Paris.fr
Accueil

Mois Extra-Ordinaire, carte Blanche à Jean-Baptiste Gurliat

25 oct

Esteban. Institut Médico Educatif. Cour de Venise. Copyright : Jean-Baptiste Gurliat

 

« Il n’y a pas un handicap mais des handicaps. Je n’ai pas photographié des personnes handicapées mais des habitants ayant un regard singulier sur cette ville que nous partageons. Dans leur environnement, j’ai dû moi aussi m’adapter et chercher le regard adéquat à poser sur cette diversité. De ces rencontres en ressort cette exposition, des photographies comme témoignage d’un échange de regards. » Jean-Baptiste Gurliat

A l’occasion du Mois Extra-Ordinaire du Handicap, la Mairie de Paris a donné carte blanche à Jean-Baptiste Gurliat, photographe,  pour qu’à travers son travail « nous fassions vraiment connaissance » avec les personnes en situation de handicap. Le sujet n’est certes pas facile.  La réponse du photographe n’en est que plus pertinente.

Regard discret, d’une grande finesse, ce que nous dévoilent  les photographies de Jean-Baptiste Gurliat, est emprunt d’une extrême sensibilité. Le regard est vrai, sans blablas.
Ses images, qui visent à nous sensibiliser au handicap,  parlent de découverte de l’Autre par la différence. Pas de  condescendance malsaine. Pas de gêne,  l’apitoiement n’a pas sa place.

Comment as-tu appréhendé ces différents reportages ? Avais tu été confronté au handicap auparavant ?

Jean-Baptiste  Gurliat : J’ai appréhendé ces reportages par l’intermédiaire du Guide « vivre son handicap à paris » qui était en fait la commande première…
Pour illustrer les différentes rubriques, j’ai rencontré des dizaines de personnes en situation de handicaps que j’ai accompagnées dans leurs quotidiens aussi différents les uns que les autres… J’en ai profité pour passer plus de temps avec les gens, répétant certains reportages, pour chercher la bonne distance et construire une exposition cohérente.
On peut dire que je n’ai jamais été confronté au handicap directement, aucun de mes proches ne se déplace en fauteuil roulant ou avec une canne blanche… Mais au-delà de ça, qu’est-ce que je sais ? le handicap peut être visible comme invisible et c’est aussi ce que j’ai voulu montrer dans cette exposition.
Et puis je crois que nous sommes tous lié au handicap d’une façon ou d’une autre, surtout dans une ville comme Paris la question de l’accessibilité nous concerne tous, dans la rue, les transports…

Comment as-tu été accueilli par les personnes que tu as photographiées ?

Jean-Baptiste  Gurliat A chaque fois, j’ai bénéficié de l’aide des équipes de Véronique Dubarry, l’adjointe chargée des personnes en situation de handicap. Il n’y a pas eu de réticences particulières, mais au contraire une vraie envie de communiquer, il y a pire pour commencer un reportage !
Après, on a tous un rapport particulier avec la photographie et il est normal que certaines personnes soit plus à l’aise que d’autre devant un objectif.

Donc je n’ai pas été mieux ou moins bien accueilli que sur d’autres reportages…

Quel regard portes-tu sur le handicap après les semaines de travail parmi des personnes en situation de handicap ?

J-B G : C’est compliqué de porter un regard sur le handicap en général. Et je ne suis pas sûr que ce soit pour moi nécessaire ! Je peux parler des relations que j’ai établie avec telle ou telle personne, mais pas du handicap en général. Je ne suis pas un médecin et je me défendsd’avoir un avis spécialisé sur la question, et je crois que c’est ce qui fait l’intérêt de ce genre d’exposition.

Vous pouvez découvrir cette exposition en plein air durant le mois de la photo, tout au long du mois de novembre. Exposée sur les murs du bâtiment de la Mairie de Paris rue de Lobau, cette exposition se veut accessible à tous.

 

***

« Et si nous faisions vraiment connaissance »
Exposition sur les murs du bâtiment de la Mairie de Paris, Paris 4e : rue de Rivoli, Rue de Lobau, Place Saint Gervais

Jusqu’au 30 novembre 2012

***

Tous savoir sur le mois du handicap

 

Adèle, Boubakar et Chris. Centre de Loisirs à Parité Olivier Métra. Copyright : Jean-Baptiste Gurliat

 

Rayan et Iris. Institut National des Jeunes Sourds. Copyright : Jean-Baptiste Gurliat

 En cliquant sur l’image ci dessus, découvrez l’intégralité de l’exposition

Share

No comments yet

Leave a Reply