Paris.fr
Accueil

On a plongé avec délice dans le monde fantasque de Sophie Maurin

17 Juin

Illustration de Caro-Ma pour la chanson Poisson d’or

Ce matin, c’était lundi… c’était le déluge sur Paris et en plus j’avais oublié de prendre ma bonne humeur… Et voilà je me suis souvenue qu’il y a quelques temps j’avais vu passer une session des plus sympathiques et des plus originales de Sophie Maurin ! Et j’avais aussi reçu son premier album … Et j’avais laissé passer tout cela sans vous en parler !

Alors, réparation illico ! Oui j’avais déjà partagé ici son clip, de la même chanson Far Away, mais de la voir ici virevolter de piano en piano cela m’a totalement emballée. ET j’étais toute contente aussi d’y retrouver dans les choeurs Mélo la chanteuse de Yucca Velux (petit clin d’oeil en passant). Encore une réalisation des talentueux artistes de l’agence l’Ogre, qui avait déjà réalisé son clip.

Image de prévisualisation YouTube

Ce titre est aussi le premier de son album – qui ne comprend pourtant quasiment que des textes en français- mais qui pose de suite l’esprit : on va se lever, danser, se laisser emmener et peut être finir par grimper et sauter sur les toits en improvisant une fête à la manière des Aristochats !
Car cet album est simplement un régal, un foisonnement permanent de notes, de mots, un concentré de vitalité et de bonne humeur avec un univers fantasque et farfelu des plus réjouissants. La jeune femme épate par la maturité de ses paroles et sa maîtrise de la musique. Cette jeune femme est une architecte et on dit cela sans facilité même si c’est son premier métier… mais on sent un véritable travail de construction et un bagage classique rigoureux et solide, sous la légèreté apparente. La jeune femme a co réalisé ses morceaux avec Florent Livet et Jeremy Verlet, minutieusement échafaudé ses arrangements : cordes, toypiano, kalimba, clarinette, vibraphone, percussions, ainsi qu’une splendide section de cuivres. L’album est sorti sous le label Jo&Co.

Un premier album c’est parfois ce que l’on a porté enfant et/ou adolescent, ce que l’on a délicatement mené à maturation, ciselé avec soin et où on offre tout. Et c’est franchement l’image de ce disque, un album généreux et d’une magnifique fraîcheur.  On y découvre une imagination débridée, on y croise des personnages loufoques dans un univers délurée et délirant. La jeune femme veut nous faire danser, oublier le quotidien, réparer nos coups de blues, à l’image de « Danse ». Il y a des inspirations à la Boris Vian (avec un titre quasiment hommage Nenuphar et surtout Ma Maison Désaccordée que Sophie dit avoir écrit en référence au pianocktail, l’invention de Boris Vian dans L’Ecume des jours). Il y aussi des inventaires à la Prévert dont elle reprend d’ailleurs tout le poème « Le cortège » en l’agrémentant à la sauce de son état… Les notes éclatent de partout, scintillent, des notes éclatantes à la Satie dont elle reprend et adapte aussi Piccadily comme un hommage à cette musique qu’elle découvrait enfant en classe de solfège. Même dans ses séparations cruelles on l’écoutera non sans sourire, découper sa victime aux « Ciseaux » (bruitage à l’appui). Et on aura bien compris que la jeune femme vit mille vies avec différents éclats  « Je suis des autres «  et nous livre de façon vraiment touchante, le composite de tout ce qui l’a habitée et l’a menée jusqu’à nous. On comprendra mieux aussi le visuel surréaliste de l’album et l’illustration de toutes les chansons, en collages réalisées par l’artiste Caro-Ma, une de ses amies architectes.

Cela évoque des fanfares, des cortèges de bal masqué, des figures de bandes dessinées, des images de contes et légendes, toute une symphonie de personnages fantasques, des folies à la Lewis Carrol ou des aventures à la Jules Verne (Poisson d’or, superbe), des histoires merveilleuses pour entraîner loin . En résumé, c’est passionnant, riche, puissant tant dans la musique que dans les paroles, portée par des sonorités ragtime ou swing. ça virevolte, ça lève les voiles, ça musarde dans les herbes folles. Et en fait, ça fait un bien fou !

Procurez vous son album de toute urgence ou mieux, allez l’acheter en physique car chaque chanson est illustrée.

>>>> Et comme on aime vraiment beaucoup on vous pousse à allez la voir ce lundi 24 juin, dans un lieu que l’on affectionne particulièrement : les trois baudets (75018). Et même on invite quelques uns d’entres vous. Ecrivez à pousseleson@paris.fr jusqu’à jeudi 10h. Sophie Maurin se partagera la scène avec LILI POE · Quentin Bécogné mais elle aura le plus grand set.

Profitez-en car après elle file un peu plus loin : elle sera  le 10 juillet à Ramatuelle (83), les 13 et 15 à La Rochelle (17) dans le cadre des Francofolies et le 15 août à Luxey (40).

Voilà, moi cela m’a donné la pèche pour la journée , voire la semaine ! Et chouette j’ai trouvé Poisson d’or sur noomiz pour vous la faire écouter là tout de suite :

alt : Noomiz

Share

No comments yet

Leave a Reply