Paris.fr
Accueil
Archive | ALLOUCHE Dove RSS feed for this section

11e, visite de Dove Allouche à l’école élémentaire 24 rue Saint Sébastien

6 Août

Directeur : Jean-Philippe Fey
Professeur d’arts plastiques : Sébastien Billereau
Enseignante : Brigitte Baudelot

Le 13 mai 2013, l’artiste Dove Allouche est venu rendre visite aux élèves de CM2. Pendant une heure et demie il a raconté l’histoire de son œuvre, « Déversoirs d’orage #1, #2, #3 » (2009), une série d’héliogravures réalisées à partir de photographies du réseau égoutier de Paris, actuellement exposée à l’école. Il a parlé de sa technique et de ses inspirations, puis a répondu aux nombreuses questions que les élèves avaient préparées.

Dove Allouche © Antonella Policastrese, FMAC, Ville de Paris

 

Un élève : « Combien de temps a-t-il fallu pour créer cette œuvre ? »
DA : « Il m’a fallu entre 14 et 16 mois : d’abord c’est la prise de vue, ensuite il a fallu faire le choix des photographies, puis faire les épreuves, faire et refaire des essais. Mes œuvres exigent au minimum un an de préparation. »

Un élève : « Dans quels pays avez-vous exposé ? »
Dove Allouche : « L’Italie, la France, les Etats-Unis, la Suisse, Luxembourg… Je n’ai pas encore exposé en Asie, ni en Afrique. »

Dove Allouche © Antonella Policastrese, FMAC, Ville de Paris

 

Un élève : « Quel est votre prochain projet ? »
DA : « Pour mon prochain projet, je travaille avec un chimiste spécialiste des matériaux polymères. Nous essayerons de décoder la technique photographique utilisée par Niepce au début du 19e siècle, dite physautotype. Les physautotypes sont les toutes premières images photographiques qui n’existent plus à l’heure actuelle. Je travaille aussi avec le conservatoire de Paris sur la granulation de la surface solaire. »

Un élève : « Etes-vous libre dans votre travail ? »
DA : « J’ai la liberté de faire les recherches que je veux faire et d’utiliser les techniques dont j’ai envie. Cependant, ce n’est pas toujours évident de trouver les moyens nécessaires pour réaliser mon idée. Ce sont les moyens qui, le plus souvent, limitent la liberté. »

Dove Allouche © Antonella Policastrese, FMAC, Ville de Paris

 

Un élève : « Est-ce que vous pouvez vivre de votre art ? »
DA : « Depuis un certain temps oui, mais cela reste variable. Néanmoins, j’ai toujours voulu rester dans le domaine artistique. »

Un élève : « Pourquoi avez-vous choisi d’être artiste ? »
DA : « Parce que cela me rapproche de tous mes rêves d’enfant. Grâce à mes recherches je peux être tout ce que je veux : artiste, scientifique, alpiniste… »

Dove Allouche © Antonella Policastrese, FMAC, Ville de Paris

Un élève : « Vos parents vous ont-ils encouragé à devenir artiste ? »
DA : « Non, pas du tout. Au début j’ai fait des études scientifiques, suivant leurs conseils. Peu après, j’ai suivi mes propres envies et décidé de devenir artiste. »

Un élève : « Laquelle de vos œuvres préférez-vous ? »
DA : « C’est facile ! La prochaine. »

Un élève : « Aimez-vous cuisiner ? »
DA : « J’adore cuisiner. Contrairement à la science, où il faut tout respecter, dans la cuisine je me sens libre d’expérimenter avec tout, et ça marche à tous les coups ! »

Dove Allouche © Antonella Policastrese, FMAC, Ville de Paris

 

 

Voir l’oeuvre de Dove Allouche