Paris.fr
Accueil
Tag Archives: kalima productions

Igit : une guitare, une voix et zéro triche !

31 Oct

Il arrive essoufflé, la guitare sur le dos, la cigarette et le sourire aux lèvres. Lui c’est Igit. Igit un drôle de nom dont on ne saura d’ailleurs pas l’origine. « C’est un secret » nous confie t il amusé. Nous avons rendez vous à Montmartre, dans les rues sous le Sacré Coeur, un univers qu’il connaît bien pour y chanter régulièrement dans la rue, mais uniquement rue du Calvaire, rue à escaliers, où il vient se poser à mi parcours pour y pousser ses chansons folk en anglais et en français, expérimenter ses sons et savourer les échanges spontanés avec les passants curieux. Mais si le jeune homme a fait de Montmartre son QG, c’est aussi un troubadour voyageur resté longtemps au Canada puis en Slovénie, porté par des projets annexes mais toujours centrés sur la musique. Il rentre vraiment à Paris en janvier prochain avec, dans ses bagages, un vinyle enregistré au Canada , avec des sons bruts, purs, sans compression, sans équalisation, « sans triche, une sorte de mise à nu » de ce qu’il sait faire avec sa guitare et sa voix. Sa voix qui est d’ailleurs la première chose qui marque, une voix directement sortie des entrailles, une plainte rocailleuse qui pourra évoquer celle de Tom Waits ou plus près de nous, Arthur H, de ces voix cassées, burinées comme si elles avaient mille ans. Il nous glissera pourtant « je ne suis pas chanteur je suis surtout là pour raconter des trucs » ! Et le résultat est plutôt réussi. Même s’il faut un certain moral pour l’écouter car Igit aime surtout raconter des histoires d’amour déçues, malheureuses ou ratées. « La chanson joyeuse c’est pas trop mon truc mais cela me permet de cracher certaines choses et du coup d’être plutôt joyeux dans la vie ». Ouf, nous voilà rassurés…

–> Mais écoutons le plutôt parler un peu de lui dans cette vidéo : […]

Share

Session à Montmartre avec Igit

26 Oct

En début de semaine, il faisait beau (mais si souvenez vous c’était bien…) et nous avions rendez vous avec Igit, un artiste parisien, féru de Montmartre et notamment de la rue du Calvaire où il aime jouer sa musique. Nous nous sommes promenés un peu avec lui et nous nous sommes posés au pied du sacré coeur dans les jardins suspendus, où il nous a joué une de ses chansons : « Courir » un joli moment voix guitare dans un cadre bucolique, c’était parfait pour commencer la semaine. Je le partage aujourd’hui pour bien finir la semaine et  en attendant de le retrouver très vite sur le blog pour faire plus ample connaissance…

Voir la session en vidéo : 

http://www.dailymotion.com/video/xumgg7
Bon week end !

Share

Les Apatrides ou les chants du voyage...

23 Mai

Pas tout à fait d’ici, sans être tout à fait d’ailleurs, les Apatrides portent la flamme de la culture tsigane et la joie des sonorités manouches! Pourtant, même s’ils se présentent sous des noms de scène aux accents étrangers, les cinq compères du groupe sont bien parisiens et leur voyage n’est parfois qu’au gré du métro parisien. Comme ils la définissent, leur musique est « une chanson rock sans frontières aux sonorités manouches, où s’entremêlent funk, reggae et rock brut ». Ils chantent des histoires du quotidien, des moments de vie, des rencontres ou des constats sociaux. Mais le tout avec une telle bonne humeur que leur univers devient un mélange explosif de fête, de couleur et d’énergie ! A la basse ou au violon, à la guitare ou à la batterie les cinq compères s’en donnent à coeur joie pour une musique qui rappellerait la Rue Ketanou ou leurs grands frères de la Mano Negra. La scène est une fête, un spectacle où chaque spectateur est invité à entrer, à se déhancher sur une musique qui donne envie de danser sur les tables !

http://www.dailymotion.com/video/xiuuk7 Merci à Guillaume Roujas pour ses photos du groupe, dans le montage vidéo.

Nous les avons rencontrés au coeur de Ménilmontant, à la Bouche B (1, rue Eupatoria, 20e) qui nous avait ouvert ses portes. Le temps fut plutôt à la rigolade entre les interviews.Les Apatrides font partie du collectif d’artistes de l’association Kalima Productions gérée par Florent Bony (déjà connu sur ce blog..)

Le jeudi 26 mai ils vont mettre l’ambiance au Zèbre de Belleville, 63, bd de Belleville, Paris 11. (Avec en première partie : les 3 minutes sur mer). Ce jour là, leur titre Gadjo (en écoute ci dessous) sera aussi en téléchargement libre sur leur site lesapatrides.net

Image de prévisualisation YouTube

 

Share

Kalima productions, l'association passion !

13 Avr

C’est en interviewant le groupe Arnold que j’ai rencontré Florent Bony, fondateur de l’association Kalima Productions. Ce collectif d’artistes assure le booking et la promotion de trois groupes : Arnold donc, les Apatrides et 3 minutes sur mer que j’avais interviewés quelque temps avant, sans connaître leur lien. Comme nous avions à l’évidence le même attrait pour deux groupes, cela me faisait déjà deux bonnes raisons de vouloir faire un portrait de Florent. La troisième raison est apparue évidente quand j’ai compris que cette association parisienne (qui vient juste d’arriver à salarier son fondateur) est prête à tout mettre en oeuvre pour professionnaliser des artistes émergents, choisis au coup de coeur, avec les moyens du bord et grâce à la bonne volonté de ses bénévoles et ses adhérents. Le tout, orchestré et porté par la passion de Florent !

 

http://www.dailymotion.com/video/xi5h7l

Pour suivre les actus de l’association et donc des groupes qu’elle soutient (et pourquoi pas adhérer ) c’est ici : kalima.org

Merci à Guillaume Roujas, photographe (et président de l’association) pour les très belles photos dans le montage, allez voir son blog : Ferme ton diaph!
Merci aussi à Ben Busnel, Fred Planchenault et à D4Y pour les extraits de vidéos.

Retrouvez ici :
Le portrait vidéo de 3 minutes sur mer
Le portrait vidéo d’Arnold

Share