Paris.fr
Accueil
Archive | 13e, école élémentaire, 30 boulevard Arago RSS feed for this section

Rodolphe Huguet à l’école Arago (13e)

29 Avr

 

Rodolphe Huguet présentant son travail aux élèves © Claire Boustani - FMAC, Paris

Rodolphe Huguet présentant son travail aux élèves © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le jeudi 11 avril, Rodolphe Huguet est venu rencontrer les élèves de l’école élémentaire Arago (13e) où son œuvre Sans titre (caméra de surveillance) est exposée jusqu’à la fin de l’année scolaire.

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

L’artiste a expliqué aux élèves que l’œuvre exposée dans leur école faisait partie d’une série de caméras en bronze réalisées à partir d’objets du quotidien (boîtes de biscuit, bouteilles, bâtons…). Il a créé cette série d’œuvres lors d’une résidence en Franche-Comté en 2005 dans un village où il y avait une fonderie de bronze. A cette époque, les villes commençaient à installer de nombreuses caméras de surveillance. Afin de moquer cet élan sécuritaire, l’artiste a eu l’idée de fabriquer des caméras avec des éléments du quotidien qui s’éloignent donc de l’univers de la caméra de surveillance. Il s’est aperçu qu’en plaçant un bâton et une boîte de biscuit ou tout autre récipient allongé en hauteur, cela faisait tout de suite penser à une caméra. A la fin de sa résidence, il a placé ses caméras dans les 13 villages alentours, des villages très peu peuplés et qui n’ont donc pas besoin de caméras de surveillance, dans des endroits totalement absurdes (à la sortie du village vers la forêt, au-dessus d’un isoloir…)

 

Travaux en cours autour de la thématique de la surveillance, en lien avec l’œuvre de Rodolphe Huguet © Claire Boustani - FMAC, Paris

Travaux en cours autour de la thématique de la surveillance, en lien avec l’œuvre de Rodolphe Huguet © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les élèves ont présenté à l’artiste leurs caméras réalisées à partir de matériaux recyclés. Tous les travaux des élèves effectués avec leurs professeurs et la médiatrice culturelle Mélina Martin seront exposés dans l’école le 21 juin.

 

Présentation des travcaux des élèves © Claire Boustani - FMAC, Paris

Présentation des travcaux des élèves © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les caméras et appareils photos réalisés par les élèves à partir de matériaux recyclés © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les caméras et appareils photos réalisés par les élèves à partir de matériaux recyclés © Claire Boustani – FMAC, Paris

Le FMAC à l’école 2017-2018, c’est parti !

5 Oct

 

Localisation des établissements scolaires participant au programme

Localisation des établissements scolaires participant au programme

 

Pour cette huitième édition, le FMAC s’installe de nouveau dans 30 établissements scolaires : 1 crèche, 4 écoles maternelles, 11 écoles élémentaires, 9 collèges, 1 centre d’accueil pour les collégiens présentant des signes de fragilité scolaire, 2 lycées professionnels et 1 centre scolaire en hôpital de 12 arrondissements différents.

4 nouveaux établissements intègrent le programme : l’école maternelle 15 rue de Tanger (19e), l’école élémentaire 38 rue de Tourtille (20e), le collège Pilatre-de-Rozier (11e) et le lycée Maximilien Vox (6e).

Rendez-vous en novembre pour l’installation des œuvres dans les écoles.

Une semaine d’expositions dans les établissements scolaires

13 Juil

Vue de l'exposition au CDI du collège Yvonne-le-Tac. Au fond, les affiches de la série "N'importenawak" de Pierre di Sciullo © Claire Boustani - FMAC, Paris

Vue de l’exposition au CDI du collège Yvonne-le-Tac. Au fond, les affiches de la série « N’importenawak » de Pierre di Sciullo © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Du 12 au 16 juin, de nombreux établissements ont organisé des expositions des travaux réalisés par les élèves dans le cadre du Fmac à l’école.

Lundi 12 juin, rendez-vous au CDI du collège Yvonne-le-Tac. Les élèves de CM2 de l’école élémentaire Houdon et les élèves de 6e du collège Yvonne-le-Tac y ont exposé leurs travaux créés respectivement autour d’une photographie de la série « Les personnages » de Valérie Jouve et d’affiches de la série « N’importenawak » de Pierre di Sciullo. Des élèves de 6e ont d’abord réalisé devant parents, élèves de CM2 et professeurs, des jeux vocaux inspirés du titre « N’importenawak ». A partir de 4 phrases de comptines mélangées, les collégiens ont tour à tour chanté en effaçant les syllabes des comptines, puis en superposant les phrases musicales, et enfin en recouvrant le chant d’un soliste. Place ensuite à l’exposition; Médiateurs en herbe, Farad, Diélé et Sophie (CM2) m’ont expliqué leurs œuvres. Autour de la photographie de Valérie Jouve, ils ont travaillé le portrait sous toutes ses formes : visages modelés en terre cuite, portraits en lignes courbes au crayon, sculptures en savon, autoportraits dans un diorama, réalisation de portraits photographiques en studio, dans un miroir… Ils ont également détourné la photographie de l’artiste en y apposant des slogans la transformant ainsi en affiche publicitaire. Les élèves de 6e ont, quant à eux, travaillé les lettres de l’alphabet en s’inspirant des affiches de Pierre di Sciullo : sculptures, création d’un alphabet imaginaire avec la médiatrice culturelle Laure Raffy, caviardages….
Découvrez également l’article sur l’intervention de Pierre di Sciullo et l‘article sur l’intervention du poète Frédéric Forte.

 

Travaux des élèves de CM2 de l'école Houdon autour de l'oeuvre de Valérie Jouve © Claire Boustani - FMAC, Paris

Travaux des élèves de CM2 de l’école Houdon autour de l’oeuvre de Valérie Jouve © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Travaux des élèves de 6e du collège Yvonne-le-Tac autour des oeuvres de Pierre di Sciullo © Claire Boustani - FMAC, Paris

Travaux des élèves de 6e du collège Yvonne-le-Tac autour des oeuvres de Pierre di Sciullo © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Jeudi 15 juin, à l’occasion de la fête de l’école, les enfants de l’école maternelle Ripoche ont investi le hall d’entrée, le préau, la cage d’escalier et les couloirs de l’école pour y présenter leurs travaux réalisés autour de l’œuvre Bell Ball de Tom Shannon. Les élèves ont travaillé avec leurs professeurs et Loyce Kragba, médiatrice culturelle, les notions de rebond et d’apesanteur (classe 1). Ils ont mis en peinture le mouvement (classe 2) et ont inventé une histoire à partir de l’œuvre (classe 3). Les plus grands ont abordé l’espace et les planètes (classe 4), et ont crée des planètes imaginaires (classe 5). Vincent Coudé de Foresto, chercheur en astronomie à l’Observatoire, est venu rencontrer les élèves de la classe 4 et les initier à la démarche scientifique.  Les enfants ont créé des productions riches et variés : dessins, sculptures, mobiles, expressions corporelles…
Découvrez également l’article sur un atelier de médiation de Loyce à l’école.

Des parents visitant l'exposition à l'école maternelle Ripoche © Ecole maternelle Ripoche - Paris

Des parents visitant l’exposition à l’école maternelle Ripoche © Ecole maternelle Ripoche – Paris

 

Vue de l'exposition à l'école maternelle Ripoche. Au plafond, les planètes suspendues de la classe 4 © Claire Boustani - FMAC, Paris

Vue de l’exposition à l’école maternelle Ripoche. Au plafond, les planètes suspendues de la classe 4 © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les travaux des élèves autour de "Bell Ball" de Tom Shannon © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les travaux des élèves de l’école maternelle Ripoche autour de « Bell Ball » de Tom Shannon © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Dans le cadre des Portes ouvertes, M. Registo, professeur d’arts plastiques du collège Paul Verlaine, a exposé, le 15 juin, les travaux des élèves réalisés au cours de l’année et notamment les œuvres produites par les 4e et 3e autour de La Discrète de Julien Beneyton. Utilisant des techniques variées : photomontages, peintures, collages, les collégiens ont mis en scène « la discrète », personnage du tableau, dans un autre décor : à la plage, dans une station de métro, sur un trône royal, sur un cheval… Une classe de 4e a, avec leur professeure de français, Mme Robert, a rédigé un recueil de nouvelles intitulé Variations inspiré du tableau. Pour voir l’ensemble des textes et réalisations plastiques des élèves, consultez le site Internet du collège.
Découvrez également l’article sur l’intervention de Julien Beneyton.

Les travaux des collégiens autour de l'oeuvre de Julien Beneyton © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les travaux des collégiens autour de l’oeuvre de Julien Beneyton © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le vendredi 16 juin, les productions de toutes les classes autour du travail d’Hippolyte Hentgen ont investi les couloirs et la cage d’escalier de l’école Damrémont. A partir de la sculpture de Robert Couturier « La famille », représentée dans l’œuvre d’Hippolyte Hentgen, les CP ont dessiné des familles déambulant dans la ville. Les CE1 ont détourné des cartes postales ou des reproductions d’œuvres, les CE2 ont créé une classe imaginaire à partir d’images détournées sur des monotypes ou du papier peint, les CM1 et CM2b ont créé des intérieurs oniriques à partir de photographies du château de Versailles, les CM2a ont réalisé des caviardages. Il ont sélectionné une page d’un journal pour en détourner le sens, en ajoutant ou enlevant du texte et en y apposant des images. A la manière de Lina Hentgen et Gaëlle Hippolyte, les élèves ont travaillé, pour la majorité, en binôme et ont imaginé un pseudonyme : Zozor, Lesjoachimalpha, Victal… Certains ont même imaginé tout une histoire à cet artiste imaginaire : « Je m’appelle Rose Courtois, j’ai 93 ans et demie. J’habite la banlieue australienne. Je vais vous expliquer pourquoi j’ai fait ce diptyque », « Je m’appelle Eoz Alim et j’ai 18 ans. Je suis l’artiste de ce chef-d’œuvre »… Tous ces travaux ont été réalisés avec Michelle Nadal, leur professeure d’arts plastiques, et Emma Larretgère, médiatrice culturelle.
Découvrez également l’article sur l’intervention d’Hippolyte Hentgen et l’article sur les ateliers de médiation.

 

Vue de l'exposition à l'école Damrémont © Claire Boustani - FMAC, Paris

Vue de l’exposition à l’école Damrémont © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Travaux des élèves de l'école Damrémont © Claire Boustani - FMAC, Paris

Travaux des élèves de l’école Damrémont © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Oeuvre collective des CP de l'école Damrémont © Claire Boustani - FMAC, Paris

Oeuvre collective des CP de l’école Damrémont © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

L’école Arago était également en fête le 16 juin. Pour l’occasion, Isabelle Massenet, la professeure d’arts plastiques, a exposé, autour de l’œuvre de Jean-Charles Blais, les travaux des élèves : silhouettes, portraits au crayon, livrets évoquant la venue de l’artiste et présentant un texte de chaque élève imaginant l’histoire de la personne représentée dans le tableau… Une classe a même eu la chance de croquer un modèle vivant. Certains de ces travaux ont été réalisé également avec Laure Raffy, médiatrice culturelle.
Découvrez également l’article sur l’intervention de Jean-Charles Blais.

 

Dessins à partir d'un modèle vivant © Claire Boustani - FMAC, Paris

Dessins à partir d’un modèle vivant © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Silhouettes à l'école Arago © Claire Boustani - FMAC, Paris

Silhouettes à l’école Arago © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Portraits de dos avec la représentation de l'oeuvre de Jean-Charles Blais © Claire Boustani - FMAC, Paris

Portraits de dos avec la représentation de l’oeuvre de Jean-Charles Blais © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Rendez-vous prochainement dans d’autres établissements pour d’autres belles restitutions.

 

Jean-Charles Blais à l’école Arago (13e)

17 Mai

Jean-Charles Blais présentant ses œuvres. En arrière plan, l’œuvre exposée à l'école © Laure Raffy - FMAC, Paris

Jean-Charles Blais présentant ses œuvres. En arrière plan, l’œuvre exposée à l’école © Laure Raffy – FMAC, Paris

Le mardi 9 mai, Jean-Charles Blais est venu à l’école Arago présenter à deux classes de CM1 son œuvre Sans titre de 1991, exposée à l’école jusqu’à la fin de l’année.

L’occasion pour l’artiste d’évoquer avec les élèves le métier de peintre et de montrer l’évolution de son travail, des premières peintures sur affiches déchirées à ses œuvres plus récentes, certaines plus figuratives.

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

A la question « Pourquoi faites-vous des tableaux de personnes de dos ? », l’artiste a répondu qu’il aimait que « les tableaux restent suspendus à une énigme ».

© © Laure Raffy - FMAC, Paris

© © Laure Raffy – FMAC, Paris

Ravis de cette rencontre, les élèves ont ensuite présenté leurs travaux à l’artiste, réalisés avec leur professeure d’arts visuels Isabelle Massenet et Laure Raffy, médiatrice culturelle pour le Fmac à l’école. Une classe a travaillé en petit groupe des autoportraits de dos et en costume, tandis que l’autre a imaginé l’histoire du personnage représenté dans l’oeuvre de l’artiste. Est-ce un policier ? Un marin ? Que regarde-t-il ? Le mystère plane toujours.

Autoportraits de dos réalisés par des élèves de CM1 © Laure Raffy - FMAC, Paris

Autoportraits de dos réalisés par des élèves de CM1 © Laure Raffy – FMAC, Paris

Le vendredi 16 juin, les travaux de toutes les classes seront exposés autour de l’œuvre.

 

Accrochage d’une œuvre de Jean-Charles Blais à l’école élémentaire Arago (13e)

23 Fév

© Claire Boustani, FMAC, Paris

© Claire Boustani, FMAC, Paris

Le jeudi 23 février, l’équipe de la régie du FMAC a accroché à l’école élémentaire Arago (13e) l’œuvre Sans titre de Jean-Charles Blais réalisée en 1991 et acquise par le FMAC la même année.

© Claire Boustani, FMAC, Paris © ADAGP, Paris

© Claire Boustani, FMAC, Paris © ADAGP, Paris

Cet acrylique sur papier de 120×80 cm représente le buste d’un homme, vu de dos et portant une coiffe. Elle s’inscrit dans une série produite à la fin des années 1980 et au début des années 1990 représentant de grands personnages noirs ou bruns sur fond neutre, généralement de dos et portant d’importantes coiffes. personnage précis. C’est le geste pictural qui compte. Le corps devient une forme imprécise, une silhouette énigmatique, fantomatique, « un morceau de peinture ».

© Claire Boustani, FMAC, Paris © ADAGP, Paris

© Claire Boustani, FMAC, Paris © ADAGP, Paris

Consulter le site Internet de l’école.