Paris.fr
Accueil
Archive | Artistes en vidéo : portrait et chansons RSS feed for this section

Jon Malkin, entre funk et électro...

17 Août

C’est lors des auditions des onze finalistes du Prix Paris Jeunes Talent musique aux 3 baudets, que j’ai découvert Jon Malkin. Le principe de l’audition est que chaque artiste ou groupe interprète trois chansons puis se livre à l’exercice périlleux de se présenter et de répondre aux questions du jury… Jon est donc arrivé sur scène, grande silhouette, costume sombre, cheveux en pétard, mini guitare, visiblement ému. Il livrait des sons bruts et chantait en anglais . Sa voix s’élevait dans le halo de lumière qui le recouvrait, une voix à faire sortir de leur torpeur les fantômes de cette salle mythique, une voix androgyne, mystérieuse, aigüe, surpuissante, une voix en tension, fascinante et à la fois pétrifiante… Avec Jon Malkin, c’est d’ailleurs ce que j’ai ressenti, en flagrant délit d’émotion et incapable d’aller lui dire deux mots en sortant . J’ai su néanmoins tout de suite que je voulais le rencontrer pour mon blog.   […]

Share

Ballades aériennes avec Mat Hilde

9 Août

Il y a d’abord le joli sourire de Mathilde et puis il y a sa voix qui s’élève, fluide, claire, acidulée, délicate. Ses chansons sont sensibles, aériennes avec des mélodies que l’on a envie de fredonner avec elle. Cette toute jeune femme a commencé à composer il y a trois ans en se mettant à la guitare et au piano et puis elle s’est mise à écrire ses chansons, en anglais parce que « cela sonne mieux et c’est plus suave. » Mais elle  possède un beau bagage musical classique, acquis au conservatoire, ayant commencé le violon à 7 ans. Sa formation en live comprend d’ailleurs beaucoup de cordes : un violon et un violoncelle en plus des deux guitares. Son projet porte simplement son prénom mais séparé en deux : Mat Hilde.
Elle est venue jusqu’à nous, se poser tranquillement dans un décor improvisé, avec sa belle guitare noire. […]

Share

Soul experience avec Tiwayo : attention pépite !

28 Juin

C’est avec la chanson Dirty Love, écoutée sur myspace que je suis entrée dans l’univers de Tiwayo. C’était exactement le style de morceau que je peux écouter en boucle, bercée par la voix cassée et la soul chaloupante. Le coup de coeur fut donc immédiat, naturel. Alors évidemment j’ai eu envie d’en savoir plus. J’avais entendu parlé de lui par le café Mamakin, mais c’est à la « Maizon », rue Oberkampf que je suis allée le voir pour la première fois. Il était accompagné d’un bassiste, d’un batteur et d’un claviériste. Sa musique chaloupée, son jeu de guitare, sa voix à la cassure envoutante, les bons rythmes et son entrain ont mis tout le monde d’accord! Tout jeune artiste, Tiwayo a été guitariste dans plusieurs groupes avant de décider de se consacrer à son projet personnel en 2010, écrivant ses chansons, composant la musique et arrangeant le tout dans son home studio. […]

Share

The Paper Plane, l'effet crunch !

16 Juin

C’est du rock’n roll, tout simplement ! C’est ainsi que les quatre compères du groupe The paper plane m’ont présentée leur musique !  Et bien oui parfois ce n’est pas la peine d’en dire des tonnes. Surtout quand la musique parle d’elle même, comme un bon rock efficace qui replonge un peu dans les 60’s, 70’s, à la sauce des quatre garçons dans le vent de Liverpool!  Et c’est d’ailleurs non sans fierté que nos quatre garçons français sont partis jouer au Cavern Club de Liverpool, lieu mythique s’il en est, repéré par le programmateur du lieu. Si ce n’était pas placer le groupe directement sous de bonnes étoiles… […]

Share

Pauline Paris, comme un oiseau sur la branche...

6 Juin

Non ce n’est évidemment pas seulement parce que Pauline a ce nom prédestiné qu’elle a trouvé sa place sur ce blog… C’est aussi parce que Pauline Paris est un drôle d’oiseau, une boule d’énergie, une petite bonne femme qui trimballe sa guitare et va chanter partout où on veut l’entendre. Sa voix et ses chansons vous feront immanquablement penser à Piaf, son côté titi parisien et sa gavroche nous replongent quelques temps en arrière. Pauline fait des bars et des bistrots, ses scènes de prédilection. Elle ne refuse aucune proposition alors elle court partout, elle a envie de tout voir, tout découvrir et puis quand elle a décidé, elle se pose avec sa guitare et c’est parti pour un tour de chant. Elle cherche la proximité, le contact avec les autres, l’ambiance village. Et méfiez-vous, si vous lui tapez dans l’oeil, vous pourriez bien finir dans l’une de ses chansons. Pauline observe ses contemporains avec bonhomie, les portraitise et les met en musique. Mais il est aussi question d’amour « avec toujours un peu d’espoir » précise-t-elle. Pauline, c’est avant tout la liberté, l’envie de « n’appartenir à rien ». Pauline, l’éternelle vadrouilleuse…

http://www.dailymotion.com/video/xj1hk2

Nous l’avons rencontrée près de Ménilmontant, un quartier qu’elle affectionne. Près d’une fontaine, au milieu des roses, Pauline nous a livrés quelques mots d’elle. Et hop le temps de nous retourner elle a grimpé sur une branche pour nous jouer ses chansons…
Pauline interprète ici Sergueï, du nom d’une de ses rencontres atypiques, faites dans un bar parisien.

http://www.dailymotion.com/video/xj1hl8

Selon l’endroit, vous l’entendrez seule avec sa guitare ou accompagnée de ses deux musiciens : Rafael Leroy à la basse/contrebasse et Hector Gomez à la batterie/percussion. Vous pouvez la retrouver aussi les mercredis soir au Charlus (32, rue Albert Thomas Paris 10e) où elle organise des scènes entr’ouvertes et où elle invite qui veut jouer, en totale acoustique.

Pour suivre toutes ses dates de concerts

Share

Namaste, in the mood for groove.

25 Mai

Namaste, c’est du don! C’est joyeux, c’est rythmé, ça fait danser, chanter, claquer des doigts. Ca fait aussi rêver et parfois planer. C’est un objet musical que l’on ne sait pas bien où ranger mais que, de toutes façons, on n’a pas envie de mettre dans une case. Namaste c’est un mélange de genres, de la chanson en français mais qui invite parfois l’anglais, du hip hop qui danse avec la pop, des impro de jazz, un peu de slam, beaucoup de soul, des envolées sublimes de violoncelle, un clavier qui pépite et des tempos qui craquent, planent ou nous décoiffent! C’est un melting pot où les cinq musiciens s’éclatent et offrent ce qu’ils aiment. Avec un mot d’ordre : il faut que ça groove! Une aisance naturelle à jouer, une voix qui chaloupe et une invitation toute simple de départ : Namaste, en indou : bonjour bienvenue… J’ai accepté l’invitation, j’ai eu envie d’entrer dans leur univers et de les inviter à mon tour sur ce blog …
http://www.dailymotion.com/video/xiwdyx

Ma révélation avec Namaste remonte à un concert au Point Ephémère. Bien sûr je savais qu’ils avaient gagné le Prix Paris Jeunes Talents. Bien sûr j’avais écouté ce mélange étonnant qu’est leur titre l’Absurde et j’avais été totalement séduite par une vidéo de Sorcière de l’amour. Je partais donc à ce concert avec envie! La salle était comble, le public sympa, l’ambiance survoltée. Et c’est en voyant Raphaël le chanteur, qu’a eu lieu la révélation! J’ai été totalement subjuguée par son charisme. Avec ses musiciens, il nous emmenait, un peu comme une famille. J’ai dansé, j’ai chanté et je suis sortie la bouche ouverte à faire des « waaahou », les oreilles ronronnant de plaisir. Alors quand j’ai appris qu’ils avaient gagné le « Lance toi en live » du Ricard sa Live Music, là, j’admets que je leur ai couru après… Nous nous sommes retrouvés au Café Mamakin (13 rue de Thionville 19e) un tout nouveau café où je savais que les deux associés nous ouvriraient leurs portes avec la chaleur et la bonne humeur qui les caractérisent et où je savais aussi que la fresque réalisée par Da Cruz, grande figure du street art dans ce coin du 19e, pourrait  faire un beau décor.
http://www.dailymotion.com/video/xiwe8y

Octavio (qui nous a rejoints pour la session musicale) Kenzo et Raphaël nous ont offerts une version de L’Absurde et une superbe version de Sorcière de l’amour. Et pour moi qui étais tombée complètement sous le charme en l’écoutant en vidéo et en live, ce fut un moment de grâce, 6 minutes en suspension… Allez, j’avoue, parfois je me la passe en boucle…

Alors attention, pour suivre Namasté dans les prochaines semaines, il va falloir vous accrocher, car en faisant la première partie de la tournée Ricard sa Live Music, ils vont faire un peu le tour de France! Pour les Parisiens, ils sont ce mercredi 25, au Divan du monde et ils seront le 25 juin au Festival Solidays. Puis le 16 juillet, en route pour le Festival des Francolies . Et sinon allez vous acheter leur EP l’Absurde (Believe Digital). Bon, vous suivez tout ça sur leur site, sur noomiz, sur tweeter, ou sur leur page facebook, partout quoi!

Et revenez ici! Bientôt une autre interview et la version de l’Absurde…

Merci à Jules et Martin, managers de Namaste et évidemment aux musiciens, Octavio, Kenzo et Raphaël.  Je reprendrai bien un café moi …

Share

Les Apatrides ou les chants du voyage...

23 Mai

Pas tout à fait d’ici, sans être tout à fait d’ailleurs, les Apatrides portent la flamme de la culture tsigane et la joie des sonorités manouches! Pourtant, même s’ils se présentent sous des noms de scène aux accents étrangers, les cinq compères du groupe sont bien parisiens et leur voyage n’est parfois qu’au gré du métro parisien. Comme ils la définissent, leur musique est « une chanson rock sans frontières aux sonorités manouches, où s’entremêlent funk, reggae et rock brut ». Ils chantent des histoires du quotidien, des moments de vie, des rencontres ou des constats sociaux. Mais le tout avec une telle bonne humeur que leur univers devient un mélange explosif de fête, de couleur et d’énergie ! A la basse ou au violon, à la guitare ou à la batterie les cinq compères s’en donnent à coeur joie pour une musique qui rappellerait la Rue Ketanou ou leurs grands frères de la Mano Negra. La scène est une fête, un spectacle où chaque spectateur est invité à entrer, à se déhancher sur une musique qui donne envie de danser sur les tables !

http://www.dailymotion.com/video/xiuuk7 Merci à Guillaume Roujas pour ses photos du groupe, dans le montage vidéo.

Nous les avons rencontrés au coeur de Ménilmontant, à la Bouche B (1, rue Eupatoria, 20e) qui nous avait ouvert ses portes. Le temps fut plutôt à la rigolade entre les interviews.Les Apatrides font partie du collectif d’artistes de l’association Kalima Productions gérée par Florent Bony (déjà connu sur ce blog..)

Le jeudi 26 mai ils vont mettre l’ambiance au Zèbre de Belleville, 63, bd de Belleville, Paris 11. (Avec en première partie : les 3 minutes sur mer). Ce jour là, leur titre Gadjo (en écoute ci dessous) sera aussi en téléchargement libre sur leur site lesapatrides.net

Image de prévisualisation YouTube

 

Share

Au pays sans frontières de Nawel and LilaBox

10 Mai

Nawel Ben Kraiem a la voix rauque, le rire généreux et la blondeur des dunes tunisiennes dont elle est originaire par son père… Elle présente son projet Nawel and LilaBox comme un lieu de rencontre de ses différentes langues : l’arabe, le français et l’anglais, comme un choix délibéré de les lier, parfois au sein d’une même chanson. Le projet de Nawel est éminemment métissé, tant au niveau du langage que des sonorités qui mêlent l’acoustique à l’électrique. Pourtant Nawel n’aime pas trop qu’on la classe dans la rubrique « musique du monde » mais plutôt dans celle de la musique actuelle… Ce qui frappe, au premier abord, est bien cette voix rocailleuse qui fait sortir d’elle, la poésie onirique des poètes arabes dont elle s’inspire ou les combats sociaux qu’elle a aussi envie de défendre. Entre la culture tunisienne dans laquelle elle a baigné jusqu’à seize ans et la culture française dont elle est aujourd’hui empreinte, ayant choisi de s’installer à Paris, elle évoque son métissage comme un élément qui ressort naturellement lorsqu’elle écrit et compose.

http://www.dailymotion.com/video/xin19w

Nawel propose un univers empreint de sensibilité mais aussi de forte énergie, porté par une voix que l’on a déjà pu comparer à celle de l’artiste franco-marocaine Sapho. Mais là où Sapho, pour moi, joue des ténèbres, Nawel, elle, joue de la lumière. Tout est éclat en elle, jusqu’à son rire qui a ponctué notre rendez-vous, passé chez elle, un après midi de bruine parisienne. Ce jour là, elle était accompagnée de Remy Laurent (guitare) qui l’aide aussi dans la composition des chansons et de Nicolas Bauer (contrebasse) avec qui elle a formé son groupe, auxquel Guilhem Seguin (rythmique) se joint sur scène.

Toute la chanson « Time that angels hide », enregistrée lors de l’interview.
http://www.dailymotion.com/video/xin0lk

Et quand même il faut le souligner : Nawel sera à Cannes, cette année, oui oui au Festival! Elle est invitée par la Sacem et l’Adami, en tant que jeune auteure compositrice. En effet, une des ses chansons « Ya touness »a ete prise pour le générique  du film « Yasmine et la revolution » de Karin Albou. Une chanson que Nawel a écrite pour la révolution tunisienne… Et puisque je parle de Cannes, il faut dire que Nawel est aussi comédienne et qu’elle fera peut être de belles rencontres mais là commence une autre histoire…

Suivez Nawel sur myspace.com/nawelandthelilabox ou sur sa page facebook

Ses prochaines dates de concert :
Mercredi 25 mai a l’olympic cafe, rue Leon ds le 18eme)
Vendredi 27 mai a la Peche (montreuil)
Samedi 4 juin dans les Vosges au Festival de la voie verte
Vendredi 24 juin a l’OPA (9, rue Biscornet, 12eme )

Share

Martin Seigneur, troubadour moderne!

29 Avr

Amateurs de textes poétiques, de chansons qu’il est bon d’entendre dans le creux de l’oreille, amoureux des mots et de l’amour aussi… vous allez adorer Martin Seigneur ! Moi, j’avoue, je suis tombée sous son charme, comme ça, tout simplement, un soir où j’étais allée découvrir le Charlus café, dans de 11eme. J’ai été séduite par ses chansons intimes, où se mêlent douceur et bons mots. Martin Seigneur, il m’a fait penser à un troubadour, un poète chantant et le Charlus qui est un lieu assez hors du temps, a amplifié cette impression. Sa musique est un joli mélange teinté de rock, de blues et parfois d’accords orientaux, qui donne à ses textes, une couleur plutôt joyeuse. Il m’a semblé qu’il devait toujours faire bon, à écouter ce chanteur là. J’ai voulu le rencontrer. Nous nous sommes retrouvés au Charlus café qui a nous a gentiment confiés les lieux… Martin était accompagné de Benjamin Chabert, son complice musicien depuis dix ans. Et ces deux là m’ont offert un joli moment de poésie…

http://www.dailymotion.com/video/xigfez

Martin Seigneur prépare une maquette des chansons de son projet, qui sera bientôt disponible. En attendant vous pouvez les suivre sur  myspace.com/martinseigneur ou sur le profil facebook. Et sinon, ils seront en concert le 21 mai au Studio Campus dans le 11e et le 2 juillet aux Cariatides dans le 2e.

Toute la chanson « l’Autre » , l’une des deux chansons enregistrées lors de leur interview.

http://www.dailymotion.com/video/xign4s
Share

Sophie Oz, la merveilleuse...

18 Avr

Sophie Oz est une chanteuse compositrice interprète installée à Paris depuis quelques années. Elle est venue ici pour vivre de la musique quelle compose. Dans ses chansons qu’elle interprète en anglais, elle aime méler le merveilleux voire le fantastique d’où l’inspiration de son nom. Dire donc que Sophie Oz est une magicienne serait un peu trop facile, pourtant il y a tant de grâce et de sensibilité dans cette jeune femme et dans sa musique que son univers nous ouvre les portes d’une poésie onirique où sa voix s’élève et nous emporte. . .  Elle cite volontiers Portishead, là où j’ai entendu aussi des airs de Loreena Mc Kennitt dans l’inspiration fantastique et la voix. Nous l’avons rencontrée dans les studios de répétition de la Cité Internationale Universitaire. Elle était accompagnée de son guitariste et son batteur pour une jolie après midi au dessus des nuages …

http://www.dailymotion.com/video/xi9z87

Elle nous offre aussi sa chanson « Promise me again » interprétée en trio avec Ismaël à la guitare et Vincent à la batterie.

http://www.dailymotion.com/video/xi9c2x

Ecouter sur Noomiz
alt : Noomiz

Et suivez là sur Facebook

Share