Paris.fr
Accueil
Archive | 10e, école élémentaire, 200 rue Saint Maur RSS feed for this section

L’artiste Armand Jalut à l’école élémentaire Saint-Maur (10e)

21 Mar

Armand Jalut devant une classe de CE2 © Claire Boustani - FMAC, Paris.

Armand Jalut devant une classe de CE2 © Claire Boustani – FMAC, Paris.

Le mercredi 7 mars, Armand Jalut est venu rencontrer deux classes de CE2 de l’école élémentaire 200 rue Saint-Maur (10e) où son œuvre CLASS AZ8120 est exposée jusqu’à la fin de l’année scolaire.

L’artiste a d’abord répondu aux multiples questions des élèves : Comment avez-vous choisi l’art ? Quand vous étiez enfant, saviez-vous que vous seriez peintre ? Combien de temps vous restez par tableau ? Pourquoi mélangez-vous plusieurs images dans vos tableaux ?

Armand Jalut a expliqué aux élèves qu’il est venu tardivement à l’art, vers l’âge de 20 ans, après avoir fait des études d’économie. C’est la confrontation avec d’autres artistes qui lui a donné l’envie d’être peintre et de faire une école des Beaux-arts. Ne créant essentiellement que des grands formats, l’artiste passe environ un mois par œuvre. Ne souhaitant pas représenter quelque chose de réaliste, Armand Jalut déforme les objets, joue avec l’échelle. S’inscrivant dans la tradition du collage des artistes Dada et surréalistes, il assemble dans ses tableaux, à l’aide de Photoshop, plusieurs images afin de donner à voir une image surprenante.

 

Devant l'oeuvre © Claire Boustani - FMAC, Paris.

Devant l’oeuvre © Claire Boustani – FMAC, Paris.

 

Devant l’œuvre, Armand Jalut a indiqué qu’il a créé ce tableau lors d’une résidence à Los Angeles, à la suite d’une visite de l’usine du fabriquant de vêtements American Apparel. Il a reproduit dans la peinture une machine à coudre, semblable à un moteur. La juxtaposition de différents éléments – machine à coudre, plantes grasses, patrons de vêtements – laisse libre-court à de multiples interprétations. Les élèves ont ainsi donné à l’artiste leur impression première : « Je vois une machine à coudre des salades », « Je vois un avion qui tire sur une voiture des bananes », « Je vois un dragon en train de détruire une machine géante », « Je vois une personne qui joue de la contrebasse », « Je vois un dragon qui fait des multiplications », « Je vois un robot qui vole avec des ailes vertes », « Je vois une machine qui fabrique des feuilles vertes pour en faire des habits », « Je vois une machine qui coût des feuilles et lance du fromage »…

 

Atelier d'arts plastiques © Claire Boustani - FMAC, Paris.

Atelier d’arts plastiques © Claire Boustani – FMAC, Paris.

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris.

© Claire Boustani – FMAC, Paris.

 

A la suite de cet échange, les élèves ont poursuivi en classe le travail d’arts plastiques entrepris avec leur professeur d’arts plastiques Sylvain Noury. A la manière d’Armand Jalut, ils doivent dessiner en les transformant (déformation, changement d’échelles) des objets de leur quotidien, dessins qu’ils mettront ensuite en couleur. Lors de cet atelier, ils ont pu bénéficier des précieux conseils de l’artiste. « N’hésite pas à représenter l’objet selon différents points de vue » conseille-t-il par exemple un élève. « Joue avec l’échelle de l’objet et la superposition des éléments » dit-il à une autre élève.

... Avec les précieux conseils de l'artiste © Claire Boustani - FMAC, Paris.

… Avec les précieux conseils de l’artiste © Claire Boustani – FMAC, Paris.

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris.

© Claire Boustani – FMAC, Paris.

Heureux de cette rencontre avec l’artiste, les élèves vont poursuivre leurs travaux qui seront exposés à la fin de l’année scolaire.

Le FMAC à l’école 2017-2018, c’est parti !

5 Oct

 

Localisation des établissements scolaires participant au programme

Localisation des établissements scolaires participant au programme

 

Pour cette huitième édition, le FMAC s’installe de nouveau dans 30 établissements scolaires : 1 crèche, 4 écoles maternelles, 11 écoles élémentaires, 9 collèges, 1 centre d’accueil pour les collégiens présentant des signes de fragilité scolaire, 2 lycées professionnels et 1 centre scolaire en hôpital de 12 arrondissements différents.

4 nouveaux établissements intègrent le programme : l’école maternelle 15 rue de Tanger (19e), l’école élémentaire 38 rue de Tourtille (20e), le collège Pilatre-de-Rozier (11e) et le lycée Maximilien Vox (6e).

Rendez-vous en novembre pour l’installation des œuvres dans les écoles.

Les restitutions des travaux dans les établissements scolaires, la suite…

7 Août

Exposition à l'école Berthier © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école Berthier © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Du 19 au 24 juin, de nombreux établissements participants au Fmac à l’école ont organisé des restitutions des travaux des élèves.

 

"Éclatement" de l’œuvre de Farah Atassi par les élèves de CM1 © Sylvain Noury - École élémentaire Saint-Maur, Paris

« Éclatement » de l’œuvre de Farah Atassi par les élèves de CM1 © Sylvain Noury – École élémentaire Saint-Maur, Paris

 

Le lundi 19 juin, l’école élémentaire Saint-Maur (10e) s’est transformée en une gigantesque œuvre collective. Les élèves de CM1, en collaboration avec leur professeur d’arts plastiques Sylvain Noury, ont décidé de faire voyager Artificial Setting de Farah Atassi dans toute l’école. Ils ont réalisé des dessins sur carton de formes géométriques inspirés du tableau de l’artiste qu’ils ont exposés depuis l’œuvre jusqu’à la cour en passant par le couloir, les escaliers et le préau. Dans la salle d’arts plastiques, les dessins abstraits des CE1 et CE2 étaient exposés.

 

"Éclatement" de l’œuvre de Farah Atassi par les élèves de CM1 © Sylvain Noury - École élémentaire Saint-Maur, Paris

« Éclatement » de l’œuvre de Farah Atassi par les élèves de CM1 © Sylvain Noury – École élémentaire Saint-Maur, Paris

 

"Éclatement" de l’œuvre de Farah Atassi par les élèves de CM1 © Claire Boustani - Fmac, Paris

« Éclatement » de l’œuvre de Farah Atassi par les élèves de CM1 © Claire Boustani – Fmac, Paris

 

"Éclatement" de l’œuvre de Farah Atassi par les élèves de CM1 © Sylvain Noury - École élémentaire Saint-Maur, Paris

« Éclatement » de l’œuvre de Farah Atassi par les élèves de CM1 © Sylvain Noury – École élémentaire Saint-Maur, Paris

 

Travaux des élèves de CE2 © Sylvain Noury - École élémentaire Saint-Maur, Paris

Travaux des élèves de CE2 © Sylvain Noury – École élémentaire Saint-Maur, Paris

 

Travaux des élèves de CE2 © Sylvain Noury - École élémentaire Saint-Maur, Paris

Travaux des élèves de CE2 © Sylvain Noury – École élémentaire Saint-Maur, Paris

 

Le jeudi 22 juin, les élèves de 6e du collège Daniel Mayer (18e) ont exposé les travaux qu’ils ont réalisés autour de l’œuvre Chemin #5, Tendre à tendre des tentes de Chourouk Hriech avec leur professeur d’arts plastiques Nathaniel Raymond et Aude Giganon, médiatrice culturelle pour le Fmac à l’école. A l’instar du dessin de l’artiste, les élèves ont travaillé sur les formes et les lignes, et ont réalisé des collages noirs et blancs.

 

Les élèves de 6e et la médiatrice culturelle Aude Giganon devant l’œuvre de Chourouk Hriech © Nathaniel Raymond - Collège Daniel Mayer, Paris

Les élèves de 6e et la médiatrice culturelle Aude Giganon devant l’œuvre de Chourouk Hriech © Nathaniel Raymond – Collège Daniel Mayer, Paris

 

Les élèves présentant leurs travaux avec leur professeur Nathaniel Raymond © Aude Giganon - Collège Daniel Mayer, Paris

Les élèves présentant leurs travaux avec leur professeur Nathaniel Raymond © Aude Giganon – Collège Daniel Mayer, Paris

 

Le vendredi 23 juin, c’était la fête à l’école élémentaire Faubourg Saint-Denis (10e) et à l’école élémentaire Saint-Lambert (15e).
Les élèves de l’école Faubourg Saint-Denis ont travaillé, avec leur professeure d’arts plastiques Stéphanie Fay, autour de la vidéo UDRIVINMECRAZ de Kenny Dunkan : dessins de Tour Eiffel, fabrication d’accessoires en bouchons à l’image du vêtement en porte-clés Tour Eiffel de la vidéo. Comme Kenny Dunkan, les élèves ont réalisé, en collaboration avec la professeure de musique Lena Fablet, des danses avec leurs accessoires. Ces danses ont été filmées et projetées le soir de la fête de l’école pour permettre aux parents de voir le travail mené tout au long de l’année. Un photomaton avait également été installé permettant aux petits et grands de se prendre en photos avec les accessoires réalisés par les enfants.

 

Dessins de Tour EIffel © Stéphanie Fay - École élémentaire Faubourg Saint-Denis, Paris

Dessins de Tour EIffel © Stéphanie Fay – École élémentaire Faubourg Saint-Denis, Paris

 

Tour Eiffel en bouchon © Stéphanie Fay - École élémentaire Faubourg Saint-Denis, Paris

Tour Eiffel en bouchon © Stéphanie Fay – École élémentaire Faubourg Saint-Denis, Paris

 

Photomaton avec les accessoires conçus par les élèves © Stéphanie Fay - École élémentaire Faubourg Saint-Denis, Paris

Photomaton avec les accessoires conçus par les élèves © Stéphanie Fay – École élémentaire Faubourg Saint-Denis, Paris

 

Sac à dos en bouchons © Stéphanie Fay - École élémentaire Faubourg Saint-Denis, Paris

Sac à dos en bouchons © Stéphanie Fay – École élémentaire Faubourg Saint-Denis, Paris

 

 

A l’école Saint-Lambert, la professeure d’arts plastiques Marie Robert a également exposé les travaux réalisés par les élèves, autour de Drawing the future de Nick Cortese, en collaboration avec la médiatrice culturelle Emma Larretgère : extensions du dessin de l’artiste, maquettes de salles d’une maison, création de façades architecturales, de maisons du futur… Les élèves de CE2a ont également rédigé avec leur professeure des textes en lien avec l’œuvre de l’artiste.

 

Exposition des travaux des élèves de l'école Saint-Lambert © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition des travaux des élèves de l’école Saint-Lambert © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Projection de la vidéo "La vie en bleu" à l'école Saint-Lambert © Claire Boustani - FMAC, Paris

Projection de la vidéo « La vie en bleu » à l’école Saint-Lambert © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le samedi 24 juin, les photomontages de Lola Gonzalez étaient à l’honneur à l’école élémentaire Berthier (17e). La professeure d’arts plastiques Isabelle Bobillot a exposé tous les travaux réalisés autour des oeuvres : photomontages de toutes les classes, portraits pluriels des CM2, vidéos des 2 classes de CM2 projetées dans le hall et dans la salle de musique… « Ils sont beaux ces photomontages, bravo !  » s’est exclamé une mère d’élève, enthousiaste.

 

Exposition à l'école élémentaire Berthier © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école élémentaire Berthier © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Projection des vidéos dans la salle de musique à l'école Berthier © Claire Boustani - FMAC, Paris

Projection des vidéos dans la salle de musique à l’école Berthier © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Au collège George Sand, à l’occasion des portes ouvertes, la professeure d’arts plastiques Barbara Porzer a exposé dans sa salle les travaux réalisés par les élèves tout au long de l’année. En collaboration avec la médiatrice culturelle Aude Giganon, les 5e, 4e, et 3e ont travaillé 4 à 5 séances autour de la photographie de Pierre-Olivier Arnaud. Après une analyse de l’œuvre, les élèves ont travaillé sur le cadrage et la composition d’une photographie, ils ont ensuite réalisé leurs propres photographies et les ont modifiées sur un logiciel adapté. Les élèves ont pu ainsi réfléchir sur l’apport de l’intervention d’un artiste sur une photographie. Découvrez toutes les productions des élèves sur ce lien.

 

Exposition au collège George Sand © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition au collège George Sand © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Exposition au collège George Sand © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition au collège George Sand © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

A l’école Bouvines, autour de l’oeuvre Une souche de Pierre Malphettes, les enfants ont réalisé une forêt : souche en Kaplas géants, arbres dessinés et en papier, arbre de mains d’élèves, champignons, fleurs, lacs…
Pour lire l’article sur l’intervention de Pierre Malphettes à l’école, cliquez ici.

 

Exposition à l'école maternelle Bouvines © Jean-Christophe Colnet - Ecole élémentaire Bouvines, Paris

Exposition à l’école maternelle Bouvines © Jean-Christophe Colnet – Ecole élémentaire Bouvines, Paris

 

Exposition à l'école Bouvines © Julie Bigey - FMAC, Paris

Exposition à l’école Bouvines © Julie Bigey – FMAC, Paris

 

Exposition à l'école Bouvines © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école Bouvines © Claire Boustani – FMAC, Paris

Exposition du travail des élèves de l’école élémentaire, 200 rue Saint Maur (10e)

28 Juil

Vue globale de l’accrochage des travaux d’élèves © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Vue globale de l’accrochage des travaux d’élèves © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

 

Vendredi 24 juin à 18h, l’école élémentaire Saint Maur, 200 rue Saint Maur a ouvert ses portes lors de la fête de fin d’année. À cette occasion, les parents d’élèves ont pu découvrir les travaux réalisés autour de l’œuvre de l’artiste d’origine hongroise Yona Friedman, Gribouillis.

Yona Friedman, Gribouillis, ville spatiale, 2002 © Yona Friedman / Adagp

Yona Friedman, « Gribouillis », 2006 © Yona Friedman / Adagp

 

Depuis 60 ans, cet architecte et urbaniste questionne le concept de ville. La sculpture, composée de fils de fer, met en évidence le goût de l’artiste pour l’improvisation, l’intuition et l’accident.
Sous l’impulsion de Sylvain Noury, PVP Arts visuels, les élèves ont travaillé sur 3 notions au cours de cette année scolaire : INTUITION-ACCIDENT-IMPROVISATION. Partant du constat que Yona Friedman tire parti des déformations de la matière pour donner naissance à ses projets futuristes, il a été demandé à chaque élève de remplir une feuille blanche de gribouillis tracés au pinceau et encre noire en faisant confiance à son INTUITION…..en acceptant les ACCIDENTS comme force de proposition.


Chaque élève a ensuite été invité à transformer sa sélection de gribouillis en se concentrant sur l’idée de » ville terrestre ou spatiale » pour le futur. La troisième notion : IMPROVISATION prend alors tout son sens puisqu’il doit tirer parti des nombreuses lignes réalisées parfois par accident….parfois par intuition ! Il utilise pour ce travail de recherche graphique des feutres noirs et de couleurs.


Ce travail hautement expérimental a pour but d’amener chaque élève à une réflexion proche de Yona Friedman sur le  » Vivre la ville de demain « . Chaque élève est invité à réaliser un projet unique et singulier. Il sélectionne son meilleur travail et tentera de réaliser une maquette de celui-ci en reprenant le processus de travail de Yona Friedman.


Pour en savoir plus sur l’œuvre de Yona Friedman, consultez son site Internet.