Paris.fr
Accueil

Au pays sans frontières de Nawel and LilaBox

10 Mai

Nawel Ben Kraiem a la voix rauque, le rire généreux et la blondeur des dunes tunisiennes dont elle est originaire par son père… Elle présente son projet Nawel and LilaBox comme un lieu de rencontre de ses différentes langues : l’arabe, le français et l’anglais, comme un choix délibéré de les lier, parfois au sein d’une même chanson. Le projet de Nawel est éminemment métissé, tant au niveau du langage que des sonorités qui mêlent l’acoustique à l’électrique. Pourtant Nawel n’aime pas trop qu’on la classe dans la rubrique « musique du monde » mais plutôt dans celle de la musique actuelle… Ce qui frappe, au premier abord, est bien cette voix rocailleuse qui fait sortir d’elle, la poésie onirique des poètes arabes dont elle s’inspire ou les combats sociaux qu’elle a aussi envie de défendre. Entre la culture tunisienne dans laquelle elle a baigné jusqu’à seize ans et la culture française dont elle est aujourd’hui empreinte, ayant choisi de s’installer à Paris, elle évoque son métissage comme un élément qui ressort naturellement lorsqu’elle écrit et compose.

http://www.dailymotion.com/video/xin19w

Nawel propose un univers empreint de sensibilité mais aussi de forte énergie, porté par une voix que l’on a déjà pu comparer à celle de l’artiste franco-marocaine Sapho. Mais là où Sapho, pour moi, joue des ténèbres, Nawel, elle, joue de la lumière. Tout est éclat en elle, jusqu’à son rire qui a ponctué notre rendez-vous, passé chez elle, un après midi de bruine parisienne. Ce jour là, elle était accompagnée de Remy Laurent (guitare) qui l’aide aussi dans la composition des chansons et de Nicolas Bauer (contrebasse) avec qui elle a formé son groupe, auxquel Guilhem Seguin (rythmique) se joint sur scène.

Toute la chanson « Time that angels hide », enregistrée lors de l’interview.
http://www.dailymotion.com/video/xin0lk

Et quand même il faut le souligner : Nawel sera à Cannes, cette année, oui oui au Festival! Elle est invitée par la Sacem et l’Adami, en tant que jeune auteure compositrice. En effet, une des ses chansons « Ya touness »a ete prise pour le générique  du film « Yasmine et la revolution » de Karin Albou. Une chanson que Nawel a écrite pour la révolution tunisienne… Et puisque je parle de Cannes, il faut dire que Nawel est aussi comédienne et qu’elle fera peut être de belles rencontres mais là commence une autre histoire…

Suivez Nawel sur myspace.com/nawelandthelilabox ou sur sa page facebook

Ses prochaines dates de concert :
Mercredi 25 mai a l’olympic cafe, rue Leon ds le 18eme)
Vendredi 27 mai a la Peche (montreuil)
Samedi 4 juin dans les Vosges au Festival de la voie verte
Vendredi 24 juin a l’OPA (9, rue Biscornet, 12eme )

Share

3 Responses to “Au pays sans frontières de Nawel and LilaBox”

  1. mathieu 13 mai 2011 at 10 h 43 min #

    Bravo! jolie decouverte

    • Delphine 13 mai 2011 at 13 h 13 min #

      merci! je t’invite à aller la voir en concert et à revenir sur ce blog il y aura d’autres interviews d’elle!

  2. zaz 20 mai 2011 at 11 h 36 min #

    waaouh!!

Leave a Reply