Paris.fr
Accueil

"Peurs sur la ville"

20 Jan

Paris ville mythique. Drôle, tendre, belle, très belle même, passionnée et passionnante, innovante, … autant de termes qui honorent Paris sous ces facettes les plus joyeuses.
Construite autour d’images chocs, visant le coté sombre de cette ville lumière, l’exposition « Peur sur la ville » tranche largement avec la vision paillette que suscite la simple évocation de ce nom, Paris.
S’articulant autour de 3 points de vue, les photos d’archives de Paris Match, la série Paris Street View de Michael Wolf et Guerre ici de Patrick Chauvel, le spectateur est invité à réfléchir sur une violence psychologique que nous ne soupçonnons pas et à se projeter dans une fiction dramatiquement réaliste de conflits mis en scène dans Paris. Cette violence interpelle, inquiète, effraie.

© Patrick Chauvel / photomontage Paul Biota

Scènes de pillage pendant l'opération « Just Cause », qui correspond à l'invasion américaine de Panama pour capturer le général Noriega, en 1989. © Patrick Chauvel

Patrick Chauvel, grand reporter engagé et témoin des plus importants conflits mondiaux depuis quarante ans, propose une série de photo-montages inédits. Son travail est une projection de la guerre à Paris : il transpose ses clichés les plus frappants devant les monuments emblématiques de Paris. Notre Dame est envahie par des combattants canadiens, une jeune femme est tuée par un sniper serbe devant l’Assemblée Nationale ou encore des tankistes russes gisent sur le parvis du Trocadéro. Patrick Chauvel rappelle que les conflits, si souvent banalisés dans l’actualité, sont plus proches que ce que l’on pense.

Image de prévisualisation YouTube

« Aujourd’hui, comme il est pratiquement impossible d’obtenir des journaux des garanties pour partir couvrir les conflits, Patrick a eu cette idée formidable : « Amener la guerre à Paris ». Dans son expo « Guerre ici », on voit les photos de guerre de Patrick superposées aux décors historiques des rues de Paris ; ainsi, le public peut découvrir le visage de la guerre et sa dévastation. » Göksin Sipahioglu, fondateur de l’agence SIPA

PSV 09, Série Paris Street View © Michael Wolf, Courtesy La Galerie Particulière, Paris

Réalisées à partir de captures d’écran du logiciel « Street view » créé par Google, les images de Michael Wolf font surgir une violence urbaine contemporaine, banalisée et méconnue. Ce sont aujourd’hui des témoins virtuels qui s’emparent des images de notre quotidien : les agressions de la circulation, un couple qui s’embrasse, une passante qui court, un homme qui réajuste sa tenue à l’abri des regards… Ces photographies pixelisées capturent des scènes de notre vie privée, et distillent une violence psychologique de tous les instants en étant accessibles à tous sur l’Internet.

« Les photographies de Michael Wolf portent en elles les signes évocateurs d’une nouvelle forme de violence dans la ville, dans laquelle l’objectif – qu’il soit celui d’un artiste, d’un journaliste ou d’un automate lié à un logiciel Internet – devient de plus en plus intrusif. »  Guillaume Foucher, directeur de la Galerie Particulière

6 mai 1968, un manifestant bombarde les policiers © Georges Melet, archive Paris Match

La Libération, la guerre d’Algérie, Mai 68, les attentats des années 80 et 90, ou encore les émeutes de 2005… Ces évènements ont donné lieu à des images bouleversantes dans Paris, gravées dans les mémoires. Les clichés des photographes de Paris Match, témoins de l’Histoire, nous permettent de redécouvrir ces moments chocs provoqués par les malaises de notre société. Nous sommes amenés à porter un autre regard sur Paris, théâtre des passions : les grandes causes, les combats, les luttes en France se font dans sa capitale.

« Un oeil précieux pour dire et montrer la réalité sans masque. Ici, dans cette partie de l’exposition, guidés par Paris Match, vous découvrirez et retrouverez, à travers une sélection de photographies majeures, quelques-unes des tragédies qui ont fait l’âme de Paris (…) Des photos à vif pour ne pas oublier la mémoire des hommes.Parce que la vie est une histoire vraie. »  Olivier Royant, directeur de la rédaction de Paris Match

« Peur sur la ville » à la Monnaie de Paris

Jusqu’au 17 avril 2011

11 quai de Conti
75006 Paris
Téléphone : 01 40 46 56 66
www.monnaiedeparis.fr
HORAIRES D’OUVERTURE
Tous les jours de 11h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h30
Fermeture le lundi
TARIFS
Plein tarif : 6 €
Tarif réduit : 4€
ACCÈS
Bus 21, 24, 27, 58, 70 : arrêt Pont-Neuf
Métro ligne 7 : station Pont-Neuf – La Monnaie / Métro ligne 4 : station Saint Michel
RER A, B, C, D : station Saint Michel ou Châtelet les Halles
Vélib : stations 41 quai de l’Horloge, 7 rue du Pont de Lodi ou 1 rue Jacques Callot

Share

One Response to “"Peurs sur la ville"”

  1. endeadade 11 février 2011 at 15 h 59 min #

    This is definitely a excellent web page, I am just very joyful I ultimately revealed this considering I was on the search for this for an unbelievably long time.

Leave a Reply