Paris.fr
Accueil
Archives de Tag : Estampe

Exposition « Caché dans le décor » à la médiathèque de l’hôpital Robert Debré, 19e

10 Juin

1

Exposition à la médiathèque © Loan N’Guyen-FMAC, Paris.

Des ombres, des petites mains, des danseurs de différentes tailles et couleurs ont investi la médiathèque créant une foule anonyme et foisonnante.

11

Carton d’invitation © Loan N’Guyen-FMAC, Paris.

Ces personnages sont l’œuvre des élèves du centre scolaire qui ont travaillé autour des papiers peints de l’artiste Jakob Gautel exposés à la médiathèque. Ces ombres sont le fruit d’un ancien atelier avec l’artiste (voir l’article de cet atelier) poursuivi sur plusieurs séances avec Sylvie Koenig, professeure d’arts plastiques. Les élèves ont dessiné leurs propres silhouettes sur du papier noir et les ont décorées à l’aide de feutres posca et de collages.

6

© Loan N’Guyen-FMAC, Paris.

5

© Loan N’Guyen-FMAC, Paris.

 

 

 

 

 

 

 

Les élèves ont aussi découpé des personnages, des fleurs ou des animaux dans des magazines et les ont collés ensuite dans des feuilles de papier japonais.

8

Exposition à la médiathèque © Loan N’Guyen-FMAC, Paris.

4

© Loan N’Guyen-FMAC, Paris.

3

© Loan N’Guyen-FMAC, Paris.

 

 

 

 

 

 

 

Cette exposition était visible du 18 mai au 4 juin 2015. Elle laisse désormais la place à d’autres projets passionnants qu’organisent régulièrement le centre scolaire en hôpital et la médiathèque.

Lien vers la fiche des œuvres

Lien vers le site de l’artiste

Lien vers le site de l’hôpital

L’artiste Jakob Gautel à l’hôpital Robert-Debré, 19e

6 Mai

© Pauline Masson – FMAC, Paris.

© Pauline Masson – FMAC, Paris.

Mardi 10 mars 2015, l’artiste d’origine allemande Jakob Gautel rend visite aux élèves hospitalisés du centre scolaire de l’hôpital Robert Debré (19e) à la médiathèque où ses papiers peints Présence 1, Présence 2, La jungle, Le Pierrot, Envol, Feuilles mortes, Le doigt de dieu et Le papillon (2003) sont présentés.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

Jakob Gautel est un artiste pluridisciplinaire qui s’exprime à travers la photo, la vidéo, l’installation, la performance, etc. Pour lui « être artiste, c’est regarder le monde les yeux ouverts et rendre visible, audible, sensible, compréhensible la réalité». 1

DSC04153

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

L’artiste projette d’autres papiers peints où des petits personnages ou des objets dessinés sont dissimulés dans les motifs répétitifs. « L’’idée des papiers peints est en quelque sorte de montrer qu’il y a toujours une deuxième strate de réalité derrière la surface : des personnages apparaissent derrière les fleurs des papiers peints, des éléments se cachent dans les ornements et changent le sens des arabesques décoratives. Pour moi, une image est toujours une projection. Nous nous projetons dans une image, nous y entrons par nos yeux et notre esprit. »

© Pauline Masson – FMAC, Paris.

© Pauline Masson – FMAC, Paris.

Avec des feutres poscas, les enfants dessinent des parties de leurs corps : mains, têtes, etc.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

 

Dans le même temps, l’artiste prend des photos des mains des enfants, les imprime et découpe. Il les a ensuite mis en scène dans la médiathèque créant une installation.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

© Loan N’Guyen – FMAC, Paris.

Pour l’artiste, ces petites mains sont « une façon très inspirante et ludique d’explorer l’espace d’une autre manière, de se projeter dans l’espace, et ainsi de se le réapproprier. » On peut désormais voir ces petites mains qui sortent des fenêtres à la médiathèque de l’hôpital Robert Debré.

Lien vers la page des œuvres

(1)Lien vers le site de l’artiste

Lien vers le site du centre scolaire de l’hôpital

20e, Intervention de l’artiste Jakob Gautel lors des portes ouvertes du collège Françoise Dolto

9 Juil

Proviseur : Philippe Pradel
Proviseur adjoint : Dominique Auvigne
Documentaliste : Noëlle Moulin
Médiatrice : Fanny Chassang

Le CDI du collège Françoise Dolto accueille depuis le début de l’année scolaire des œuvres de Jakob Gautel. Ces morceaux de papiers peints accrochés aux murs révèlent, lorsqu’on les regarde avec attention, des détails dissimulés parmi les motifs, ajoutés par la main de l’artiste, qui en modifient les apparences, et bousculent la perception de celui qui observe. Des personnages, des objets, se sont glissés dans ces motifs a priori banals, et poussent à leur réinterprétation.DSC01035

A l’occasion des portes ouvertes du collège le samedi 21 juin, l’artiste est venu présenter ces œuvres aux élèves et personnel du collège, mais aussi aux visiteurs extérieurs. Les groupes se sont montrés très intéressés par ses explications. Jakob Gautel leur a ensuite présenté d’autres parties de son travail en leur montrant notamment le Détecteur d’anges qu’il avait apporté, pièce qui s’allume lorsqu’ « un ange passe » ou que le silence se fait.

  DSC01044 DSC01050

Voir l’œuvre de Jakob Gautel

Site de l’artiste Jakob Gautel

18e, atelier « Immersion » au collège Marx Dormoy

13 Juin

Principale : Véronique Dupayrat
Professeur d’Arts plastiques : Rodolphe Rino
Médiatrice culturelle : Sarah Gautier

Les collégiens ont réfléchi à la notion de réalité, à partir de l’œuvre d’Édouard Boyer accrochée dans le collège : De la réalité. Ils ont tout d’abord effectué des croquis préparatoires : il s’agissait en effet, à partir d’un carton vide de montrer leur propre réalité. Les élèves ont ensuite travaillé en groupe afin d’immerger l’observateur dans la réalité telle qu’ils la conçoivent et ont présenté leur travail à l’oral.

Dans la classe de 5e, un groupe a choisi de représenter la nature afin de nous y sensibiliser. Un autre groupe évoque, par quatre saynètes en relief, la réalité d’aujourd’hui : « il y a la guerre dans certains pays », la pollution, la technologie, « on ne peut pas tout avoir ». Nombreux sont les élèves qui évoquent à travers leurs travaux le temps qui passe, le temps des hommes en regard du temps de l’univers.

En classe de 4e, un groupe de 4 élèves a choisi de diviser la boîte en carton en 4 parties afin que chacun puisse exprimer sa propre réalité en 3 dimensions. Un carton a été monté sur pilotis car « la réalité tient debout », une boîte sur laquelle est dessiné le globe terrestre suspendu dans la galaxie nous rappelle la petitesse de l’homme.

Lien vers l’œuvre d’Édouard Boyer