Paris.fr
Accueil
Archives de Tag : #FMAC à l’école 2009-2010

11e, oeuvre de Jean-Michel Pancin à l’ école élémentaire, 17 rue Alphonse-Baudin

30 Nov

Classes de CM1 et CM2
Directrice : Floria Battestini
Professeur d’arts plastiques : Marit Raae
Enseignantes: Julie Berge et Audrey Ablondi
Médiatrices : Natalia Patiño Ramirez et Florencia Giusti


Là-bas, toutes les villes, montagnes et glaciers…, affiche imprimée composée de textes, photographies, dessins, réalisée par les élèves

 

 

Les enfants ont écrit et conçu un carnet de bord relatant un voyage imaginaire. Au cours de celui-ci, un événement insolite est survenu et, par hasard, ils se sont retrouvés comme téléportés dans l’oeuvre de Jean-Michel Pancin, la Terra incognita, qu’ils ont explorée. Certaines  histoires étaient rédigées avec un alphabet inventé. Pour réaliser ce voyage, les élèves se sont inspirés d’oeuvres visuelles et littéraires se référant aux notions de lieu et de déplacement : des promenades de Mathias Poisson, Portrait (Paris) de Guillaume Leblon, Spiral Jetty de Robert Smithson, Le petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry.

 

 

Ils ont également fabriqué des cadres avec du carton et du plâtre, dans lesquels ils se sont mis en scène au cours d’une séance de prises de vues réalisées par le photographe du FMAC, dans une classe spécialement transformée en studio.

Lors de la « Journée de l’art contemporain à l’école » organisée un samedi, les enfants ont présenté eux-mêmes  leurs productions et l’oeuvre de l’artiste à leur famille. Un diaporama de leurs portraits et une vidéo montrant le processus de réalisation des cadres étaient également diffusés. Les parents étaient très étonnés du travail accompli.

 

 

Mises en scène dans un cadre.
Photographies © Christophe Noël, FMAC/Ville de Paris, Natalia Patiño Ramirez et Florencia Giusti.

 

 

11e, oeuvre de Mathieu Pernot à l’école élémentaire, 14 rue Titon

30 Nov

Classes de CE1 et CM2
Directrice : Hélène Quenor
Professeur d’arts plastiques : Marie-Aël Verrier-Suzuki
Médiatrices : Sarah Michel et Loan Nguyen

 

Scène du quotidien, avant et après, photographie et crayon sur papier kraft, réalisé par Ariane.

 

Les enfants de CE1 ont travaillé sur la thématique de la ville idéale. Ils ont découvert différentes architectures du XXe siècle – les constructions de Gaudí, l’Arche de La Défense de von Spreckelsen, la Cité radieuse de Le Corbusier – puis ont fabriqué des maquettes de quartiers en carton pour les assembler et élever une ville imaginaire. Peintes avec des couleurs primaires, elles font référence aux principes modernistes, au travail de Mondrian et de Le Corbusier.

 

Scène du quotidien, avant et après, photographie et crayon sur papier kraft, réalisé par Ambre.

 

En CM2, chaque élève s’est vu confier un appareil photographique pour réaliser un reportage sur son quotidien, par exemple le trajet de l’école à la maison, les devoirs, la soirée. À partir d’un tirage, les enfants ont travaillé sur le processus du photomontage en s’inspirant de l’effet Koulechov (sens des images les unes par rapport aux  autres) : il s’agissait d’imaginer et de dessiner les événements survenus avant et après la prise de vue. Mathieu  Pernot a rendu visite aux enfants ; ils l’ont interrogé sur sa technique, le choix du sujet, son métier, ses projets d’exposition et lui ont présenté leurs nouvelles connaissances : l’inventeur de la photographie (Nicéphore Niepce) et certains de ses principes (la perspective, la déformation de l’image, la vue en plongée et en contreplongée).

 

Nature morte au verre de lait et aux biscuits, photographiée par Polly .



Des journalistes de la Ville de Paris ont réalisé un reportage retraçant les différentes étapes de l’exposition,  diffusé sur www.paris.fr

 

Poissons dans un bocal, photographiée par Ariane .



Photographies © Christophe Noël, FMAC/Ville de Paris.

 

11e, oeuvre de Roderick Buchanan à l’école élémentaire, 13 rue Froment

30 Nov

Classes de CM1 et CM2
Directrice : Françoise Drouin
Professeur d’arts plastiques : Manuel Jumeau
Médiatrice : Anaïs Zabala

 

 

Les élèves de la classe de CM1 se sont initiés à l’autoportrait. Des prises de vues de leur visage ont servi de modèle pour expérimenter la technique de la gravure. Ils se sont rendus dans un atelier, où, à l’aide d’une pointe sèche qui se manie comme un crayon, ils ont gravé leur portrait d’après un calque sur une plaque de zinc de petit format (10 x 15 cm). Ils ont gratté et frotté le métal pour faire ressortir les traits et les ombres. Les travaux ont été encrés et imprimés sur papier.

 

 

Au musée Bourdelle, les élèves de CM2 ont découvert l’œuvre du sculpteur. Installé devant une oeuvre de son choix, chacun l’a dessinée sur un carnet de croquis. De retour à l’école, des portraits photographiques des enfants ont été réalisés et imprimés en noir et blanc. En s’inspirant du travail de Roderick Buchanan, chacun a collé son visage sur une feuille puis s’est appliqué à redessiner le corps de la sculpture en l’ajustant à sa propre tête. La démarche de l’artiste était ainsi reproduite : établir le lien entre deux images en les associant dans une même production plastique. Cet atelier leur a également  permis de découvrir les techniques de deux artistes de deux époques différentes.

Autoportraits, crayon sur papier. Photographies © Christophe Noël, FMAC/Ville de Paris.

 

 

19e, Yona Friedman à l’école élémentaire, 10 rue Henri Noguères

30 Nov

Classe de CE2
Directeur : Jacques Macry
Professeur d’arts plastiques : Cyril Lambert
Médiatrice : Maud Tainturier


Un enfant dessine sa ville imaginaire. Photographie © Christophe Noël, FMAC/Ville de Paris.

 

« On dirait un nuage », « Ça ressemble à des routes », telles ont été les premières impressions des enfants à la vue de l’oeuvre. Ils se sont interrogés sur le sens du titre – Gribouillis, Ville Spatiale – et son étrange enchevêtrement de fils de fer. Ces questions ont été l’occasion d’aborder le travail de Yona Friedman et ses projets architecturaux qui, pour la plupart, demeurent à l’état de dessins sur papier et dans l’espace.
Lors d’un atelier de maquettes, chacun a fabriqué un quartier imaginaire en feuilles plastifiées, constitué d’immeubles, de rues, ponts et tunnels, puis, à l’aide de fils d’aluminium, a matérialisé tous les trajets qu’il aimerait emprunter. Les constructions transparentes s’effacent pour mettre en évidence des réseaux de communication possibles. L’ensemble des travaux, assemblés pour former une grande ville, a été installé à côté de l’oeuvre.

13e, oeuvre de Pavel Wolberg à l’école élémentaire, 9 rue Auguste-Perret

30 Nov

Classes de CE1, CE2 et CM2
Directeur : Yvan Estrach
Professeur d’arts plastiques : Lucie Pierre
Médiatrices : Anne Baugey et Anaïs Zabala

 

Atelier autour de l’oeuvre de Pavel Wolberg

 

La photographie, choisie pour son esthétisme, a suscité des interrogations au sein de l’équipe pédagogique. Comment vont réagir les enfants face à la présence d’un soldat armé ? Qu’allons-nous leur dire ? Faut-il parler du conflit israélo-palestinien ?

 

Montages (domaine de Chambord), dessins, papiers collés sur photographie imprimée.



Apprendre à regarder et à analyser une image constituait le point de départ de l’approche de l’œuvre. Les enfants ont entrepris un travail de rédaction fondé sur des questions : qui est le personnage, que fait-il, où la photographie a-t-elle été prise, que s’est-il passé avant sa prise de vue ?  Après avoir expérimenté l’analyse d’une image des points de vues artistique et journalistique et réalisé un dessin préparatoire, ils ont mis en scène un objet personnel (une paire de lunettes, des stylos, une boîte de CD, une corde, etc.) dans la cour de l’école et l’ont photographié avec un appareil argentique. Cela leur a permis d’appréhender diverses manières de montrer un détail en photographie et de concevoir un cadrage hors de la facilité apparente de l’image numérique.

 

Atelier autour de l’oeuvre de Pavel Wolberg

Ces activités ont conduit les enfants de CE1 à remarquer les éléments importants de l’œuvre,  ceux de CE2 à  comprendre  et justifier leur présence et en CM2 à faire appel à l’imagination et créer des liens entre l’image et son contexte.

 

Photographies   © Christophe Noël, FMAC/Ville de Paris.