Paris.fr
Accueil

Nuits Capitales pour jours minuscules !

10 Nov

C’est la deuxième année que Les Nuits Capitales se chargent d’égayer notre vie nocturne pendant 7 nuits, avec à la fois des concerts dans des lieux sympas et des soirée électro clubbing.
Objectif : montrer que la nuit à Paris ne meurt pas, du nom du collectif qui se créa à l’origine. En effet, conçues par les instigateurs de la pétition « Paris : Quand la nuit meurt en silence » (regroupés au sein de l’association Nuit Vive) et par le réseau MAP (Musiques Actuelles à Paris), Les Nuits Capitales sont vouées à redonner des couleurs à la « night » ! Le sésame c’est le pass à 5€, parce qu’avec lui, vous allez bénéficier d’avantages chez tous les partenaires de l’événement, comme des billet à tarif réduit ou des verres offerts selon les lieux. Tout est expliqué là nuitscapitales.com/fr/pass. C’est du 14 au 20 novembre.

Pour bien commencer et se mettre dans l’ambiance difficile de faire l’impasse de la soirée d’ouverture, le lundi 14 à partir de 18h, au CentQuatre, 5 rue curial dans le 19e. Le lieu est déjà à lui seul, un endroit à voir et vous y croiserez Albin de la Simone entres autres invités et le nouveau spectacle Nouvelle Vague de JC Castelbajac.

Après j’avoue que c’était quand même très difficile de faire un choix,tellement la programmation est dense, alors je vous livre mes cris de joie, par soirs, en regardant la programmation :

Mardi 15 novembre :

Comment ne pas me réjouir de la soirée qui se prépare dans ce super bar/concert du 20eme, le Bouillon Belge (6, rue Planchat) où sont réunis ce soir là deux de mes groupes chouchous Arnold et 3 minutes sur mer. Entrée libre

====

Mercredi 16 novembre :
Winston McAnuff & The Bazbaz Orchestra Au Batofar Port de la Gare, Paris 75013. La rencontre du reggae roots et des racines jamaïcaines de Winston avec le funk parisien de Camille Bazbaz et de son orchestre.

———–

Le Festival Fédé’Chansons avec Thérèse + Jean Mouchés + From & Ziel + Sarah Olivier + Soeurs Moustaches + Maud Lubeck au Centre Musical Fleury Goutte d’Or – Barbara 1, rue de Fleury, Paris 75018 avec une majorité de jeunes femmes prometteuses.

————

Oui bon sinon il y a aussi Paul Personne en concert exceptionnel dans les locaux de Oui FM…

====

Jeudi 17 novembre :

Ben oui désolée mais c’est encore au Bouillon Belge :  la soirée 1000shake avec Inglenook jeune groupe au ukulélé joyeux mélant sans complexe harmonies vocales, folk, pop et musique classique et aussi avec Edo pantin dansant chantant à l’univers mystérieux et à la fois très réaliste, pour des chansons électro-folk, à servir bien frais !

———

OU sinon « Faut sortir le chien »  à La Reine Blanche, 2 bis passage Ruelle, Paris 75018, pour un savant mélange de chansons pas comme les autres et de mise en scène déjantée.
——————

OU sinon deux belles et suaves chanteuses Haylen et Betty Seymour à La Rotonde 6-8 , Place de la Bataille de Stalingrad, Paris 75019. Haylen vous fera danser sur sa SOUL et son rock en passant par la bossa Nova ou le reggae, tandis que Betty Seymour vous contera ses histoires vous entraînant dans ses ballades Pop-Folk.

====

Vendredi 18 novembre :

Pourquoi pas? et 2 grammes à L’OPA 9 Rue Biscornet, Paris 75012 pour une soirée énergique entre funck electro et et un début de soirée aux saveurs franco-portugaises.

====

Samedi 19 novembre 
Bon là il faut aller jusqu’au Canal 93 63 avenue Jean Jaurès, 93000 Bobigny mais eh oh c’est pas  si loin et là il y a l’envoutante L et ses mélodies qui vont se poser sur vous comme des ailes d’oiseaux de paradis, et Lisa Portellila chanteuse rock la plus inspirante du moment, pour moi! (c’est d’ailleurs une de mes chouchoutes du blog). Ne les ratez pas!

===

Dimanche 20 novembre : 
Une répétition publique avec Erevan Tusk Répétition publique  de 17h00 – 18h00 aux SMOM studios, 10, rue Boyer 75020 PARIS Entrée libre sur réservation (attention c’est seulement 25 pers mais l’idée m’a bien plu Contact sur contact.smom@wanadoo.fr
———–
Des concerts intimistes dans le 11eme, dans des lieux aussi sympas que  le Pied de Biche  (86, rue de Charonne 75011 ) la Galerie Goutte de terre (46 rue Godefroy Cavaignac 75011) ou le Garden (39 rue Saint Maur 75011) avec Cléo T à 14h, Sarah Jeanne à 16h ou Simon Boudoux, à 18h une belle balade en concerts pour un dimanche à la cool, organisée par les Boutiques Sonores voir le programme et des videos des artistes sur leur site
====
A voir, à faire aussi : si la croisière romantico gnangnan c’est pas trop votre truc ça tombe bien, il y a les croisières électro à choisir parmi celles programmées, selon les soirs, par les festivals NUITS SONORES (Lyon), RÉSONANCE (Avignon), AIRES LIBRES (Marseille), WE LOVE (Paris) & et le magazine VICE, ça va secouer sur la Seine !

Et si vous rentrez en noctilien les nuits du mercredi 16 et du jeudi 17, à partir de 00h30, vous croiserez, les musiciens du métro de la RATP, l’occasion de croiser peut être le nouveau Keziah Jones, qui sait ?

Bon et bien je sens qu’on va croiser quelques visages bien cernés, après tout ça !

Profitez en bien, tout le programme est là : nuitscapitales.com/fr

Faites donc le vôtre !


Share

36 Responses to “Nuits Capitales pour jours minuscules !”

  1. Berchon 11 novembre 2011 at 11 h 42 min #

    Une phrase anodine évoquant une mythique campagne silencieuse, laisserait penser que tous les artistes seraient des braillards et que la musique ne saurait s’exprimer sans un déchainement de décibels. Le détail du programme dément heureusement cette vilaine impression. L’expression artistique n’a pas besoin de pratiquer l’agression pour être inventive, joyeuse et libératrice. Et bravo aux organisateurs, pour cette fédération d’initiatives urbaines.

    • Elisabeth 12 novembre 2011 at 7 h 47 min #

      Ben c’est pourtant facile à comprendre, quand on appelle son blog « Pousse le son » et qu’on écrit « si vous avez envie de passer des nuits calmes mieux vaut poser tout de suite votre semaine de vacances au fin fond de votre campagne préférée ». Nous, associations de riverains des établissements de nuit qui cherchons simplement à pouvoir dormir dans nos appartements pour lesquels nous payons des loyers, ce qui nécessite de nous lever à 7h du mat pour aller travailler, sommes ulcérés de lire de tels propos. Peut-être avez-vous pris modèle sur le Maire de Paris, qui héberge ce blog et qui, régulièrement lorsque nous lui demandons d’assurer le droit au sommeil de ses administrés, nous rétorque que nous n’avons qu’à aller vivre à Rodez. La Ville encourage de plus en plus de manifestations nocturnes comme celle que vous décrivez et vient d’autoriser la construction d’une boîte de nuit géante dans le Marais, sans se soucier des dégâts collatéraux en termes de clients éméchés braillant dans les rues jusqu’à pas d’heure. Paris est une ville dense et si elle ne veut pas devenir une ville musée, elle doit se préoccuper de conserver ses habitants et non les envoyer à la campagne comme vous le faites.

  2. OT 11 novembre 2011 at 23 h 30 min #

    « si vous avez envie de passer des nuits calmes mieux vaut poser tout de suite votre semaine de vacances au fin fond de votre campagne préférée ».
    Cette phrase est extrêmement choquante. Pourquoi, si l’on travaille la journée ou que l’on a des enfants en bas age, devrait-on poser des jours de congé et partir à la campagne afin de pouvoir simplement dormir la nuit ?!!
    Paris est-il réservé à une population de fêtards et pas aux autres ?
    Je rappelle que, Nuits Capitales ou pas, le tapage nocturne est interdit et passible de condamnations et d’amendes.

  3. Gilles Pourbaix 12 novembre 2011 at 9 h 21 min #

    « C’est du 14 au 20 novembre alors si vous avez envie de passer des nuits calmes mieux vaut poser tout de suite votre semaine de vacances au fin fond de votre campagne préférée… » Ahurissant de lire ce genre de propos sur un site officiel de la Mairie de Paris. Prôner le déplacement de population, se débarrasser du gêneur (qui en fait est le gêné), n’est-ce pas une proposition digne des régimes totalitaires?
    Virer les gens qui travaillent et se lèvent à 6h, virer les enfants qui vont à l’école et se lèvent à 7h, voilà la dernière trouvaille de la Mairie de Paris?
    Qui habitera à Paris, qui y paiera des impôts quand tous les parisiens excédés par le bruit auront suivi les conseils de la Mairie de Paris : d’aller vivre à Rodez comme nous le conseillait il y a quelques années le Maire de Paris ou de partir à la campagne comme nous y invite ce blog officiel de la Mairie de Paris?
    Que signifie cette politique d’exclusion?

  4. Delphine 12 novembre 2011 at 9 h 52 min #

    J’ai retiré de cet article une phrase qui apparemment choquait certaines personnes : mon but est avant tout de proposer une sélection de concerts, pas de susciter une polémique sans fin, pour laquelle je ne suis d’ailleurs pas la bonne interlocutrice pour y apporter des réponses. Désolée pour ceux qui ont mal pris certains mots. Delphine

  5. Vivre le Marais ! 12 novembre 2011 at 10 h 06 min #

    Vous avez eu raison de retirer cette phrase qui disait : « C’est du 14 au 20 novembre alors si vous avez envie de passer des nuits calmes mieux vaut poser tout de suite votre semaine de vacances au fin fond de votre campagne préférée », car elle évoquait des déplacements de population qui ne sont pas à l’honneur de ceux qui les ont pratiqués.
    Il reste que vous l’avez bien pensé à un moment avec la bénédiction de l’entourage de Bertrand Delanoë, qui a lui-même suggéré en son temps « l’exil à Rodez » (je me demande ce qu’en pensent les ruthénois).
    Merci en tout cas pour votre geste de 9h52 par lequel vous avez effacé cette phrase inappropriée.
    Gérard Simonet
    Président

  6. Delphine 12 novembre 2011 at 11 h 19 min #

    Oulala n’en jetez plus ! J’assure écrire en mon nom sur ce blog comme je vous invite à le découvrir sur d’autres billets et lorsqu’une manifestation met en avant des soirées de concerts, je les relaie ici en y piochant des artistes qui me plaisent.
    Je reconnais la maladresse de cette phrase qui ne portait en elle, je vous prie de le croire, aucune des vilaines intentions que vous lui prêtez. Le débat reste ouvert, nous en sommes tous conscients mais je le redis ce n’est pas dans ces pages qu’il se réglera.
    Une précision sur le nom de ce blog qui ne se veut pas une invitation au tapage nocturne mais plus une invitation à « pousser » vers les autres, le son des jeunes « pousses » parisiennes qui enchantent notre ville. Je vous souhaite un bon week end et salue les habitants des campagnes voisines et évidemment amies, qu’on ne se méprenne pas.
    Delphine

    • Gilles Pourbaix 12 novembre 2011 at 12 h 00 min #

      Désolé mais il ne s’agit pas du « blog de Delphine » mais du blog de paris.fr
      Il s’agit donc d’un blog institutionnel qui est la vitrine et le porte-parole de paris.fr donc de la Mairie de Paris.
      Et ne jouez pas sur le mot. « Pousse le son » est bien compris en « monte le son ».
      Que sera Paris vidé de ses habitants? Un musée? Des façades de décor de cinéma avec personne derrière? Un Disneyland géant?

  7. Esten 12 novembre 2011 at 12 h 16 min #

    Tout à fait d’accord avec les commentaires de Gilles, Elisabeth et Vivre le Marais ! Même si la phrase plus qu’inappropriée a diparu, le fond de la pensée reste
    inchangé. Si vous n’êtes pas content, allez ailleurs…
    Dans quel pays vivons-nous si les élus ou ceux qui les représentent prônent le non-respect des lois et de ceux qui les ont élus ?
    Rappel : Lors du débat nocturne des Etats Généraux de la Nuit, j’avais entendu une phrase très choquante de la part d’un professionnel qui s’adressait aux représentants des riverains : » vous-les riverains-, on sait que vous avez la loi pour vous… », c’était dit comme si respecter la loi était une tare !

  8. Vivre le Marais ! 12 novembre 2011 at 12 h 26 min #

    « Pousse le son » nous semble être la traduction de « pump up the volume ! »
    C’est sans équivoque.
    VlM

  9. Guilhem 12 novembre 2011 at 13 h 33 min #

    Je pense que les Ruthénois qui verront débarquer les parisiens retrouverons 80% de compatriotes et autres cousins exilés sur la capitale ,sans doute avec plaisir (je me le permet je viens de Rodez) !
    L’ensemble de ces commentaires est déplorable on y retrouve tout les couillons se plaignant du bruit après avoir aménager ou même acheter un appart au dessus d’un bar de nuit ou d’une salle de concert. pour le calme des uns on doit laisser mourir la culture de l’ensemble? Paris restera Paris, une capitale de son, d’art, de vie nocturne, de mode et ..de connards!
    Ce blog est dédié à la découverte de jeunes talents pour que ces derniers vous soient accessibles et vous n’interprétez que mal une métaphore qui dit « attention ça va être une superbe fête avec une prog de qualité ».

    « Quand le sage montre le ciel, l’idiot regarde le doigt ».

    « Pousse le son » n’est pas un titre pour foutre le bordel mais juste pour faire entendre les jeunes pousses de talents à Paris étouffés par votre bétise.
    et pour ceux d’ hors et déjà fatigué de se lever à 7h pour payer le loyer d’une habitation impropre au sommeil ,vous pensez qu’on ne bosse pas non plus le lendemain ?

    Allez! Faite interdire les festivals, instaurons le musette à l’heure du goûter, fermons tous les bars de nuits et bientôt vous nous rejoindrez en province car vous en aurez vite marre de promener BB autour de l’elysée (le votre ,la notre à brûlait …)

    Car oui si on meurt Paris meurt avec nous et vous resterez au calme d’un dortoir sans vie.

    Je ne vous salue pas

    • Gilles Pourbaix 12 novembre 2011 at 15 h 27 min #

      Décidément ce blog de la Mairie de Paris est le blog de tous les excès de langage.
      Sa rédactrice encourage à la déportation (temporaire quand même!) des personnes gênés dans leur sommeil et maintenant un certain Guilhem traite les personnes qui osent s’insurger de ‘connards » et de « couillons ». Et tout cela passe sans problème sur un blog officiel de la Mairie de Paris! Quid de la modération?
      Guilhem, désolé mais la règle de l’antériorité n’existe pas. Vous ne pouvez pas dire : « vous êtes venus vous installer au dessus d’un bar, il y a du bruit, tant pis pour vous. » Car cette même règle pourrait être inversée quand le bar s’est installé alors que l’immeuble était déjà occupés par ses habitants. Et les personnes qui habitent au-dessus ou prêt d’un bar doivent déguerpir?
      Nous ne sommes par contre la fête, contre la musique, contre les artistes. Nous sommes pour tout cela.
      Mais ces activités ne doivent pas se faire au détriment de la santé des habitants de Paris. Car le bruit et les troubles du sommeil sont une question de santé publique.
      Et que veut dire une « habitation impropre au sommeil »? Si une activité commerciale est incompatible avec son environnement, elle ne peut tout simplement pas s’installer. Vous voulez dire que si on habite dans le Marais, à Montorgueil, à la Butte aux Cailles, le long du Canal Saint-Martin, à Oberkampf, à la Bastille (j’en oublie) on réside dans une « habitation impropre au sommeil »? Il faut vider les locaux de leurs occupants et pourquoi pas les murer pour êtres sûrs que d’autres « couillons » ou « connards » ne viendront pas y habiter?
      Guilhem, au nom de la soit-disant liberté des créateurs musicaux, vous dévoilez une idéologie d’exclusion qui fait peur.
      Attention Delphine, la loi de Godwin va bientôt frapper le blog de paris.fr.

  10. Michel 12 novembre 2011 at 14 h 24 min #

    Ce débat capital à connu une grande avancée aujourd’hui. Certes, la phrase de Mlle Pousse Le Son n’était peut être pas la plus appropriées mais de grâce, d’un coté comme de l’autre -à savoir, des partisans des nuits calmes comme ceux des nuits agitées et musicales, ne cédons pas à l’amalgame facile. Il s’agit du blog de Delphine pas celui de la Mairie de Paris ni de son Maire, ses propos n’engagent qu’elle et finalement, permet une tribune libre à ceux qui ne partagent pas ses idées, les nombreux commentaires indignés par l’expression de l’auteure dudit blog seront gré d’accepter ce point.

    Dans l’amalgame et l’exagération, tout comme dans la maladresse les torts sont partagés : la grande majorité des « fêtard » et « oiseaux de nuit » parisien sont des être respectables, qui ne sont pas tous chômeurs avec des temps libres, beaucoup bossent aussi le lendemain pour -eux aussi payent un loyer. Les professionnels de la nuit ne sont pas d’horribles businessmans louches mais des gens comme vous et moi, avec leurs responsabilités et leur contraintes et eux aussi payent des loyers et des serveurs, barman et barmaids, qui eux aussi travaillent et nombre d’étudiants survivent grâce à ces petits boulots.
    J’ai des enfants en bas-âge (un en fait) et je vous assure qu’une fois endormi à 20h, si il se réveille pendant la nuit c’est plus généralement pour réclamer à manger etc. (les parents comprennent) qu’à cause du bruit dehors (ok, ça arrive, j’ai dit, pas d’amalgames ni d’exagération). Je suis souvent debout à 3h du matin, et j’entends (parfois) quelques braillards avinés que je méprise tant pour leur irrespect que pour leur incapacité à contrôler leur consommation d’alcool mais dois-je pour autant mépriser toute la vie nocturne. Donc, je vis à Paris, à Montmartre -qui n’est pas le lieu le plus calme de la capitale, ni le moins cher, il y a trois bars autour de chez moi, je savais ou j’allais à ce à quoi je m’exposais et je trouve les clients exemplaires, même quand ils râlent parce que j’appelle le patron pour qu’il baisse le son et que ça fait chier tout le monde.

    Envoyer ceux qui ne sortent pas et qui -légitiment, veulent le calme une fois la nuit tombée, s’exiler à la campagne est très maladroit, d’autant que les nuits Avignonnaises, Montpelliéraines (par exemple) sont toutes aussi bruyantes (je parle en connaissance de cause) et qu’on s’ennuie ferme à la campagne.

    Paris Nuit Capitale et Paris, quand la Nuit Meurs en Silence ne sont pas là pour faire la Guerre mais pour responsabiliser les riverains, les professionnels de la nuit et les consommateurs (peu importe l’ordre) à un comportement plus respectueux. Paris deviendra une ville musée si elle se prive des ses habitants « nocturnes » comme « diurnes ». Je suis convaincu que si les nuits parisiennes sont éteintes, que les boites, bars et salles de concerts cessent de fleurir, on aura beaucoup plus de braillards incontrôlé la nuit (visitez donc l’Angleterre ou les pays scandinaves) et bien plus de criminalité.

    Maintenant, un truc que j’ai du mal à comprendre, c’est que Paris, ville mouvante et bruyante, c’est un fait acquis et reconnu depuis des décennies… Comme beaucoup de capitales. Pourquoi est-ce à ce point la guerre depuis quelques années. L’ivrogne à toujours braillé dans les rues à 3h du matin, la salle de concert a toujours produit des décibels, les bars toujours ouverts leurs terrasses… enfin je crois. Pourquoi la guerre à t’elle éclatée ces 5 dernières années ? Bon, la cigarette dehors n’explique pas tout, de moins en moins de bar ouvrent leurs terrasses le soir pour limiter le tapage nocturne, veille à leur clientèle, ferment plus tôt. Les « diurnes » continuent à se coucher tôt parce que demain on travaille à 7h (NB moi je commence à 9, alors je sors un peu en semaine, mais jamais tard, et je ne fais jamais de bruit, ni mes potes, ni la grande majorité des gens que je vois la nuit)… Je pige pas comment on en est arrivé là. A 20 ans, j’étais heureux de vivre, jeune et un peu con, on l’a tous plus ou moins été, on a tous fait des bêtises et on a tous subit l’opprobre des « couche tôt » -qui eux même ont eut 20 ans etc.

    Michel – Trentenaire et tolérant (un peu donneur de leçon quand même).

    • Gilles Pourbaix 12 novembre 2011 at 15 h 37 min #

      Désolé Michel l’adresse du blog n’est par blogs.delphine .fr mais blogs.paris.fr. On trouve un lien vers ce blog sur le site de la Mairie de Paris et dans la newsletter hebdomadaire de la Mairie de Paris.
      Les propos qui sont tenus sur ce blog engagent la Mairie de Paris.
      Qu’en pense M. Mao Penninou?

    • Guilhem 13 novembre 2011 at 0 h 45 min #

      ce problème a grandi avec la loi de l’interdiction de fumer dans les bars, ce qui a amené la clientèle sur le trottoir et les cafés a gérer leurs ouvertures de portes laissant le son envahir les rues…
      en partie.

  11. Esten 12 novembre 2011 at 15 h 01 min #

    Guilhem , super votre intolérance vis-à-vis des habitants qui sans être contre toute musique, tout amusement et autres festivités veulent tout simplement eux aussi pouvoir vivre sans être trop gênés et sans gêner les autres !! Dans ma grande bienveillance, je ne vous souhaite pas d’être, un jour « malade à crever », de rechercher le calme et d’être envahi par des intrus insupportables… Car les décibels trop importants sont comme des ennemis qui s’introduisent chez vous pour vous nuire ( savez-vous qu’une heure d’écoute quotidienne à 90 dcb crée des lésions irréversibles aussi bien au niveau de l’oreille que dans le cerveau !)
    Ceci dit, je suis époustouflé que ce blog laisse passer des insultes et des grossièretés : je croyais qu’il existait un modérateur !

    • Guilhem 13 novembre 2011 at 0 h 54 min #

      Je n’ai de problème qu’avec ceux qui attaquent un blog culturel ayant pour mission de diffuser de jeunes artistes et qui n’est nullement responsable de vos problèmes de bruit.
      L’article ne fait que diffuser le programme de la soirée avec enthousiasme.
      Je trouve vos oreilles chaste et votre vu basse,vous vous choquez de peu.Je ne m’attaque qu’a ceux qui ont régis ici de façon fachiste et non à l’ensemble des personne qui subissent les pollutions sonores. le blog s’appelle « pousse le son » et non « bourre toi la geule dans la rue ».qui fait des amalgames ? je ne m’adresse qu’a vous les commentaires de cette pages!!!

      • Gilles Pourbaix 13 novembre 2011 at 11 h 03 min #

        Le Maire de Paris veut nous envoyer à Rodez, le blogs.paris.fr veut nous déporter à la campagne et Guilhem nous traite de « fascistes »?
        La loi de Godwin est à nouveau vérifiée. Cette « loi » s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle une discussion qui dure peut amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes. L’exemple le plus courant consiste à comparer le thème de la discussion avec une opinion nazie ou à traiter son interlocuteur de nazi et de fasciste (« facho »). (Wikipedia)

        • Delphine 13 novembre 2011 at 13 h 08 min #

          Monsieur, je vous prie de relire ma phrase : le mot que vous me prêtez, n’y est pas utilisé. Le terme que vous employez est le fruit de votre interprétation, non ce que je signifiais. Le terrain glissant sur lequel vous essayez de m’entraîner pour la deuxième fois, je vous laisse y aller seul. Merci.

  12. Berchon 12 novembre 2011 at 15 h 19 min #

    Cher Guilhem. Il est normal que des bruits excessifs créent le malentendu ou le « dialogue de sourds ». Pouvez-vous imaginer que certains parisiens habitent leur appartement depuis plus de 40 ans sans avoir jamais eu à se poser de question sur les activités du bar du rez-de-chaussée ou de la salle de spectacle voisine, mais qu’un changement de gérant peut brutalement changer cette cohabitation naturelle ? Pouvez-vous imaginer qu’il n’y ait plusieurs formes de cultures, et que les plus bruyantes pourraient plus sûrement tuer les autres que le silence ? Pourquoi la vie dite nocturne ne devrait-elle être qu’une forme d’agression des autres habitants, qu’ils utilisent la nuit pour dormir, travailler ou étudier ? (Paris est aussi une capitale intellectuelle). A qui souhaitez-vous faire découvrir ces nouveaux talents si vous chassez d’avance un potentiel public ? (j’ai des réservations pour un concert le 15). Alors pensez-vous vraiment qu’il n’y ait qu’une forme de vie et que ceux qui ne la partagent pas mériteraient ce trivial qualificatif en ….ards ? Enfin ne faudrait-il pas veiller (nous sommes la nuit) à ce que les cultures ne soient pas elles-aussi des victimes, de certaines démarches qui n’ont d’autre motivation qu’un profit financier à court terme ?

  13. Florent 12 novembre 2011 at 16 h 19 min #

    En tant qu’organisateur de certains concerts de cette manifestation et soutien du projet initié par Les Nuits Capitales, je suis également ulcéré par tant de bêtise et de commentaires réactionnaires ! Je tiens à rappeler que cette manifestation est organisée par l’Association Nuit Vive, suite au succès de leur pétition en 2009 « Quand Paris se meurt en silence » pour justement constater un fait grave, la fermeture de plus en plus d’établissements culturels suite aux trop nombreuses plaintes d’associations de riverains (qui généralement permet à seulement 2 ou 3 personnes de faire fermer une salle qui attire des centaines de personnes chaque soir) et la difficulté croissante des différents bars, cafés concerts et autres salles de concert et établissements nocturnes à exercer leur travail dans de bonnes conditions sans un harcèlement incessant de la police et du voisinage.

    Les remarques sur le fait qu’un blog (celui de Delphine) hébergé par la Mairie de Paris ne devraient pas permettre de telles phrases (« C’est du 14 au 20 novembre alors si vous avez envie de passer des nuits calmes mieux vaut poser tout de suite votre semaine de vacances au fin fond de votre campagne préférée ») sont d’une stupidité profonde et accablante, comme si une personne travaillant pour la Mairie devait obligatoirement se conformer à une norme globale pour ne pas choquer la gentille bourgeoisie et étouffer toute possibilité d’initiatives !

    Longue vie à Pousse le Son, merci de nous faire partager tous ces petits coups de coeur qui émanent de Delphine et pas du Maire de Paris et foutons le bordel un peu pendant une semaine pour que la vie culturelle à Paris renaisse un peu de ces cendres.

    Je ne vous salue pas non plus !

  14. Benoist 12 novembre 2011 at 16 h 32 min #

    houlala!! je comprends bien les riverains, mais quoi! je visite régulièrement ce blog et il me semble que la phrase de Delphine, à la base portée sur un mode humouristique, ait pris un tout autre sens, et sûrement pas dans le sens » si vous n’êtes pas contents, dégagez ».La culture pour tous débarque dans la rue! oui, bien sûr, celà ne peut pas contenter tout le monde! oui, quand on se lève à 5 heures du mat, on a envie de passer une nuit tranquille.mais sans doute ai je une autre mentalité autrement plus festive puisque je vis dans le sud ouest, où les habitants des centres villes savent qu’à telle ou telle période de l’année, les nuits seront bruyantes. certains peuvent de leur canapé assister à des concerts d’immenses stars, d’autres prévoient d’aller passer un week end ailleurs à cette période précise de l’année, d’autres encore louent leurs appart à des prix qui dépassent la raison.mais quoiqu’ils en soit, il s’agit d’un évènement culturel ponctuel!! pourquoi ne pas descendre dans la rue, y participer, même si on bosse le lendemain. notre société ne nous prôpose pas un avenir serein…alors…surtout, ne laissons pas la culture en sourdine!et franchement les parallèles faits entre les objectifs la rédactrice du blog et ceux de la mairie de paris…vous n’avez décidément rien compris

    • Elisabeth 12 novembre 2011 at 16 h 55 min #

      Cher Benoist, vous avez dit le mot important « à telle ou telle période de l’année » : on est d’accord pour des événements ponctuels, mais que diriez-vous si c’était tous les soirs, si non seulement les événements se multipliaient chaque année (après la nuit blanche, nous avons vu arriver les nuits capitales, puis les nuits de la danse, à quoi devons-nous nous attendre l’an prochain ?), mais que le fait que la nuit soit bruyante devienne la règle normale, habituelle, quotidienne, grâce aux abus de bars qui se prennent pour des boîtes de nuit ? Je suis originaire du sud-ouest comme vous, dans notre région quand on crée une boîte de nuit c’est loin de toutes les habitations, à Paris on est en train d’en créer une dans la rue Pierre au lard, en plein milieu du marais (voir ici : http://vivrelemarais.typepad.fr/blog/2011/10/bar-club-de-la-rue-pierre-au-lard-ive-vivre-le-marais-introduit-un-recours-gracieux-auprès-du-maire-.html ), on marche sur la tête ! Est-ce que vous croyez que tout le monde s’exciterait soudain contre le tapage nocturne à Paris si ce tapage n’avait pas prodigieusement augmenté ces dernières années ? Vous croyez qu’on n’a rien de mieux à faire que de trouver le temps et le fric pour faire des pétitions et des recours ? La plupart d’entre nous sommes des actifs, on travaille, on n’en peut plus de ne pas dormir et on pète un câble, voilà le problème.
      A part ça j’aimerais savoir pourquoi mon 1er message n’est pas dans l’ordre chronologique et pourquoi le 2e n’est pas passé ???

  15. Berchon 12 novembre 2011 at 16 h 50 min #

    Cher Florent. Si vous êtes un organisateur, nous nous croiserons peur-être au cours de cette manifestation. Vous touchez du doigt sur le clavier le point crucial : « exercer leur travail dans de bonnes conditions ». Savez-vous qu’il existe à Paris plusieurs centaines de salles de spectacles, de concert, de bars, de boîtes etc…qui exercent leur activité sans aucune plainte des riverains, tout simplement parce qu’ils exercent leur travail dans de bonnes conditions pour eux, pour leurs clients et pour leurs voisins. Et c’est là que l’on pourrait trouver une norme si vraiment il en était besoin. Une infime minorité rencontre des problèmes de diverses natures qui ne sont d’ailleurs pas tous de leur fait. Je suis bien placé pour savoir que la police n’intervient que dans des cas extrêmes et que les procédures judiciaires contradictoires permettent dans de nombreux cas de réguler les situations avec des délais très acceptables. Vouloir défendre à tout prix certains débordements, parler ici même de « foutre le bordel » à propos d’un évènement culturel risque surtout d’être contre productif pour la cause que vous souhaitez défendre.

  16. Vivre le Marais ! 12 novembre 2011 at 17 h 05 min #

    Réponse à Michel 14h24
    Une « ville musée » c’est une ville comme vous le dites d’ailleurs, qui a fait fuir ses habitants et qui est devenue un Luna Park avec des visiteurs diurnes et nocturnes.
    Un habitant c’est quelqu’un qui est implanté avec sa famille et tous ses intérêts économiques, c’est à dire sa vie. Rien à voir avec les oiseaux de passage qui viennent là de temps en temps pour se divertir. Si on l’agresse, il finit par partir bien que ce ne soit pas facile car il faut se recréer une vie ailleurs.
    On connait ce phénomène à Paris dans le 4ème arrondissement, qui se dépeuple. Les gens sont remplacés par des investisseurs, souvent étrangers, qui font de la location touristique.
    Ne soyez pas étonné qu’on ait envie de défendre un art de vivre, qui fait sa place à la fête mais qui ne veut pas qu’elle devienne pour soi un supplice.
    Vive l’équilibre et l’harmonie et
    Vivre le Marais !

  17. Européanne 12 novembre 2011 at 17 h 08 min #

    Lors de Etats généraux de la nuit, il a été rappelé les 3 temps de la nuit, crlle qui travaille, celle qui dort et celle qui s’amuse, et même les personnes qui n’ont pas besoin de travailler ont besoin de dormir . Ils doivent donc coexister! Paris a toujours été une ville vivante, très animée, mais ce qui génère des conflits actuellement ce sont les abus, et surtout le mépris de certains à l’égard des habitants de Paris .Qu’ils s’en aillent ! Je suis née à Paris, mes parents et grand-parents également, ce qui est rare .Je n’envisage pas de céder la place à des personnes qui pour la plupart n’habitent pas Paris, et donc ne contribuent pas à son financement. Ce sont eux qui doivent aller à Rodez, pas moi !

  18. Elisabeth 12 novembre 2011 at 17 h 11 min #

    Pourquoi ce message est-il toujours en attente de validation alors que plusieurs autres ont été validés depuis ??? Merci

    A Michel : vous demandez ce qui a changé depuis quelques années, vous dites que ça ne peut pas être « que » l’interdiction de la consommation de tabac à l’intérieur, et effectivement ce n’est pas « que » ça.
    C’est que les gérants d’établissements en tout genre, et bien au-delà des établissements de nuit, ont vu dans cette loi une formidable opportunité pour annexer l’espace public à peu de frais : les terrasses ouvertes ou fermées, autorisées ou illégales, ont pris de plus en plus de place sur les trottoirs (avec des PV à 35 euros ce serait bête de s’en priver), générant des nuisances sonores proportionnelles pour les riverains.
    Mais ça ne suffisait pas. Alors on a trouvé une meilleure idée : on supprime les chaises et les tables, tout le monde debout avec son verre à la main, et là d’un coup le volume sonore augmente terriblement pour les riverains car on se retrouve dans une ambiance cocktail où on est tassé les uns sur les autres et où il faut presque hurler pour se faire entendre. Le modèle par excellence est le Cox, dans le Marais, avec 200 personnes tous les soirs qui débordent jusque sur la chaussée et braillent jusqu’à pas d’heure (voir ici : http://www.accomplir.asso.fr/pics_vivre-paris/04_cox.png ), mais ce modèle est en train de faire des petits dans tout Paris.
    Et ça n’a pas encore suffi. On voit maintenant des fêtes comme la Grrrr block party, où on organise des tas de concerts dans des boutiques pas du tout faites pour les accueillir (marchands de fringues, machands de fleurs…), voire directement dans la rue, en déversant des flots de bière (cette fête est sponsorisée par un brasseur) qui attirent des centaines de jeunes alcoolisés dans les rues (voir les vidéos 2010 sur le site : http://www.grrrrr-blockparty.com/ ).
    Autre exemple, un restaurant pas du tout classé établissement de nuit, comme le Baltard (aux Halles), organise « « une soirée à la fraîche ! C’est ça le PLAN DES MEUFETTES. Au programme : une terrasse « parasolée » pour prolonger l’été. », avec de la musique diffusée à l’extérieur et 300 personnes qui se font servir leurs consommations dehors, tout ça au pied d’immeubles habités par des gens qui voudraient juste DORMIR.
    Ce qui a changé ces dernières années, c’est que des tas d’établissements ont trouvé le filon de la cigarette pour s’autoriser à servir leurs clients dehors, sur toute la largeur des trottoirs et même sur la chaussée, au mépris de la loi et de leurs voisins. Certains, heureusement, sont respectueux et vérifient que « leurs » fumeurs ne créent pas de nuisances pour le voisinage. D’autres sont trop heureux de pouvoir ajouter quelques dizaines ou même centaines de prétendus « fumeurs » à la clientèle qu’ils ont à l’intérieur, et comme il n’y a plus de flic à Paris la nuit, là encore, ils auraient tort de se gêner.
    Nous n’avons absolument rien contre la musique ni contre la vie nocturne de Paris, simplement cette vie nocturne est censée se passer à l’intérieur et pas dans les rues. Que la fête de la musique se passe dans la rue, on est d’accord, mais une fois par an, pas tous les soirs… Car la rue, c’est juste au contact des fenêtres des gens donc c’est comme si un voisin s’arrogeait le droit de faire du boucan toutes les nuits et de vous empêcher de dormir, tout en vous accusant d’intolérance. La rue doit rester un lieu « neutre », c’est-à-dire silencieux. C’est pourquoi il y a des lois pour réprimer le tapage nocturne, elles ne sont pas suffisamment appliquées et nous comptons bien qu’elles le soient davantage. Les établissements de nuit genre club de jazz et autres qui continuent à faire leurs concerts à l’intérieur en étant bien insonorisés et en ne gênant personne ne sont pas en cause. Ceux que nous attaquons, ce sont tous les établissements qui se contentent de déverser dans la rue des flots de décibels de musique enregistrée, d’alcool et de consommateurs éméchés et bruyants. Contre ces établissements, c’est vrai que c’est la guerre, et la Mairie de Paris qui ne cesse d’encourager ces dérives a une grande responsabilité dans ce conflit. Espérons qu’il ne dégénèrera pas et ne finira pas par provoquer ce que provoquent les rodéos de nuit en banlieue…

  19. Rodolphe sebbah 12 novembre 2011 at 17 h 14 min #

    Désolé, moi j’avais compris dès la première lecture que Delphine plaisantait.
    De toute façon, vivre dans une ville de plusieurs milions d’habitants et vouloir du calme, même la nuit, est un non sens: Voitures, motos, éboueurs, pompiers, ivrognes, fêtards, bagarres, supporters de foot, klaxons, ambulances, fête de la musique, rage de dents du bébé du voisin…. la liste est longue des « nuisances sonores ».

    • Elisabeth 12 novembre 2011 at 17 h 23 min #

      C’est ça qui est grave, c’est que ce soit devenu un sujet de plaisanterie et que même les gens qui, comme Delphine, semblent vraiment intéressés par la musique et pas juste par le niveau de décibels, lancent comme une boutade que ceux qui n’aiment pas le bruit devront partir ailleurs cette semaine. C’est devenu un lieu commun, une évidence, que pour s’amuser il faut faire du bruit et donc emmerder ceux qui demandent, non pas le silence des sommets des Alpes, mais juste le silence qui leur est garanti par la loi anti-bruit (c’est-à-dire la répression de tous les bruits « volontaires » et donc évitables). C’est grave, non ?

  20. Florent 12 novembre 2011 at 17 h 21 min #

    Berchon, je discuterais de tout ceci avec vous avec le plus grand plaisir. Vous parlez d’une infime minorité qui rencontrent des problèmes de voisinage et c’est votre vision des choses. Pour ma part, j’ai depuis 2005 travaillé dans une quinzaine de bars différents et organisé plus de 300 concerts dans différents lieux (cafés concerts et salles) à Paris et il me semble à l’inverse que c’est une infime minorité qui ne rencontre pas de problème de ce type. Et malgré la bonne volonté de tous ces établissements (fermeture de la terrasse avant minuit alors que rien ne les y oblige, pas de verres à l’extérieur après 22h, videurs à l’entrée du lieu pour surveiller le bruit extérieur, concerts exclusivement acoustiques) il me semble que le climat depuis une dizaine d’années s’est relativement détérioré pour une écrasante majorité de lieux de vie (et pas forcément de bars de nuit mais aussi et surtout des établissements qui ferment à 2H) Et force est de constater que dans tous les lieux où j’ai travaillé et organisé des concerts, les appels téléphoniques du voisinage et les verbalisations de la police se sont multipliés. Avec généralement, des descentes de police qui amènent ces derniers à l’impossibilité de constater le tapage nocturne (car les voisins appellent les flics au sujet des bars qu’ils ont dans le viseur pour n’importe quoi, même quand il s’agit d’une fête en bas de la rue dans un appartement voisin) et du coup ces derniers, pour donner raison aux riverains, verbalisent le bar pour des raisons farfelues (pas de savon dans les toilettes, traces de pas non nettoyées ou papier toilette sorti de son rouleau, je n’invente vraiment pas, croyez moi!)

    Quand à l’utilisation du terme « Foutre le Bordel » il ne faut évidemment pas prendre tout au sens premier du terme (comme tous ceux qui se sont rués sur Delphine alors que sa phrase était une métaphore pour exprimer un climat d’ambiance et de fête qui va régner tout au long de cette semaine) il s’agit simplement là encore d’encourager les gens à sortir de chez eux, à aller écouter de la musique, découvrir des artistes, des spectacles, se réapproprier l’espace urbain et accorder un peu d’importance à la vie nocturne d’une ville, pas évidemment d’aller jeter des pavés, pisser contre les portes et renverser des poubelles.

  21. Anne 12 novembre 2011 at 17 h 27 min #

    Bonjour, en tant que lectrice régulière de ce blog, je trouve cette sélection excellente et elle permet d’avoir quelques idées où aller car j’étais un peu perdue dans le foisonnement de concerts proposés. Merci Delphine donc et la prochaine fois ménagez votre humour dont j’avais remarqué le petit penchant à l’insolence… Mais nous ne sommes plus à l’école donc je continuerai à vous lire avec plaisir. Et surtout continuez de nous proposer vos coups de coeur. »
    ..

  22. bea 12 novembre 2011 at 17 h 32 min #

    là franchement la moutarde me monte au nez! j’adore ce blog! Delphine nous fait part de ses coups de coeurs sur les artistes parisiens…coups de coeurs que je partage pour la plupart du temps! Del a eu une phrase qui a choqué et pourtant je sais bien que ce n’était pas une provoc mais une petite boutade, du style désolée pour le dérangement, comme en bon voisin quand son ado fait une fête, on avertit les voisins! alors STOP!!! si les assos de riverains ont des choses à dire, c’est ailleurs!ce blog est consacré à la culture, à l’info culturelle, n’en faisons pas un salon de polémique sur les nuisances parisiennes!! ton blog est génial Del, j’ai découvert pleins d’artistes grace à toi!! continue!!

  23. Florent 12 novembre 2011 at 22 h 15 min #

    Je rebondis sur les propos d’Elisabeth qui nous ferait presque pleurer en nous expliquant qu’elle n’a ni le temps, ni l’argent de faire toutes ces pétitions car elle travaille.

    Déjà il faudrait que vous sachiez que nous travaillons nous aussi (surement pas dans le même domaine cela dit) et que la vie nocturne, l’animation d’un quartier, l’organisation d’une vie musicale sont des secteurs d’activité comme les autres et qui mériteraient qu’on leur témoigne un tant soit plus de respect plutôt que tout ce mépris que vous déversez sur les différentes professions affiliées. Par ailleurs, si vous n’avez pas le temps et l’énergie de faire toutes ces choses (pétitions, plaintes, recours..) pourquoi perdez vous votre temps à venir polluer ce blog destiné aux découvertes musicales, aux nouveaux talents, aux manifestations culturelles de tout genre? Est ce que je viens pourrir votre site à venir faire de la pub pour les concerts que j’organise ? Si vous avez des choses à revendiquer (et vous semblez en avoir) adressez vous au secteur concerné à la Mairie, plutôt que de venir faire votre petit numéro et votre misérable publicité sur un blog destiné à la CULTURE !

    • Elisabeth 13 novembre 2011 at 7 h 53 min #

      Cher Florent, personne, je crois, n’a attaqué ce blog pour son contenu en général, nous avons seulement protesté contre une phrase de ce blog dont Delphine a reconnu elle-même qu’elle était maladroite. Cette phrase nous irrite au plus haut point parce que nous l’entendons continuellement, que ce soit de la part de certains établissements, de leurs clients ou même du Maire de Paris. Cette phrase c’est en gros « si t’es pas content, dégage », ça revient à nier le droit à exister de la personne en face. Imaginez qu’on vous dise ça continuellement, je suis sûre que cela vous énerverait aussi.
      Pour ce qui est des pétitions et des recours, ne vous inquiétez pas, ça nous prend du temps et de l’argent mais on le fait parce qu’on doit le faire, pour pouvoir vivre, tout simplement.
      Et j’ai du mal à comprendre votre point de vue : si vraiment vous organisez les Nuits capitales en veillant à ce qu’il n’y ait aucun débordement gênant pour les riverains, ben il n’arrivera rien à votre manifestation. Je connais pas mal d’établissements de nuit qui n’ont strictement aucun problème avec leur voisinage. S’il y a des brebis galeuses qui pourrissent la vie de leurs riverains et qui du coup se font harceler, vous devriez vous en réjouir : ces établissements nuisent à toute la profession et à vos propres projets d’animation nocturne. Vous devriez carrément être à nos côtés pour les faire soit fermer, soit revenir à la raison, et non pas prendre leur défense.
      Enfin, quand vous dites que trois personnes peuvent faire fermer un établissement qui accueille des centaines de personnes, j’ai quelques doutes : pour qu’un établissement puisse accueillir des centaines de personnes sans gêner le voisinage, je peux vous dire qu’il doit être solidement organisé et avoir des chuteurs vraiment motivés devant sa porte, sinon ce n’est pas trois personnes qu’il gêne, mais des centaines. Ce n’est pas parce qu’il n’y a que trois personnes qui font un recours qu’il n’y a que trois personnes gênées ! Il y a des tas de vieilles personnes qui n’ont ni le temps, ni l’argent, ni l’énergie d’entreprendre des démarches.
      Et une dernière chose. Le lobby des gens dont vous prenez la défense s’est ridiculisé en poussant Sandrine Mazetier, députée de Paris, à essayer de faire passer une loi pour sanctionner les gens quand ils harcelaient trop les établissements qui les gênaient. C’était juste inconstitutionnel : personne ne peut empêcher quelqu’un de se plaindre. Si quelqu’un proteste quand on lui écrase les pieds, la seule solution c’est d’arrêter de lui écraser les pieds. Donc oui, nous allons poursuivre ce que vous appelez du harcèlement, pour obtenir des brebis galeuses dont vous prenez inexplicablement la défense qu’elles veuillent bien respecter la loi. Est-ce trop demander ?

  24. Delphine 13 novembre 2011 at 12 h 21 min #

    Bonjour à tous,
    Nous sommes dimanche, il fait un temps superbe. Je propose une trêve dans tous ces débats et vous invite plutôt à explorer dans les différents billets de ce blog les jolies découvertes musicales qui s’y trouvent. C’est le but premier de ce blog : partager la musique et non partager des débats houleux qui finalement font eux aussi beaucoup de bruit. Je suggère que, au point où vous en êtes dans toutes vos échanges, vous alliez en discuter sur des blogs plus appropriés, car comme je l’ai déjà dit, ce n’est pas le lieu ici et je ne saurai apporter aucune réponse à vos questions, parlant en mon nom de parisienne férue de nouveaux talents musicaux et pas du tout portée sur les polémiques politiques.
    Je vous souhaite un bon dimanche à tous, la musique dit-on, adoucit les moeurs.. peut-être adoucira t elle ici les débats. Surtout que les artistes que j’aime ici, ne sont pas des brailleurs lanceurs de gros décibel ! Bonnes découvertes donc.

    Delphine

  25. Marine 16 novembre 2011 at 15 h 30 min #

    bon j’arrive un peu après la bataille mais je voulais juste ajouter que je crois qu’encourager le tapage nocturne ou l’exil des parisiens n’étaient en rien les propos de Delphine. Et perso dans « pousse le son » je n’ai toujours vu là que le nom d’un blog évoquant le thème musical. En tout cas j’espère que vous qui avez pris le temps de lire et de commenter « l’article de la discorde » suivrez ou continuerez de suivre ce blog pour vous apercevoir par vous-mêmes qu’ici il n’est question que de découvrir les talents qui peuplent votre belle ville… Delphine, tu le sais, j’adore ton blog alors continue de nous faire partager tous tes trésors pour le plus grand plaisir de nos oreilles !

Leave a Reply