Paris.fr
Accueil
Archive | 32 rue Pali-kao RSS feed for this section

Philippe Mayaux à l’école maternelle Pali-kao (20e)

18 Fév

 

Philippe Mayaux expliquant ses "Idoles" aux enfants © Claire Boustani - Fonds d'art contemporain- Paris Collections

Philippe Mayaux expliquant ses « Idoles » aux enfants © Claire Boustani – Fonds d’art contemporain- Paris Collections

 

Le lundi 3 février, l’artiste Philippe Mayaux avait rendez-vous avec les deux classes de grande section de l’école maternelle Pali-kao (20e) où ses Idoles sont exposées jusqu’à la fin de l’année scolaire.

« Les artistes ont des idées bizarres. Certains, comme moi, aiment travailler avec les poubelles. Je ramasse ce qu’il y a dans les poubelles, les emballages plastiques notamment, et en fais des œuvres d’art » explique l’artiste aux enfants. « Tu dois être content à Paris alors, car il y a beaucoup de déchets par terre » réagit alors Nathan, un élève de la classe.

Philippe Mayaux indique que les trois Idoles présentées à l’école, aux trois couleurs de l’humanité, sont réalisées à partir d’emballages plastiques d’une ampoule et de bonbons. Il a fait couler du plâtre dans ces différents emballages qu’il a assemblés, scannés et imprimés à l’aide d’une imprimante 3D. Il a peint ensuite les sculptures avec du pétrole pur (l’or d’aujourd’hui) et a travaillé la patine pour les vieillir. « On a l’impression que les sculptures sont très vieilles, qu’elles datent du temps d’Astérix » explique-t-il aux élèves. Très intrigués par les éléments ajoutés sur les sculptures, les enfants ont demandé à l’artiste pourquoi elles avaient des chapeaux sur leur tête et un petit rond sur le ventre pour l’une d’entre elle. La brique, le métal et la pierre ajoutés sur la tête de chacune des sculptures renvoient aux matériaux de construction et illustrent les croyances anciennes, « le fait qu’on avait peur que le ciel nous tombe sur la tête, comme Astérix« . Quant au rond posé sur le ventre d’une des sculptures, il souligne que le ventre est ce qui contient la vie.

 

 © Claire Boustani - Fonds d'art contemporain- Paris Collections

© Claire Boustani – Fonds d’art contemporain- Paris Collections

 

Montrant aux élèves un de ses récents moulages, Philippe Mayaux ajoute deux points pour faire un visage. « J’ai envie de vous montrer que ce que je fais, vous pouvez le faire aussi » dit-il aux enfants. Et c’est justement ce que vont faire les élèves avec leurs professeurs et la médiatrice culturelle Swann Toillon, des sculptures à partir d’emballages, à l’instar des Idoles.

 

"Avec l'ajout de deux points sur une forme, cela fait un visage" © Claire Boustani - Fonds d'art contemporain- Paris Collections

« Avec l’ajout de deux points sur une forme, cela fait un visage » © Claire Boustani – Fonds d’art contemporain- Paris Collections

 

Rendez-vous à la fin de l’année scolaire pour découvrir les productions des élèves.