Paris.fr
Accueil

" PointofVuth" le livre événement d'un Instagrameur

26 Mar

Copyright : VuThéara Kham

Le jour où VuThéara Kham s’est emparé d’un iPhone, il est devenu en un temps record « premier instagrameur » de France avec près de 200 000 followers. C’était il y a deux ans.

Depuis, il parcourt les rues de Paris, son lieu de prédilection, à vélo, en roller ou en skateboard. Il voyage également en Islande, en Israël, en Pologne et au Cambodge où il s’est rendu, revenant sur les traces de sa famille.
Ses photographies à la fois très construites et  inattendues, offrent un savant mélange de rigueur, de fraîcheur  d’humour et d’étrangeté, dans une relation néanmoins immédiate avec le monde qui nous entoure.

A travers le livre « Pointof Vuth« , vous découvrirez 169 photos, à disposition sur instagram, mais aussi 38 photographie inédites du Cambodge.

Toutes sont surprenantes, tant sur l’intention que sur leur dimension artistique, et vont bien au delà de la simple photo témoignage d’un instant. Et du simple amusement et/ou de l’effet de mode que suscitent l’univers des applications mobiles.

L’oeil est là. Le vrai. Ne serais-ce  pas alors le travail d’un jeune photographe en devenir ? Nous lui souhaitons en tout cas un bel avenir photographique.

Copyright : VuThéara Kham

 

VuThéara Kham a répondu à mes questions.  Entretient :

–          Comment avez-vous découvert Instagram ?

J’ai découvert Instagram en février 2011. Un ami avait couplé son compte Instagram à son profil facebook,  et c’est comme ça que j’ai découvert la célèbre application de partage photo mobile. 

–          Faisiez-vous de la photographie auparavant ?

Je ne faisais pas de la photographie auparavant mais je m’intéressais pas mal à tous ce qui touchait l’image, la vidéo, le cinéma, l’art, le design… Lors de mes études universitaires en DUT SRC,  nous avions étudié une petite partie de l’histoire de l’art et j’étais assez curieux sur tous ce qui tournait autour de l’image. J’avais un petit camescope avant mon smartphone et je m’amusais déjà à filmer et réaliser des petits clips vidéos.  Lorsque je partais en vacances, j’empruntais l’appareil photo compacte de mon père  pour capturer des souvenirs, mais je n’avais pas d’appareil photo personnel. 

–          Après deux années d’utilisation d’Instagram, et donc de l’utilisation d’un smartphone, avez-vous envie d’utiliser un appareil photo ?

Après 4 mois d’utilisation de mon iPhone4 sur Instagram,  j’ai investi sur mon premier appareil photo qui était un Canon EOS550D  avec objectif 18/135mm.  Je l’ai beaucoup utilisé à mes débuts pour shooter tout et n’importe quoi, pour expérimenter.  Il y a des avantages (qualité, zoom, profondeur de champ) et des inconvénients – il est un peu encombrant.

Je me rappelle d’aller à mon  travail de webdesigner avec mon reflex et après avoir terminé ma journée à Rue du Louvre, j’allais me promener pour shooter en ville. 

J’ai ensuite acheté un appareil photo compact, un Leica D-Lux 5 afin de retrouver la discrétion de mon Smartphone que je transporte toujours sur moi. Mais lorsque je pars capturer une image, j’ai toujours le réflexe de sortir mon iPhone pour faire des tests.

–          Que pensez-vous de la polémique qui vise la photographie mobile et les applications dédiées en affirmant que cela ne donne pas lieu à de la « vraie » photographie ?

Il y aura toujours des puristes de la photographie traditionnelle qui critiqueront la photographie mobile, tout comme ils critiquent la photographie numérique. Je parle des anciens qui utilisent l’argentique.

Pour ma part, il y a toujours un processus, un développement pour obtenir un résultat qui est au final une image. Lorsqu’un photographe  utilise un appareil photo numérique, il travaillera avec l’aide d’un logiciel de retouche du type Lightroom ou encore Photoshop pour améliorer sa photo. Le photographe mobile, lui, utilisera divers applications (Snapseed ou autres).

–          Quels retours avez-vous de vos followers ?

J’ai plutôt des retours positifs de mes followers même si je commente rarement mes images. Par contre je lis tous les commentaires.

Mes abonnées veulent souvent discuter avec moi ou me rencontrer lorsqu’ils sont de passage sur Paris pour des balades photographiques.  J’ai échangé sur Paris avec des personnes venant d’Islande, de Toronto, Amsterdam, Berlin  autour de la photographie mobile.

–          Que vous apporte cette nouvelle notoriété ?

Cela m’a apporté tout d’abord de rencontrer des personnes qui partagent la même passion  mais aussi de voyager. J’ai eu l’opportunité d’être invité à Brive-La-Gaillarde, d’aller en  Israël pour un circuit de 10 jours avec 9 instagramers internationales afin de promouvoir le pays, de rencontrer  le président israëlien Shimon Pérès.

J’ai également eu de demandes de partenariats venant de marques afin que je fasse de la publicité sur mon compte instagram que j’ai refusé car je ne veux pas que mon flux devient un profil publicitaire.

Mais ce qu’Instagram m’a apporté, c’est un livre « Point Of Vuth », édité chez  La Maison d’Editions de La Martinière qui est le résultat de deux ans de travail.

Je serai également invité à donner une conférence et un atelier à Barcelone pour le festival de la photographie mobile D-IVE du 19 au 22 avril 2013.

–          Que se dit on lorsque l’on est exposé dans l’une des plus grande galerie parisienne, à savoir la galerie Daniel Templon ?

Je ne me considère pas avoir exposé à la Galerie Daniel Templon à titre officiel. J’ai été invité à la Social Media Week 2012 pour témoigner de mon expérience sur la photographie mobile.

J’ai exposé une vingtaine de mes images sur les murs de la Galerie Templon lors de cette soirée. Cela fait toujours plaisir de regarder ses images accrochées  sur  un mur où des artistes comme Basquiat ou Warhol sont passés. 

–          Quels sont vos projets à ce jour ?

Après avoir travaillé 6 ans dans le domaine du web,  j’ai la chance, depuis quelques mois, de travailler en freelance et de gérer mon propre planning. La photographie reste une passion avant tout.

Dans quelques jours, j’exposerai au Workshop Paris où je mettrai en vente mes travaux. La somme récoltée, sera reversée à une association caritative destiné aux enfants du Cambodge (Pour un Sourire d’Enfants). C’est une manière pour ma part de trouver une finalité à mes images et j’ai toujours le souvenir dans ma tête de cette première expo ( 4 mois après mon inscription sur instagram) où j’avais récolté +480 euros  pour la même association.

Mais mon plus grand rêve est d’ouvrir une agence web au Cambodge et de transmettre mon savoir-faire que ce soit dans le domaine du web ou de l’image.

–          Toujours « addict » d’instagram ?

Toujours « addict » d’instagram mais beaucoup moins qu’au début. J’ai également une vie privée comme tout le monde et Instagram passe et passera toujours après.  J’ai toujours beaucoup de choses à apprendre de la photographie.

 

Pour l’heure, découvrez ses photographies « en vrai », feuilletez son livre « PointofVuth » aux éditions La Martinière et allez visiter l’expo qui lui est consacrée du 4 au 18 avril 2013 au Workshop Café173 rue Saint martin, paris 3e.

Retrouvez VuThéara Kham sur Instagram, sur Facebook et sur son site pointofvuth.com

Suivez également l‘instagram de paris.fr 

Copyright : VuThéara Kham

Copyright : VuThéara Kham

 

Copyright : VuThéara Kham

Copyright : VuThéara Kham

Copyright : VuThéara Kham

Copyright : VuThéara Kham

 

http://www.dailymotion.com/video/xy012x
Share

4 Responses to “" PointofVuth" le livre événement d'un Instagrameur”

  1. Chris 27 mars 2013 at 10 h 29 min #

    Elles sont magnifiques. J’aime beaucoup. Bravo

  2. Cynthia 27 mars 2013 at 11 h 15 min #

    Merci pour la belle découverte !

Trackbacks and Pingbacks

  1. « Point of vuth » le livre événement d’un Instagrameur ‹ Michel Colinet - 27 mars 2013

    […] Cliquez ici pour voir la page originale sur blogs.paris.fr […]

  2. Régions.news #81 – Edition du vendredi 29 mars 2013 | RÉGIONS.NEWS - 24 juillet 2013

    […] ses photographies, Vuthéara Kham publie un livre, Point of Vuth, aux éditions de la Martinière. « Ce sont eux qui m’ont contacté, suite […]

Leave a Reply