Paris.fr
Accueil

Conseil du vendredi mangez les nuages du ciel avec Anouk Aïata !

30 Nov

En ce moment c’est morose ! Oui je sais c’est pas non plus un scoop. Mais bon, le matin on se lève il fait nuit, le métro sent la sardine à l’huile. Dans l’après midi on regarde par la fenêtre il fait quasi tout noir alors on regarde sa montre et il est 16h ! C’est purement scandaleux ! Alors l’autre jour, j’étais en train d’épuiser ma réserve de « alala gros soupir » en regardant poindre la lune à travers deux cumulus, quand je suis tombée sur Anouk Aiata.. Comment ? Et bien par cette photo que j’ai mise à gauche là et qu’elle partageait sur sa page FB et que je trouvais tellement une invitation à errer, magnifique par rapport à mon état. L’errance, la musique, l’univers ça m’a fait des trucs dans le coeur. Donc là je me rends compte que j’avais cette artiste dans mes pages favorites mais que je l’avais un peu oubliée. Du coup je suis allée écouter plus en détails… ET là, bingo : concentré de joie, de frissons de partance en puissance, de rêverie mais aussi d’envie de taper dans les mains, de danser au son du banjo, aux sons d’un swing manouche, de se promener au son d’une guitare folk, de sauter par dessus les flaques, d’arriver à faire virevolter sa grosse doudoune et à avoir envie (presque) de sourire à son gros voisin de métro qui vous reluque par en dessous…

ça a commencé avec celle ci :
Image de prévisualisation YouTube

…et puis celle là :
Image de prévisualisation YouTube

… et encore celle là

ET enfin celle là…
http://www.dailymotion.com/video/xn710w

Elle a sorti un EP qui s’écoute ici

ON peut la suivre sur sa page Facebook
Par ici on peut lire un article que j’ai trouvé bien joli, sur le site Nos enchanteurs parce qu’il y met des étoiles, du soleil, du céleste, du Baudelaire et du Django et que j’ai trouvé cela assez juste par rapport à ce que j’avais ressenti en l’écoutant.

Et puis ici on peut lire les jolies choses qu’elle raconte en Interview pour Mandor

>>>> ET SURTOUT on peut aller la voir à La Loge (la petite salle parisienne qu’on adore, voir ici), 77 rue de Charenton 75011, le mardi 4 décembre

Nota Bene : En langue maorie « aïata » signifie « la femme mangeuse des nuages du ciel », ceci explique cela. CQFD j’en rajoute pas. Bon week end !

Share

No comments yet

Leave a Reply