses habitants, aussi bien dans l’espace public que privé.
« Vous les voyez encore les jeunes que vous avez photographiés » s’interroge Sami, élève de 3ème. Isabelle Haerdter lui répond que malheureusement non, et que beaucoup de ces jeunes sont d’ailleurs aujourd’hui décédés. Plus que de simples photographies, ces images racontent des histoires humaines.
« Et pourquoi le noir et blanc ? » demande Cornélia, élève de 6ème. Les deux photographes expliquent alors qu’ils travaillaient avec des appareils photos argentiques, le numérique n’existant pas à l’époque. Les pellicules noir et blanc étaient moins chères que les couleurs. Aujourd’hui, à l’ère du numérique, les deux artistes réalisent des photographies couleur.

L'artiste Isabelle Haerdter et Ludovic Sauvage, professeur d'arts plastiques au collège © Claire Boustani - FMAC, Paris

L’artiste Isabelle Haerdter et Ludovic Sauvage, professeur d’arts plastiques au collège © Claire Boustani – FMAC, Paris

Vivement intéressés par ce travail qui raconte un passé qu’ils n’ont pas connu, les élèves ont ensuite commencé un travail plastique autour de l’œuvre. Ils ont notamment imaginé l’histoire de Sylvia, la jeune femme représentée sur la photographie exposée au collège.

Travail plastique autour des photographies exposées dans le collège © Claire Boustani - FMAC, Paris

Travail plastique autour des photographies exposées dans le collège © Claire Boustani – FMAC, Paris

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

Pour en savoir plus sur les artistes et la série sur la Goutte d’Or, consulter leur site Internet.

Exposition du travail des élèves du collège Françoise Seligmann, 21 rue Sambre et Meuse (10e arr.)

29 Juil

Le 7 juin 2016, le collège Françoise Seligmann a ouvert les portes de son CDI afin de faire découvrir les travaux réalisés par les élèves autour de l’œuvre de l’artiste mounir fatmi, Connexion Joseph Anton.

"Connexion Joseph Anton" de mounirfatmi au CDI du collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

« Connexion Joseph Anton » de mounirfatmi au CDI du collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

mounir fatmi reprend au moyen de cette œuvre la question de la liberté d’expression et de la dangerosité que peuvent soulever les débats sur la religion. Il choisit le pseudonyme « Joseph Anton », qui est une contraction du prénom des auteurs qu’il aime : Joseph Conrad et Anton Tchekov, écrivains anglais et russe du XXe et du XIXe siècle.

Au cours de cette année scolaire, quatre classes de CM1-CM2 de l’école St Maur, sont venues découvrir l’œuvre Connexion Joseph Anton. Le 7 et 8 mars 2016, les CM1-CM2 de l’école élémentaire St Maur ont rencontré des élèves de 3e ayant travaillé sur l’œuvre.

Le travail de cette année scolaire a été développé autour de la liberté d’expression en cours de Français et d’Histoire et sur la réappropriation de l’objet en cours d’Arts Plastiques.

Travaux d’élèves et œuvre de mounir fatmi © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Travaux d’élèves et œuvre de mounir fatmi © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

En raison d’un manque de place, une double projection dans le CDI permet de montrer les projets réalisés par les collégiens au cours de cette année scolaire.

Double projection et sculptures des élèves sur les tables du CDI © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Double projection et sculptures des élèves sur les tables du CDI © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Face à ces projections, des sculptures à base de livres sont exposées sur de nombreuses tables du CDI.

D’autres travaux en lien avec la « double personnalité » de Joseph Anton sont présentés sur des grilles avec le photomontage des deux visages.

 

Une recherche sur le livre et la réappropriation d’une œuvre a mené les élèves du collège Seligmann à visiter l’exposition Anselm Kiefer à la Bibliothèque Nationale de France (du 20 octobre 2015 au 7 février 2016).

Les travaux de réflexion des élèves sur les œuvres de cet artiste mais plus largement autour de différentes œuvres ayant le livre comme élément central ont été exposées.

DSC06304m

Pour en savoir plus sur l’œuvre de mounir fatmi, consultez son site Internet.

 

 

Des élèves de CM1-CM2 de l’école élémentaire Saint-Maur au collège Françoise Seligmann (10e)

25 Mar

Découverte de l’œuvre © Claire Boustani - FMAC, Paris

Découverte de l’œuvre © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les lundi 7 et mardi 8 mars, quatre classes de CM1-CM2 de l’école élémentaire Saint-Maur se sont rendues au collège Seligmann pour découvrir l’œuvre Connexion Joseph Anton de mounir fatmi exposée au CDI et rencontrer des élèves de 3e ayant travaillé sur l’œuvre.

mounirfatmi reprend avec cette oeuvre la question de la liberté d’expression et de la dangerosité que peuvent soulever les débats sur la religion : en 1988, l’auteur Salman
Rushdie provoque la colère d’ États musulmans avec la sortie de son livre Les Versets
Sataniques. S’en suivent de nombreuses protestations religieuses et une fatwa contre lui, le contraignant à vivre caché et à changer d’identité. Il choisit le pseudonyme « Joseph Anton », contraction du prénom des auteurs qu’il aime : Joseph Conrad et Anton Tchekov.

Dans l’installation Connexion Joseph Anton, l’artiste relie les livres de Joseph Conrad et d’Anton Tchekhov par des câbles électriques, tels les détonateurs d’une bombe. L’œuvre fait référence au pseudonyme utilisé par Salman Rushdie, aux réactions qu’a suscité la publication des Versets, ainsi qu’aux combats menés pour la liberté d’expression et aux dangers que peuvent soulever les débats sur la religion.

"Connexion Joseph Anton" de mounirfatmi au CDI du collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

« Connexion Joseph Anton » de mounirfatmi au CDI du collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Après avoir observé l’œuvre, les élèves de l’école Saint-Maur ont d’abord donné leur impression première. « C’est bizarre » a déclaré une élève. « On dirait une usine avec tous ces fils qui sortent comme de la fumée » a dit un autre. « Ça fait penser à l’œuvre de notre école avec tous ces fils emmêlés » a ajouté une autre.

Les élèves de 3e ont ensuite expliqué l’œuvre. S’en est suivi un débat sur la laïcité et la liberté d’expression.

Explication de l’œuvre © Claire Boustani - FMAC, Paris

Explication de l’œuvre © Claire Boustani – FMAC, Paris

Les élèves débattent sur la laïcité et la liberté d'expression © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les élèves débattent sur la laïcité et la liberté d’expression © Claire Boustani – FMAC, Paris

Les élèves débattent sur la laïcité et la liberté d'expression © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les élèves débattent sur la laïcité et la liberté d’expression © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Pour en savoir plus sur l’artiste mounirfatmi, consultez le site de l’artiste.
Pour découvrir l’œuvre Gribouillis de Yona Friedman exposée à l’école Saint-Maur, consultez cet article.