Paris.fr
Accueil

"Regards de femmes" : Les femmes et la photographie mobile à Flateurville

27 Nov

Copyright : Eloïse Capet @tsubame33_

Pourquoi les femmes ressentent-elles le besoin de montrer leur proximité, leur famille et comment en arrivent-elles à sublimer le domestique (les enfants, la maison, le quotidien, les vacances…) ? 

Comment certaines femmes en arrivent à s’inventer un personnage, à sublimer leur vie, à raconter une fiction, à mobiliser une communauté autour d’un rendez-vous attendu ?

Tels sont les questions auxquels l’exposition Regards de femmes, consacrée aux femmes et leurs usages de la photographie mobile, tente de répondre.

Copyright : Audrey Lhomme ET Copyright : Séverine Bourlet

 

La place de l’iphotographie dans le quotidien des femmes : ou l’art d’embellir le trivial

Les nouvelles fonctionnalités de la photographie mobile sont créatives, ludiques et récréatives : elles facilitent la libération de la créativité, elles s’expérimentent comme un terrain de jeu où la magie des filtres permet de créer des ambiances. La photographie mobile offre une manière de mettre de la saveur dans son quotidien, de mettre sa vie en scène tout en vivant une expérience ludique. Il ne s’agit pas de faire de la photographie mais bien de partager un moment de vie réifié dans une image savoureuse, renforcée par les agents exhausteurs de goût que sont les filtres.

L’iphotographie se vit donc comme une expérience récréative où les femmes expriment leurs goûts (vintage, polaroid, rétro, noir et blanc, lomographie…), et  expriment leur sensibilité, leurs états d’âmes, leurs liens d’amitiés….

L’image postée joue sur le mêmes rôle que la carte postale, on signifie alors aux autres son attachement :  On parle d’une archéologie de la conversation visuelle.

L’iphotographie, mode d’exploration de soi : une nouvelle forme d’art thérapie ?

La photographie mobile devient une nouvelle médiation permettant la rencontre avec soi-même. Elle facilite des expériences de l’ordre de l’extériorisation/introspection. Comment certaines femmes en arrivent à s’inventer un personnage, à sublimer leur vie, à raconter une fiction, à mobiliser une communauté autour d’un rendez-vous attendu ?

Elles se construisent leur identité sous le regard bienveillant des autres femmes qui avalisent, encouragent, mettent en confiance par des commentaires positifs. La communauté devient une confidente, elle autorise une certaine mise à nu. Elle construit les artefacts d’une relation à coeur ouvert, et fonctionne sur les mêmes registres que ceux d’un journal intime. La photo mobile devient le facilitateur, le liant qui permet à chacune de s’exprimer librement, de libérer sa parole, ses inhibitions, sa timidité, ses complexes… La photo mobile comme thérapie douce

 

Copyright : Laura Prospero @lauraprospero. Copyright :Ornella Ascolese @a_lisbon_affair

 

Copyright : Joëlle Meyers Et Copyright : Céline Arocas.

Existe-t-il une esthétique particulière, propre à cet art émergent ? Quels en sont les codes, les registres d’expression, les signifiants mobilisés ?

L’usage du téléphone mobile permet des lectures, des expérimentations nouvelles de thèmes classiques : l’émotion, les sentiments, les édits, l’abstraction, la création d’univers spécifiques (couleurs, n/b, autoportraits, nus…) sont travaillés via des applications qui permettent de reproduire des univers particuliers. Mobilisation de codes (couleurs, graphiques, thématiques…) qui assurent une certaine marque de fabrique, la diffusion d’une empreinte : l’enfance et les effets rétro ou vintage, l’érotisme et les effets floutés, recadrages pour la mise à distance, les objets/natures mortes ou les paysages dont les effets mobilisés puisent dans des références photographiques traditionnelles ou des courants artistiques dominants. Les codes de la féminité sont montrés dans des compositions où les signes sont savamment mis en scène.
L’iphotographie, de part son aspect conversationnel et social, ouvre un champ artistique nouveau autour de la création de nouveaux codes langagiers. Un langage poétique émerge au milieu du bruit conversationnel. De nouvelles formes de langages voient ainsi le jour : photopoèmes, photonouvelles, romanphoto…

Douze artistes photographes illustrent le propos sur les cimaises de Flateurville lieu au concept artistique global évolutif et narratif.

Ornella Ascolese, Agnès L, KC, Meredith Gey, Latife Solak, Laura Prospero, Joelle Meyers, Séverine Bourlet, Nathalie Geffroy, Céline,  Audrey Lhomme, Eloïse Capet

Elles reprennent chacunes cinq catégories de la photographie traditionnelle :

Les Streetphotographes : @latibod et @nathparis
Les Humanistes : @lauraprospero et @ellla_k
Les Portraitistes : @odrelom, @tsubame33_, @noremi78, @geygey
Les Pictorialistes : @miss_elie et @a_lisbon_affair
Les Hipstamatistes : @fromKtoC et @mydame

**************************************************

Regards de Femmes les 6, 7, 8 et 13 décembre 2012
Le hangar de Marcel – Flateurville
24, cour des petites écuries, Paris 10ème
Ouvert les jeudis soirs et sur rdv le reste de la semaine.

L’exposition est à l’initiative de Tribegram, réseau social dédié à la photographie mobile, incubé par Créatis, résidence de projets culturels numérique à la Gaité Lyrique.

Copyright : Agnès L. ET Copyright : KC @fromKtoC

Copyright : Meredith Gey

 

Copyright : Nathalie Geffroy

 

Copyright : Latife Solak @latibod

Share

6 Responses to “"Regards de femmes" : Les femmes et la photographie mobile à Flateurville”

  1. yannick brice 28 novembre 2012 at 11 h 42 min #

    Des femmes extraordinaires dans un lieux extraordinaire avec des photos extraordinaires …Un grand moment de rencontre dans ce lieu atypique …Qui a dit que l’iphotographie n’était pas de la « vraie » photographie ???
    Superbe sélection et des artistes de qualité , Bravo aux organisateurs !!!!

    • Eloïse Capet 30 novembre 2012 at 13 h 25 min #

      Merci beaucoup Yannick. Nous espérons bien te voir à ce bel évènement qui marque un tournant dans l’histoire de la photographie.

  2. otman 28 novembre 2012 at 16 h 15 min #

    wooow 😉 blog original !

  3. ZedeM 3 décembre 2012 at 12 h 27 min #

    Bel article et une expo qui devrait être vraiment superbe.

    Bravo aux artistes !

  4. ludiphoto 4 septembre 2013 at 9 h 32 min #

    Très bel article, sur le regards des femmes et leurs sensibilités. J’aimerais en voir plus souvent.

Trackbacks and Pingbacks

  1. Exposition « Regards de Femmes : | «Photophores - 1 décembre 2012

    […] un autre regard: article du « Blog Photo » de la Mairie de […]

Leave a Reply