Paris.fr
Accueil
Archives de Tag : #FMAC à l’école 2015-2016

Le FMAC à l’école aux Journées Européennes du Patrimoine

16 Sep

Les travaux des élèves en face de L’herbier de Shelagh Keeley © Christel Courtois – FMAC, Paris

Les travaux des élèves en face de L’herbier de Shelagh Keeley © Christel Courtois – FMAC, Paris

Dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, le FMAC a exposé des œuvres de sa collection à l’Hôtel de Ville dans les salons du 1er étage et dans le bureau de la Maire. Une partie était consacrée au « FMAC à l’école » et plus particulièrement aux travaux réalisés par les élèves de l’école élémentaire Damrémont, 65 rue Damrémont dans le 18e arrondissement.

Pour cette 6ème édition du « FMAC à l’école », les élèves de l’école élémentaire Damrémont ont travaillé autour de l’œuvre L’herbier de Shelagh Keeley. Toutes les classes ont imaginé des projets en lien avec le sens du toucher grâce au travail des matières. À partir d’encre, de cire, de collages de matériaux recyclés, de papiers et de plastique, les élèves ont réalisé des vêtements tactiles ou végétalisés, des costumes de fête ou de héros…

Reproductions des travaux des élèves de l’école élémentaire 65 rue Damrémont (18e) © Luna Violante – FMAC, Paris

Reproductions des travaux des élèves de l’école élémentaire 65 rue Damrémont (18e) © Luna Violante – FMAC, Paris

Pour en savoir plus sur les Journées Européennes du Patrimoine à Paris, consultez le site de la mairie de Paris.

Exposition du travail des élèves de l’école maternelle 46 rue Boulard dans le 14e

7 Sep

Exposition des travaux d’élèves faisant face à l’œuvre de Raphael Zarka © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Exposition des travaux d’élèves faisant face à l’œuvre de Raphael Zarka © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Le samedi 18 juin 2016, l’école Boulard a ouvert ses portes aux parents d’élèves, afin de faire découvrir les travaux réalisés par ces derniers autour de l’œuvre de l’artiste français Raphaël Zarka, intitulée Déduction de Sharp, 2.

"Déduction de Sharp" de Raphaël Zarka à l'école maternelle Boulard (14e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

« Déduction de Sharp » de Raphaël Zarka à l’école maternelle Boulard (14e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

Raphaël Zarka fait de l’appropriation une méthode de travail. Ses sculptures sont souvent des répliques ou des reprises inspirées de travaux scientifiques. Avec Déduction de Sharp, l’artiste s’est intéressé à Abraham Sharp, mathématicien anglais qui publia en 1718 Geometry improved.

Pendant la semaine des vacances de Pâques, les élèves ont réalisé de nombreux travaux dans le cadre d’ateliers animés par la médiatrice stagiaire du Fmac, Marta Ilic et Lineda D’Haity, animatrice du centre de loisirs.
À la suite, un autre atelier a été réalisé par Daphné Le Bars, médiatrice stagiaire au Fmac.
La premiere approche a été de chercher dans l’établissement scolaire des formes géométriques comme le montre Raphael Zarka dans son œuvre.

À partir de boites recyclées, une classe de petite et moyenne sections a travaillé sur le vide. Les élèves ont fabriqué des sculptures en laissant des espaces vides lors de l’empilement de celles-ci. Le travail le plus important était alors de créer des fenêtres sans découper les boites.

Une autre classe de petite section s’est intéressée au vide en réalisant des cadres à partir de boites de cartons.

Travaux des élèves de petite section sur la création du vide au moyen de cadre © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Travaux des élèves de petite section sur la création du vide au moyen de cadre © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Pour la classe de grande section, le travail s’est tourné autour de la mosaïque, des gommettes et des formes géométriques. L’importance de la couleur est très remarquée dans tous ces projets.

Pour en savoir plus sur l’œuvre de Raphaël Zarka, consultez son site Internet.

Exposition du travail des élèves du collège Françoise Dolto, 354 rue des Pyrénées (20e arr)

29 Juil

Cette année, le collège Françoise Dolto a travaillé autour de la série de photographies de Raymond Depardon intitulée « La France ».

Installation de la série "La France" de Raymond Depardon au CDI du collège Françoise Dolto (20e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

Installation de la série « La France » de Raymond Depardon au CDI du collège Françoise Dolto (20e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

Dans un premier temps, les élèves ont décrit les photographies présentes dans leur établissement. Les élèves pouvaient décrire tout simplement, mais aussi s’imaginer une petite histoire : « peut-être qu’une femme habite ici », « Je pense que c’est un lundi matin », « Il a fermé boutique », etc…

Suite à cela, les élèves ont sélectionné un élément dans l’image photographique: un objet qui leur semblait important, le plus graphique ou au contraire un élément inutile. Ces éléments ont été redessinés sur une feuille blanche au format A3, décontextualisés de leur environnement afin de créer une image dans le vide, comme un flash, laissant place à l’imagination.

Certains travaux ont été disposés sous le travail de Raymond Depardon au CDI

Travaux d’élèves présentés sous les photographies de Raymond Depardon © Solène Simon – Fmac, Paris

Travaux d’élèves présentés sous les photographies de Raymond Depardon © Solène Simon – Fmac, Paris

 

Exposition du travail des élèves du collège Françoise Seligmann, 21 rue Sambre et Meuse (10e arr.)

29 Juil

Le 7 juin 2016, le collège Françoise Seligmann a ouvert les portes de son CDI afin de faire découvrir les travaux réalisés par les élèves autour de l’œuvre de l’artiste mounir fatmi, Connexion Joseph Anton.

"Connexion Joseph Anton" de mounirfatmi au CDI du collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani - FMAC, Paris

« Connexion Joseph Anton » de mounirfatmi au CDI du collège Françoise Seligmann (10e) © Claire Boustani – FMAC, Paris

mounir fatmi reprend au moyen de cette œuvre la question de la liberté d’expression et de la dangerosité que peuvent soulever les débats sur la religion. Il choisit le pseudonyme « Joseph Anton », qui est une contraction du prénom des auteurs qu’il aime : Joseph Conrad et Anton Tchekov, écrivains anglais et russe du XXe et du XIXe siècle.

Au cours de cette année scolaire, quatre classes de CM1-CM2 de l’école St Maur, sont venues découvrir l’œuvre Connexion Joseph Anton. Le 7 et 8 mars 2016, les CM1-CM2 de l’école élémentaire St Maur ont rencontré des élèves de 3e ayant travaillé sur l’œuvre.

Le travail de cette année scolaire a été développé autour de la liberté d’expression en cours de Français et d’Histoire et sur la réappropriation de l’objet en cours d’Arts Plastiques.

Travaux d’élèves et œuvre de mounir fatmi © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Travaux d’élèves et œuvre de mounir fatmi © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

En raison d’un manque de place, une double projection dans le CDI permet de montrer les projets réalisés par les collégiens au cours de cette année scolaire.

Double projection et sculptures des élèves sur les tables du CDI © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Double projection et sculptures des élèves sur les tables du CDI © Jeanne Fauquenot – Fmac, Paris

Face à ces projections, des sculptures à base de livres sont exposées sur de nombreuses tables du CDI.

D’autres travaux en lien avec la « double personnalité » de Joseph Anton sont présentés sur des grilles avec le photomontage des deux visages.

 

Une recherche sur le livre et la réappropriation d’une œuvre a mené les élèves du collège Seligmann à visiter l’exposition Anselm Kiefer à la Bibliothèque Nationale de France (du 20 octobre 2015 au 7 février 2016).

Les travaux de réflexion des élèves sur les œuvres de cet artiste mais plus largement autour de différentes œuvres ayant le livre comme élément central ont été exposées.

DSC06304m

Pour en savoir plus sur l’œuvre de mounir fatmi, consultez son site Internet.

 

 

L’artiste Anita Molinero à l’école polyvalente Maurice Genevoix (18e)

29 Juil

Le lundi 13 juin 2016 dans la matinée, l’artiste Anita Molinero s’est rendu à l’école publique Maurice Genevoix pour présenter son travail aux élèves et plus particulièrement son œuvre Sans titre (borne de chantier), exposée à l’école depuis le mois de décembre.

Sans titre (borne de chantier), Anita Molinero © Jeanne Fauquenot – FMAC, Paris

« Sans titre (borne de chantier) », Anita Molinero © Jeanne Fauquenot – FMAC, Paris

La présentation a débuté par une explication de son œuvre et sa démarche artistique aux élèves de petite et de grande sections. C’est ainsi que l’on a appris qu’Anita Molinero préfère « travailler avec des dragons qu’avec des princesses », phrase en lien avec sa pratique artistique puisqu’Anita Molinero utilise le feu afin de réaliser ses sculptures. Suite à cela, les élèves ont eu de nombreuses questions à poser à l’artiste.

Présentation de l’œuvre par l’artiste © Jeanne Fauquenot – FMAC, Paris

Présentation de l’œuvre par l’artiste © Jeanne Fauquenot – FMAC, Paris

Puis les élèves de petite et grande sections ont souhaité montrer et expliquer leurs réalisations à l’artiste au moyen d’une restitution des travaux des élèves exposés en face de l’œuvre d’Anita Molinero.

L’artiste est revenue sur le fait d’être présente aujourd’hui car les remarques des enfants apportent quelque chose à son œuvre et ces élèves symbolisent une forme de liberté qui n’est pas anodine.

Anita Molinero découvre la restitution des travaux d’élèves réalisés par les classes de petite et grande section © Jeanne Fauquenot – FMAC, Paris

Anita Molinero découvre la restitution des travaux d’élèves réalisés par les classes de petite et grande section © Jeanne Fauquenot – FMAC, Paris

Suite à cette première intervention, l’artiste est intervenue auprès d’une classe de CM1.

 

L’artiste explique aux élèves comment elle a réalisé sa sculpture © Jeanne Fauquenot – FMAC, Paris

L’artiste explique aux élèves comment elle a réalisé sa sculpture © Jeanne Fauquenot – FMAC, Paris

Anita Molinero a présenté plus en détails son œuvre, ses inspirations, son métier d’artiste. D’après l’artiste, elle s’inspire de la rue. « Les artistes sont des témoins de l’époque dans laquelle ils vivent ». Pour revenir à sa sculpture, Anita Molinero a choisi cette forme pour sa sculpture car elle est l’expression de la colère au sein de la ville à l’image des bulles dans les bandes dessinées. La couleur rouge renforce cette expression de colère et d’interdit.

À cette présentation de nombreuses questions ont été posées par les élèves : « Qui vous a inspiré ? », « Quand vous étiez enfants vous vouliez faire quel métier ? Et maintenant vous faites quoi ? », « Ça fait combien de temps que tu fais de la sculpture ? », « Est- ce que vous partez de vos émotions pour réaliser vos œuvres ? »…

Anita Molinero répondant aux nombreuses questions des élèves de CM1 © Jeanne Fauquenot – FMAC, Paris

Anita Molinero répondant aux nombreuses questions des élèves de CM1 © Jeanne Fauquenot – FMAC, Paris

Cette rencontre a été très enrichissante pour les élèves qui ont pu découvrir la dimension technique d’une œuvre et l’apport de l’art dans la société.

L’artiste semble avoir également trouvé une idée pour l’hommage qu’elle souhaite rendre à un artiste de référence dans sa démarche artistique. Pour en savoir plus sur l’artiste, consultez son site internet.