Paris.fr
Accueil
Archive | septembre, 2011

Photoquai 2011

29 Sep

 

© Sergei Loier © musée du quai Branly Photoquai 2011

 

Quarante-six photographes pour vingt-six pays représentés.
La 3e édition de Photoquai, ne manque pas de piquant. Voilà une biennale qui nous en met de nouveau plein la vue.  Véritable voyage aux quatres coins du monde, à travers 400 photographies aussi différentes les unes des autres. Certaines sont superbes, d’une force incroyable et l’on s’attarde moins sur d’autres. Mais qu’importe, ce melting pot visuel  et international est l’essence même de ce qu’est la photographie d’aujourd’hui. Comme tant d’autres,  ce qui est vraiment chouette avec cette expo hors les murs et dans la rue, c’est qu’elle touche le plus grand monde. En prise directe avec le public. Les barrières d’un lieu qui se voudrait élitiste, tombent.
Et c’ est sympathique d’entendre le ressenti de monsieur et madame tout le monde, vous et moi sommes toutes, face à ce tourbillon visuel.
Point de blabla, que de l’émotion…

 

© Nicène Kossentini  © musée du quai Branly Photoquai 2011

© Nicène Kossentini © musée du quai Branly Photoquai 2011

 

© James K Lowe © musée du quai Branly Photoquai 2011

© James K Lowe © musée du quai Branly Photoquai 2011

 

© Maitree Siriboon  © musée du quai Branly Photoquai 2011

© Maitree Siriboon © musée du quai Branly Photoquai 2011

 

© Mingyi Luo   © musée du quai Branly Photoquai 2011

© Mingyi Luo © musée du quai Branly Photoquai 2011

© Cia de Foto © musée du quai Branly Photoquai 2011

© Cia de Foto © musée du quai Branly Photoquai 2011

 

©  Julian Lineros  © musée du quai Branly Photoquai 2011

© Julian Lineros © musée du quai Branly Photoquai 2011

 

© Camille Zakharia © musée du quai Branly Photoquai 2011

© Ka Xiong © musée du quai Branly Photoquai 2011

 

Pour ceux qui ont du temps et que l’antre d’un musée ou galerie n’effraie pas, la biennale propose également différentes rencontres, débats, projections, conférences et activités culturelles au sein des différents lieux participant à Photoquai 2011.

Une cabine photomaton est aussi présente sur la biennale, l’occasion de se faire « shooter » entre amis, en famille ou seul pourquoi pas !

 

 

Le catalogue de la biennale, beau livre et mémoire de la manifestation, répertorie l’ensemble des photographes présentés sur les quais, ainsi que les expositions des partenaires.

PHOTOQUAI 2011 Coédition musée du quai Branly/Actes Sud / 300 illustrations,264 pages / 30 € / Langue :  français/anglais

 

 

L’exposition des photographies présentées sur le quai Branly est accessible gratuitement, 24h/24, tous les jours, jusqu’au 11 novembre 2011.

Plus d’infos pratiques sur les différents lieux participant à la biennale

 

© Ka Xiong © musée du quai Branly Photoquai 2011

© Ka Xiong © musée du quai Branly Photoquai 2011

Share

La Femme par Albert Watson

27 Sep

Copyright : Albert Watson Exposed courtesy acte2galerie

Jennifer 2011. Copyright : Albert Watson Exposed courtesy acte2galerie

Aujourd’hui,  je  vous présente une très belle expo à ne louper sous aucun prétexte. EXPOSED, une exposition de nus, et non des moindres : celle d’Albert Watson, maître en la matière . De vrais beaux nus, à l’esthétique léchée, pour de très grands tirages à la qualité exceptionnelle.

Petit récap’ : Albert Watson est un photographe de renommée mais rarement exposé en France. Deuxième expo dans nos contrées pour être précise. D‘où l’incitation à vous précipiter. Il a fait maintes fois la couverture des plus grands magazines de mode comme « Vogue », « Vanity Fair » ou bien encore « Rolling Stone ». Le « monsieur » est plutôt spécialisé dans la prise de vue de célébrités (de certains rappeurs à la famille royale d’Angleterre !) et de pub (Gap, Revelon, Chanel …). Watson est aussi un voyageur qui a parcouru le monde durant 30 ans. Nous connaissons aussi ses magnifiques photos de paysages comme celle sur le Maroc, ou ses clichés sur la Ville qu’il affectionne particulièrement. Sa série sur Las Vegas en est un bon exemple.

Pour l’heure, on ne peut rester insensible à la série de nus dans l’eau qui a été spécialement réalisée pour cette exposition. L’acte2galerie nous gâte. Vraiment. On reste hypnotisé par cette féminité toute puissante que certains décrivent comme un éloge à la fragilité, à la vulnérabilité. Je n’irais pas jusque là bien au contraire, ne ressentant aucune fragilité dans cette position féminine. De la sérénité oui, de l’assurance et de la fierté même de se livrer ainsi femme. Aussi femme. Dans ce qu’elle a de grandiose, comme par exemple,  cette  série dans l’eau. Quant à la série en noir et blanc, dont certains clichés sont devenus mythiques, elle ne cesse de nous séduire tant l’éloge de la beauté est à son paroxysme. Le talent de tireur du photographe n’étant pas étranger à cette quasi perfection de cette représentation de la féminité. Quelle femme ne rêverait-elle pas d’être une de ses femmes …?

 

Copyright : Albert Watson Exposed courtesy acte2galerie

Frederique Van Der Wal, New York City,1996. Copyright : Albert Watson Exposed courtesy acte2galerie

 

Copyright : Albert Watson Exposed courtesy acte2galerie

Amira, Paris, 1988. Copyright : Albert Watson Exposed courtesy acte2galerie

 

Copyright : Albert Watson Exposed courtesy acte2galerie

Nude1b. Copyright : Albert Watson Exposed courtesy acte2galerie

Vous l’aurez compris, je me suis régalée.  Le beau pour le beau, cela fait du bien. Ne vous  privez surtout pas.

Et pour les amateurs/collectionneurs d’art , car il s’agit bien là d’oeuvres d’art, les prix selon le format, entre 6000€ et 20 000€  restent élevés mais …

 

 

acte2galerie
41, rue d’Artois
75008 Paris
Téléphone: +33 (0)1 42 89 50 05
Email: acte2photo@aol.com

Share

"In Memoriam"

23 Sep

Dix ans et quelques jours. Déjà. Dix ans que l’horreur s’est abattue sur les Etats-Unis, 10 ans que notre monde, l’idée que l’on s’en fait n’est plus la même. Comment imaginer l’impensable ? Aurait-on pu ou eu le droit d’imaginer l’Homme capable (de nouveau) de pareils actes. Quel qu’il soit. Non. Et pourtant.

 

Copyright : Robert Clark / Institute

 

Le 11 septembre 2001, 4 avions lancés dans une folie meurtrière marqueront l’histoire à jamais. Deux de ces avions finiront leur « course » sur le Pentagone pour l’un, en Pennsylvanie pour l’autre. Quant aux New-Yorkais, c’est à 8h46 puis à 9h03, qu’ils ont vécu, de plein fouet, cette horreur. Les deux autres avions se sont écrasés sur les tours du World Trade Center.

Parmi cette population démunie face à l’inimaginable, des journalistes et des photographes. Tous ceux qui ont souhaité témoigner par les mots ou par l’image décrivent l’horreur bien sûr, mais aussi cet incroyable élan de solidarité qui rapprochait la population dans l’épreuve. Au delà de la souffrance, des visages déchirés et meurtris des survivants, pouvaient se lire dans chaque geste ou dans chaque parole porté à l’autre, cet incroyable hymne à la vie, cette puissante fratenité qui les rapproche à jamais.
Pour les 10 ans de cette inoubliable date, la galerie Polka propose une collection collective «New York- New York ». Robert Clark, Klaus Reisinger, Allan Tannenbaum, Jean-Michel Turpin, Ethan Levitas et Reza, témoignent avec émotion de ce qu’ils ont vu et surtout vécu à New York ce jour là, et ce qu’est cette ville en 2011. L’exposition de ces regards permet une lecture globale et essentielle de cette catastrophe, car chacun raconte un moment précis mais différent des quelques heures qui ont suivi les « crashs » .

Robert Clark, les avions s’encastrant dans les tours, Allan Tannenbaum le chaos du pied des tours ou Ethan Levitas la ville reconstruite et fière 10 ans après.

Copyright : Klaus Reisinger / Signatures

Klaus Reisinger, qui se trouvait au pied des tours, quelques minutes seulement après l’effondrement de celles-ci, nous raconte, très ému lui aussi, comment il a parcouru les décombres, accompagné d’amis de fortune avant même l’arrivée des sauveteurs, risquant sa vie sans même se poser de question. « Une évidence » aimera t-il à me préciser plusieurs fois.
L’interview qui suit, fait part de cette situation d’urgence et des quelques heures que le photographe a passé dans ces décombres brulante, et immortalisées par les quelques rares photos.

[wpaudio url= »http://www.paris.fr/viewmultimediadocument?multimediadocument-id=106231  » text= »Ecouter l’interview de Klaus Reisinger » dl= »0″]

Copyright : Klaus Reisinger / Signatures

*****

Jean-Michel Turpin a posé son regard quelque jours après le drame sur la population new yorkaise en état de choc. Je l’ai rencontré et il a accepté avec beaucoup d’émotions dans la voix de me commenter ses photos et de faire remonter des souvenirs … qui paraissaient si tristement proches.

http://www.dailymotion.com/video/xl8qym

Copyright : Jean-Michel Turpin

[wpaudio url= »http://www.paris.fr/viewmultimediadocument?multimediadocument-id=106229  » text= »Ecouter l’anecdote de Jean-Michel Turpin sur un missing New Yorkais » dl= »0″]

Deux témoignages poignants, qui font écho à ceux des frères Naudet, réalisateurs français qui préparaient à l’époque un documentaire sur les pompiers, et à celui de Jacques Menasche, relatant la reconstruction et la rennaissance d’une ville, et que l’on découvre au fil des pages du magazine Polka.
Qu’a t-il bien pu se passer ce jour là ? où se situe la vérité ? La réponse est-elle réelement celle que l’on nous sert ? Je ne me risquerais pas à poser réflexion sur le pourquoi de cette catastrophe dans l’Histoire. L’éditorial d’Alain Généstar répondant à mon sens parfaitement à l’idée que je souhaite m’en faire. Des populations ont souffert, d’autres continuent de souffrir. Le 11 serptembre a tué, il continue de tuer …

Je ne peux donc que vous conseiller d’aller visiter cette exposition et de lire les lignes consacrées au 11 septembre dans le magazine éponyme.

D’autant que la galerie expose en même temps les photos d’Istanbul la merveilleuse, d’Ara Güler. J’ai un petit faible pour cette période de son travail ayant particulièrement été charmée par cette ville. Les photos datent des années 50-60, sont en noir et blanc et font un clin d’œil à celles de nos grands portraitistes de la vie quotidienne de ces années là, dont je ne citerais pas les noms. Göksin Sipahioglu, grand monsieur de la photo (avec qui j’ai eu la chance de travailler) nous parle dans le magazine Polka de ce photoreporter mais avant tout ami artiste  : « Il possède le talent extraordinaire de savoir en un instant, cadrer son sujet sans perdre un seul détail important, indispensable pour transmettre son message, pour rendre sa photo mémorable et pour faire passer l’universel dans la capture de l’éphémère ».

Copyright : Ara Güler

Autre clin d’oeil à Istanbul,  deux gigantesques photos d’Ahmet Ertug,  prises à la l’interieur de la basilique Sainte-Sophie. Dorures, fresques, détails d’architecture byzantine,  saisis à travers l’objectif d’une chambre, donnent aux clichés un parfum de faste oriental plus vrai que nature. D’autres clichés de l’artiste sont exposés sous les même formats, comme des vues de l’intérieur de l’Opéra Garnier.

Sainte-Sophie,Istanbul, Turquie 2011. Copyright : Ahmet Ertug

Je terminerais cette « visite » chez Polka en vous faisant découvrir les trois lauréats du prix Polka/SFR 2011.
Cette année, ce prix récompense trois  jeunes photographes qui ont travaillé sur le thème « Street Mode Photographie »

Toufik Oulmi :

Copyright : Toufik Oulmi

[wpaudio url= »http://www.paris.fr/viewmultimediadocument?multimediadocument-id=105818  » text= »Ecouter l’interview de Toufik Oulmi  » dl= »0″]

David Godichaud :

Copyright : David Godichaud

[wpaudio url= »http://www.paris.fr/viewmultimediadocument?multimediadocument-id=105810  » text= »Ecouter l’interview de David Gaudichaud » dl= »0″]

Frédéric Grimaud :

Copyright : Frédéric Grimaud

[wpaudio url= »http://www.paris.fr/viewmultimediadocument?multimediadocument-id=105811  » text= »Ecouter l’interview de Frédéric Grimaud » dl= »0″]

 

Quartes livres  complètent l’exposition et disponibles à la librairie de la galerie Polka :

************

Galerie Polka
12 rue Saint Gilles, 75003
Du mardi au samedi, de 11h à 19h30

Magazine Polka

En vente en kiosque et librairie

Share

Festival Circulation(s) 2011

20 Sep

Copyright : Tibly VATTARD

 

Je vous avais fait part ici et , de mon enthousiasme pour la première édition du Festival Circulation(s). 42 jeunes et talentueux  photographes y étaient présentés.
Pour rappel, Fetart,  galerie en ligne dédiée à l’exposition de la photographie contemporaine et à la découverte de jeunes artistes, propose avec ce  festival de nous faire découvrir la jeune photographie européenne, véritable panorama photographique de cette nouvelle génération d’artistes en ébullition.

Forte du succès de l’édition 2011, Fetart  lance la deuxieme édition qui aura lieu en mars 2012 à la galerie Côté Seine dans les Jardins de Bagatelle.

 

 

Un appel à candidature est lancé jusqu’au 30 septembre 2011.

Télécharger le dossier de candidature

Copyright : Anna SKLADMANN

<

Share

Photo d'Hôtel, Photo d'auteur

19 Sep

 

Qu’il est difficile de ne retenir qu’une seule photo d’un sujet photographié. Une seule, mais laquelle ? Il est d’actualité avec le numérique, de mitrailler un sujet.
La série fait l’oeuvre généralement.
Pour aller à l’inverse de ce raisonnement, le Prix Photo d’Hôtel Photo d’Auteur, propose de ne garder qu’une seule photo réalisée sur le thème alors proposé « Une nuit dans un hôtel de charme ».
Mais c’est quoi au juste ce prix ?
Proposer chaque mois de l’année à un photographe de passer une nuit dans l’un des cinq Hôtels de Charme Paris Rive Gauche. Libre à lui de laisser court à son imagination photographique. La nuit passée, 10 jours lui sont laissés pour choisir LA photo qui participera à ce prix. Un texte doit également accompagner cette image pour parfaire le projet.

Sont retenues à l’issue de cette année, 12 photos de 12 photographes différents. Le prix récompense alors un photographe.

Cette année,  Graziella Antonini s’est vu décerner le prix PHPA 2011.

« L’absence » de Graziella Antonini. Copyright : Graziella Antonini

 

Pour « parrainer  » ces 12 jeunes talents, une Carte Blanche est également donnée à un artiste, invité à produire une série photographique. Pour l’édition 2011, Elene Usdin, photographe plasticienne, a accepté l’invitation. Elle rend hommage à cinq femmes illustres, Juliette Récamier, l’impératrice Joséphine, Isadora Duncan, George Sand et Simone de Beauvoir, qui chacune incarne l’esprit des cinq Hôtels Paris Rive Gauche.

Image de prévisualisation YouTube

Découvrez la vidéo de Elene Usdin qui accompagne sa série photographique.

Le prix Virginie Clément, décerné par les équipes des Hôtels Paris Rives Gauche, récompense Angela Svoronou.

La Galerie  Esther Woerdehoff  expose jusqu’au 30 septembre les 12 photographies ayant participé à l’édition 2011, ainsi que  la carte blanche d’Elene Usdin. Du 3 octobre au 15 décembre, l’exposition se poursuivra à l’hôtel La Belle Juliette.

 

Un appel à candidature est ouvert jusqu’au 10 novembre 2011 pour participer à l’édition 2012.

Télécharger le dossier de candidature.

 

Galerie Esther Woerdehoff
36 rue Falguière, 75015 Paris
Du mardi au samedi de 14h à 18h00

Hôtel La Belle Juliette
92 rue du Cherche-Midi, 75006
Tous les jours de 9h à 22h00

Share

Le vélo dans tous ses états !

17 Sep

Vous avez été des centaines à participer au concours photo à l’occasion de la Fête du vélo. Nombreux vous avez été à flasher un vélo délirant, décalé ou fantaisiste, amoureux, un vélo fatigué, travailleur, animal ou vélo élégant. Le jury s’est réuni et à séléctionné les 12 meilleurs clichés.

La remise des prix s’est déroulée aujourd’hui  dans l’après midi, les 12 photos primées fraichement exposées sur les cymaises de la maison du Vélo, 37 Boulevard Bourdon dans le 4e, où c’est déroulée cette joyeuse céremonie.

30 autres clichés faisant partie de la préselection sont exposés quand à eux sur sur le village de la fête du vélo.

Pour en savoir plus sur la fête du vélo

Photo « coup de cœur » du jury. "Invalide prend sa retraite" par Diana Takorabet

"Apparition" par Clotilde Prévost

"Vélo artistique" (Œuvre d’Olivier Sultan) par Laetitia de Maigret

"Dalilo" par Guillaume Monoré

"A chacun son tour" par Bertrand Saraiva

"Vélo « non-chat-lent »" par Florence Nicolas

"Narcisse" par Patricia Worochob

"Balade aux Tuileries" par Joëlle Béquart

"Vélo frigorifé" par Paule Tocher

"Arc en ciel sur le vélo" par Jean-Robert Martinot

"C’est une folie, ce que tu me demandes, mais je viens" par Piroska Eszter Simonyi

"Pont-Marie" par Francis Miramand et Marion Praz

Share

Info du jour : dès demain les nouvelles merveilles de Nick Brandt

13 Sep

Giraffe Skull. Copyright : NICK BRANDT

Je vous épargnerai mon éternel couplet sur Nick Brandt à savoir qu’il est mon photographe animalier préféré, ce qui n’est pas mon dada en règle générale. Qu’il est à mon goût, LA référence dans son domaine et que et que …
Alors ne boudons pas notre plaisir. Demain, oui demain, sur la site de la  A. galerie, ce talentueux photographe dévoilera pour notre plus grand plaisir, ses nouvelles oeuvres. Ce nouveau travail sera en plus petite série. Ses clichés partent très vite, les prix montent alors très vite aussi. Donc, précipitez vous !
Et une bonne nouvelle n’arrivant pas seule, une retirage de son livre dédicacé accompagne ces merveilles.

Elephant Skull. Copyright : NICK BRANDT

Leopard Staring.Copyright : NICK BRANDT

Elephants Alone on Lake Bed. Copyright : NICK BRANDT

Calcified Songbird. Copyright : NICK BRANDT

Elephant Bull in Dust. Copyright : NICK BRANDT

 

Vous remarquerez que j’apprécie particulièrement les éléphants …

Livre dédicacé Nick Brandt

 

A. galerie

12 rue Léonce Reynaud
75116 Paris
+33 (0)6 20 85 85 85

Share

Lucas Dolega, un vrai regard sur le monde

9 Sep

Des rebelles du CNDP dans la ville de Rutshuru, au Nord Kivu. Novembre 2008. Copyright : Lucas Dolega

Comme tant d’autres Lucas Dolega risquait sa vie pour nous informer. Heureux humaniste , il couvrait les news et tout naturellement les conflits de notre monde.  Ses images les racontaient si bien que l’on ne  pouvait s’empêcher de trembler tant les limites du danger de l’exercice semblaient repoussées.  Nous avions raison de trembler.

« Pour Lucas Dolega, la photographie de reportage n’était pas un métier, c’était sa vie. Le 17 janvier 2011, émeutes dans les rue de Tunis, Lucas succombe à sa passion. C’est ce qu’on appellera quelques jours plus tard la « Révolution du Jasmin« . Il a 32 ans »

Pour rendre hommage à Lucas Dolega, et, à travers lui, à tous les photojournalistes qui risquent leur vie pour la liberté d’informer, sa famille, ses proches, ses amis, ont décidé de créer une association Lucas Dolega et de lancer un Prix photographique Lucas Dolega, soutenu par la Ville de Paris. Celui ci a pour but de récompenser un photographe qui aura su témoigner de son attachement à la liberté de l’information. Plus d’infos

 

Le dépôt des candidature aura lieu du 15 septembre au 10 novembre

 

Copyright : Lucas Dolega

Un jeune réfugié au camp de Kibati, en République Démocratique du Congo. Novembre 2008. Copyright : Lucas Dolega

Copyright : Lucas Dolega

Copyright : Lucas Dolega

Copyright : Lucas Dolega

Copyright : Lucas Dolega

Manifestation à Tunis contre Ben Ali – 14 janvier 2011. Copyright : Lucas Dolega

Ce prix est organisé en partenariat avec Nikon France et le magazine Polka, la Ville de Paris et avec le soutien de Reporters sans frontières.

Share

C'est la rentrée, on pense à nos petits loulous !

5 Sep

Jour de rentrée pour nos petits et grands loulous. Alors,  j’en profite pour leur conseiller ET leur faire gagner (Le jeux concours est clos depuis le 18 septembre minuit) trois ouvrages photo rien que pour eux.
Quoi de plus amusant que de suivre pas à pas l’histoire de la photographie, expliquée avec des mots simples, des illustrations rigolotes et efficaces pour qu’ils appréhendent la photo sans détours ni complications.

« La photo à petits pas« , chez Actes Sud, accessible même aux plus petits (à partir de 5 ans),  passe en revue les débuts de la photo, le pourquoi du comment et donne de vraies astuces pour réussir ses photos. Un petit quiz pour s’assurer que tout le monde a bien compris, et hop nos bambins sont prêts à dégainer leur appareils. Ou les notres. D’où l’intérêt de bien comprendre ce qu’est un appareil !
L’auteur, Laura Berg, est photographe indépendante et sait donc de quoi elle parle. Les illustrations de Vincent Bergier quant à elles sont gaies et ludiques, collant parfaitement au texte explicatif.

Crédits : Actes Sud

« La photo à petits pas », Edition Actes Sud Junior Avril, 2010 / 16,5 x 24,5 / 64 pages. Prix indicatif : 12€50

Crédits : Editions Fleurus

« La photographie, pour la faire connaitre aux enfants » est issue de la collection La Grande Imagerie chez Fleurus. Ce livre, conseillé à partir de 7 ans, propose lui aussi une histoire de la photographie et des conseils avisés pour appréhender ce medium au plus près de ses techniques. Le chapitre sur les appareils d’hier et d’aujourd’hui est complet et très bien illustré tout comme celui sur l’appareil en lui-même, remarquable avec son grand schéma parfaitement détaillé ou celui sur la photographie et les sciences.
Quelques petites astuces, là aussi,  pour réaliser des clichés sans mauvaises surprises. Les textes sont riches et restent accessibles, les illustrations variées proposent dessins, photographies ou schémas. Très bel ouvrage pour petits et grands.

Crédits : Editions Fleurus

« La photographie, pour la faire connaitre aux enfants », Editions Fleurus 235  x 295 / 32 pages / Prix indicatif : 6€

Et cerise sur le gâteau,  comme on les aime nos petits parisiens, un troisième livre est à gagner : Le jeux est clos depuis le 18 septembre minuit
Toujours issue de la collection La Grande Imagerie et récemment paru, « PARIS« , est un livre sur l’origine de Paris, ses monuments à visiter, ses quartiers, ses endroits insolites, ses parcs … Le tout illustré de très belles photos et agrémenté de détails sur les visites.


« PARIS » Editions Fleurus 235  x 295 / 32 pages / Prix indicatif : 6€

Merci aux éditions Fleurus et Actes Sud d’égayer la rentrée de nos petits parisiens.

Share

Harcourt rien que pour vous !

2 Sep

Crédits : Studio Harcourt

 

Qui n’a pas rêvé un jour, de se faire tirer le portrait à la manière d’une star ?
Les Studios Harcourt, référence en la matière,  ont eu la très bonne idée de lancer la première cabine photo de luxe, certes, mais nous permettant à nous, commun des mortels, de posséder un beau portrait dans le style de la fameuse maison.
Non contente d’être belle, de  noir et rouge vêtue, cette cabine  fait des miracles grâce à des prouesses techniques  incroyables étant donné le lieu plus qu’exigüe. Jeux de lumières, dégradé d’ombres, ainsi que le mythique « Halo » sans utiliser de flash mais une lumière continue comme au Studio Harcourt, customisation d’une imprimante à sublimation thermique pour une saturation des blancs et noirs rendant possible l’effet tant voulu, et bien d’autres secrets précieusement gardés par les inventeurs des Cabines Photo Plus.

Crédits : RP Solution

Alors n’hésitez pas, faites-vous belles et beaux, un poil sexy si ça vous tente, choisissez  un bon film, ou pas, et direction le Mk2 Bibliothèque. Arrivez quelques instants plus  tôt, savourez, la magie opère … vous êtes une star !

Prix du rêve : 10euros pour un portrait ou pour 4 photos d’identité

MK2 Bibliothèque
128 Avenue de France
75013 Paris

Studio Harcourt
10, rue Jean Goujon
75008 Paris – France

Share