Paris.fr
Accueil
Archive | 20e RSS feed for this section

L’artiste Florence Doléac à l’école élémentaire Tlemcen

29 Mar

Florence Doléac présentant son oeuvre Passages aux élèves © Claire Boustani - FMAC, Paris.

Florence Doléac présentant son œuvre Passages aux élèves © Claire Boustani – FMAC, Paris.

 

Le vendredi 23 mars, Florence Doléac est venue rencontrer une classe de CM2 et une classe de CE1 de l’école élémentaire Tlemcen, où son œuvre Passages est exposée jusqu’à la fin de l’année scolaire.

« Cette porte vous parait-elle normale ? » demande -t-elle d’abord aux enfants. « Non » répondent-ils en cœur, soulignant qu’une porte normale n’est pas percée par deux autres petites portes. « Et pourquoi 3 portes selon vous ? » demande l’artiste. « La petite porte est pour les petits, la moyenne pour les moyens, et la grande pour les grands » répond un élève. « C’est pour les animaux » déclare un autre enfant.

Florence Doléac explique qu’après des études de Design industriel, elle a souhaité se détacher du Design de production pour créer des objets qui sortent de l’ordinaire. « J’ai des idées bizarres et je veux faire des choses bizarres » déclare-t-elle aux enfants amusés. Les 3 portes de Passages ont donc pour objectif de stimuler l’imaginaire de la personne qui les regarde. L’artiste aime également l’idée qu’on ne sait jamais ce qu’il y a derrière une porte fermée. En créant des portes multiples, elle joue sur ce moment, un peu stressant, de l’ouverture de la porte et de la découverte de ce qui se trouve derrière.

 

A dada © Claire Boustani - FMAC, Paris.

A dada © Claire Boustani – FMAC, Paris.

 

L’artiste montre ensuite aux élèves d’autres de ses objets « bizarres ». « Pour éviter d’être dans le mécanique, dans le banal, j’aime faire des blagues avec les objets » explique-t-elle aux enfants. Ainsi leur montre-t-elle, entre autres, A dada, assise composée de boules gonflables et de filets de pêche, Le saloon vert, boules de billard en forme de pouf, En garde qui incite les visiteurs à faire une bataille de polochons, ou encore sa Chaise, mise à nue, qui a déjà été exposée à l’école il y a 2 ans.

 

Le saloon vert © Claire Boustani - FMAC, Paris.

Le saloon vert © Claire Boustani – FMAC, Paris.

 

En garde © Claire Boustani - FMAC, Paris.

En garde © Claire Boustani – FMAC, Paris.

 

Éternelle rêveuse, Florence Doléac évoque son dernier projet qui l’occupera jusqu’à la fin de sa vie : créer une colonie internationale de rêveurs, invitant les personnes à créer leur lit dans les arbres, à y dormir, puis à raconter leur rêve via l’application « Maxidreams ». Ce projet sera accompagné par des scientifiques et des psychanalystes.

 

La chambre des rêves © Claire Boustani - FMAC, Paris.

La chambre des rêves © Claire Boustani – FMAC, Paris.

 

Ravis de cette rencontre, les élèves présenteront à la fin de l’année leurs travaux réalisés autour de l’œuvre avec leur professeure d’arts plastiques Susana Machado.

Installation des œuvres dans les écoles

11 Jan

Une classe du collège Jules Ferry assiste à l'accrochage de l’œuvre Sans titre (Hisbiscus) de Frédéric Vaësen © Claire Boustani - FMAC, Paris

Une classe du collège Jules Ferry (9e) assiste à l’accrochage de l’œuvre Sans titre (Hisbiscus) de Frédéric Vaësen © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Pour la nouvelle édition du FMAC à l’école, les œuvres du FMAC ont pris place dans les établissements scolaires parisiens du 14 au 22 novembre.

Installation de Sans titre (Tête en billes) de Richard Fauguet à l'école élémentaire Berthier (17e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Sans titre (Tête en billes) de Richard Fauguet à l’école élémentaire Berthier (17e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Accrochage de Priest de Nicolas Dhervillers au CDI du collège Yvonne-le-Tac (18e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Priest de Nicolas Dhervillers au CDI du collège Yvonne-le-Tac (18e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Guide (Platane) d'Eva Nielsen au collège Paul Verlaine (11e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Guide (Platane) d’Eva Nielsen au collège Paul Verlaine (12e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Passages de Florence Doléac à l'école élémentaire Tlemcen (20e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Passages de Florence Doléac à l’école élémentaire Tlemcen (20e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le colosse d'Alicia Paz au collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Le colosse d’Alicia Paz au collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

La colonne sans fin de Kader Attia au collège Pilâtre-de-Rozier © Claire Boustani - FMAC, Paris

La colonne sans fin de Kader Attia au collège Pilâtre-de-Rozier © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

On the road d'Eric Hattan à l'école élémentaire Mouraud (20e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

On the road d’Eric Hattan à l’école élémentaire Mouraud (20e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Gribouillis de Yona Firedman à l'école maternelle Tourtille © Claire Boustani - FMAC, Paris

Gribouillis de Yona Firedman à l’école maternelle Tourtille © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le FMAC à l’école 2017-2018, c’est parti !

5 Oct

 

Localisation des établissements scolaires participant au programme

Localisation des établissements scolaires participant au programme

 

Pour cette huitième édition, le FMAC s’installe de nouveau dans 30 établissements scolaires : 1 crèche, 4 écoles maternelles, 11 écoles élémentaires, 9 collèges, 1 centre d’accueil pour les collégiens présentant des signes de fragilité scolaire, 2 lycées professionnels et 1 centre scolaire en hôpital de 12 arrondissements différents.

4 nouveaux établissements intègrent le programme : l’école maternelle 15 rue de Tanger (19e), l’école élémentaire 38 rue de Tourtille (20e), le collège Pilatre-de-Rozier (11e) et le lycée Maximilien Vox (6e).

Rendez-vous en novembre pour l’installation des œuvres dans les écoles.

Les restitutions des travaux dans les établissements scolaires, suite et fin

11 Août

Projection des productions des 6e, 5e, 4e, 3e et des enregistrements sonores des élèves de la classe UPE2A au collège Mallarmé © Claire Boustani - FMAC, Paris

Projection des productions des 6e, 5e, 4e, 3e et des enregistrements sonores des élèves de la classe UPE2A au collège Mallarmé © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le lundi 26 juin, à l’occasion de la remise des diplômes, l’auditorium du collège Mallarmé (17e) a mis à l’honneur les travaux réalisés par les élèves autour des photographies de la série Les Migrants de Mathieu Pernot. En collaboration avec la médiatrice culturelle Aude Giganon, plusieurs classes ont travaillé sur les œuvres avec les professeurs d’arts plastiques Ludovic Tournier et Jean-Daniel Pellen, la professeure d’espagnol Ana Maria Rojas et la professeure de la classe UPE2A Edwige Jaffar : travail sur le drapé et le corps, réalisation de photographies autour des notions de traces humaines et de ville abandonnée, réalisation de calligramme avec des mots espagnols sur la thématique des migrants… Les élèves de la classe UPE2A se sont enregistrés en train de lire des textes exprimant leurs ressentis sur les œuvres.

 

Travail autour de la notion de traces et de villes abandonnées © Claire Boustani - FMAC, Paris

Travail autour de la notion de traces et de villes abandonnées © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Calligrammes © Claire Boustani - FMAC, Paris

Calligrammes © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le mardi 27 juin, au collège Françoise Seligmann, à l’occasion du dernier jour de classes, les travaux des 3e1, réalisés avec leur professeur d’arts plastiques Ludovic Sauvage, autour des photographies sur la série de la Goutte d’Or du duo d’artistes Florisa étaient exposés au CDI. Les élèves ont également travaillé avec leur professeure d’histoire géographie Bénédicte Forest autour de la thématique de l’immigration.
Découvrez également l‘article sur l’intervention des artistes Florisa.

 

Travaux des 3e du collège Françoise Seligmann © Claire Boustani - FMAC, Paris

Travaux des 3e du collège Françoise Seligmann © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

A l’école maternelle Tourtille, les travaux de toutes les classes autour des pochoirs de Captain Fluo, réalisés en collaboration avec les deux médiatrices culturelles Loyce Kragba et Aude Giganon, étaient exposés à l’occasion de la fête de l’école : production de pochoirs de robots sur papier blanc et noir, création de robots en 3 dimensions à partir de matériaux de récupération… Une visite de la rue Desnoyer voisine, à la découverte du Street Art, avait également été organisée.

 

Exposition à l'école maternelle Tourtille © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école maternelle Tourtille © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Exposition à l'école maternelle Tourtille © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école maternelle Tourtille © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Exposition à l'école maternelle Tourtille © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’école maternelle Tourtille © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le mercredi 27 juin, c’est la fête de fin d’année en présence des parents à l’Accueil Réussite Éducative Pelleport (19e). L’occasion de découvrir les bandes dessinées réalisés par les collégiens, avec la médiatrice culturelle Emma Larretgère, à partir de l’œuvre de Francesc Ruiz, Je suis Mappy 5.
Découvrez également l’article sur l’intervention de Francesc Ruiz et l’article sur la visite de jeunes de l’Accueil Réussite Éducative Pelleport à la Villa Belleville.

 

Exposition à l'Accueil Réussite Éducative Pelleport © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’Accueil Réussite Éducative Pelleport © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Exposition à l'Accueil Réussite Éducative Pelleport © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition à l’Accueil Réussite Éducative Pelleport © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le jeudi 29 juin, à l’école Prisse d’Avennes (14e), la professeure d’arts plastiques Agnès Villard a accueilli les parents d’élèves. Après une présentation du programme « Fmac à l’école » et de la venue de l’artiste Eric Corne, place à l’exposition. Les élèves ont réalisé des reproductions de l’œuvre, ils ont produit des portraits à la manière d’Andy Warhol, des autoportraits à l’aquarelle, ils ont construit un corps à partir des visages de Série de cinq figures.
Découvrez également l’article sur l’intervention de l’artiste Eric Corne.

 

Travaux des élèves autour de l'oeuvre "Série de cinq figures" d'Eric Corne © Agnès Villard - Ecole élémentaire Prisse d'Avennes, Paris

Travaux des élèves autour de l’oeuvre « Série de cinq figures » d’Eric Corne © Agnès Villard – Ecole élémentaire Prisse d’Avennes, Paris

 

Dessins de corps avec le visage de l’œuvre d'Eric Corne © Agnès Villard - Ecole élémentaire Prisse d'Avennes, Paris

Dessins de corps avec le visage de l’œuvre d’Eric Corne © Agnès Villard – Ecole élémentaire Prisse d’Avennes, Paris

 

Autoportraits aux pastels © Agnès Villard - Ecole élémentaire Prisse d'Avennes, Paris

Autoportraits aux pastels © Agnès Villard – Ecole élémentaire Prisse d’Avennes, Paris

 

Portraits à la manière d'Andy Warhol © Agnès Villard - Ecole élémentaire Prisse d'Avennes, Paris

Portraits à la manière d’Andy Warhol © Agnès Villard – Ecole élémentaire Prisse d’Avennes, Paris

 

Le samedi 1er juillet, à l’occasion de la fête de l’école maternelle Chantin (14e), tous les travaux réalisés autour de Félin d’Omar Ba étaient exposés. Une chorale avait également été organisée, les enfants interprétant des chants africains, portant leurs masques d’animaux conçus à partir de l’œuvre de l’artiste.
Découvrez également l‘article sur l’intervention d’Omar Ba.

 

Travaux des grands de l'école maternelle Chantin © École maternelle Chantin, Paris

Travaux des grands de l’école maternelle Chantin © École maternelle Chantin, Paris

 

TRavaux des moyens et des grands © École maternelle Chantin, Paris

Travaux des moyens et des grands © École maternelle Chantin, Paris

L’expérience de la médiatrice culturelle Aude Giganon à l’école élémentaire Mouraud (20e)

7 Août

La classe d'arts plastiques avec l’œuvre de Jessica Stockholder sur le mur du fond © Estelle Courjault - École élémentaire Mouraud, Paris

La classe d’arts plastiques avec l’œuvre de Jessica Stockholder sur le mur du fond © Estelle Courjault – École élémentaire Mouraud, Paris

 

Si vous venez à l’école élémentaire Mouraud, vous serez tout de suite frappé par ce lieu singulier avec sa grande cours, ses grands escaliers et ses couloirs colorés. Mais ce n’est rien à côté de l’immense accueil que son équipe pédagogique vous offrira grâce à leur bonne humeur quotidienne, leurs conseils avisés et leur engagement de chaque instant. La vie n’est certes pas toujours facile à l’école Mouraud, mais ce que j’y ai retenu c’est cette force, cette passion et cette solidarité avec laquelle chacun fait face. L’école Mouraud, cela a donc été pour moi une expérience humaine et professionnelle incroyable de quelques mois grâce au FMAC à l’école, et ce, auprès plus particulièrement d’une professeure d’arts visuels de la ville de Paris, Estelle Courjault, dont les convictions et la pédagogie ont été  une grande source d’inspiration.

 

Travaux en volume des CE2 © Estelle Courjault - École élémentaire Mouraud, Paris

Travaux en volume des CE2 © Estelle Courjault – École élémentaire Mouraud, Paris

 

Cela a aussi été surtout l’histoire du partage d’une passion avec des élèves (CE1 et CE2) plein d’énergie, curieux et motivés ne demandant qu’à apprendre, expérimenter et échanger.. Nous avons travaillé ensemble autour de l’œuvre Turning paper de Jessica Stokholder une peinture/sculpture réalisée à l’aide de matériaux hétérogènes. Offrant de multiples pistes de réflexions et d’expérimentations collectives (individuelles, ludiques et pédagogiques) nous avons créé avec Estelle Courjault un projet d’éducation artistique et de médiation culturelle autour de cette œuvre. Nous avons eu de la part des élèves des questions par milliers face à l’œuvre, des réactions surprenantes et une imagination débordante. Des rires, des doutes, mais aussi la découverte de nouvelles disciplines artistiques comme le théâtre ou le volume avec la réalisation de sculptures composées de matériaux de récupération.

 

Badge du petit médiateur © Estelle Courjault - École élémentaire Mouraud, Paris

Badge du petit médiateur © Estelle Courjault – École élémentaire Mouraud, Paris

 

L’école Mouraud, cela a aussi été plus largement l’envie de faire découvrir et apprendre aux élèves un métier particulier, celui de médiateur culturel, afin qu’ils le deviennent lors de la restitution finale de leur travaux à la fin de l’année, et ce, devant un public de choix : leurs parents. Quel bonheur ce fut de les voir si impliqués et si fiers de transmettre à leur tour ce qu’ils avaient appris tout au long du projet et surtout leur souci de faire réaliser à leur proches qu’ils ont “une vraie œuvre” dans la classe, “d’une vraie artiste qui est vivante !”. Enfin, le Fmac à l’école Mouraud, cela a aussi été la chance de visiter des lieux insolites comme les réserves du FMAC à Ivry pour les CE1, où ils ont rencontré des professionnels du milieu de la conservation et de la médiation. Les CE2 ont eu la chance de rencontrer des artistes en résidence à la Villa Belleville qui leur ont présenté leurs travaux. Ils ont également pu y mener  un atelier de moulage. Je me souviens de leurs yeux qui pétillent après ces visites et l’envie qu’ils avaient de le raconter à tout le monde. Peut-être l’éveil pour certain d’une petite vocation…

 

Les CE1 présentant à leurs parents l’œuvre et leurs productions © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les CE1 présentant à leurs parents l’œuvre et leurs productions © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Merci à eux et à l’équipe pédagogique. Merci au FMAC à l’école qui est avant tout une aventure humaine qu’il faut vivre et qui fait du bien.

 

En bonus :

Voici quelques extraits de leur récit autour de leur création “la villa Belleville”, une ville crée à partir de la démarche de Jessica Stockholder en matériaux de récupération et en volume :

« Il était une fois une ville qui s’appelle la villa Belleville tout le monde aimait cette ville parce que tout le monde y venait pour apprendre pleins de choses et tout le monde avait de la chance de découvrir tant de choses” / “L’histoire de la villa Belleville. Elle était créée pour les enfants parce qu’avant les enfants étaient très tristes. Donc on l’a créée pour eux, avec une fusée magnifique ! »