Paris.fr
Accueil

Les dits d'Edo. s'exhalent en électro.

5 jan

J’ai mis du temps à vous présenter Edo. cet auteur compositeur interprète parisien qui chante en français. Je crois que je voulais le garder le plus longtemps possible pour moi toute seule. Je le gardais au chaud sur mon ordinateur et parfois je l’écoutais en douce. Je sais, cela ne se fait pas de kidnapper un chanteur. Et puis démarrer l’année avec lui et avec de la chanson française, cela me plaisait bien alors je me suis décidée à vous le livrer. Pourtant ma rencontre avec Edo n’était pas acquise au départ. J’avais mis un peu de temps à entrer dans son univers. Je l’avais découvert sous la forme d’un clip, via Guilhem, le chanteur de 3 minutes sur mer. Il s’agissait de la chanson « Materiel » : l’univers me mettait mal à l’aise mais me fascinait. J’aimais sa voix sans aucun doute, mais quelque chose me perturbait. Le chanteur en plan fixe sur le côté de l’écran avait le regard à finir par faire baisser les yeux des plus insolents. J’ai laissé mijoter et j’ai fait semblant de ne plus y penser. Et puis il m’est revenu un jour et j’ai eu envie de retourner dans son univers, un peu comme dans le château fantôme à la fête foraine, quand on est môme : on a un peu peur mais on en a quand même drôlement envie. J’ai écouté ses autres chansons « Pluie », « Trouble comportemental » cela ne m’a pas plus rassurée . Mais j’avais une certitude, il fallait que je le voie en live. Il passait en septembre aux Trois Baudets, lors de l’opération Free baudets. Je n’avais rien à perdre…

J’avais imaginé passer une soirée sombre. Et puis pas du tout ! Edo. aime parler et raconter des blagues entre ses chansons, peut être pour détendre un peu l’atmosphère. Parce qu’ils restent quand même assez chargés les airs qui émanent de cet homme là. Mais c’est rythmé avec la part de boucles électro que commande son « machine man » et ses deux guitaristes tiennent la cadence. Et puis Edo danse, comme un pantin articulé ou désarticulé c’est selon. A côté des chansons d’amour, une ribambelle de chansons viennent nous parler de nous, de la façon dont nous sommes au monde, avec une certaine ironie, un regard pas toujours tendre mais qui finit par amuser quand on arrive à rire de ses propres travers. A la fin du concert j’étais conquise, je l’ai invité sur ce blog.

L’interview en vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/xneylz

Si pendant cinq ans Edo. a eu plutôt une formation à deux en acoustique, il s’est ensuite tourné vers une formation plus électro à quatre avec Pierre Arnoux et Stéfane Goldman tous deux à la guitare et Ben Mosca à la programmation. A partir de là, il s’est mis à écrire différemment et à raconter d’autres choses en posant un univers plus étrange. Il a édité un album chez un producteur israélien qui était tombé sous le charme et qui a choisi surtout ses chansons acoustiques. Son album RAW est donc disponible en numérique ici . S’il n’est pas tout à fait ce sur quoi travaille Edo actuellement, sauf pour les 3 dernières chansons, il retrace sa recherche musicale depuis qu’il s’est décidé à écrire et composer. Il va s’atteler à un nouvel album qui présentera plus ce qu’il fait en ce moment. Il bénéficie du soutien des Trois Baudets et de l’association Life live qui lui trouve des dates de concert. Il est aussi dans le dispositif de l’Arcadi « Multiprise » qui lui offre une résidence et une série de dates dans le 93.

Le jour de l’interview il nous a joué en acoustique Barbès parce que je lui avais demandé une chanson sur Paris (je l’avais postée ici) et puis deux autres chansons dont en voici une.

« Pluie » en acoustique :

http://www.dailymotion.com/video/xnezg4

Le rendu en électro est a écouter plutôt ici 

Et revenez, bientôt une autre interview et une autre chanson…

Share

No comments yet

Leave a Reply