Paris.fr
Accueil
Archive | 19e, collège Georges Meliès, 45 rue de Tanger RSS feed for this section

Visite des élèves du collège Georges Méliès à la FIAC, le 21 octobre 2011

24 Fév

Lorsque les 23 élèves de 3e du collège Georges Méliès dans le 19e arrondissement viennent à la Foire Internationale d’Art Contemporain au Grand Palais, ils sont accueillis par l’équipe du FMAC. Accompagnés par leur professeur d’histoire, Angélique Forestier, ils découvrent sur le stand les œuvres acquises en 2011 par la Ville de Paris. Des médiateurs spécialisés en art contemporain commentent certaines œuvres, dans un moment de partage convivial.

 

L’œuvre d’Alain Bernardini, Les désactivés (2003-2011), retient l’attention. Cette série de cinq photographies représente des dignitaires religieux déplacés dans un endroit de culte qui n’est pas celui attitré à leur congrégation. On peut voir entre autre, un pasteur poser dans une mosquée, un imam dans une église catholique, un prêtre dans un temple protestant, un moine bouddhiste dans une église… Conscients de la difficulté d’obtenir de telles photographies, les élèves constatent que le rôle de ces dignitaires religieux est désactivé et le lieu se trouve déchargé de sa fonction.

Face à la peinture d’Elika Hedayat, Sans titre (2011), les élèves s’expriment spontanément et font preuve d’imagination. On entend des bribes d’histoires qui mettent en scène les personnages du tableau en évoquant l’univers de l’enfance mêlé à une certaine violence. Ces narrations improvisées sont proches des propres problématiques de l’artiste qui s’emploie, avec sarcasme et cynisme, à tourner en dérision l’avidité des hommes face au pouvoir.

 

Enfin, la vidéo de Wang Ya-Hui, The tropical work : snowman (2008), met en scène un petit bonhomme de neige qui fond, sous le climat tropical des rues de Taïpei (Taiwan), devant la mine amusée des habitants… et des élèves ! Au delà de la poésie et de l’humour, certains y voient une allusion au réchauffement climatique, à l’exil ou au rapport à l’étranger.

 

Après avoir reçu une brochure des acquisitions du FMAC, les élèves continuent leur visite complète de la FIAC.

Photographies © Christophe Noël, FMAC/Ville de Paris

 

 

 

19e, oeuvre de Samuel Rousseau au Collège Georges Meliès, 45 rue de Tanger

30 Nov

Classe de 3e
Principal : Patrick Hautin
Professeur d’arts plastiques : Stéphane Sebal 
Médiatrices : Sarah Michel et Loan Nguyen

 

 

Interpellés par l’œuvre suspendue dans l’entrée du collège, les élèves ont fait part de leurs premières  impressions, en particulier le sentiment d’étouffer. Ils se sont questionnés sur la présence des nombreux bidons en plastique, leur utilité. La portée écologique de la sculpture leur a permis de comprendre le sens de l’œuvre souhaité par l’artiste. Un échange s’est poursuivi sur le rôle de l’art, le statut de l’objet et l’esthétique traditionnelle du beau, dépassée ici par l’utilisation de matériaux ordinaires et la production de sens.

Après une présentation du parcours et des différentes réalisations de Samuel Rousseau, les élèves ont dégagé les grandes tendances de son travail : l’utilisation de la vidéo et d’objets de la vie quotidienne, des jeux d’échelles et d’optiques, un ton entre humour et poésie. Lors d’une séance de questions, ils ont montré leur intérêt pour la carrière de Samuel Rousseau (pourquoi a-t-il souhaité être artiste, où peut-on voir ses expositions ?), le coût de Sans titre (bulle) et, d’une manière générale, la perception et l’interprétation des œuvres, le marché de l’art, les collections publiques, les musées et galeries.

 

Photographie © Christophe Noël, FMAC/ ville de Paris.