Paris.fr
Accueil

Paris Photo 2010 et Festival Circulation

19 Nov

Paris photo, Salon International pour la Photographie XIXe, Moderne et Contemporaine.

Je reviens du salon Paris photo éreintée, mais ravie pour ne pas dire heu-reu-se !
Ce salon est LE grand rendez-vous mondial de la photo. Cette année avec 25 pays représentés, cette édition est particulièrement réussie.
A l’honneur pour cette 14e edition, l’Europe centrale (après le Japon, les pays arabes et l’Iran). La Hongrie, la Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie et la Slovénie, y sont largement représentées avec 90 artistes. La photographie reste pour les artistes contemporains d’Europe centrale un médium de prédilection pour traduire les formidables mutations sociales, économiques, culturelles et politiques engendrées par la chute du mur de Berlin en 1989, la fin de l’Utopie socialiste et l’arrivée du libéralisme.

Pour exemple, La Leica gallery Prague ,à Prague donc que j’ai découverte et qui m’a particulèrement marquée (site en Tchèque, mais les photographes présentés sont à découvrir !) :

Tono Stano. Fairytale Creature, 1995. Copyright Tono Stano, courtesy Leica Gallery, Prague

Tereza Vlockova, Two 12, 2008. Copyright Tereza Vlokcova, courtesy Leica Gallery, Prague

Emilie Medkova, Bathtub, 1968. Copyright Emilie Medkova, courtesy Leica Gallery, Prague

 

Cette galerie rend hommage à Emila Medkova (1928-1985). Peu connue à l’extérieur de son pays, elle fait partie d’un cercle majeur d’intellectuels surréalistes qui reprennent leurs activités à Prague après 1945 jusqu’au coup d’état communiste et l’imposition du réalisme socialiste à partir de 1948. Son œuvre évolue vers un documentaire critique dans les années 1950. Ses images de rues, de banlieues, de murs décrépis sont empreintes d’un réalisme magique et traduisent le désespoir d’une société censurée et opprimée.

La galerie slovène « Photon Gallery » à Ljubljana est intéressante ainsi que la Lumen Gallery à Budapest. Toutes deux proposent aussi de la vidéo.

Tomo Brejc. The Beach, 2004. Courtesy Photon Gallery, Ljubljana

Zsolt Fekete. Matyi cousin with Biri dog, Icland & Dorottya, Icland1999-2009. Copyright Zsolt Fekete, Courtesy Lumen Gallery, Budapest

 

Les sites proposés ci-dessus sont donc en langue étrangère, MAIS les artistes présents sont intéressants à connaitre …

Au-delà de la thématique liée à l’Europe centrale, les galeries du secteur général offrent un panorama des expressions photographiques du XIXe à nos jours tout en confrontant les pratiques, styles et techniques: photographie documentaire, photographie «plasticienne», photographie de mode, photo-reportage
Beaucoup d’autres galeries ont fortement attirées mon attention. Ce mélange d’une photographie actuelle avec une photographie ancienne est un vrai régal. Je me suis déléctée de petits bijoux anciens comme les clichés de Gustave Le Gray, Charles Negre et V. Dijon à la Galerie R. Hershkowitz ou ceux de Henry Moor, Joseph Sudek, Brassaï, Bill Brant à la galerie Johannes Faber.

V. Dijon. Farmyard Scene, c.1854. Courtesy R. Hershkowitz Gallery Sussex UK.

Brassaï. Brouillard sur la statue du maréchal-Ney, 1932. Copyright Estate of Brassaï. Courtesy SAGE Paris

Ancienne aussi la série de clichés de l’exposition Coloniale à Paris de 1931 présentés à la galerie OBSIS :

Anonymes. Exposition coloniale à Paris, la fontaine aux totems (section de l'AOF)1931. Courtesy Galerie Obsis, Paris.

Plus contemporains, les artistes qui suivent comme beaucoup d’autres valent de s’attarder quelques instants. Ils sont très nombreux à m’avoir plu, ému et même intrigué.

La galerie FORMA à Milan qui expose Giogia Fiorio :

Giogia Fiorio. Courtesy FORMA Gallery

 

La galerie Esther Woerdehoff que j’ai beaucoup aimé, présente Ursula Kraft, Michel Kirch et Carolle Benitah qui tout comme Maurizio Anzeri de la galerie The Photographer’s retravaillent la photo avec des fils. L’appropriation de l’objet photo pour en faire une oeuvre « plastique » est très intéressante.

 

Carolle-Benitah

Maurizio Anzeri, 2010. Galerie The photographer's, Londre

Ursula Kraft. Courtesy of Esther Woerdehoff Gallery

Michel Kirch. Courtesy Esther Woerdehoff Gallery

Les galeries LES FILLES DU CALVAIRE, SILK ROAD GALLERY, Iranienne, rare sur un salon, ou GALERIE DU JOUR agnès b, présentent également des photographes à retenir …

Ellen Kooi, Out of Sight, 15/02/09. Copyright Ellen Kooi, courtesy Editions Filigranes, Paris. Galerie LES FILLES DU CALVAIRE

Ramyar Manouchehrzadeh, We live in a paradoxcical society 2010. Courtesy Silk Gallery, Teheran; Galerie SILK ROAD GALLERY

Matthias Olmeta, Grego. GALLERIE DU JOUR agnes b

 

Je termine par Nick Brandt, photographe animalier incroyable que j’aime particulièrement. Beaucoup même ( un petit clin d’œil au père Noël s’il lit ce blog, la maman élephant et ses deux petits me plaisent vraiment beaucoup…). Bref, la galerie Bernheimer y expose aussi Michael Kenna ou Mat Henner qui nous plonge dans la profondeur des forêts. Très beau ….

Michael Kenna. Charles Bridge, study 9, Prague, Czech Republic 200. Copyright Michael Kenna. Courrtesy Bernheimer Fine Art Photography, Munich

Mat Henner. Courtesy Bernheimer Gallery

 

Il y a évidement un grand nombre d’autres galeries qui proposent de très belles et intéressantes photos. Pour vous les faire découvrir avant votre visite, Paris Photo vous propose une large sélection de photos.

Je n’ai pu m’empêcher de m’arrêter sur le Stand de la maison d’édition STEIDL, et là encore petits coups de cœur pour des beaux ouvrages :
« Oil » de Edward Burttynsky
« Woman, Femmes » de Martine Franck
« Photographer » d’Ernest Cole
Et « Points between … up till now » de Robert Polidori

Grand Prix prix SFR jeunes talents

Je tiens à porter une attention toute particulière au prix SFR jeunes talents.
Cette année François-Régis DURAND est le lauréat de ce Grand Prix SFR jeune talents. Ses photos sont magnifiques. Ses séries, réalisées en 2003 à Madagascar, sont poignantes, profondément humanistes et poétiques. Regards, gestuelle, sourires de femmes ou d’enfants, témoignent des rêves et de l’espoir infini de ce peuple malgache. Travail vraiment superbe, envoûtant !

Copyright François-Régis DURAND

Copyright François-Régis DURAND

Paris Photo

Carrousel du Louvre, 99 rue de Rivoli, 75001 Paris
Métro :Station Palais-Royal / Musée du Louvre (lignes 1 et 7)
Bus : Station Palais-Royal (Théâtre de la Comédie Française n°21, 27, 39, 81, 95)

Jeudi 18, vendredi 19 et samedi 20 novembre de 11h30 à 20h
Dimanche 21 novembre de 11h30 à 19h

Prix d’entrée : 18 € / 9 € pour les étudiants / gratuit pour les moins de 10 ans / pas de tarif de groupe
Catalogue : 20 €

Circulation(s), festival de la jeune photographie européenne

Puisque l’on parle de jeunes talents, je voulais porter votre attention sur la première édition de Circulation(s), festival de la jeune photographie européenne, qui se déroulera du 19 février au 20 mars 2011 à la galerie Côté Seine du parc de Bagatelle à Paris (16ème)

Cette manifestation présente un panorama de la nouvelle génération de photographes européens. Elle vise à mettre en valeur l’espace culturel partagé par les Européens et fondé sur un héritage culturel commun, à favoriser les échanges en faisant découvrir au public français des photographes et des acteurs européens du monde de l’image et à dessiner, au travers du médium photographique, les contours d’une identité européenne.

Copyright Lucie et Vincent

 

Au coeur de la programmation, une exposition de 30 photographes invite à découvrir combien la jeune photographie européenne est créative et talentueuse. Quel regard les jeunes photographes portent-ils aujourd’hui sur l’Europe ? Quelles sont leurs sources d’inspiration ? Leurs inquiétudes ? Comment envisagent-ils l’avenir ? Ce premier festival, unique en son genre, a pour vocation de fédérer et de développer un réseau européen d’acteurs du monde de l’image partageant la même ambition que celle de Fetart : aider les jeunes photographes à s’insérer dans le monde professionnel.

N’hésitez donc pas à porter votre candidature lancé par FETART pour faire partie, après sélection, des 30 photographes exposés au sein de Circulation(s) du 19 février au 20 mars 2011.

Date limite 3 décembre 2010 !

Dossier de candidature à télécharger : APPEL A CANDIDATURES circulations

Share

Maison de Victor Hugo, Musée Cernuschi, Galerie du Montparnasse et Musée du Montparnasse

16 Nov

Aujourd’hui 4 lieux pour assouvir sa soif de photographie !

Visualisez le diaporama en grand format,  les crédits ainsi que les lieux d’exposition des photos présentées en cliquant sur l’image.

Rétrospective 1955-2010 du Prix Niépce des Gens d’images, Galerie du Montparnasse : Lauréats de 1955 à 1983, Musée du Montparnasse : Lauréats de 1984 à 2010

Le Prix Niépce, premier Prix de photographie professionnelle créé en France. Chaque année et depuis 1955 ce prix récompense l’oeuvre d’un(e) photographe professionnel(le). Fondé pour donner à la photographie ses lettres de noblesse, ce « Goncourt » de la photographie, contribue  à la reconnaissance des photographes, acteurs essentiels de la vie artistique, sociale et politique de leur temps : Les sortir de l’anonymat et de les aider à déployer leur influence auprès du grand public, au travers de la presse et de l’édition,  telle est la philosophie de ce grand prix. Ce Prix s’inscrit  naturellement dans l’Histoire de la photographie.

Claudine Doury, Artek, « Les chaussons rouges » ( le camp Yantar, Ukraine, 1994).

Cette rétrospective rassemble plus de 120 photographies. Véritable retour sur plus d’un demi siècle de photographie, cette exposition met en lumière les mutations que cet art a connu. Courrez donc visiter cette expo dense et passionnante qui vous présentera près de 55 années de création photographique.

Lauréats du Prix Niépce : Jean Dieuzaide, Robert Doisneau, Denis Brihat, René Basset, Jean-Loup Sieff, Léon Herschtritt, Jean-Dominique Lajoux, Jean-Louis Swiners, Jean Suquet, Jean Garet, Thierry Davoust, Marc Garanger, Pierre et Dorine Berdoy, Claude Sauvageot, Jean-Pierre Ducatez, Serge Chirol et Claude-Raymond Dityvon, Jean-Luc Tartarin, Pierre Le Gall et Guillaume Lieury, Albert Visage, Pierre Michaud, Jean-Louis Nou, Eddie Kuligowski, Claude Nuridsany et Marie Perennou, Roland Laboye, Alain Chartier, Françoise Saur, Gilles Kervella, Frédéric Brenner et Jacques Bondon, Pascal Dolémieux, Thierry Girard, Hervé Rabot, Jean-Marc Zaorski, Agnès Bonnot, Keïchi Tahara, Gladys et Patrick Zachmann, Hugues de Wurstemberger, Jean-Louis Courtinat, Luc Choquer, Jean-Claude Coutausse, Xavier Lambours, Marie-Paule Nègre, Lise Sarfati, Patrick Tosani, Florence Chevallier, Philippe Bazin, Klavdij Sluban, Antoine d’Agata, Luc Delahaye, Stéphane Couturier, Claudine Doury , Elina Brotherus, YukiOnodera, Bertrand Meunier, Jürgen Nefzger, Stéphanie Lacombe, Jean-Christian Bourcart.

Musée du Montparnasse
21, avenue du Maine, 75015 Paris
Tél. : 01 42 22 91 96
www.museedumontparnasse.net
Mº Montparnasse
Du mardi au dimanche de 11 h à 19 h
Entrée payante

Galerie du Montparnasse
55, rue du Montparnasse, 75014 Paris
Mº Montparnasse
Du mardi au dimanche de 11 h à 19 h
Entrée libre

Archéologues à Angor,  Archives photographiques de l’École française d’Extrême-Orient

L’École française d’Extrême-Orient, est l’une des institutions orientalistes les plus prestigieuses. Elle mène une action exemplaire depuis 1907 pour ressusciter le site d’Angkor, l’une des grandes métropoles d’Asie envahie par la jungle depuis son abandon au XVIe siècle. Cette exposition présente les périodes qui ont marqués ce magnifique site.  108 photographies de temples sont exposées :  avant leur dégagement, de 1860 à 1960, alors que des arbres immenses enserrent sanctuaires et reliefs. Puis durant et après leur restauration.
Trois temples sont mis à l’honneur : Banteay Srei, Baphuon, Neak Pean. Les restaurations de ces derniers sont impressionnantes et monumentales.

Bernard Faucon, Les Plus Beaux Jours de ma jeunesse, Angkor.

Un zoom sur  la série de Bernard Faucon « Le plus beau jour de ma jeunesse », instantanés ( à partir d’appareils jetables) de la jeunesse du monde dont une partie est réalisée au Cambodge, sur le site d’Angkor.

Les clichés que vous découvrirez rendent parfaitement compte de cette réalité spectaculaire et titanesque !
Si vous êtes sur les lieux à 11h, Un documentaire sur Angkor (52’, réalisation Didier Fassio, coproduction Cinétévé-EFEO-C.tout com !International avec la participation de France 5 – 2009) est projeté gratuitement tous les matins, dans la salle de conférences (1er étage) du musée.

Musée Cernuschi
7 avenue Vélasquez, 75008 Paris
Tél. : 01 53 96 21 50
www.cernuschi.paris.fr
Mº Monceau ou Villiers
Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 18 h
Entrée : 7€ TP – 5€ TR1 – 3,50€ TR2,
gratuit jusque 13 ans inclus

Portraits d’écrivains de 1850 à nos jours,  Maison de Victor Hugo

200 œuvres de trois collections différentes  ont été choisis pour illustrer cette exposition autour du thème des portraits d’écrivains.

http://www.dailymotion.com/video/xfnl14
Collection photographique de la Maison de Victor Hugo.
La  cinquantaine de portraits présentées issues de cette collection, regroupent essentiellement des portraits de Victor Hugo, de sa famille, de ses lieux de vie et de son entourage dont ceux de ses amis écrivains comme Alexandre Dumas ou George Sand… Ils révèlent cette particularité dans les clichés de l’Atelier de Jersey, d’Edmond Bacot ou de Nadar, tout en soulignant le rapport singulier qu’entretient l’écrivain proscrit avec la photographie dès ses débuts. Ils évoquent également ses liens avec les photographes de son époque, comme Julia Margaret Cameron, et se font aussi l’écho de son absence dans les photographies contemporaines d’Olivier Mériel à Hauteville House, maison d’exil du poète à Guernesey.

Les collections Roger-Viollet
Ces collections conservent un très grand nombre de portraits, en particulier de portraits d’écrivains français du XXe siècle, sujet phare des parutions de l’agence depuis sa fondation en 1938. Ces ensembles attestent autant du passé d’agence de presse des collections Roger-Viollet que des goûts avisés de collectionneurs de ses fondateurs, Hélène Roger et Jean Fischer (œuvres d’Albert Harlingue, Maurice-Louis Branger, Bernard et Boris Lipnitzki, Henri Martinie, Henri Manuel, Laure Albin-Guillot et Pierre Choumoff). Une centaine de tirages sont présentés, reportages lors des prix littéraires, visites chez les auteurs, dans les maisons d’édition, portraits en buste ou en pied  réalisés en studio, sous forme de diptyques ou de triptyques, et enfin séries choisies et tirées par les auteurs.

La collection de la Maison Européenne de la Photographie.

Marc Trivier, Samuel Beckett, Paris, 1983. Tirage gélatino-argentique. © Marc Trivier. Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris

Cette collection  est représentative de l’histoire de la photographie internationale des années 50 jusqu’à nos jours. A travers soixante figures de la littérature, dont certaines sont aussi présentes dans les collections Roger-Viollet (Colette, Marguerite Duras, André Malraux, Marguerite Yourcenar, Antonin Artaud, Philippe Soupault….), la MEP propose un ensemble de portraits, le plus souvent devenus des œuvres majeures de l’histoire de la photographie, réalisées par certains des plus grands portraitistes du XXe siècle : Gisèle Freund, Denise Colomb, Édouard Boubat, Richard Avedon, Irving Penn, Robert Mapplethorpe, Carlos Freire, Keiichi Tahara, Marc Trivier. Ces portraits témoignent des relations intenses – les collaborations furent nombreuses et remarquables – marquées d’une forte reconnaissance mutuelle, entre les grands écrivains du XXe siècle et les photographes. Les images d’Allen Ginsberg ou celles d’Hervé Guibert, révèlent quant à elles, les liens plus profonds et souvent intimes entre photographie et littérature.

Maison de Victor Hugo
Jusqu’au  20 février 2011
6 place des Vosges, 75004
Tél. : 01 42 72 10 16
www.musee-hugo.paris.fr
Mº St- Paul ou Bastille
Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 18 h.
Le musée est fermé les jours fériés
Entrée : 6 €

Share

Cité Internationale des Arts

15 Nov

Une belle exposition pour un lundi pluvieux…

Visualisez le diaporama en grand format,  les crédits ainsi que les lieux d’exposition des photos présentées en cliquant sur l’image.

De la Cité internationale des Arts à la Maison Européenne de la Photographie

Cette Exposition  met en lumière 15 photographes dont les œuvres appartiennent aujourd’hui aux collections de la MEP. Elle nous donne à voir plusieurs générations d’artistes photographes, de différents pays qui tous, à un moment de leur existence, ont pu devenir parisiens, le temps d’une résidence à la Cité des Arts : Près de 15 500 artistes, souvent à l’aube d’une carrière internationale prestigieuse, ont ainsi bénéficié d’un séjour dans des conditions propres à favoriser l’expression de leur talent et la création d’échanges avec la scène artistique française. Les séjours duraient de trois mois à deux ans, la disponibilité d’un laboratoire photographique fut pour certains une aubaine.  La sélection présentée pour cette expo est loin d’être exhaustive, elle a pour but de célébrer le talent d’artistes, pressenti très tôt par la cité et reconnu ensuite par le musée.

Coups de cœur pour Read Bawayah et sa série Childhood Memories (2002-2003)  qui dresse le portrait de sa famille ainsi que pour le travail de Pauline Vachon : ses animaux qui nous dévisagent inversent  les rôles : sommes-nous vraiment les spectateurs ?

Read Bawayah. Sans titre, 2003 de la série "Childhood Memories". Tirage gélatino-argentique No2/12 réalisé en 2006. Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris

 

Pauline Vachon. Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris

 

Deux dessin de Joël-Peter Witkin, dont on ne présente pas le travail, sont ici exposés et mis en parallèle avec les photographies qui en ont découlées, prouvant la minutie exemplaire avec laquelle il prépare ses œuvres.

Joel- Peter Witkin, Teatro di Morte, 1989, tirage gélatino-argentique viré No1/3 et étude pour "Teatro di Morte", fusain sur papier. Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris

Dirk Braeckman travail en grand format, pratiquement à l’échelle 1. Bel effet  solarisant qui donne à  ces immenses tirages un effet très intimiste.

Dirk Braeckman, Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris

Autres photographe présentés: Rossella Bellusci (Italie), Alain Fleischer (France), Lee Friedlander (États-Unis), Seiichi Furuya (Japon), Maria Hahnenkamp (Autriche),Robert Hammerstiel (Autriche), Bogdan Konopka (Pologne),  Dolorès Marat (France),  Antoine Poupel (France), Thomas Ruff (Allemagne), Arsen Savadov (Ukraine), René Zurcher (Suisse).

Cité internationale des Arts
18 rue de l’Hôtel de Ville, 4e Paris
Tél. : 01 42 78 71 72
www.citedesartsparis.net
Mº Pont-Marie ou Saint-Paul
Ouvert tous les jours de 14 h à 19 h.
Entrée libre

 
 
 

 

 

 
 
 
 
 
 

 

 

Share

Le BAL, la Cite de l’architecture & du patrimoine et le Musée d’art et d’histoire du judaïsme

13 Nov

3 de plus ! Aujourd’hui  Le BAL, la Cite de l’architecture & du patrimoine et le Musée d’art  et d’histoire du judaïsme

ANONYMES, au BAL

Le BAL est un nouvel espace indépendant qui a ouvert ses portes en septembre 2010. Dédié à la représentation du réel par l’image, je ne pouvais que me précipiter. Pas déçue et même très enthousiaste face à ce lieu et à cette belle expo.

http://www.dailymotion.com/video/xeutbi

Cet espace réunit les œuvres de photographes et cinéastes parmi les plus influents depuis 50 ans qui ont interrogé la représentation possible de l’anonymat, notion diffuse et non événementielle par essence. Il rend hommage à la MEP en présentant également plusieurs chef-d’œuvres issus de ses collections. Au cœur du sujet : le continent nord-américain. Depuis les années 1930, sa culture grand public célèbre l’individualité, la recherche d’un accomplissement personnel, tandis que beaucoup de ses grands créateurs se sont intéressés à l’inclassable, au quotidien des citoyens et travailleurs lambda.

J’ai plus particulièrement apprécié les photographies-documentaires de Doug Rickard, le travail intéressant  des compositions de Jeff Wall et le travail de Walker Evans que j’affectionne tout particulièrement.

Régalez vous également du regard de Chauncey Hare, Standish Lawder, Lewis Baltz, Antony Hernandez, Sharon Lockart, Bruce Gilden, Arianna Arcara et Luca Santese.

Le Bal
Jusqu’au 19 décembre 2010
6 impasse de la Défense, 75018 Paris
01 44 70 75 50
www.le-bal.fr
Ouvert du mercredi au vendredi de 12 h
à 20 h, le jeudi de 12 h à 22 h 30 et le samedi
et dimanche de 10 h à 20 h.Entrée : 4 € TP / 3 € TR

Architectures en regard : les collections photographiques de la Fondation Sandretto Re Rebaudengo et du musée des Monuments français à la Cite de l’architecture & du patrimoine

Cette exposition propose d’observer et de s’interroger sur la photographie aujourd’hui dite d’architecture en prenant comme règle du jeu les rapprochements possibles ou les similitudes entre deux collections, l’une italienne et l’autre française. La première est issue de la collection photographique d’une fondation italienne privée, la Fondazione Sandretto Re Rebaudengo. La seconde est celle d’une institution publique, la Cité de l’architecture & du patrimoine, conservant un fond d’artistes du xıxe siècle au musée des Monuments français

Véritable dialogue entre deux collections qui, pour les œuvres du xıxe siècle, se rencontrent autour d’un sujet commun et questionnent sur le principe même de collection, thème cette année du Mois de la photo.

A voir …

Cite de l’architecture & du patrimoine – Palais de Chaillot
Jusqu’au 6 décembre 2010
1 place du Trocadéro et du 11 novembre, 75016 Paris
Tel. : 01 42 78 71 72
www.citechaillot.fr
Mo Trocadéro
Ouvert du mercredi au lundi de 11 h a 19 h.
Nocturne le jeudi jusqu’a 21 h
Entrée : 5 €  Gratuit pour les moins de 26 ans

Le MAHJ collectionne… la photographie au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Cette exposition-collection, qui s’étend des origines de la photographie jusqu’à aujourd’hui, « explore tous les genres, documentaire, artistique, témoignage, reportage, en suivant les thématiques du musée. Sans avoir l’ambition de dresser un bilan, la présentation pour ce Mois de la Photo suggère des pistes mais, avant tout, donne à voir des images choisies pour leur qualité. À partir d’une œuvre phare appartenant à la MEP : la série de portraits du père du photographe américain Richard Avedon, emblématique de la présence juive dans la photographie du Nouveau Monde, la présentation s’articule autour du thème du portrait. Portraits de famille, témoins d’une vie passée, portraits de personnalités, portraits autour de moments historiques, l’affaire Dreyfus en particulier, visages de communautés passées et présentes, en Europe orientale, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et jusqu’en Inde. C’est une petite histoire de la photographie que l’on déroule, caractéristique de la place de ce médium, entre archive et œuvre d’art, dans le musée. »

Beaucoup de magnifiques portraits en tous genres, de famille, de personnalité, historiques de communauté.  Beaux regards d’archive mais aussi d’œuvres d’art …

Musée d’art et d’histoire du Judaïsme
Jusqu’au 23 janvier 2011
71 rue du Temple, 75003 Paris
Tél. : 01 53 01 86 53
www.mahj.org
Mº Rambuteau ou Hôtel de Ville
Ouvert du lundi au vendredi de 11 h à 18 h.
Dimanche de 10 h à 18 h
Entrée : 6,80 € TP / 4,50 € TR

Share

Magnum Gallery, Galerie Polka, Musée National de la Marine

11 Nov

Quelques belles expos aujourd’hui, à découvrir par un jour pluvieux !

Raymond Depardon, « La France – Errance », Magnum Gallery

En lien avec l’exposition de la Bibliothèque nationale qui présente « La France de Raymond Depardon » (vidéo), Magnum Gallery présente un nouveau travail initié en 2004 dans le cadre d’une commande publique du Centre national des arts plastiques du ministère de la Culture et de la Communication. La série Errance, entrée dans sa collection de la MEP, comprend des photographies de format vertical noir et blanc, de routes désertes et d’endroits difficilement identifiables. Le choix du format a contraint Raymond Depardon à prendre certaines photographies et pas d’autres, et à s’éloigner des gens qu’il a rencontrés pendant ses voyages. Mais ce ne sont pas des images de paysage non plus. « Il pourrait s’agir d’images fixes d’un film imaginaire. Seulement au lieu d’être horizontal, l’écran de ce film serait renversé. » Une sorte de couloir avec trop de ciel et trop de sol qui révèle un point de vue sans le déformer. « Et si l’errance était précisément l’opposé de la composition stupéfiante ou la maîtrise de l’instant, une vision plus quotidienne de moments à photographier – voire banale – avec sa maladresse et ses jours de chance. »

Dans son espace situé dans le 18e arrondissement Magnum Gallery montrera en parallèle à cette exposition d’autres séries de Raymond Depardon, « Manhattan Out » et « Correspondances Newyorkaises ». Du 15 septembre 2010 au 8 janvier 2011.

Magnum Gallery
Du 4 novembre 2010 au 8 janvier 2011
13, rue de l’Abbaye, 75006 Paris
http://magnumgallery.fr/
Mº Saint-Germain-des-Prés
Du lundi au vendredi de 10 h à 18 h.
Entrée libre

Klein d’oeil, Galerie Polka

Très belle galerie qu’est la Galerie Polka , située dans le 3eme arrondissement ! A sa tête, Alain Genestar, ancien directeur de Paris Match, qui anime également avec son équipe, l’agence Polka située dans un véritable havre de paix. Un superbe magazine trimestriel du même nom est édité , Polka, spécialisé dans le photo journalisme. Je vous  le  conseille vivement : belle qualité de tirage, reportages marquants, regard sur une photographie engagée et témoin de son époque.

Pour cette exposition William Klein avait carte blanche.

William Klein devait s’inspirer de trois de ses photos que la Galerie avait choisies dans les trésors « alibabanesques » de la Maison Européenne de la Photographie. Trois vintages exceptionnels qui ont révolutionné la photographie de mode dans les années 50, installant les mannequins dans les décors de la vraie vie, au milieu de la foule. Sur ces trois photos, Klein libère la mode de la contrainte menteuse des studios, il éteint la lueur artificielle des balcars, et allume les lumières de la ville, rapprochant ainsi la Haute Couture du grand public. Celui des trottoirs. Ces trois photos sont le point de départ de l’exposition libre de William Klein à la galerie Polka. La seconde consigne : qu’il n’en fasse qu’à sa tête. Ce qu’il s’est appliqué à faire méthodiquement.

Polka Galerie
Du 16 novembre 2010 au 29 janvier 2011
Cour de Venise, 12 rue Saint-Gilles, 75003
Tél. : 01 71 20 54 97
www.polkaimage.com
Mº Chemin-Vert ou Saint-Paul
Ouvert du mardi au samedi de 11 h à 19 h 30.
Entrée libre

Marines. du document à l’œuvre, Musée national de la Marine

Cette exposition est l’occasion d’un dialogue entre des images issues de la collection de la Maison Européenne de la Photographie et du fonds de photographies du musée national de la Marine. Elle propose des rapprochements formels ou conceptuels, montre des convergences entre deux collections très éloignées l’une de l’autre par leur histoire et leur contenu. Si celle de la MEP, représentative des différentes formes de la création contemporaine en photographie est connue du public, celle du musée de la Marine, riche de plusieurs milliers d’images, demeure encore confidentielle.

Musée national de la Marine
Du 17 novembre 2010 au 28 février 2011
17 place du Trocadéro, 75016
Tél. : 01 53 65 69 30
www.musee-marine.fr
Mº Trocadéro
Ouvert du mercredi au lundi de 10 h à 18 h.
9€ – 7€ – 5€ – 3€ (tarifs)

Share

Jeu de Paume, Fondation Henri Cartier-Bresson et Galerie VU'

10 Nov

Aujourd’hui, je vais vous présenter les expositions qui se déroulent au Jeu de Paume, à la Fondation Henri Cartier -Bresson et à la Galerie VU’

André Kertész au Jeu de Paume

Traverser les Tuileries, même sous la pluie, est un vrai plaisir ! Les feuilles mortes, la perspective du Louvre, la pyramide, Paris …  bref je m’évade là !

Arrivée au Jeu de Paume, mouillée, j’étais impatiente de visiter l’expo d’un photographe que j’apprécie beaucoup, André Kertész, qui  a légué en l’état ses archives et ses négatifs.

Cette exposition nous permet d’apprécier en noir et blanc, toutes les périodes de la vie du photographe, sa jeunesse hongroise, sa vie parisienne et surtout sa trop longue période aux États-Unis où, en tant qu’exilé désespéré, il passa près de 50 années. En fin d’exposition, on retrouve de la couleur, mais peu, car expérimentation de fin de vie.
Une belle visite donc, à ne pas manquer, une sorte de livre ouvert sur la vie d’un grand « Monsieur » qui se disait amateur en la matière, mais mérite bien que l’on dise de lui qu’il faisait parti des grands noms de la profession…

Jeu de Paume
Du 28 septembre 2010 au 6 février 2011
1 place de la Concorde, 75008 Paris
Tél. : 01 47 03 12 50
www.jeudepaume.org

Mº Concorde
le samedi et dimanche de 10h à 19h.
Nocturne le mardi jusqu’à 21 h.
Ouvert du mercredi au vendredi de 12 h à 19 h,
Entrée : 7 € TP, 5 € TR

Harry Callahan, « Variations »,  à la Fondation Henri Cartier-Bresson

« La photographie est une aventure, tout comme la vie est une aventure. Si une personne veut s’exprimer photographiquement, elle doit absolument comprendre sa propre relation à la vie. » Harry Callahan
À l’occasion du trentième anniversaire du Mois de la Photo, la MEP a mis à disposition un large éventail de ses collections. La Fondation HCB a retenu l’important ensemble de Harry Callahan (1912-1999), complété par les collections de la galerie Peter MacGill, du MoMA et de la galerie Thomas Zander. À travers une centaine de tirages, cette présentation permet de découvrir les thèmes de prédilection du photographe – la ville, sa famille et la nature, trois axes intimement liés à sa vie personnelle, qui vont se conjuguer jusqu’à la fin.

Fondation Henri Cartier-Bresson
Du 7 septembre au 19 décembre 2010
2 impasse Lebouis, 75014
Tél. : 01 56 80 27 00
www.henricartierbresson.org
Mº Gaîté
Ouvert du mardi au dimanche
de 13 h à 18 h 30, le mercredi jusqu’à 20 h 30,
le samedi de 11 h à 18 h 45
Entrée : 6 € TP / 3 € TR

Michael Ackerman : Half Life, Galerie VU’

Fraîchement déménagée dans le 9e arrondissement, la Galerie VU’ nous propose une très  belle exposition sur Michael Ackerman. Portraits et paysages émergent de noirs profonds et de lumières surréelles dont seul l’artiste a le secret. Ils révèlent un univers mental qui emprunte au réel juste ce qu’il faut pour le nourrir. En effet, aucune démarche documentaire n’anime Michael Ackerman, si ce n’est dévoiler sa propre appréhension du monde, faite de sentiments mêlés de tendresse, d’amour, de solitude et d’inquiétude, mais aussi d’interrogations et d’obsessions.

Galerie VU’
Du 10 novembre 2010 au 8 janvier 2011
58 rue Saint-Lazare, 75009 Paris
Tél. : 01 53 01 05 03
http://www.galerievu.com/
Mº Trinité-d’Estienne d’Orves
ou Haussmann Saint-Lazare
Ouvert du lundi au samedi de 14 h à 19 h
Entrée libre

Share

Le Mois de la Photo : un blog !

9 Nov

 

Marc Riboud, Washington, 1967 © Marc Riboud / Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris

Paris aime la photo.  A l’occasion des 30 ans du Mois de la photo, rendez-vous biennal, il eut été dommage de ne pas vous faire profiter des nombreux lieux d’expositions participant à cette grande et belle manifestation.  Je vous présenterai donc tous les jours un des lieux d’expo de l’événement.

« L’objectif reste toujours de partager émotions, plaisirs et découvertes »

Cette année La Maison Européenne de la Photographie coordonne cette 16eme édition avec brio. Jean-Luc Monterosso est le directeur artistique de la MEP. Pour lui, la collection, riche de  plus de 20 000 oeuvres contemporaines « est, le temps d’un festival, mise à la disposition de tous. Présentée hors les murs, en regard d’autres oeuvres, elle s’offre ainsi au public dans sa diversité et sa singularité. Chacun, conservateur, directeur d’institution ou galeriste est venu emprunter, là un rare « vintage », ici un ensemble cohérent encore jamais exposé (comme la donation Harry Callahan faite par l’auteur à la MEP et présentée à la Fondation Henri Cartier-Bresson), ou encore, à l’Institut culturel italien, quarante tirages de Mario Giacomelli. » « Avec ses 58 expositions et ses animations,cette seizième édition présentera ainsi au grand public des événements exceptionnels, dont l’objectif reste toujours de partager, dans cette Ville Lumière, berceau de la photographie, émotions, plaisirs et découvertes« .

Cette édition promet d’être fabuleuse, tant par la richesse exeptionnelle du fond de la MEP que par les différents acteurs de ce Mois de la Photo, tous profondément épris de cet art…

Je vous présente donc aujourd’hui les expositions de la Maison Européenne de la Photographie,  ainsi que celle du Petit Palais et du Musée d’art Moderne de la Ville de Paris.

 « Autour de l’extrême » à la Maison Européenne de la Photographie

Visualisez le diaporama en grand format,  les crédits ainsi que les lieux d’exposition des photos présentées en cliquant sur l’image.

L’exposition « Autour de l’extrême » offre un grand nombre des œuvres majeures de la collection de la MEP, commencée en 1980.

L’expo explore les territoires du visible, de la conquête de la lune aux conflits les plus récents, en passant par la recherche médicale ou les expérimentations autour du medium. On y retrouve des photographes internationalement reconnus comme Pierre Molinier, Mapplethorpe, Andres, Serano ou Rodrigo Braga et  Raphaël Dallaporta, ( ces deux derniers sont de très jeunes photographes).
Des œuvres ont d’ailleurs été spécialement produites à cette occasion, comme par exemple celles d’Alain Volut ou de Claudia Jaguaribe.

Cette fois-ci, j’ai découvert le travail de Rodolphe von Gombergh, radiologue et artiste, qui détourne les techniques de l’imagerie médicale pour créer un univers singulier à travers hologrammes ou écrans en relief. Mélant ultras-sons, ondes éléctromagnétiques et rayon X, l’invisible devient visible.  Intéressant…

A retenir aussi le magnifique et poignant reportage d’Olivier Laban-Mattei sur Haïti, lauréat du 16e Grand prix Paris Match. Depuis la création du Mois de la Photo par Roger Théron et Jean-Luc Monterosso, ce prix désigne le reporter photographe de l’année.

Quelques coups de coeur en vrac…

Quelques coups de coeur en vrac – et à défaut de pouvoir tous les citer : Le New York de Bruce Davidson, un éloge de la beauté avec la magnifique série de 3 nus de Martin Parr, entre gravure et photographie. Les portraits de Bill Brant, Jean-Loup Sieff ou Richard Avedon. Salgado, toujours et encore, cher à mon coeur, la série Igarapé 2007 de Claudia Jaguaibe, qui nous emmène au profond de la forêt de cette ville brésilienne qu’est Igarapé. Ansel Adams avec « Moonrise, Hernandez » prise au nouveau mexique en 1942. Les écorchés de David Nebreda, le travail de Rodrigo Braga ou Joel Peter Witkin, qui parmi d’autres artistes, présentent des images de corps décharnés, martyrisés ou mutilés. Elles pourraient d’ailleurs heurter les âmes les plus sensibles, tout en évoquant ce que certains pourraient qualifier d’extrême beauté …

Bref, comme toujours, les excellents choix et la richesse du fonds de la MEP vous feront découvrir ou redécouvrir des photographes majeurs de l’histoire photographique contemporaine.

Maison européenne de la photographie
Du 10 novembre 2010 au 30 janvier 2011
5/7 rue de Fourcy, 75004 Paris
Tél. : 01 44 78 75 00
www.mep-fr.org
Mº Saint-Paul ou Pont-Marie
Ouvert du mercredi au dimanche
de 11 h à 20 h.
Entrée : 7 € TP / 4 € TR .
Gratuit tous les mercredis à partir de 17 h

« 100 photos de Pierre et Alexandra Boulat pour la liberté de la Presse » au Petit Palais et  « Larry Clark: Kiss the past, hello » au Musée d’Art Moderne

Le Petit Palais soutient Reporters sans frontières qui fête ses 25 ans. Il expose son album anniversaire consacré à Pierre et Alexandra Boulat. Impliqué avec la Ville de Paris dans le combat pour la liberté d’expression et la défense des journalistes, le Petit Palais est le lieu idéal pour célébrer la photographie engagée.

Rendant hommage à deux grands noms du photoreportage français, l’album « 100 photos de Pierre et Alexandra Boulat pour la liberté de la presse », édité par Reporters sans frontières, et l’exposition au Petit Palais montrent deux regards croisés sur le monde – regards passionnés, déroutants, profondément humanistes.  Les reportages de Pierre, sur les bidonvilles de Nanterre dans les années 1950 ou sur le quotidien des femmes américaines, dégagent la même intensité que ceux de sa fille à Gaza ou sur les souffrances des mères afghanes, quatre décennies plus tard.
Magnifique exposition qui ne laisse pas insensible, véritable leçon d’humilité,  les clichés d’un père et de sa fille, font preuve d’un extraordinaire ordinaire ….

http://www.dailymotion.com/video/xevzyd

 

Petit Palais-Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
Du 9 septembre 2010 au 27 février 2011
Avenue Winston-Churchill, 75008 Paris
www.petitpalais.paris.fr
Tél. : 01 53 43 40 00
Mº Champs-Élysées Clémenceau
Ouvert tous les jours,
de 10 h à 18 h sauf les lundis et jours fériés.
Entrée libre

Le MAM/ARC présente « Larry Clark : Kiss the past, hello », première rétrospective en France du photographe et réalisateur Larry Clark. Conçue en étroite collaboration avec ce dernier, elle explore sur cinquante années de création à travers plus de deux cents tirages d’origine et en grande partie inédits. Internationalement reconnu pour son travail, Larry Clark traduit sans concession la perte de repères et les dérives de l’adolescence.
En miroir de l’exposition, le Musée d’Art moderne présente une sélection de photographies américaines des années 70 et 80 issues des collections de la Maison Européenne de la Photographie.

Exposition interdite au moins de 18ans.

Musée d’art moderne de la Ville de Paris
Du 8 octobre 2010 au 2 janvier 2011
11 avenue du président-Wilson, 75016 Paris
Tél. : 01 53 67 40 00
Mº Alma-Marceau ou Iéna
Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 18 h.
Nocturne le jeudi jusqu’à 22 h
Entrée : 5 € TP / 2,5 € TR

Share