Paris.fr
Accueil
Archive | 20e, école élémentaire, 5 rue Mouraud RSS feed for this section

Retour d’expérience d’Inès Seddiki, médiatrice culturelle, à l’école élémentaire Mouraud (20e)

2 Août

Les estampes réalisées par les élèves en lien avec l’œuvre © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les estampes réalisées par les élèves en lien avec l’œuvre © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les sculptures Idoles de Philippe Mayaux, exposées à l’école élémentaire Mouraud (20e), ont été pour moi une vraie source d’inspiration. J’ai eu tout de suite de nombreuses idées d’activités, d’ateliers et de sorties à mettre en place autour des œuvres. Avec la professeure d’arts plastiques de l’école, Gabrielle Pinto, nous avons pu rapidement échanger et préparer les séances.

La médiation n’est pas qu’une affaire de projets, le plus difficile est de mettre en application ce que l’on conçoit et surtout de réussir à partager sa passion avec un public…

Les premières séances de médiation ont eu lieu devant les œuvres. Lorsqu’on se retrouve face à une classe, il n’est plus possible de faire demi-tour malgré les interrogations : vais-je être intéressante ? Trouveront-ils mon discours clair ? Seront-ils réceptifs à ma présentation ? La séance commence et la magie de la médiation se produit : les élèves écoutent et posent des questions extrêmement pertinentes sur l’œuvre. Le temps d’échange est alors comme une partie de ping-pong, il ne faut pas perdre la balle, ici l’attention de l’interlocuteur !

Après ces présentations, nous avons commencé le travail d’atelier avec les classes. J’ai pu travailler durant plusieurs semaines avec 3 niveaux : les CP, les CE2 et les CM2.

 

Exemple de matériel proposé aux élèves © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exemple de matériel proposé aux élèves © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Avec les CM2 le projet était de créer une sculpture à l’aide de matériaux de récupération. Les élèves avaient à leur disposition des objets récupérés de plusieurs natures : électroniques (fils, ordinateurs, câbles…), naturelles (branches, bâtons…), et diverses (boîtes en cartons, emballages, bouchons, tissus…). En assemblant ces matériaux, les élèves devaient donner naissance à un personnage, à l’instar des sculptures de Philippe Mayaux créées à partir de matériaux recyclés.  Ils devaient d’abord, en groupe, réfléchir à un projet commun et le mettre sur papier en esquissant un croquis de leur future création.

 

Les personnages réalisés en matériaux recyclés. Travaux des CM2 © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les personnages réalisés en matériaux recyclés. Travaux des CM2 © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les CP  ont visité le département des arts africains au Musée du Quai Branly. A l’aide d’un carnet de croquis, ils ont reproduit leurs œuvres préférées.Suite à cette visite, ils ont créé des petites poupées dansantes en fils de fer.

 

Silhouette en construction © Claire Boustani - FMAC, Paris

Silhouette en construction © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les silhouettes de CP © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les silhouettes de CP © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Avec la classe de CE2, le projet était de créer de petits totems issus d’une civilisation extraterrestre. Les élèves ont aussi réalisé des esquisses avant de se lancer dans la création en trois dimensions. Il s’agissait d’un travail demandant minutie et investissement sur plusieurs séances. Les têtes des totems ont été modelées à l’aide de pâte durcissant, sur la base d’une bouteille d’eau remplie.

Le corps a ensuite été décoré d’éléments en cartons (queue, ailes…) puis le tout a été recouvert de bande de plâtre. Enfin des couleurs ont été apportées avec de la peinture, des paillettes.

 

Totems en fabrication © Claire Boustani - FMAC, Paris

Totems en fabrication © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les Totems des CE2 © Claire Boustani - FMAC, Paris

Les Totems des CE2 © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

 

Au-delà des ateliers, mon expérience au sein de l’école Mouraud a été complète : l’artiste est intervenu auprès des élèves, nous avons pu suivre des ateliers de moulage à la Villa Belleville et comme je l’ai dit nous sommes sortis au Musée du Quai Branly. J’ai ainsi pu participer à l’accompagnement de ces classes à différents endroits et avec divers acteurs. Ce fût extrêmement enrichissant et stimulant.

Tous les travaux ont été exposés le 28 juin lors de la fête de l’école. Je suis heureuse d’avoir participé à ce projet, d’avoir, à mon humble échelle, permis peut-être une meilleure compréhension de l’œuvre ou un point de vue différent de celle-ci, et d’avoir travaillé avec des élèves investis et attachants.

Je tiens à remercier toute l’équipe pédagogique de l’école élémentaire Mouraud, la directrice, les instituteurs, les engagés en service civique… Je remercie particulièrement, Gabrielle Pinto, la professeure d’art visuel. Enfin, je remercie le FMAC pour l’accompagnement tout au long de ce stage.

Philippe Mayaux à l’école Mouraud (20e)

13 Juin

Philippe Mayaux expliquant ses sculptures aux élèves © Claire Boustani - FMAC, Paris

Philippe Mayaux expliquant ses sculptures aux élèves © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Lundi 6 mai, Philippe Mayaux est venu rencontrer deux classes de CM2 de l’école Mouraud (20e) où deux de ses sculptures de la série Idoles sont actuellement exposées.

Aimant « voir de l’art là où il n’y en a pas », à l’instar de Raymond Hains et des nouveaux réalistes, Philippe Mayaux récupère pour créer ses Idoles des objets du quotidien, qu’il assemble, moule, scanne et imprime à l’aide d’une imprimante 3D. Il vieillit ensuite ses sculptures afin de leur donner une apparence ancienne, telles des Idoles africaines venues d’un autre siècle. En alliant des « objets ridicules » qui illustrent notre temps, comme un déodorant pour toilettes utilisé pour la sculpture « oiseau », et la sacralité, l’artiste souhaite montrer « qu’on aime nos objets comme on vénère des dieux ».

« On dirait une casserole ou une machine pour faire des gaufres » déclare un élève à propos de la sculpture « oiseau ». »Oui », répond l’artiste, « l’objet n’est jamais une seule chose à la fois. En regardant un objet, on peut y voir autre chose. On parle de « paréidolie ». C’est le fait de reconnaître des formes vivantes (visages, silhouettes) dans des objets sans les chercher. »

Observateur de notre époque, Philippe Mayaux trouve important de créer avec des outils actuels, comme ici l’imprimante 3D. L’artiste joue sur l’immatérialité des objets en les scannant. « Ces objets ne sont plus de la matière, ils deviennent des fichiers que je peux transporter sur une clé USB et imprimer avec une imprimante 3D dans différentes tailles ».

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Suite à cet échange, les élèves ont poursuivi leurs travaux plastiques commencés avec leur professeure d’arts plastiques Gabrielle Pinto. A l’aide de matériaux de récupération, à l’instar de Philippe Mayaux, les élèvent ont tenté à leur tour de faire émerger des créatures. Les incitant à manipuler et à transformer les objets, l’artiste a prodigué aux élèves, ravis, de précieux conseils pour améliorer leurs créations.

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le 28 juin, les élèves montreront leurs travaux finalisés lors d’une exposition au sein de l’école.

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

L’école Mouraud à la Villa Belleville (20e)

8 Avr

 

A la Villa Belleville © Claire Bpustani - FMAC, Paris

A la Villa Belleville © Claire Bpustani – FMAC, Paris

 

Une classe de CE1 de l’école Mouraud (20e) s’est rendue à la Villa Belleville les 22 et 29 mars pour réaliser un atelier de moulage en lien avec les sculptures Idoles de Philippe Mayaux exposées dans leur école.

Accueillis par Steven Coëffic et Élodie Lombarde, les enfants ont d’abord, lors d’une première séance, réalisé des moulages en plâtre à partir de matériaux divers (bouchons, bouteilles, branches d’arbre, etc). Après une démonstration de coulure de résine dans un moule, ils ont, lors de la deuxième séance, réalisé des personnages en bas-relief à partir d’éléments en résine moulés au préalable par Élodie et Steven avec les moulages en plâtre fabriqués à la première séance.

 

Présentation du principe du moulage © Claire Bpustani - FMAC, Paris

Présentation du principe du moulage © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Création des moules en plâtre © Villa Belleville, Paris

Création des moules en plâtre © Villa Belleville, Paris

 

© Villa Belleville, Paris

© Villa Belleville, Paris

 

© Claire Bpustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les moules en plâtre © Claire Bpustani - FMAC, Paris

Les moules en plâtre © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Démonstration d'un moulage en résine © Claire Bpustani - FMAC, Paris

Démonstration d’un moulage en résine © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les éléments en résine réalisés à partir des moules en plâtre © Claire Bpustani - FMAC, Paris

Les éléments en résine réalisés à partir des moules en plâtre © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

© Claire Bpustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Les personnages en bas-relief © Villa Belleville, Paris

Les personnages en bas-relief © Villa Belleville, Paris

Le 15 avril, les élèves accueilleront dans leur école l’artiste Philippe Mayaux.

Installation des œuvres dans les écoles

11 Jan

Une classe du collège Jules Ferry assiste à l'accrochage de l’œuvre Sans titre (Hisbiscus) de Frédéric Vaësen © Claire Boustani - FMAC, Paris

Une classe du collège Jules Ferry (9e) assiste à l’accrochage de l’œuvre Sans titre (Hisbiscus) de Frédéric Vaësen © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Pour la nouvelle édition du FMAC à l’école, les œuvres du FMAC ont pris place dans les établissements scolaires parisiens du 14 au 22 novembre.

Installation de Sans titre (Tête en billes) de Richard Fauguet à l'école élémentaire Berthier (17e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Sans titre (Tête en billes) de Richard Fauguet à l’école élémentaire Berthier (17e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Accrochage de Priest de Nicolas Dhervillers au CDI du collège Yvonne-le-Tac (18e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Priest de Nicolas Dhervillers au CDI du collège Yvonne-le-Tac (18e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Guide (Platane) d'Eva Nielsen au collège Paul Verlaine (11e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Guide (Platane) d’Eva Nielsen au collège Paul Verlaine (12e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Passages de Florence Doléac à l'école élémentaire Tlemcen (20e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Passages de Florence Doléac à l’école élémentaire Tlemcen (20e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le colosse d'Alicia Paz au collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Le colosse d’Alicia Paz au collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

La colonne sans fin de Kader Attia au collège Pilâtre-de-Rozier © Claire Boustani - FMAC, Paris

La colonne sans fin de Kader Attia au collège Pilâtre-de-Rozier © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

On the road d'Eric Hattan à l'école élémentaire Mouraud (20e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

On the road d’Eric Hattan à l’école élémentaire Mouraud (20e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Gribouillis de Yona Firedman à l'école maternelle Tourtille © Claire Boustani - FMAC, Paris

Gribouillis de Yona Firedman à l’école maternelle Tourtille © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Le FMAC à l’école 2017-2018, c’est parti !

5 Oct

 

Localisation des établissements scolaires participant au programme

Localisation des établissements scolaires participant au programme

 

Pour cette huitième édition, le FMAC s’installe de nouveau dans 30 établissements scolaires : 1 crèche, 4 écoles maternelles, 11 écoles élémentaires, 9 collèges, 1 centre d’accueil pour les collégiens présentant des signes de fragilité scolaire, 2 lycées professionnels et 1 centre scolaire en hôpital de 12 arrondissements différents.

4 nouveaux établissements intègrent le programme : l’école maternelle 15 rue de Tanger (19e), l’école élémentaire 38 rue de Tourtille (20e), le collège Pilatre-de-Rozier (11e) et le lycée Maximilien Vox (6e).

Rendez-vous en novembre pour l’installation des œuvres dans les écoles.